Étudiants et jeunes diplômés : les illusions perdues

Le sens donné par les jeunes à la réussite professionnelle diffère des générations précédentes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
étudiants

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Étudiants et jeunes diplômés : les illusions perdues

Publié le 21 mars 2013
- A +

Le sens donné par les jeunes à la réussite professionnelle diffère des générations précédentes.

Par Maxime Verner.

L’enquête CSA pour LinkedIn sur les aspirations des étudiants et des jeunes diplômés montre bien que l’insertion professionnelle marque un « atterrissage » face à la réalité. Alors que les étudiants sont persuadés que la réussite est fonction de la filière choisie et veulent travailler dans l’éducation, la santé et l’action sociale, ils relativisent leurs atouts face à la réalité de l’emploi et veulent s’intégrer davantage dans les services. Tandis que l’école et les universités créent des barrières entre étudiants, les jeunes actifs semblent se retrouver dans leur rapport au travail.

Le sens donné par les jeunes à la réussite professionnelle diffère des générations précédentes. Pour eux, elle est d’abord l’épanouissement dans le travail et l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée. Ils ne veulent plus tout sacrifier à leur emploi et sont 41 % à vouloir prendre la place de leur supérieur hiérarchique. Les organisations vont donc devoir redoubler d’efforts pour les motiver à moyen et long-terme, autrement que par les primes.

Mais l’intérêt pour l’entrepreneuriat se confirme (plus de la moitié des étudiants et jeunes diplômés ont déjà eu envie de créer leur entreprise) et la perspective de l’exil pour trouver son emploi semble séduire davantage les étudiants (60 %) que les jeunes diplômés (49 %).


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Revalorisons le taillage de pavé, ca peut toujours servir un jour…

  • Valorisation des jeunes, c’est pas une sorte de transformation du jeune en un produit marketing ? En tout cas il y a un décalage idéologique et réaliste entre les études proposées d’une part et les offres offertes d’autre part. Le jeune qui croit, sans y croire, faire des études pour trouver un travail en est la preuve….on touche au probleme du developpement des futurs pays pauvres et anciens pays riches. Que des bac+5 font une société qui pense, qui écrit, qui conceptualise le chomage, mais qui ne produit plus rien….alors, une idée, une petite loi, une classification, pour ces futurs pauvres crées par le système ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Francesco Lissoni et Ernest Miguélez. Un article de The Conversation

Plaider pour plus d’immigration n’est certainement pas à la mode en France. Pourtant, c’est ce que fait un groupe d’économistes, auquel nous avons participé, dans une toute récente note du Conseil d’analyse économique (CAE), organisme placé auprès du Premier ministre et ayant pour mission « d’éclairer, par la confrontation des points de vue et des analyses, les choix du gouvernement en matière économique ».

À la suite d’un travail collaboratif incluant d’au... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

Cela faisait plusieurs années que des rumeurs circulaient mais cela devrait être officiel pour l’année 2022 : les candidats boursiers aux concours des grandes écoles de commerce se verront accorder des points bonus.

Une mesure contre-productive et injuste

Le constat d’une sous-représentation des étudiants boursiers, qui représentent 37 % des étudiants français mais seulement 12 % des étudiants en école de commerce, devenait insoutenable pour des écoles de commerce en mal de redorer leur image. Malheureusement, et... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Bac+5 et toujours au chômage : avec les fermetures d’activité imposées pour faire barrage à la pandémie de Covid-19, l’inquiétude des étudiants qui arrivent actuellement sur le marché du travail rebondit de plus belle. Mais le Covid n’explique pas tout. Cela fait des années que la « complainte du beau diplôme sans débouché » associé à un chômage des jeunes extrêmement élevé par rapport à la plupart des pays de l’Union européenne semble être devenue la marque de notre enseignement universitaire.

Aussi, dans... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles