And speaking about instruction …

Quand le Sénat se mêle d'éducation, c'est rapidement la catastrophe.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

And speaking about instruction …

Publié le 10 mars 2013
- A +

Décidément, il se passe des choses au Sénat, actuellement. Au contraire d’une Assemblée Nationale très intéressée par son propre sort et dont l’intérêt de la production laisse perplexe, le Sénat, lui, justifie chaque centime gobé en alignant les propositions de lois polémiques dont la médiatisation semble inévitable. Après le syndicalisme, les sénateurs s’attaquent à l’Éducation Nationale. Aux explosifs.

Et pour continuer ce travail dont on se demande si le but ultime n’est pas de créer un immense chaos coloré, les sénateurs nous proposent de bricoler un peu la législation sur l’éducation universitaire, et notamment en ce qui concerne la présence d’étudiants étrangers au sein des établissements français. On découvre ainsi l’article 6 de la proposition de loi n°348 :

« Art. L. 761-2 – Par dérogation à l’article L. 121-3, la langue de l’enseignement, des examens et concours, ainsi que des thèses et mémoires, dans les établissements d’enseignement supérieur, peut être une autre langue que le français. Pour les étudiants ne justifiant pas d’une connaissance suffisante du français, lorsqu’ils suivent une formation dispensée dans une langue étrangère, cette dérogation est soumise à l’obligation de suivre un cursus d’apprentissage de la langue et de la culture françaises. Un décret précise les modalités d’application du présent article. »

Oui, vous avez bien lu : l’idée générale de cette loi est donc d’assouplir dans des proportions sensibles les facilités des étudiants étrangers à suivre des cours dans leur langue ou dans une langue commode (par exemple au hasard : le swahili ou l’anglais, au choix). C’est quelque part tout à l’honneur des bouillants sénateurs qui ont pondu le texte d’arriver à faire passer ça comme une extension des libertés des directeurs d’établissements universitaires. D’un certain point de vue, c’est effectivement de nouvelles possibilités qui s’offrent aux établissements français, leur permettant ainsi d’accroître leur attractivité pour les étudiants étrangers (ce qui est mentionné dans l’exposé des motifs, une lecture roborative s’il en est).

Education

Cependant, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi, au XXIème siècle, la loi impose, jusqu’au moindre détail, la façon dont sont dispensés les enseignements dans le parcours universitaire. On a le droit à une certaine surprise (mêlée de consternation lorsqu’on a deux sous de bon sens) lorsqu’on constate que, finalement, la loi Toubon est encore rigoureusement appliquée dans un monde où toute information parcourt plusieurs fois la planète, dans différentes langues et dans différents pays, dans le temps où il vous faut pour lire ces lignes. On a même plus que le droit, on a le devoir de se demander si une université ne devrait pas avoir plutôt le droit d’organiser ses cours, ses enseignements, ses cursus et ses diplômes comme bon lui semble, dans la langue de son choix, voire dans un ensemble de langues idoines pour les matières parcourues.

En effet, alors que chaque jour qui passe permet à de nouvelles vidéos de s’accumuler dans l’une ou l’autre langue au sein de – par exemple – la Khan Academy (anglaise ici, française là), alors que tera-octets d’informations scientifiques, universitaires, en diverses langues parlées et écrites de la planète se rendent accessibles sur Internet, on a bien du mal à comprendre ce qui justifie même de loin une obligation quelconque imposée, sensément, par des Sénateurs (dont l’âge moyen écarte toute possibilité de souplesse intellectuelle vis-à-vis des nouvelles technologies) à un corps enseignant qui n’a d’autre choix que d’être, par définition, à la pointe de ce qui se fait dans le domaine.

Ici, constater que le français n’est plus la langue choisie pour bien des publications ne rentre même pas en ligne de compte. Le pragmatisme voudrait par exemple que les universités proches de l’Allemagne aient toutes latitudes pour distribuer des cours aussi bien en français qu’en allemand par exemple ; que celles à proximité de la frontière espagnole jouissent des mêmes facilités, et qu’aucune ne puisse se retrouver en difficulté juridique pour avoir choisi de présenter des cours en anglais si tel est son choix. Là, les universités françaises pourraient rivaliser et rayonner réellement ce qui, par effet d’entraînement, rendrait bien plus facile d’attirer des talents, de les former (sur base volontaire) à la langue française et de dispenser leurs cours dans la langue de Voltaire. En clair, il importe de placer la charrue après les bœufs, d’attirer les talents en leur offrant la souplesse d’un environnement adapté, puis de profiter de leur présence pour tirer la langue française vers le haut. Faire le contraire place irrémédiablement les bœufs hors de toute portée de la charrue, quelque part à brouter dans un champ où l’herbe est plus verte pendant que la charrue dévale, seule, les pentes poudreuses et caillouteuses vers le ravin.

Finalement, s’il y a bien une raison de s’opposer à cette nouvelle proposition de loi, c’est sur le principe évident qu’il faille encore une nom d’une pipe de nouvelle loi pour donner un tant soit peu de liberté dans ce pays. On en est arrivé à un point où tout est interdit par défaut sauf ce qui a été âprement négocié, article par article, alinéa par alinéa, dans l’une de ces milliers de lois excrétées par l’orifice nauséabond de la représentation nationale en pleine législorrhée. Il est ahurissant que tout soit ainsi millimétré, dans l’enseignement ou ailleurs.

Pire encore : pour chaque loi qui desserre un peu l’étau de contraintes administratives, on produira l’une ou l’autre loi qui créera sa kyrielle de nouvelles obligations. Et je n’exagère pas puisqu’en parallèle à ce morceau de bravoure, on en découvre un autre, pondu par le même Sénat et toujours dans le domaine de l’éducation, visant cette fois à obliger tous les étudiants à suivre une formation de type CAP ou BEP en plus de leur cursus normal.

Fuck university, i'll be a juggler

L’idée des sénateurs qui ont déposé cette proposition (peut-être dans un grand moment d’éthylisme expérimental, allez savoir) est de, je cite l’exposé des motifs, « préparer chacun à une connaissance théorique doublée d’une formation pratique, dans un domaine qui peut être très éloigné de sa formation initiale », parce que comprenez-vous mes petits amis, avoir un CAP ou un BEP en plus de son master II de sociologie, « c’est ouvrir son domaine de connaissance et ses possibilités d’insertion ».

Bien évidemment, c’est une façon sympathique d’admettre que l’Université française forme une imposante masse d’idiots savants dont les apprentissages sont grossièrement inadaptées à la vie réelle et aux besoins du marché, ce truc infâme et ignoble dont l’État n’arrive malgré tout pas à se passer. C’est, en creux, un constat d’échec cuisant sur la capacité des université à donner un métier plutôt qu’un diplôme.

Et comme d’habitude, en partant des meilleurs intentions du monde (faire de gens aux têtes très pleines des gens aux mains adroites), nos élus, d’ailleurs issus de ces mêmes universités qui produisent tant d’inadaptés et de cas sociaux désespérés, veulent imposer une production soutenue de BEP et de CAP « universitaires » bien plus cultivés que les autres. Un chef d’entreprise, voulant embaucher un apprenti, aura donc le choix entre un modèle standard, sorti avec un BEP, et le modèle luxe, au même prix, inutilisable sur son segment de marché original (psycho, socio, histoire de l’art, arts plastiques, que sais-je encore) mais prêt à tout pour sortir de la spirale des stages photocopieuses / RSA / giron familial gluant.

Si le sentiment de déclassement de ceux qui ont – par exemple – une maîtrise en Histoire et se retrouvent postiers est parfois grand (et en poussent certains à des extrémités dramatiques), on imagine sans mal l’état psychologique déplorable dans lequel vont se retrouver ceux qui ont un doctorat de sociologie et se retrouveront à faire de la plomberie. Et je ne parle pas de ceux qui ont toujours voulu faire de la plomberie et se retrouveront à tailler le bout de gras avec Paul Employ, leur place ayant disparu au profit des précédents.

Une myriade de situations perdants-perdants, voilà qui constitue une vraie bonne idée pour l’avenir des étudiants français !

Ces deux propositions illustrent parfaitement le problème universitaire français (et de l’instruction en général) : là où devrait régner la souplesse et l’adaptation, on impose des parcours, on place sur des rails, on trace des chemins rigides et on impose à tous des solutions généralistes. Chaque liberté sera très soigneusement encadrée, pour qu’aucun chef d’établissement, aucun maître de conférence, aucun chargé de TD ou aucun professeur ne déborde des petites cases et des autorisations administratives distribuées parcimonieusement par une bureaucratie aussi pointilleuse que rigoureusement inutile.

Là où la liberté la plus large permettrait à chaque étudiant, à chaque établissement, de s’adapter aux contraintes absolument inévitables du marché, le Sénat propose une panoplie de bricolages législatifs qui viendront s’empiler aux milliers de lois déjà produites, ajouteront une couche de problèmes sur ceux déjà existant et ne résoudront en rien ceux dont ils entendaient s’occuper en premier lieu.

Le Sénat français réalise donc encore un Epic Fail.

Epic Fail
—-
Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Certes, certes, ces constats de H16 sont malheureusement on ne peut plus vrais, mais l’absurdité me semble se trouver des deux côtés. Car bon nombre d’entreprises publient des offres d’emplois irréalistes, trop spécifiques, trop spécialisées, trop « sur mesure » (avec de surcroît une expérience de deux années, voire cinq pour le même genre de fonction!…); elles ne trouvent évidemment pas ce qu’elles cherchent et refusent de consacrer trop de marge et de temps à former le nouvel arrivant potentiel! Bigre, c’est à lui à être auto-compétent et à se former!!! L’absurdité du privé augmente d’autant plus, elle aussi, que beaucoup de boîtes font appel à des psychologues-sociologues de pacotille, précisément ces « bobos » parasitaires inutiles (mais pas tant que ça pour le privé apparemment…) ; ce qu’on appelle les « ressources humaines » qui confrontent des porteurs de doctorats en chimie ou en physique à des interviews non pas sur leurs compétences propres (eh oui, vous dit-on, « vos diplômes »ne valent « plus » grand chose aujourd’hui…????…) et se voient confrontés à des questions du genre: « préférez-vous votre père ou votre mère? », « si vous avez 20.000€, allez-vous acheter une voiture de 10.000, 15.000 ou 20.000€? » ou bien à remplir des questionnaires sur le cours de la banane et du cacao en Amérique du Sud… (tout ce que je relate ici est parfaitement authentique!) « Mais, mais, le poste concerne la recherche pharmaceutique?!?… » ; « Euh, mais je postule pour un emploi dans la chimie organique et la recherche sur les plastiques recyclables??… »

    En effet: *euh*???…

    • Les commentaires qui évoquent le vécu, donc une part du réel, sont toujours intéressants…

    • Tracotel: « L’absurdité du privé augmente d’autant plus, elle aussi »

      D’une part j’ai l’impression qu’il s’agit des « perles des annonces », (La grande période des psycho-télé-grapho-kinésiste étant passée) et au final ces boites engageront bien quelqu’un avec ou sans les cours des cacao. Ce n’est pas plus ou moins arbitraire que la tête du client ou le simple feeling bien souvent.

      On ne distingue pas bien le rapport avec l’article, vous prétendez que toutes ces lois résolvent des problèmes ? Qu’il faudrait une loi qui interdit d’être absurde ? Ou alors une loi pour instaurer l’embauche par tirage au sort ?

      Le plus amusant pour la fin: les humains sont pareils dans le privé et le publique, si ceux du privé sont absurde ce serait amusant de confier une législation anti-absurdité à des types largement aussi con. sauf qu’eux ne sont pas sur place, ne sont responsable de rien, et ne subissent aucune de leurs décisions.

    • Pour intéressant qu’il soit, le post de Tracotel souffre du défaut majeur de ne pas se mettre à la place du recruteur.

      Les annonces paraissent absurdes parce que les recruteurs sont obligés de se protéger du juridisme effréné qu’on leur impose de toutes parts. Ainsi, plus l’annonce présentera des exigences irréalistes, impossibles à satisfaire, moins un candidat écarté pourra prétendre ensuite d’avoir été « injustement discriminé », car il y aura toujours une raison légale pour justifier son éviction, même si la cause véritable n’a rien à voir avec la justification officielle.

      Former le nouvel arrivant ? Mais l’Etat taxe déjà à plus de 50% le CA des entreprises et, avec cet argent volé, il prétend former les candidats. Compte tenu de ce coût préalable stratosphérique, la moindre des choses pour le candidat est d’être opérationnel dès le premier jour de travail. Pas possible ? Peut-être, mais il fallait y penser avant de laminer les entreprises avec des charges inouïes et des lois ubuesques.

      Tracotel, vous pouvez présenter un bac+30, mettez-vous dans la tête que vous serez recruté uniquement si votre employeur gagne de l’argent avec votre travail, hors taxes et hors charges évidemment. Au lieu de critiquer les recruteurs, il faudrait songer à vous mettre à leur place. Si vous restez dans cette posture stérile, on peut douter du succès de vos candidatures.

      Eh oui, c’est à vous de vous adapter, pas aux recruteurs et la situation ne vous a jamais été aussi défavorable. Pour cela, vous pouvez remercier les socialistes de droite comme de gauche qui ont pratiquement détruit le marché du travail en France, aux dépens de la masse des salariés.

    • Tracotel, les annonces délirantes de certaines entreprises ont en fait deux objectifs. Le premier, c’est de faire penser aux concurrents (qui font de la veille entre autres en regardant les annonces d’embauche) que la société se porte mieux que dans la réalité.

      Le second, c’est d’occuper des départements RH devenus pléthoriques (par la sur-réglementation, par le souci de se couvrir et par la bureaucratisation de toute entité quand la concurrence faiblit).

  • Bertrand Rusell est un sage. En Allemagne ils produisent et n’ont pas détruis l’outil de production. Il y a donc du travail du CAP aux ingénieurs. En France il ne reste que des « fonctionnaires » ou du service. On ne produit plus rien à part des lois bien sur….(et des Pv)
    Le fait de former des « jeunes » bac +15 est une façon de cacher les problèmes et de repousser l’entrée dans le monde du travail : faute de places à proposer. La langue de formation, c’est comme le reste : les homo et le mariage; manger plus pour payer plus ou je ne sais pas quoi encore. Il faut voir que le métier de prof tourne toujours sur des lois d’avant 70 avec de puissants syndicats et que 25% des profs peuvent être à disposition des syndicats; donc pas avec les élèves. Sans parler des taxes sur les entreprises et aussi sur les employés; enfin en gros il ne reste pas beaucoup de place pour le fun dans ce pays de merde….ni même de quoi vivre de son travail. (et même plus de celui des autres……merde alors)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le terme de « wokisme » s’est imposé dans l’espace public pour décrire, du point de vue de leurs détracteurs, un ensemble de comportements et de mouvements militants d’une certaine gauche, laquelle se réclame fermement de l’anti-racisme, l’anti-sexisme, la lutte contre les discriminations, préjugés, etc. Un texte récemment publié par le collectif RogueESR (l’acronyme ESR signifie : Enseignement Supérieur et Recherche) ambitionne de trancher dans le vif en plaçant l’usage du terme dans son contexte. D’après ledit texte, le « wokisme » est un «... Poursuivre la lecture

Non, Monsieur Zemmour, un remake de l’école d’avant ne relèvera pas la France économiquement et n’apportera aucune solution à la situation actuelle que vous n’êtes pas le seul à déplorer ! La bataille se joue en effet à l’école : la France s’est fourvoyée, mais pas comme vous l’entendez !

Oui, la France doit viser l’excellence et son école, l’éclosion d’intelligences multiples.

Sachez que vos propositions qui rappellent les incantations sur le « lire, écrire, compter » de certains ministres de l’Éducation – issus du sérail - , q... Poursuivre la lecture

Tous ces médias entre les mains de groupes privés, tous ces capitalistes qui achètent des journaux, des radios, des chaînes de télé, et s’allient entre eux pour chercher des synergies et de la rentabilité, préoccupent quelques sénateurs de gauche.

Des sénateurs contre les patrons des médias

Une commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias a été créée fin 2021, et ce serait bien, pensent ses membres, de boucler ladite enquête avant le premier tour de l’élection présidentielle afin d'inciter les candidats à se saisir de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles