Exclusif – Hervé Morin : « La réforme Peillon va être abandonnée »

Dans une interview accordée à Contrepoints, Hervé Morin revient sur l’état actuel de la politique et celui de nos finances publiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Exclusif – Hervé Morin : « La réforme Peillon va être abandonnée »

Publié le 5 mars 2013
- A +

Hervé Morin a accordé un entretien à Contrepoints : l’occasion de lui poser de nombreuses questions sur son projet et son sentiment quant à la situation actuelle de la France. Quelle réforme de la fiscalité ? Faut-il réduire les dépenses publiques ? Doit-on supprimer le monopole de la sécurité sociale ? Voici la synthèse de ses réponses. Pour lire l’entretien dans son intégralité, cliquez ici.

Entretien réalisé par PLG, pour Contrepoints.

Hervé Morin s’est tout d’abord exprimé sur l’actualité récente. Concernant la viande de cheval, il fait remarquer la différence de système entre les États-Unis et la France : « En France, nous sommes dans l’intervention, les États-Unis sont eux dans la responsabilité ». Il en profite pour appeler à la transposition du mécanisme des class action, « bien plus puissant que les cinq agences de contrôle actuellement en vigueur dans notre pays, et qui coûtent très cher ».

Sur l’opposition entre le PDG de Titan et Montebourg, H. Morin dénonce la stigmatisation par François Hollande des « classes créatrices, à qui l’on doit la création de richesses et l’investissement ».

Diviser le code des impôts par 2 !

Concernant la fiscalité, le Président du Nouveau centre insiste sur la nécessite de réformer le Code Général des Impôts, qu’il faudrait « diviser par deux ». Ceci en le réorientant vers l’investissement dans les PME : « Je propose une déduction sur l’impôt sur le revenu de 200 000 € par an, par ménage, pour un investissement dans une PME (450 000 $ actuellement en Israël). C’est un mécanisme très puissant, une révolution, bien plus efficace qu’une politique d’intervention publique ». Enfin, pour éviter l’inflation législative et l’insécurité juridique préjudiciable au développement des entreprises, H. Morin préconise l’interdiction, sauf cas exceptionnel comme en 2008, de retoucher un texte plus d’une fois au cours d’une même législature ».

Cette réforme devrait accompagner celle de la TVA. Favorable à la TVA sociale, Hervé Morin répond à la critique qu’en a faite Alain Madelin, en prônant une « TVA à 25% en contrepartie d’un allègement équivalent des charges sur les entreprises ».

La réforme Peillon va être abandonnée !

Vient ensuite la question actuellement débattue de la réforme des rythmes scolaires. H. Morin affirme sans détour que « la réforme Peillon va être abandonnée », parce qu’elle a été très mal engagée. À la place, il préconise de gérer les négociations au niveau le plus décentralisé possible, afin que chaque établissement puisse adopter son propre mode d’organisation. « Nos enfants ont 130 jours d’école par an, là où il en faudrait au moins 150. Augmenter le nombre de jours de classe, c’est pouvoir diminuer le nombre d’heures de cours dans une seule journée. Ce sera ensuite aux collectivités territoriales de prévoir et d’organiser les activités périscolaires complémentaires ».

Garder les piliers fondateurs de notre cohésion sociale.

À propos de la réforme des retraites, le Nouveau Centre propose de mettre en place un système par points, qui aurait l’avantage de faire « à terme fusionner tous les systèmes, privé, public, les régimes spéciaux, les artisans, indépendants, professions libérales etc. ». Pour qu’une telle réforme, qui reviendrait à supprimer les avantages des régimes spéciaux et de la fonction publique, il propose que « cette réforme soit adoptée par référendum, à organiser dans les deux mois qui suivent l’élection ». Hervé Morin se dit en revanche défavorable au système par capitalisation, puisqu’il faut selon lui « garder un certain nombre de piliers fondateurs de notre cohésion nationale ».

Le même argument est invoqué en défense de la Sécurité Sociale. « Je ne crois pas qu’une telle réforme s’impose. […]. Je constate combien les Français sont viscéralement attachés à la sécurité sociale, et le système de solidarité tel que nous l’avons conçu n’est selon moi pas l’une des causes majeures des dysfonctionnements économiques que nous rencontrons ».

Si le Président du Nouveau centre ne se dit pas nécessairement favorable à la suppression du principe de précaution, il soutient en revanche l’expérimentation des techniques d’extraction du gaz de Schiste.

Enfin, il considère que le statut de fonctionnaire doit être aboli pour tous les domaines non régaliens : « Pour tous les autres domaines, les contrats devraient être des contrats de droit privé. Cela vaudrait pour les contrats à venir, mais aussi pour les fonctionnaires déjà en place ».

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • A la place de Peillon le sectaire, je verrais bien Jack l’immobiliste, histoire de calmer le jeu et de ne rien faire pendant quatre ans….:)

  • Le discours socioloid de base quoi.

    Augmenter la TVA à 25% et diminuer les « charges des entreprises » … comme d’hab une bonne grosse augmentation nette et précise, puis des réductions floues (et au final minimes).

    Fusionner toutes les caisses de retraites … mais bien sûr collectivisons toujours plus, ça marche tellement bien. Et non cela ne supprimerait pas les avantages des régimes spéciaux, parce qu’ils exigeraient (et obtiendraient) leur décompte de points à eux … L’unique solution pour les retraites est l’exact inverse, le cloisonnement complet des régimes.

    Seul point positif sur la réduction du nombre de contrats de fonctionnaires, mais j’ai peur sur sa définition de domaine « régalien ». Pour un collectiviste de base la culture c’est régalien non ?

    • Si seulement ce discours pouvait être celui du socioloid de base 🙂
      Ce serait déjà un premier pas dans le bon sens.

    • Tout à fait d’accord. Un bon gauchiste. Quand aux français qui « aiment » leur modèle social… Ils ne savent pas encore ce qu’il leur coûte. Car tout a un prix.
      Ce qui me dégoute le plus dans cette histoire, c’est de savoir qui va régler la note : la génération montante, la mienne. A l’orée de ma vie active, je découvre un modèle social à bout de souffle malgré des perfusions de pognon et autres boosters financiers. Et la note sera payé par ceux qui ont mon âge. « Ils ont mangé des raisins verts et les dents de leurs enfants en ont été agacés ». Ca m’étonne toujours de voir combien la Bible est encore d’actualité. On va avoir vraiment mal aux dents, et longtemps.

  • Comme d’habitude, la droite est libérale quand elle est dans l’opposition et socialiste quand elle est au pouvoir. A mettre en comparaison avec la gauche qui se veut communistoïde quand elle est dans l’opposition et… je vous laisse continuer.

    Il faudra un bout de temps pour effacer la trahison de Sarko et faire croire aux électeurs que la droite française est libérale.

  • Ce monsieur ne sait pas compter, 36 semaines x 4jours = 144 jours
    cette année on retire lundi de pentecôte et de pâques et ascension
    reste donc 141 jours (en primaire)
    en collège il faut ajouter les 36 mercredi matin donc 141+18 = 159 jours

  • Au moins sa vision des choses est moins fucked up que ses camarades de gauche et de droite. Les idées libérales ne seront jamais acceptées d’une seule bouchée. C’est déjà ça. Une fois qu’on en sera là on pourra avancer à nouveau d’un nouveau pas. Gardons notre sens critique mais ne tappons pas sur ceux qui enrobent tout ça ds qqchose de digérable pour notre race de vieux dinosaures.

  • Hervé Morin est tout de même le candidat à 0% 😉

    • oui, heureusement qu’il ne s’est pas presenté avec des thèses liberales, sinon, il aurait été le candidat a – 5%.
      de toute facon, il semble eviter a tout pris de prononcer le mot liberal dans les medias, il tient a sa reputation !

  • Hervé Morin, dirigeant du Nouveau Centtre, est un libéral mais c’est aussi un homme politique responsable.
    ça ne n’etonne donc pas que les idées qu’il expose pour redresser la France soit rejetée sur ce forum car jugée pas assez violentes.
    ça ne me surprend pas non plus et ça me rassure que le NC (parti libéral) par la voix d’Hervé Morin refuse le jusqu’au-boutisme des anarchistes qui ne se rendent pas compte de la « monstruosité » de leurs idées de réformes lorsqu’ils proposent tout simplement de casser la securité sociale et de provoquer l’effondrement du système de retraite , en permettant à toute une bande d’anarchistes de s’exonérer de verser le moindre euro dans les caisses de ces systèmes obligatoires.

    •  » Hervé Morin, est un libéral » : On se marre !!.
       »C’est un homme politique responsable » Arrêtez ! c’est trop !
       »Il a des idées pour redresser la France » Là, on frise la crampe stomacale.
      Vous préparez un nouveau sketch.? Votre succès est assuré, bravo !

      • @ harrisburg: Par contre, vous préciserez à votre parolier, car autant d’intelligence ne peut pas provenir d’un seul homme que les  » jusqu’au-boutisme des anarchistes qui ne se rendent pas compte de la « monstruosité » de leurs idées de réformes lorsqu’ils proposent tout simplement de casser la sécurité sociale et de provoquer l’effondrement du système de retraite …… » qu’il apprenne que se sont des directives, lois, de l’Europe, que la France ignore, et freine des quatre freins, pour ne pas les appliquer depuis au moins dix ans.

        Éventuellement, pour qu’il est l’air moins idiot, car on ne peut pas avoir toutes les qualités, dites lui, qu’ il trouvera par exemple, tous les textes , sur l’excellent site de Claude Reichman, de la Révolution Bleue, à la rubrique MLPS (Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale)

        • Je suis parfaitement en phase avec Mr Morin.Il faut réformer mais en aucun cas casser le modèle social français.

    • T’as craqué là. On veut pas « casser la sécurité sociale ». Imagine une voiture pourrie, vieille et très chère à réparer. Vouloir la remplacer par un véhicule neuf, plus rapide et moins chère n’est pas de l’anarchisme. C’est du bon sens. Et bien, au cas où tu ne l’aurais pas compris, ta guimbarde, c’est la sécu (couverture minime, système sclérosé, cotisation hors de prix). Les retraites? C’est le même tonneau. Celui des Danaïdes.

  • … il n’y avait personne d’autre de disponible a interviewer ce jour la ? La prochaine fois contactez Garcimore : il en sait autant, mais au moins il n’effraie pas les gamins.

    • Vous allez voir, qu’un jour Contrepoints, va nous pondre une interview exclusive de monsieur Véron, en nous affirmant que lui aussi est libéral ! parce qu’il le dit ! qui l’affirme ! qu’ il a même figurez-vous un groupuscule politique, associé, à des gens ayant appelé à voter à gauche ! (en douce, ouvertement, ou n’ayant même pas le courage de le dire), pro usine à gaz ultra étatiste européenne !!! Encore plus à gauche que l’UMP, (oui, c’est possible! la preuve) pour faire bon poids.

      Certes, c’est leur site, ils font se qu’ils veulent, nous n’avons rien à dire , hormis, que nous nous, ne les prenons pas pour des cons, bien au contraire.

      D’habitude, les sites sont pourris par les trolls, même si celui ci n’en manque pas, mais là, c’est le site qui est moins en phase, plus édulcoré, que ses posteurs, eux véritables libéraux !! ce doit être cela le nivellement par le haut ?

      Ha ! au fait, je suis curé de campagne !!! mais, si ! je vous le dis, croyez moi.

      • « c’est le site qui est moins en phase, plus édulcoré, que ses posteurs, eux véritables libéraux !!  »

        Depuis quand interviewer quelqu’un signifie être en phase avec ses idées ?

        Poser des questions à quelqu’un permet justement de lui faire dire des choses qu’il dit rarement ailleurs. Après, chaque lecteur juge s’il se reconnait ou non dans les réponses données.

        Du reste, il est plus facile pour Contrepoints, étant donné sa notoriété, d’obtenir des entretiens avec M. Morin qu’avec M. Mélenchon. Etonnant n’est-ce pas ?

        Si demain on fait un entretien avec M. Le Pen, nous serons soudain devenus anti-immigrationnistes, protectionnistes et interventionnistes ?

        Réfléchissez enfin !

        Je remarque que vous multipliez les commentaires complètement dénués de réflexion.

        • Gérez autant de sociétés que je le fais,( même si mes enfants prennent de plus en plus la relève), soyez responsable d’autant d’emplois, avant de m’apprendre ce qu’est le libéralisme, et pourquoi on l’est vraiment, et pourquoi on n’aime pas les imitations.

          Le moindre petit artisan, ce qui n’a rien de péjoratif, n’a pas besoin d’être normalien, ou agrégé, pour savoir pourquoi il est intrinsèquement libéral, et lui sera n’aura même pas le temps d’être dans la théorie plate, et très souvent stérile.

          Comme je vis aux USA, il est courant que l’on affiche son C.A même sur sa carte de visite, mais sachez pour vous donner un ordre de grandeur, que mon budget cigares mensuel équivaut à un salaire d’agrégé, en fin de carrière. J’en suis fier, j’ai ramé,comme un âne, trop souvent en faisait des journée équivalentes à une semaine de  » travail » d’un agrégé, pour en arriver là.

          Vous pesez quoi, mon petit bonhomme avant d’essayer de me donner des leçons ? de m’insulter ce que je n’ai pas encore fait me semble t-il ?

          A qui croyez vous affaire ? A un petit et jeune boutonneux tremblant derrière son clavier ?

          Des concurrents véreux, des banquiers du même acabit, des  » partenaires sociaux dogmatiques et bornés », des mauvais payeurs, des employés indélicats, j’ai ai plié de plus durs que vous.

          A l’époque membre du MEDEF, j’ai fais face, à un contre quatre, comme dis chez H.16 aux tontons macoutes de Domota, du LKP, en Guadeloupe armés de bâte, alors, mon pauvre monsieur, jamais vous ne m’impressionnerez.

          Morin est l’archétype, de la burne sans aucun charisme, n’ayant jamais rien fait de transcendant, qui n’a même pas le courage de dire qu’il est en fait à gauche. Mon droit le plus absolu, est de ne pas l’aimer, que cela vous plaise ou pas. Quant à ce que va faire ou ne pas faire le trotskiste Peillon, issu du sérail enseignant ! on s’en tamponne le coquillard à coup de pattes de homard asséchés.

          Mais, ne soyons pas dupes, ce qui vous horripile ce sont mes attaques, contre le P.L.D, pale imitation de ce qu’est le libéralisme, d’ailleurs, in fine, plus nuisible à nos idées, que ne le seront jamais tous les autres partis français, qui pourtant nous épargnent pas, mais c’est au moins plus franc.

          • Je répète, et j’en suis désolé, vous vous enfermez dans une espèce de paranoïa assez effrayante.

            Je ne roule, et Contrepoints pas davantage, pour personne ! Ni le PLD, Ni le Nouveau Centre, ni qui que ce soit. Nous défendons des idées, point.

            Pourquoi ai-je décidé d’interviewer H. Morin ?
            Un matin, je me suis levé, j’ai vu une déclaration de M. Morin qui indiquait se sentir proche des idées libérales. Qu’à cela ne tienne, je me suis dit qu’il serait intéressant d’approfondir la question. Coup de tel, accord, entretien, questions, réponses, écriture, publication.
            Ensuite, chacun juge de la sincérité de M. Morin et du bien-fondé de ses idées.

            Voilà, c’est aussi simple que ça. Incroyable, aucune conspiration ! Ou alors peut-être que mon réveil a été offert par le Nouveau Centre , qui a subtilement réglé l’heure de ma fin de nuit de manière à ce que, pile en ouvrant mon ordinateur, je tombe sur cette déclaration.

            Je vous laisse juge pour savoir quelle version est la plus plausible.

  • Je ne comprend pas ce calcul avec les jours d’ école. Le problème à mes yeux si on doit l’ appeler rythme scolaire, c’ est la quantité de notion à apprendre en 130 jours. C’ est cette quantité qui le rythme insoutenable pour les enfants. Au primaire, on leur bourre le mou avec une langue étrangère, des sciences naturelles, de l’ informatique, de la physique, alors qu’ il rentre en 6ème sans savoir lire, écrire et compter convenablement. Cherchez l’ erreur.

    • @ PLG : Ce que vous appelez gentiment paranoïa, n’est rien d’autre d’une importante divergence de pensée. Nous sommes sur deux planètes différentes. Je suis adhérant du Tea Party, d’où mon pseudo, qui l’eut crut ? je côtoie des républicains, déjà bien plus ultra-turbo-néo-hyper libéraux, que bien des français qui adhérent  »sincèrement » à cette doctrine, et nous, en plus nous les aiguillonnons sans arrêt, les trouvant trop consensuels, pour qu’ils soient encore plus en accord et en phase avec la vraie pensée libérale.

      Quand on se délecte avec les paroles, les écrits de Ron Paul, son fils, voir des ténors du Tea Party, sans parler des écrits classiques de nos anciens, et que l’on lit parallèlement les pensées profondes du centriste mou, décentré à gauche, Morin, parlant d’un trotskiste comme Peillon, j’ai l’impression de lire un mauvais article de science fiction parfaitement stérile et inutile.

      Si je trouvais un quelque intérêt à la chose, je me brancherai, ou m’abonnerai à n’importe quel médias français ! et je ne posterai pas sur Contrepoints.

      Juste, au passage, et pour finir, il faut avoir du temps à perdre, pour croire les paroles de n’importe quel homme politique, le pragmatisme, voire le bons sens, veut qu’on le juge uniquement sur ses actes.

      J’attend avec une impatience non dissimulée, votre prochaine interview d’un autre homme politique de gauche, pour m’instruire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Un grand penseur et un grand passeur

Au total, les options politiques et les valeurs qu’il défend font de lui un libéral, mais un libéral d’une espèce un peu curieuse puisqu’on a pu dire de lui qu’il a passé sa vie à aller à gauche en tenant des propos de droite et à droite en tenant des propos de gauche.

Quand en 1980, on lui demande s’il est le dernier libéral, il revendique son libéralisme mais répond :

Non. Aujourd’hui il y en a beaucoup qui me rejoignent. À la limite, je pourrais être à la mode.

C’est aussi en libéra... Poursuivre la lecture

Première partie de cette série ici.

Seconde partie de cette série ici.  

Troisième parie de cette série ici.

 

La fécondité de son scepticisme

Son humanisme se teinte d’un grand scepticisme, ce que traduit sa manière très lucide de concevoir la nature humaine, le devenir historique et l’action politique.

Sur l’homme, il ne nourrit pas de grandes illusions lyriques. On peut résumer sa position par une formule de son ami le ph... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Retrouvez les autres parties de l’article ici, ici, et ici.

Après avoir résumé, en partie I, les idées que présente Burnham dans son livre Les Machiavéliens, puis revu dans les parties II & III les problèmes pour la démocratie qu’impliquent ces conclusions, les lacunes libérales de Burnham ainsi que des penseurs machiavéliens sont le sujet de cette partie IV.

La plupart des individus qui vivent en démocratie, et pour qui l'idéal démocratique est presque devenu une partie de leur propre identité, ress... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles