La France, le pays aux 400 000 normes

Les normes prolifèrent en France qui en compte actuellement environ 400000. Pour y remédier, une Commission a été mise en place. La solution réside dans plus de liberté et de responsabilité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Paperasse administration inflation législative réglementation (Crédits net_efekt, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France, le pays aux 400 000 normes

Publié le 2 mars 2013
- A +

À elle seule, l’action des élus locaux est encadrée par la somme phénoménale de 400 000 textes réglementaires et circulaires ! Des textes dont une bonne partie s’applique aussi par ricochet aux entreprises travaillant avec les collectivités locales. Et le flux ne fait que croître. Le gouvernement vient de créer une mission chargée de lister d’ici au 15 mars les textes jugés absurdes et pouvant être facilement abrogés.

Dans le cadre de sa contribution aux travaux de la commission Attali, l’OCDE enfonçait le clou en 2007, estimant qu’en trente ans

Le corpus législatif a augmenté de 35 %, le volume du Bulletin officiel a doublé et la longueur des lois s’est allongée de 93 lignes en moyenne.

Dans le même esprit, le classement 2012-2013 du World Economic Forum place la France au… 126ème rang sur 144 pays en matière de complexité administrative.

Tout cela a un coût. Ainsi, la réglementation concernant les handicapés implique 20 milliards d’euros de travaux pour mettre à niveau avant le 1er janvier 2015 les 332 000 établissements recevant du public gérés par les collectivités locales et l’État. Et il ne s’agit là que du coût direct.

Le gouvernement Fillon a ainsi mis en place en 2008 la Commission consultative d’évaluation des normes (CCEN). Présidée par Alain Lambert, président (UMP) du Conseil général de l’Orne et ancien ministre du Budget, la CCEN conseille l’exécutif sur les textes en préparation touchant aux collectivités territoriales.

Comme souvent, la solution réside dans la liberté et la responsabilité, comme l’exemple de l’Afnor est là pour le démontrer. L’Afnor est l’agence qui gère en France les normes volontaires établies par consensus entre industriels. Contrairement à l’administration, son directeur général, Olivier Peyrat, n’a, lui, aucun problème de stock :

Tous les cinq ans, nous passons en revue toutes nos normes en décidant avec les parties prenantes celles qu’on maintient en état, qu’on annule ou que l’on fait évoluer.

Résultat : sur 35 000 normes, 2250 ont été supprimées en 2010, et 1900 créées. Un exemple à méditer.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « Le gouvernement vient de créer une mission chargée de lister d’ici au 15 mars les textes jugés « absurdes » et pouvant être facilement abrogés. »

    C’est-à-dire 70 à 80% : Code du travail, Code de la consommation…

  • Et une commission, et une de plus! 😉

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Parler de normes est souvent anxiogène. On pense rapidement aux normes issues du gouvernement qui alimentent l’inflation législative, à la paperasse administrative ou encore aux diverses contraintes imposées par le gouvernement.

Pourtant, la norme gouvernementale n’est pas la seule et unique norme qui existe. À côté du droit dur ou du droit positif caractérisé par son caractère obligatoire, contraignant et juridicisé, existe le droit souple, c’est-à-dire l’ensemble de règles para-juridiques qui visent à influencer le comportement d’act... Poursuivre la lecture

Première partie de cette série ici.

Seconde partie de cette série ici.

Troisième partie de cette série ici.

Quatrième partie de cette série ici.

 

La mondialisation a conduit à une révolution de la raison judiciaire, de la juris dictio.

Allard et Garapon notent très justement :

« Le forum judiciaire transnational invite à penser la jurisdictio à l’écart de l’imperium, et ... Poursuivre la lecture

guerre commerciale Trade source https://unsplash.com/photos/kyCNGGKCvyw
1
Sauvegarder cet article

Depuis le 1er janvier, la France assure la présidence du Conseil de l'Union européenne.

Elle ne se contente pas de faire obstacle à l'avancement des accords commerciaux que l'UE négocie actuellement. Selon Politico, elle souhaite introduire des mesures miroir dans tous les futurs accords commerciaux, ce qui signifie que les partenaires commerciaux s'engageraient à respecter les normes de production de l'union européenne.

... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles