Lettre ouverte d’un restaurateur exaspéré

Les difficultés d’un restaurateur face à la fiscalité et à l’administration.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Salaires charges sociales

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Lettre ouverte d’un restaurateur exaspéré

Publié le 1 mars 2013
- A +

Les difficultés d’un restaurateur face à la fiscalité et à l’administration.

Denis Cheneau, restaurateur à Reignier (Haute-Savoie), écrit à Fleur Pellerin, Michel Sapin et Pierre Moscovici : « J’ai aujourd’hui un seul ennemi qui se croit mon ami pour réussir : c’est l’État, qui fonctionne pourtant avec une partie de ma sueur. ». Il « croule sous des charges inimaginables », ce qui l’empêche d’embaucher et l’oblige à faire des horaires infernaux. De plus, son restaurant « risque de fermer pour cause de lois inadaptées et obsolètes ».

Lire la lettre en entier sur Les Échos.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
griveaux
0
Sauvegarder cet article

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF

Au début de l’année dernière la France, pays rural par excellence, comptait 34 955 communes (dont 49,6 % de moins de 500 habitants), c’est-à-dire largement plus que dans les autres nations d’Europe de l’Ouest (entre 8 et 12 000 par pays). Partant de ce constat, le législateur a d’abord tenté de favoriser les regroupements de communes avec la loi Marcellin de 1971, ce qui, par la suite, s’est révélé être un échec cuisant avec seulement 850 fusions observées.

Cette logique peu soucieuse du ... Poursuivre la lecture

Contrepoints a pu s'entretenir avec Benoît Perrin, le nouveau directeur de l'association Contribuables Associés, la principale organisation de défense des contribuables de France. C'est l’occasion d'aborder les problèmes liés au poids de l'État français.

 

Contrepoints : Pouvez-vous vous présenter et nous décrire votre parcours professionnel ?

Benoît Perrin : Originaire de Bordeaux, j’ai 42 ans et suis diplômé en dro... Poursuivre la lecture

Un article de Mises Institute

L'annonce par le gouvernement espagnol de son intention d'introduire un nouvel impôt de solidarité sur le patrimoine des personnes possédant plus de 3 millions d'euros a de nouveau mis en lumière le débat sur les impôts prélevés sur le patrimoine et le capital.

Le problème n'est pas seulement que cette annonce est hautement politisée dans une période préélectorale ni qu'elle pourrait perturber l'autonomie fiscale de Madrid, de l'Andalousie et de la Galice. (Rappelons que ces régions comptent dix-hu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles