Marianne et le carnaval de France

Dans une ambiance carnavalesque, l’hebdomadaire Marianne organisait ce week-end à Nice un grand colloque sur « l’éthique et l’argent ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marianne

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marianne et le carnaval de France

Publié le 19 février 2013
- A +

Dans une ambiance carnavalesque, l’hebdomadaire Marianne organisait ce week-end à Nice un grand colloque sur « l’éthique et l’argent ».

Par Guy Sorman.

La ville de Nice a été le théâtre le week-end dernier de deux événements considérables : le Carnaval et un gigantesque colloque organisé par le Journal Marianne sur l’Argent. Ce qui fut le plus carnavalesque ? Le colloque certainement. Si l’on se souvient que le carnaval est la négation de la réalité, l’intelligentsia causante convoquée par Marianne respecta la tradition. Ce Barnum réunissait les habituels suspects, Alain Finkielkraut, Franz-Olivier Giesbert, Jean-Pierre Jouyet, Jean-François Kahn, quelques nouveaux ministres socialistes et votre serviteur (en alibi libéral, rôle approuvé depuis trente ans). Pourquoi l’Argent ? Parce qu’il manquerait en temps de récession ? Pas du tout : l’Argent, à en croire le thème imposé et la plupart des interventions – y compris celles d’un public très nombreux – envahirait la société française. Je croyais plutôt que l’Argent partait en Belgique  !

Dans le débat qui m’opposait au très courtois Axel Kahn, passé de la génétique à la philosophie, tandis que son frère Jean-François se taisait parmi les spectateurs, il fut question de capitalisme et d’éthique. J’observais, mais en vain, que l’affaire Findus portait atteinte à la loi, tandis que le comportement des fonctionnaires à la tête d’EDF et de la SNCF qui dépensaient sans compter était, lui, vraiment immoral. Ce n’était donc pas les capitalistes qui rompaient l’éthique mais les représentants de l’État dans des entreprises non capitalistes et non concurrentielles. J’emportais un maigre succès.

Axel Kahn fut mieux suivi lorsqu’il nous expliqua que le monde était aux mains des néo-libéraux, des disciples de Hayek et du darwinisme social. Que la France soit le pays de l’OCDE où les prélèvements publics sont les plus considérables et augmentent n’effleura pas Axel Kahn. Que la question du moment soit plutôt celle de la récession et du chômage et que les libéraux aient sur ce sujet quelques suggestions à faire n’était pas à l’ordre du jour. En France, l’économie réelle ennuie tout le monde, surtout les intellectuels. Ou bien on estime que la pensée magique peut et doit remplacer la réflexion économique. Il se trouvait, à Nice, un ministre pour expliquer que les Affaires étrangères allaient désormais se consacrer à l’augmentation des exportations : comme si le commerce était tiré par les ambassadeurs et non par le rapport qualité/prix de ce qui est offert à l’exportation.

Le Carnaval de Marianne à Nice eut été drôle si la situation du pays réel n’était pas tragique.


Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Par Timothy G. Nash, Lisa McClain, Thomas Savidge, Ashley Wright.

Pratiquement tous les objets que nous utilisons quotidiennement (voiture, téléphone portable,  nourriture, vêtements, brosse à dents, etc.) ont été produits par des personnes qui recherchent le profit.

Nos emplois et nos salaires sont également basés sur la recherche du profit. Même les États et les organisations à but non lucratif sont rendus possibles par les profits des entreprises privées et les salaires de leurs employés.

Qu'est-ce que le profit ?

Dans... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Rincón.

Interrogé sur la meilleure façon de lutter contre les monopoles dans sa série de documentaires intitulée Free to Choose, Milton Friedman a eu une réponse ferme : le marché libre. Certains de ses invités avaient d'autres positions et soutenaient que l'intervention de l'État était nécessaire, mais Friedman n'y croyait pas.

L'affaire Netflix a donné raison à Friedman, une fois de plus

Mercredi 20 avril, les actions de Netflix ont connu une chute impressionnante de 36 %. Les communiqués de presse conventionnels ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles