Allons-nous tous devenir des biohackers ?

Le mouvement « Do it yourself » qui prend de plus en plus d’ampleur ne va pas seulement se limiter à la production de biens et services, mais concernera aussi la biologie amateur et la manipulation génétique…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Allons-nous tous devenir des biohackers ?

Publié le 18 février 2013
- A +

Le mouvement « Do it yourself » qui prend de plus en plus d’ampleur ne va pas seulement se limiter à la production de biens et services, mais concernera aussi avec le biohacking la biologie amateur et la manipulation génétique…

Par Aymeric Pontier.
L’impression 3D est devenue tendance ces derniers mois. Plus un jour ne passe sans qu’un article ou un reportage sur le sujet vienne nous rappeler la progression incroyable de cette technologie. Beaucoup voient à juste titre dans l’impression 3D la prochaine révolution industrielle permettant entre autre le prototypage rapide des produits ainsi que leur production sur-mesure en fonction des besoins réels des clients. Alliée à l’automatisation de l’économie, cette technologie est censée permettre en outre la re-localisation de l’outil industriel dans les années qui viennent, ainsi que la transformation de chaque consommateur en producteur d’après ses zélateurs.

Mais il y a une autre révolution en cours dont on parle beaucoup moins, et qui pourtant promet de transformer le fonctionnement de la société de façon tout aussi radicale : la biologie amateur ou biohacking. Telle l’informatique devenue grand public, la science génétique (en particulier la biologie de synthèse) est vouée à se répandre dans toute la société, et ne plus être l’apanage des centres de recherche gouvernementaux ou des labos d’entreprises pharmaceutiques. Si la technologie n’est pas encore tout à fait là, elle arrive cependant à grands pas. La baisse des coûts sans précédent du séquençage et de la synthèse de l’ADN, de même que l’apparition des toutes premières imprimantes 3D organiques, rendent ce processus irréversible à terme.

Preuve en est que les conférences se multiplient dans le monde scientifique et universitaire, et qu’on assiste à la création de mouvements comme celui du DIY Bio.

Ces biologistes amateurs ou biohackers tentent de créer un vaste réseau à travers le monde afin de partager leurs connaissances et découvertes et de diffuser le plus largement possible le « savoir génétique » acquis au fil de leurs expérimentations. Cette communauté reste assez peu connue, mais souffre déjà de son image dans les rares médias qui en parlent. Les « apprentis-sorciers » comme on les surnomme sont soupçonnés (bien souvent à tort) de ne pas respecter les réglementations très strictes en matière de génie génétique.

Il faut dire qu’ils agissent en dehors de tout cadre de contrôle des autorités sanitaires, vu que ces dernières ne sont pas du tout adaptées au phénomène. Comment le pourraient-elles d’ailleurs ? Donc, face aux risques de dérapage non négligeables, cette révolution génétique suscite des peurs abondantes et compréhensibles chez ceux qui la découvrent sur le tard avec effarement.

Certains biohackers (très marginaux heureusement) ont déjà affirmé avoir relâché dans la nature des organismes vivants génétiquement modifiés, et ce sans autorisation. Ce qui pose bien sûr de sérieux problèmes éthiques. Toutefois, la plus grande crainte réside dans le potentiel bioterroriste. Car si la science génétique devient open source comme on le prévoit, cela peut signifier que des groupes fanatiques finiront par avoir accès aux éléments nécessaires à la création d’armes létales ou destructrices d’écosystèmes. Cette hypothèse est pour l’instant peu probable, mais il ne faut pas pour autant l’écarter. D’où des questions très sensibles concernant la régulation de cette activité. A priori, le contrôle des particuliers paraît irréaliste sur le plan technique ou financier. On ne va pas demander aux autorités sanitaires d’inspecter chaque laboratoire communautaire (ou chaque garage) à chaque instant ! Ne reste alors que la responsabilisation des participants et le nécessaire contrôle par les pairs.

Au-delà de ces questions, la majorité des experts s’accordent pour dire que les gains potentiels du DIY Bio l’emportent largement sur les risques en l’état actuel des choses. Pour approfondir davantage le sujet, je vous propose d’écouter la biologiste Ellen Jorgensen qui expliquait en Juin 2012 lors d’une conférence TED le genre de recherches qu’elle mène dans son laboratoire communautaire à New-York.


Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je me tiens au courant sur à peu près tout ce qui concerne le DIY, mais ça j’admet que je n’était pas au courant.

    C’est temps ci ce sont les drones DIY qui sont sous la loupe des gouvernements, certains veulent carrément les interdires. On devine aisément ce qui se passera, il faudra le faire de manière underground augmentant ainsi les risques puisqu’il n’y aura plus d’intérêt à développer des moyens sécuritaires.

    Je prédit une gigantesque course aux lois anti DIYeur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Guillaume Levrier. Un article de The Conversation

Parmi les récits scientifiques qui se sont développés autour de l’émergence de CRISPR, dont la découverte a été récompensée du dernier prix Nobel de Chimie, celui de la course technologique a le vent en poupe.

Le chercheur et médecin américain Carl June, spécialiste du développement de thérapies utilisant l’utilisation de l’édition du génome, va jusqu’à parler de confrontation de type « Sputnik 2.0 » entre les États-Unis et la Chine.

Par CRISPR, la modification du géno... Poursuivre la lecture

Par Tess Johnson[1. Doctor of Philosophy candidate, University of Oxford.]. Un article de The Conversation

Les premiers enfants génétiquement modifiés sont nés en Chine à la fin de l’année 2018. Le gène CCR5 des jumelles Lulu et Nana a été modifié au cours de leur développement embryonnaire. L’objectif de cette manipulation était de les rendre résistantes au VIH (ainsi que leurs descendants potentiels). Selon certaines définitions, il s’agit là d’une amélioration de l’être humain.

Bien que la sûreté de cette technologie soit lo... Poursuivre la lecture

Par Dimitri Perrin. Un article de The Conversation

L’Académie royale des sciences de Suède a décerné le prix Nobel de chimie 2020 à la Française Emmanuelle Charpentier et l’Américaine Jennifer Doudna, pour leurs travaux sur le développement d’une méthode d’édition du génome.

Le système CRISPR-Cas est un mécanisme de défense pour la plupart des micro-organismes unicellulaires tels que les bactéries : il confère une résistance aux éléments génétiques étrangers provenant de plasmides (morceaux d’ADN qui peuvent se transmettre par t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles