L’idéologie woke s’attaque aux sciences de l’Homme

Censurer préventivement la science au nom du moralisme progressiste n’est pas seulement idiot, immoral et dangereux : c’est aussi se placer sur le terrain du lyssenkisme, du nom de Trofim Lyssenko, la pseudo-science stalinienne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
Scissors By: James Bowe - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’idéologie woke s’attaque aux sciences de l’Homme

Publié le 3 septembre 2022
- A +

Dans un tweet publié vendredi dernier, le célèbre spécialiste de sciences cognitives de Harvard Steven Pinker s’étrangle d’indignation. L’édito du mois d’août de Nature Human Behavour, une prestigieuse revue à comité de lecture publiée par Springer Nature Publishing, lui est désormais haïssable :

Journalistes et psychologues, prenez note : Nature Human Behavior n’est plus une revue scientifique évaluée par les pairs, mais l’exécuteur d’un credo politique. Je n’arbitrerai plus, ne publierai plus et ne citerai plus (comment savoir si les articles ont été vérifiés pour la vérité plutôt que pour le politiquement correct ?)

En cause, la nouvelle ligne de la publication centrée sur le comportement humain, qui subordonne désormais la science aux impératifs idéologiques progressistes woke du moment. Le texte signé Stavroula Kousta commence mal, répétant un scénario trop connu dans un monde de la recherche américaine travaillé par le puritanisme woke :

« Bien que la liberté académique soit fondamentale, elle n’est pas illimitée. »

S’ensuit une liste de recommandations éthiques visant à « protéger » des groupes qui, bien que ne participant pas directement à la recherche, pourraient être blessés par la production scientifique du journal dès que les propositions de publications sembleraient discriminatoires, racistes, sexistes, capacitistes ou homophobes ou pourraient paraître justifier une atteinte aux droits de groupes spécifiques. Simplement en raison de leurs caractéristiques sociales, elles passeraient tout simplement à la trappe ou seraient même dépubliées. La science, peut-on lire dans le papier, a trop longtemps été complice du « racisme structurel », et il faut que ça change.

 

Censure woke

Pour Bo Winegard de Quillette, l’objectif est sans équivoque. Il s’agit de censurer, a priori comme a posteriori, les textes qui ne sont pas dans la ligne du parti :

Puisqu’il est déjà courant de rejeter les travaux faux ou mal argumentés, on peut supposer que ces nouvelles directives ont été conçues pour rejeter tout article considéré comme une menace pour les groupes défavorisés, que ses principales affirmations soient vraies ou non, ou du moins bien étayées. En quelques phrases, nous sommes passés d’une banale déclaration d’évidence à un pouvoir discrétionnaire éditorial draconien et censuré. Les éditeurs jouiront désormais d’un pouvoir sans précédent pour rejeter des articles sur la base de préoccupations morales nébuleuses et de préjudices anticipés.

Sur son blog, le biologiste Jerry Coyne s’inquiète à son tour de la présomption de culpabilité qui pèse désormais sur les sciences touchant au comportement humain. Qui jugera du caractère « blessant » des articles et sur quels critères ?

L’ancien professeur assure :

« De nos jours, les gens sont tellement désireux de s’offenser que [c]es recommandations risquent de se transformer en une pure censure de toute science susceptible d’offenser qui que ce soit. »

Certaines études touchant à la génétique, à l’hérédité et plus généralement aux comportements humains ramenés à la biologie (qu’on pense ici à la sociobiologie ou à la psychologie évolutionniste) et aux sciences cognitives ont souvent suscité les réactions hostiles ou du moins sceptiques des milieux progressistes.

Pour Steven Pinker, ces dernières décennies, les recherches dans le domaine ont largement entamé l’idéologie de la page blanche (blank slate) qui pour lui constitue l’impensé des sciences sociales. Si tout n’est pas culturel, mais qu’existe une nature humaine qui modèle les comportements et façonne les personnalités au moins autant que la culture, alors réapparait pour certains le spectre des inégalités naturelles, du racisme ou encore du déterminisme biologique. Si dans son essai publié il y a deux décennies sur le sujet, Pinker cherche à conjurer auprès du public cultivé cette peur panique de la persistance de la nature humaine comme domaine légitime de recherche scientifique, l’actualité nous indique que rien n’est gagné.

 

Le retour du lyssenkisme version USA

Censurer préventivement la science au nom du moralisme progressiste n’est pas seulement idiot, immoral et dangereux : c’est aussi se placer sur le terrain du lyssenkisme, du nom de Trofim Lyssenko, le « généticien » favori de Staline. En prétendant défendre la science marxiste-léniniste contre la science bourgeoise, Lyssenko a condamné la recherche soviétique à des années de stagnation et de régression. Espérons que le wokisme disparaisse plus rapidement que son alter ego moscoutaire.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • De l’ombre à la lumière puis réciproquement…
    Par quel mystère le progressisme, compagnon de route des Lumières, du progrès scientifique et de la démocratie est-il devenu le succube de l’obscurantisme woke ?

    • oserai je dire par manque l’électricité renouvelable ?

    • le progrès est un concept subjectif.. le progressisme est dangereux. il SERT à spolier les individus..les emmerdeurs… les ignorants etc.

      la méthode scientifique cherche la vérité DONC la justice, pas le telephone portable ou l’énergie nucléaire ou le pib..

      comme elle implique de regarder TOUS Les faits connus..elle implique la liberté de chercher…le droit à la curiosité..

      mais le financement obligatoire de la science est une tyrannie comme une autre..
      ce n’est pas un hasard si la conquête spatiale a démarré en trombe dans les pays tyranniques..

      ce n’est pas un hasard si les ingénieurs electronucléaires ou les médecins « scientifiques ». en appellent à l’etat autoritaires..

  • la science académique n’est pas de la science, c’est une science revue par
    un groupe d’individus et rendue publique.. pour de nobles raison universalistes et humanistes..
    le critère pour savoir si un travail est scientifique est normalement un simple controle méthodologique.. avec en outre une contrainte formelle.. qui est supposée être accessoire..

    a minima cela freine, ralentit..pour de bonnes raisons, mais parfois pour de mauvaises, protéger la carrière du groupe d’individus….

    On connait le problème..la volonté de pouvoir du groupe en place..

    ce n’est pas de la science ici..

  • Immaginez le budget qui fut nescessaire pour le faux article du « Lancet » La corruption des dirigeants, du comité de lecture, etc …
    Aucune réactions, aucune excuses, La Pourritude est profonde et absolue. C’etait seulemnt pour faire du fric avec un « Vaccin » qui n’en a jamais été un.
    Avec la présentation qui nous est faite de la guerre en Ukraine , c’est infiniment pire.

  • Très bon billet. Steve Pinker a bien raison de s’alarmer. La liberté de pensée ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir pour ceux qui ne sont pas prêts à risquer leur vie pour un mot de trop.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Thomas Ullman. Un article de The Foundation for Economic Education

La cancel culture met en péril l'éducation de millions de jeunes.

Dans mon cours d'anglais de dixième année (classe de seconde en France, NdT), comme beaucoup d'autres élèves américains, j'ai lu certaines des œuvres du regretté Joseph Conrad, grand voyageur et écrivain captivant.

Mais ma classe n'a pas analysé les livres de Conrad comme le faisaient mon père ou mon grand-père quand ils avaient notre âge.

Au lieu de discuter de la façon dont ses ... Poursuivre la lecture

anti-guerres
6
Sauvegarder cet article

Certains thèmes dans la société occidentale sont difficiles à remettre en question sans courir le risque de recevoir des vives critiques. Par exemple, pour les thèmes suivants, il existe un position considérée correcte par l’opinion publique : « l’État social », « la politique climatique », « la société multiculturelle », ou « la vaccination anti-covid ». La position à adopter socialement sur ces sujets a été donnée d’innombrables fois par les médias ; il est sous-entendu qu’aucune analyse critique préalable est nécessaire au niveau individue... Poursuivre la lecture

Parmi les dispositions du décret du 28 juin 2022 portant convocation du Parlement en session extraordinaire, publié le 29 juin dans le Journal Officiel, on retrouve à l’article 2 alinéa 8, l’examen de la « proposition de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne en matière de prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne ».

Celle-ci fit l’objet d’un accord en Commission mixte paritaire. Disons-le d’emblée, ce texte représente une menace sérieuse pour l’État de droit, notammen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles