Le modèle social français est-il vraiment efficace ?

Il y a des preuves tangibles que l’on ne veut pas voir mais qui répondent parfaitement à cette question.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013510 modèle social

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le modèle social français est-il vraiment efficace ?

Publié le 12 février 2013
- A +

Il y a des preuves tangibles que l’on ne veut pas voir mais qui répondent parfaitement à cette question.

Par Claude Robert.

Il y aura toujours des économistes ou des commentateurs pour ergoter sur la réussite de nos voisins, à l’instar d’un essai récemment paru concernant l’Allemagne dont la santé économique masquerait soi-disant beaucoup de faiblesses vis-à-vis desquelles nous n’aurions rien à envier, nous Français malgré nos 10,5% de chômeurs (INSEE, décembre 2012) et nos deux millions six cent soixante-cinq mille enfants vivant sous le seuil de pauvreté (rapport du groupe de travail « familles vulnérables, enfance et réussite éducative » décembre 2012)… À croire que les chômeurs français sont forcément plus heureux que les travailleurs précaires anglais ou allemands, et que nos 30% d’enfants vivant sous le seuil de pauvreté sont plus épanouis que les enfants pauvres des autres pays européens…

Quand bien même les chiffres nous sont défavorables, il se trouve toujours des analystes pour diaboliser les recettes libérales mises en place ailleurs, recettes qu’ils accusent bien sûr de ne générer qu’instabilité et paupérisme. Que la part de marché industrielle française ait été divisée par 2 depuis 2000, que la croissance de notre pays soit systématiquement inférieure au seuil qui permet de créer des emplois, que les jeunes entreprises créent moins d’emplois que chez nos voisins les mieux lotis, que les grands groupes français privilégient de plus en plus les recrutements sur leurs sites à l’étranger, que le poids de l’État soit asphyxiant pour notre économie (nous avons plus de fonctionnaires que les 82 millions d’allemands, le second taux de prélèvements obligatoires au monde, et le second taux d’imposition des entreprises de l’OCDE), tout cela ne semble pas les inquiéter, persuadés qu’ils sont que le modèle social français est d’une autre essence, avec des résultats que la science économique, bien trop grossière et inhumaine, ne peut réussir à cerner mais qui sont bien meilleurs à ce que l’on voit partout ailleurs.

À quoi peut-on mesurer la réussite d’un modèle social ? L’arsenal de chiffres de la science économique donne hélas le vertige, non pas que la couleur des données et des comparaisons qu’elles permettent avec nos voisins qui réussissent soient discutables aux esprits dénués d’arrière-pensées idéologiques, mais parce qu’ils sont de toute façon discutés et rejetés par les esprits qui ne sont justement pas dénués de ces arrière-pensées.

Il reste alors à trouver les informations les plus directes et les moins polémiques possibles, c’est-à-dire les moins connotées politiquement parlant, en d’autres termes, les comparaisons qui évitent de juger en filigrane des éventuelles réussites libérales et des possibles échecs étatistes, quand bien même l’histoire a suffisamment montré qu’il fallait pourtant en tirer des leçons définitives, tout simplement parce que ces comparaisons sont devenues impossibles aujourd’hui compte tenu du totalitarisme intellectuel ambiant, ce fameux « politiquement correct français ». Seuls ces chiffres-là devraient ainsi permettre de faire avancer la prise de conscience de notre déclin, car ils sont bruts, purs, et indiscutables.

Alors, comment mesurer la qualité d’un modèle social de façon indiscutable et non politiquement incorrecte ? C’est finalement très simple : la qualité d’un modèle social se mesure au bonheur de ses sujets.

On peut être éventuellement pauvre mais heureux, éventuellement riche mais malheureux, mais il est facile de comprendre que la notion de bonheur est une donnée qui est toujours mise en perspective : le seul fait de percevoir un espoir d’amélioration rend heureux, le contraire rend malheureux. Ainsi, un peuple heureux est un peuple dont la condition lui semble s’améliorer tandis qu’un peuple malheureux est un peuple qui voit sa condition se détériorer.

Comment mesurer le bonheur d’un peuple ? Les sondages fournissent le meilleur indicateur qui soit, quand bien même sont-ils déclaratifs, mais c’est justement parce qu’ils le sont, car qui d’autre que les individus eux-mêmes seraient mieux placés pour juger leur état de bien-être ou de mal-être [1] ? Enfin, le taux de suicide est un indicateur extrême qui témoigne de la capacité d’un modèle à ne pas laisser trop de monde dans la détresse.

Les Français sont-ils donc heureux ? L’enquête BVA-Gallup International réalisée fin 2011 montre que les Français ont l’indice d’espoir le plus mauvais d’une Europe elle-même déprimée par rapport au reste du monde. Les médias qui relatent cette enquête à grande échelle titrent en toute logique « la France pays le plus pessimiste du monde ». En 2012, la première enquête médicale internationale sur la dépression mentionne la France comme ayant le taux le plus élevé au monde de sujets ayant connu au moins un épisode dépressif (Cross-national epidemiology of DSM-IV major depressive episode 2012). Quant au taux de suicide, avec 22,8 suicides pour 100 000 habitants (contre 10,2 en moyenne pour les 27 pays de l’UE), la France se trouve clairement parmi les plus élevés au monde.

En conclusion, si l’on part du principe que le modèle social d’un pays n’a d’autre fonction que d’assurer le confort, la sécurité et in fine le bonheur de ses citoyens (et il est quand même difficile de penser le contraire), alors le modèle français apparaît sous un angle beaucoup moins reluisant : celui d’un modèle en sérieuse difficulté.


Sur le web.

Note :

  1. En comparaison, les indicateurs composites qui reconstruisent un indice de bonheur a posteriori ne sont que des vues de l’esprit.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Quelle mauvaise approche ! Personne ne se soucie du bonheur des gens, qui ne sont que des pions justifiant des « créations d’emploi » dans des systèmes vaguement caritatifs et hyper alambiqués, réserves de créatures protégées et de pots de vin.

    Un jeu si fécond, et dont profitent tant d’intermédiaires flemards, affairistes ou arrogants que celui qui énoncerait « tu gagneras ton pain à la sueur de ton front » serait vite qualifié d’ennemi public n°1.

  • Si la majorité des médias ne nous plombait pas le moral chaque jour, il est possible que le moral des français remonte.

    • les médias « vendent du papier » partout dans le monde, et pour ça la principale recette, ce sont les catastrophes publiques et privées (pipole). Broyer du noir, focaliser sur le malheur, « plomber le moral », c’est le boulot des médias ; partout, toujours. Ils ne sont pas responsables du problème.

      Par contre, il est clair que dans un pays qui se fait une spécialité de « solidarité » et qui par conséquent vous plombe littéralement dès que vous aller un peu mieux que la moyenne, il est important de ne surtout pas montrer qu’on se débrouille, voire de ne pas se débrouiller.

  • Il ne faut pas désespérer …toute une école de pensée socialiste dit que notre endettement de 1800 milliards d’€ , constitué principalement de capital rééchelonné , n’est en somme pas important car , in fine , la France dispose d’un livret A et d’une assurance vie abondante , où il suffit de piocher !!!

  • allez au vietnam, et vous verrez de que c’est qu’un peuple heureux: tous le monde a le sourire, les vieux n’ont pas grand chose, mais ils sont content de voire leurs enfants s’enrichire. les jeunes n’ont pas de voitures, mais une moto, neanmoins, ils sont content car leurs parents avaient seulement un velo. la region est au coeur de la zone la plus dynamique de la planète et l’avenir leur appartient. ils sont prets a tout essayer, y compris ce qui vient d’occident: nourriture, technologie, vetements, democratie … on trouve de tous a mème les rues, pour trois franc six sous, pas de normes, pas de reglements, de la concurence et du travail pour tous le monde
    revenez en france, vous voyez un monde de vieux, gros, flasques, diabetique a force de ce goinfrer de mal bouffe ( quand ce n’est pas de sale bouffe )fatigués, conservateurs, triste, angoissés: vas-t-on concerver nos privilèges jusqu’au bout ? mais nos enfants, que vont-ils devenir ? …
    les seuls jeunes qu’on apercois sont les enfants des immigrés, qui arborent ostensiblement les signes montrant la detestion de leur socièté d’acceuil: foulard, barbes, bourka …
    quand mon bridge va donner des signes de faiblesse, je prendrai un billet d’avion pour hanoi, et irai m’en faire mettre un neuf pour quatre foi moins chère qu’en france, ce qui me remboursera plus que le voyage.
    ah oui !! vraiment, le système social francais est le meileurs au monde, il ne faut pas dire ca a mon cheval, ou il va s’etranglé de rire !

    • Tout à fait d’accord avec vous. Je suis allé au Vietnam l’année dernière pour mon travail et j’ai été frappé par le moral très élevé des vitenamiens. Ils sont dans un cercle vertueux qui les porte vers une vie plus agréable, comme nous en France pendant les sixties : à cette époque-là, les français s’enrichissaient, s’éclataient. Si encore les français n’avaient pas le moral que depuis peu, on pourrait penser que c’est récent et peu profond, mais cela fait longtemps que le pays est à la traîne dans les sondages. Cela correspond parfaitement au déclin économique et social de notre pays. Ce déclin semble avoir commençé dans les années 75…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Yves Guyot prend la parole lors d'une cérémonie exceptionnelle à la Sorbonne en hommage à Frédéric Passy. Fin mai 1912, la société d'Économie politique célèbre en effet ses 70 ans. 2022 marque donc le 180e anniversaire de cette vénérable société savante, foyer de l'école libérale française.

En ces temps de démagogie électorale et de règne d'économistes atterrants, adeptes du keynésianisme ou du marxisme, le discours d'Yves Guyot reste d'une étonnante actualité.

En voici quelques extraits significatifs.

 

Le dange... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Présentation de Sylvain Fontan.

L'échange question-réponse qui suit correspond au dernier entretien de l'économiste et prix Nobel d'économie 1974, Friedrich Von Hayek. Publié par la revue Contrepoint[1. Cet entretien a été publié dans la revue Contrepoint n°50-51, 3e trimestre 1985. L'entretien a été réalisé à Fribourg (ancienne RFA), sous l’égide de l’UJRE (Union des Jeunes Responsables Économiques), qui fédérait plusieurs associations, toutes préoccupées par le devenir de l’entreprise libérale.], l'entretien date de 1985, c'est-à-dir... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles