L’euro ne peut fluctuer selon les humeurs d’Hollande

Plus qu'euro fort et peut-être trop fort, c'est le pouvoir politique qui est fort est sans doute trop fort.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013486 Euro

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’euro ne peut fluctuer selon les humeurs d’Hollande

Publié le 6 février 2013
- A +

François Hollande appelle à réfléchir à la place de l’euro dans le monde pour éviter des fluctuations irrationnelles sur les marchés. Plutôt qu’une politique de change européenne, c’est une remise en cause du monopole sur la monnaie qui permettrait des fluctuations reflétant l’état réel de l’économie.

Par Baptiste Créteur.

Après les déclarations de Pierre Moscovici sur l’euro fort et peut-être trop fort, c’est au tour de François Hollande d’évoquer la parité de l’euro avec les autres devises : « L’euro ne peut fluctuer selon les humeurs du marché ». Il démontre une fois de plus son mépris pour le marché et son goût pour le pouvoir centralisé.

Le président français François Hollande a estimé mardi que l’euro «ne peut fluctuer selon les humeurs du marché» au risque de mettre en danger les efforts de compétitivité des pays de la zone euro, et qu’il fallait «réfléchir à la place de notre monnaie dans le monde». L’Europe «laisse sa monnaie, l’euro, vulnérable à des évolutions irrationnelles dans un sens ou dans un autre», a souligné François Hollande dans un discours devant le Parlement européen. «Nous devons réfléchir à la place de notre monnaie, l’euro, dans le monde», a-t-il ajouté. Pour lui, «elle ne peut fluctuer selon les humeurs des marchés. Une zone monétaire doit avoir une politique de change sinon elle se voit imposer une parité qui ne correspond pas à l’état réel de son économie».

Les fluctuations sur le marché, liées aux choix des parties prenantes de ce marché, seraient irrationnelles – à l’inverse des fluctuations reflétant les choix d’hommes politiques dont tout indique que l’irrationalité est leur première caractéristique. Dire qu’une politique monétaire européenne permettrait à l’euro de mieux refléter l’état réel de l’économie revient à affirmer que les États européens, via la BCE, sont mieux placés pour déterminer la parité que les utilisateurs de la monnaie.

«Il ne s’agit pas d’assigner de l’extérieur un objectif à la BCE qui est indépendante, mais d’engager l’indispensable réforme du système monétaire international, car sinon nous demandons à des pays de faire des efforts de compétitivité qui sont annihilés par la valorisation de l’euro», a souligné le chef de l’État français.

Difficile de démontrer l’indépendance d’une institution à qui l’État confère un monopole. L’indispensable réforme du système monétaire international, ce n’est pas de le confier un peu plus aux hommes politiques en leur donnant toute marge de manœuvre pour décider de l’avenir de la monnaie, mais de supprimer le monopole des banques centrales sur la monnaie – ou plutôt, de supprimer les banques centrales. Toutes les grandes catastrophes monétaires trouvent leur origine dans la collusion entre États et banques centrales ; la monnaie est une affaire bien trop sérieuse pour la confier à des hommes politiques incapables de prendre les mesures qui s’imposent pour des considérations idéologiques ou de popularité, si ce n’est pire.

De la même façon, ce n’est pas aux pays qu’on demande des efforts de compétitivité, mais aux entreprises – efforts de compétitivité qu’elles mènent naturellement mais qui doivent être intensifiés pour faire face aux prélèvements imposés par l’État pour son irresponsable niveau de dépenses. Les entreprises produisent ; l’État, non. Les seules fonctions qu’un État pourrait légitimement se voir confiées sont les fonctions régaliennes, et il semble incapable de les mener à bien ; la question n’est pas de savoir comment l’État doit gérer la monnaie, mais pourquoi il le ferait.

«Nous ne pouvons pas constater simplement l’appréciation de l’euro et nous en désoler ou nous en réjouir», a encore dit François Hollande un peu plus tard en revenant sur le sujet au cours de la séance de questions et réponses avec les députés européens. «Nous devons avoir une politique de change», et «elle est prévue par les traités, elle ne dépend pas seulement de la BCE», a-t-il souligné, concluant que «cette politique de change, nous devrons à un moment nous en saisir».

Nous ne pouvons pas constater simplement que l’économie périclite et nous en désoler ou nous en réjouir. Nous ne devons plus avoir de politique économique autre que de ne pas intervenir, pas plus que nous ne devons avoir d’autre politique de change que de ne pas en avoir et laisser les monnaies privées s’échanger librement sur le marché. La politique de change, les citoyens doivent à un moment s’en saisir, de même qu’ils doivent se saisir de la politique économique, de la politique sociale et de tout ce qui ne concerne qu’eux mais sur quoi l’État cherche continuellement à prendre et conserver le pouvoir.

Son ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, avait estimé dimanche que l’euro, qui évolue actuellement au-dessus de 1,35 dollar, était «fort, peut-être trop fort». Pour le gouvernement français, la hausse de l’euro observée depuis deux mois est préoccupante, car une monnaie trop forte pèse sur les exportations.

Ce qui pèse sur les exportations, c’est le manque de compétitivité ; ce qui pèse sur la compétitivité, c’est avant tout le poids de l’État. Si François Hollande et Pierre Moscovici sont réellement préoccupés par les difficultés des entreprises françaises à exporter, ils seraient bien avisés de poser la question aux chefs d’entreprise eux-mêmes ; la parité de l’euro avec les autres devises sera sans doute loin d’être leur première préoccupation.

Les autres pays européens se lanceront-ils également dans la conquête d’un pouvoir étendu, ou préféreront-ils protéger autant que possible leurs économies des irresponsables décisions dont ils se savent tous capables ?

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • De plus en plus fort.
    Maintenant Moscovici commence à dire que si l’Euro reste trop fort, la croissance à 0.8% prédite pour le gouvernement ne pourra se produire car ils ont mis dans le modèle un dollar à 1.24 euros …
    J’hallucine en permanence à chaque fois qu’ils nous révèlent le contenu et al qualité de leurs modèles économiques de précision …
    De toute évidence, il n’y a aucune marge dans leur calcul et tout est basé sur des variables exogènes simplifié. Modifier ces entrants changent complètement le modèle …Il suffit de regarder l’historique de l’euro sur les dernières années pour voir qu’il a varié entre 1.2 et 1.6 sur les 5 dernières années. Prendre la valeur de décembre 2012 pour toute l’année 2013 est de la pure supercherie. Au minimum, ils devrait prendre des fourchettes statistiques afin d’obtenir des prévisions statistiques …

    • Ils se cherchent des excuses pour ne rien changer à leur délire prévisionnel et se décharger sur les autres de toute responsabilité. Pénibles politiciens français, restés immatures depuis l’école : « c’est pas moi, maîtresse ! »

  • « car sinon nous demandons à des pays de faire des efforts de compétitivité qui sont annihilés par la valorisation de l’euro» …. c’est peut etre tout simplement que la monnaie qu’ils utilisent n’est pas adaptee a leur economie !

    • Aucune des monnaies monopoles n’est adaptée aux économies auxquelles elles sont imposées. Seule la concurrence monétaire est adaptée à l’économie, quel que soit le pays considéré.

  • L’erreur ,c’était de confier la création monétaire aux banques privées : un état n’est pas une entreprise ,il faudra le répéter encore et encore , mais je pense que seul un « credit crunch  » et un « big krach  » fera entendre raison aux utopistes néolibéraux qui ont créé une économie virtuelle qui n’a plus de lien avec l’économie réelle ,la réalité se vengera bientôt et très violement…. Un état n’a pas à payer des intérêts sur son propre argent ,Maurice Allais dénonçait ce délire depuis le début ,cela appauvrit les états et fait une pression sans précédent sur les salariée qui payent une rente aux banques via les dettes des états .Les néolibéraux ont organisé la plus grande tricherie de l’histoire avec les « paradis fiscaux (x30 en 25 ans) où de 12 000 à 60 000 milliards échappent aux états.Mais c’est fini ,après le prochain krach des banques les états ne pourront pas payer une deuxième fois et ils exigeront la fermeture de ces « paradis » par une loi d’une ligne: interdiction de tout échange avec les paradis sous peine de retrait de leur licence (proposition de …merkel en 2008,une grande gauchiste comme vous savez ) L’Allemagne a 30% de sa population qui gagne moins de …600 euros par mois à plein temps et ne rembourse toujours pas un centime de sa dette de …..2000 milliards ,le record d’Europe ,vous parlez d’un modèle ,une agonie serait plus juste …

    • Philippe_Murray_Rothbard
      6 février 2013 at 21 h 47 min

      « Un état n’a pas à payer des intérêts sur son propre argent  »

      Mince!Encore un qui confond l’Etat et le peuple….

    • walter99: Vous feriez un zeste plus malin en nous procurant les « sources » de vos élucubration mentales.
      Prenez toutefois garde : grâce à Internet, l’esbroufe se trouve vite réduite à néant. Ce que visiblement vos commanditaires mentaux n’ont pas encore compris !

  • Euh et on fait comment pour les Chinois? Qui pour le coup ne jouent pas à armes égales avec nous. En outre tout ce qui ne va pas dans le sens de la volonté du peuple n’a pas lieu d’être. Tout ce qui ne concours pas à réaliser le projet sociétal du peuple n’a pas lieu d’être (autrement dit toute mouvance politique confondu, plus de sécurité, plus de sureté, plus de confort, meilleur santé, plus de mobilité ect), et tout les outils doivent être utilisé, dont la monnaie. Les peuples existes et ils marchent dans une direction, le reste est accessoire.

    • Laisse donc les dirigeants Chinois s’autodétruire avec leur monnaie de singe ! Le peuple chinois, lui, recherche avidement les dollars et les euros, malgré les risques encourus, parce qu’il sait bien que la monnaie de ses dictateurs ne vaut rien.

      Le « projet sociétal du peuple » : gros malin pas très fin qui prétend le connaître. Le peuple, qui n’a pas besoin des promesses collectivistes jamais tenues dérivant vers des Etats socialistes obèses et impotents, s’exprime à travers le marché libre. Tout ce qui va à l’encontre du marché libre va à l’encontre du peuple, notamment les manipulations monétaires des politiciens corrompus. Le reste est accessoire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Par Samuel Furfari.

Lorsque les armées de Napoléon passaient devant le Clos de Vougeot afin d’honorer ce grand vin de Bourgogne, Napoléon voulait que ses soldats marchassent au pas. Le Parlement européen semble ne pas avoir le même intérêt que Bonaparte pour des choses de valeur puisqu’il confond piquette avec grand vin. Mais ce n’est pas d’œnologie qu’il s’agit ici, mais d’hydrogène.

Le Parlement européen vient de décider qu'en UE certains gazoducs pourront, jusqu’en 2027, encore bénéficier d’une étiquette « projet d’intérêt co... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

D’ordinaire, c’est un sujet qui fâche et qui peut vite vous valoir d'être catalogué dans le camp des grands méchants libéraux, fanatiques de l’austérité et nostalgiques du temps où les enfants travaillaient dans les mines. Mais entre le passe sanitaire et les élections qui approchent, la question de la gestion des comptes publics ne fait plus franchement rêver la presse.

Pourtant, la facture du fameux « quoi qu’il en coûte » d’Emmanuel Macron commence à pointer le bout de son nez. Il est utile de préciser que not... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles