Abraham Lincoln : viens en France, nous avons besoin de toi !

Nous avons besoin en France de rompre les chaînes de notre esclavage moderne. Un esclavage moins visible qu’hier mais bien réel.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lincoln_2012_Teaser_Poster

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Abraham Lincoln : viens en France, nous avons besoin de toi !

Publié le 4 février 2013
- A +

Nous avons besoin en France d’un Abraham Lincoln pour rompre les chaînes de notre esclavage moderne. Un esclavage moins visible qu’hier mais bien réel.

Par Jacques Gautron.

Les Français savent-ils qu’ils tombent progressivement et sûrement en esclavage depuis des siècles ? Comment le leur faire comprendre ? Sinon comment leur faire admettre que la France doit changer de logiciel ?

Qu’est-ce qu’être esclave sinon être privé de sa liberté ? Si je pose la question de cette manière il est bien évident qu’à part quelques employés et ouvriers particulièrement mal menés dans leurs entreprises, la plupart des Français me répondront qu’ils ne sont pas esclaves. En effet, ils ont le sentiment de pouvoir circuler à peu près librement. Ils sont persuadés d’être bien soignés grâce à un système de santé et une couverture maladie et hospitalisation que le monde entier nous envie. Ils croient, parfois encore, être maîtres de l’éducation de leurs enfants, sinon de l’enseignement  qu’ils reçoivent. Lorsqu’ils regardent devant un kiosque la quantité de journaux, hebdomadaires et magazines qui leurs sont offerts ils ont l’impression d’avoir un très grand choix. Enfin le soir, chez eux, avec toutes ces chaînes de télévision, de quoi se plaindraient-ils sinon qu’il y en ait trop ?

Cher lecteur pardonne moi de te tutoyer, je le fais en toute amitié, avec toute l’empathie de celui qui vit aussi enchaîné que toi, dans ce pays qui pourrait être merveilleux. Es-tu bien certain de ne pas être anesthésié, de voir clair derrière cet écran de fumée que le socialisme distille avec toute la gentillesse d’un ami qui veut te protéger. Te protéger ? Contre qui ? Contre toi-même bien évidemment !

Imagine que tu puisses circuler à ta guise partout en France, sur nos belles routes sans être encadré par des milliers de radars, fixes, mobiles et bientôt cachés dans la circulation ? Quelle catastrophe cela ferait sur nos routes, insensé que tu es, tu ne sais bien évidemment pas, ou plus, adapter la vitesse de ta voiture à la circulation, à l’état de la route ni à ton état de vigilance. L’État te protège. Même si parfois il te semble qu’il te contraint, non, il te protège, contre toi-même, pilote inconséquent et dangereux. Tu es un irresponsable ! Non pas esclave bien évidemment.

Tu es souffrant ? Il y a médecin à proximité, il en reste quelques uns, peut-être pas français, mais peu importe, il te prescrira des médicaments appropriés sur une ordonnance que le pharmacien corrigera, pour te donner, presque gratuitement, d’autres médicaments afin d’être en accord avec les consignes données par des personnes plus compétentes que ton médecin. Tu vas à l’Hôpital, tu es pris en charge, là encore presque gratuitement. Qui paie ? Sûrement pas toi, tu le saurais. Oui, tu le saurais si ton employeur t’avais un jour montré la différence entre ce que tu lui coûtes et ce que tu touches à la fin du mois. Pourquoi devrais-tu en être conscient ? Ce n’est pas grave, l’essentiel est que la Sécurité Sociale te protège de ta naissance à ta mort. Il n’y a plus d’argent ? On fera payer les riches, qui n’ont pas encore quitté le pays. Mais comment cela se fait-il ? Certains partent ? Ils sont donc plus libres que toi ? Tu n’es donc pas aussi libre que tu pensais !

Tes enfants sont très souvent en congés scolaires, y compris si possible en dehors des fêtes traditionnelles, comme Pâques cette année. Tiens pourquoi ? N’aurais-tu plus le droit de profiter de cette période traditionnelle et religieuse, importante pour beaucoup d’entre nous, pour passer du temps avec tes enfants et leur apprendre un peu mieux ce qu’est la chrétienté. Que signifie Pâques, mais peut-être le leur a-t-on enseigné à l’école ? Donc pourquoi te laisser la liberté de le faire pendant une période privilégiée de congé scolaire ?

Enfin les média ! Oui parlons des média, il y en a beaucoup, trop de choix. Mais au fait en connais-tu beaucoup qui parlent simplement de ce que je viens d’écrire plus haut. En connais-tu beaucoup qui travaillent à t’ouvrir les yeux sur ton esclavage ? Qui te permettra d’en sortir puisqu’aucun ne t’y incite ? Il s’agit sans doute d’un principe de précaution, l’État et les chers (dans les deux sens du mot) syndicats, pour ton bien, ne veulent pas te dérouter, en t’ouvrant les yeux. Qu’ils en soient remerciés.

Vivez en paix, Français, l’État est riche et bienveillant, il vous protège. Et si par hasard vous pensez être esclaves, c’est sans doute parce qu’un affreux réactionnaire vous l’aura fait croire.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Ça n’enlève rien au contenu de l’article, mais le mythe du sage et bon Abraham Lincoln n’est jamais que ça un mythe (et désormais un mythe en cinemascope sous la camera complice de Steven Spielberg).

    – Lincoln était un homme raciste, qui croyait en la supériorité des blancs sur les noirs, refusait l’égalité politique pour les noirs, s’opposait vigoureusement aux mariages inter-raciaux, et nourrissait le projet de renvoyer les noirs en Afrique pour débarrasser son pays du « problème noir ».

    Cet extrait d’un discours de 1858 est sans aucune équivoque :

    « I will say, then, that I am not, nor ever have been, in favor of bringing about in any way the social and political equality of the white and black races—that I am not, nor ever have been, in favor of making voters or jurors of Negroes, nor of qualifying them to hold office, nor to intermarry with white people; and I will say in addition to this, that there is a physical difference between the white and black races which I believe will forever forbid the two races living together on terms of social and political equality. And inasmuch as they cannot so live, while they do remain together there must be the position of superior and inferior, and I, as much as any other man, am in favor of having the superior position assigned to the white race. »

    – Il a défendu jusque dans son discours d’investiture l’amendement Corwin, voté par le Congrès des Etats-Unis qui, s’il avait été ratifié par tous les Etats aurait gravé dans la constitution l’interdiction définitive pour le gouvernement et le congrès fédéral de prendre quelque disposition que ce soit qui interfère avec l’esclavage dans les Etats qui le pratiquaient.

    – Son obsession était l’Union et non l’abolition de l’esclavage, ce que rappelle sa phrase célèbre selon laquelle s’il pouvait préserver l’Union en abolissant l’esclavage il abolirait l’esclavage, mais que s’il pouvait préserver l’union en maintenant l’esclavage, il le maintiendrait sans hésiter : « My paramount object in this struggle is to save the Union, and is not either to save or to destroy slavery. If I could save the Union without freeing any slave I would do it, and if I could save it by freeing all the slaves I would do it; and if I could save it by freeing some and leaving others alone I would also do that. »

    – La déclaration d’émancipation si souvent célébrée est un document politiquement abject qui ne déclare pas l’esclavage illégal et libère tous les esclaves aux Etats-Unis, mais est un ultimatum, un chantage qui fixe une date butoir à laquelle tous les esclaves des seuls Etats sécessionnistes qui n’auraient pas réintégré l’Union et déposé les armes seraient considérés comme libres. Tous les esclaves des Etats non sécessionnistes ou sous contrôle du Nord restaient esclaves. Tous les esclaves des Etats qui auraient déposés les armes resteraient esclaves. Il y a plus vibrante déclaration de la liberté inaliénable de tous les êtres humains que ce sordide instrument de chantage au service de la préservation de l’Union américaine.

    – Lincoln eu le triste privilège de suspendre l’Habeas Corpus

    – Lincoln était un protectionniste patenté : il a fait voter le Morrill Tariff, augmentant les taxes à l’importation de près de 70% (avant de les réaugmenter encore dans les années qui suivirent pour financer la guerre civile). Ces tarifs douaniers étaient une forme de taxation du sud (exportateur agricole) pour financer l’industrie naissante du nord, et furent une des causes de la sécession. Or si Lincoln était près à sacrifier l’esclavage sur l’autel de la sauvegarde coûte que coûte de l’Union, il n’était pas près à renoncer à son protectionnisme, ce qui en dit long sur ses priorités.

    – Lincoln était un inflationniste. Il est l’instigateur d’une fiat money, les greenbacks dollars pour financer sa guerre, et fut le premier à édicter un Legal Tender Act pour forcer les américains à accepter sa monnaie papier.

    – C’était un grand centralisateur, qui a oeuvré toute sa vie à l’augmentation du pouvoir politique fédéral et a ancré durablement les Etats-Unis dans une dérive centralisatrice, Hamiltonienne, qui fera fi de la constitution

    – C’était un politicien avide de pouvoir et manipulateur et pas un homme d’Etat porté par des idéaux.

    Enfin, la manière dont la fin de l’esclavage fut obtenu, pour des raisons bassement politiciennes et au prix d’une guerre effroyable conduisit à un siècle de ségrégation et de tensions raciales.

    Alors oui nous sommes peut être (toute proportion gardée) victime d’une forme atténuée, moderne, douillette d’esclavage, mais nous n’avons pas besoin d’un Abraham Lincoln, mais plutôt d’un Lysander Spooner.

    • Et c’est parce qu’il était raciste et pour l’esclavage que les Etats du Sud ont fait sécession dès son élection.
      Ah putain, ils étaient trop cons ces sudistes.

    • @ST : quid de ses relations avec les banques et qui est rapporté par ce genre de phrases : « Lincoln déclara tout de même:

      «J’ai deux grands ennemis: l’armée du Sud en face et les banquiers en arrière. Et des deux, ce sont les banquiers qui sont mes pires ennemis.» ?

    • Je pense que vous simplifiez. Sans doute Lincoln n’était-il pas exactement l’homme décrit par Spielberg, sans doute était-il ouvertement raciste comme l’immense majorité des gens de l’époque.

      Maintenant il faut cependant se méfier de ce que Lincoln dit, et se garder de l’interpréter comme ce qu’il pense (on en sait rien). Mais à l’époque, si Lincoln avait déclaré qu’il croyait les noirs égaux aux blancs, il n’aurait jamais été élu à quelque poste que ce soit.

      Si par ailleurs il avait déclaré que le but de la guerre était l’abolition et non l’union, jamais les états nordistes ne l’auraient suivi dans cette guerre. D’ailleurs d’un point de vue légal, seule l’union justifiait le fait d’envahir le Sud.

      Je pense qu’il faut juger les politiques par leur direction, et non par leur but déclaré. Le fait est que la politique de Lincoln est aller vers plus d’égalité des droits, et non moins. C’est ce qui compte. Aristote aussi justifiait l’esclavage, mais on le lit pour autant sans le traiter de monstre.

      Enfin, sur la question de la ségrégation vous faîtes erreur. La ségrégation n’a pas été mis en place à la fin de la guerre civile, mais à partir du retrait des troupes nordistes du Sud en 1877. Les républicains ont en 1870 accordé par le 15ème amendement le droit de vote aux noirs ! Soit 5 ans seulement après la fin de la guerre. Cela relativise l’idée que les républicains de 1860 étaient radicalement contre ce droit de vote pour les noirs…

      En 1877, les troupes fédérales se retirent, et les états du sud contournent le 15ème amendement par des lois officiellement non raciales (par exemple un revenu minimum pour voter,, ou des lois du genre « vous pouvez voter si votre grand père pouvait »).

      La proclamation d’émancipation a pas mal de raisons très pragmatiques, aux premiers rangs empêcher la France et le Royaume-Uni d’intervenir dans le conflit en faveur du Sud sans s’aliener leurs opinions publiques. Mais à nouveau, il faut juger du résultat et de la direction, et non du discours officiel de l’époque.

      • @Acrithene

        > Maintenant il faut cependant se méfier de ce que Lincoln dit,
        > et se garder de l’interpréter comme ce qu’il pense

        On a pas mal de source qui permettent de juger ce qu’il disait en privé. Mais ceci dit je ne fais pas le procès de Lincoln parce qu’il était raciste : comme vous le dites, il était de son temps et ça n’a pas beaucoup de sens de le juger à l’aune des valeurs de notre époque. Ma critique n’est pas là.

        Elle est d’abord de ceux qui fabriquent un personnage qui n’existait pas, et qui surtout donne des intentions pures à quelqu’un qui à mon sens à fait une grande chose in fine (abolition de l’esclavage) non par dessein, non par idéal, mais parce que porté par d’autres dessein, il s’est révélé que c’était stratégiquement le plus avantageux pour lui.

        C’est pour cela qu’il est contre l’abolition de l’esclavage avant la guerre (faisant voter un amendement qui consolide constitutionnellement l’esclavage), et qu’après la guerre il fait passer un amendement qui supprime définitivement l’esclavage. Avant la guerre il juge que péréniser l’esclavage est une condition de l’Union, après la guerre, il juge qu’éradiquer l’esclavage dans un sud défait militairement évitera à jamais que le sujet soit une cause de sécession car une fois les esclaves libérés, le retour en arrière est impossible (cela faisait déjà longtemps que le traffic d’esclave en provenance de l’étranger était interdit, les seuls esclaves sur le territoire américain étant donc des descendants d’esclaves : une fois émancipé, le retour en arrière n’est plus possible).

        C’est pour cela que je ne pense pas qu’on puisse louer Lincoln pour l’abolition de l’esclavage. C’était évidemment quelque chose d’eminement souhaitable. Mais c’est par la force des choses que ce soit Lincoln qui préside à cet évènement.

        > Je pense qu’il faut juger les politiques par leur direction,
        > et non par leur but déclaré.

        Et bien je ne pense pas que les politiques de Lincoln aient été globalement dans une bonne direction, même si elles ont pu déboucher sur l’abolition de l’esclavage, et en tout cas ce n’était pas la direction recherché par l’intéressé.

        >Le fait est que la politique de Lincoln est aller vers plus
        > d’égalité des droits, et non moins. C’est ce qui compte.

        Mais elle est aussi allé vers moins de liberté. Je ne pense pas qu’on soit obligé de devoir choisir l’un ou l’autre. J’ai la faiblesse de penser qu’on aurait pu faire accéder les noirs américains à la même égalité politique que les blancs sans restreindre la liberté de tous. Je pense même que le maintien du maximum de liberté aurait conduit inéluctablement à l’égalité politique car c’est une composante fondamentale de la démocratie américaine.

        > Enfin, sur la question de la ségrégation vous faîtes erreur.

        Je n’ai pas voulu dire que c’est Lincoln ou les siens qui ont mis en place la ségrégation. J’ai dit qu’ils ont créé les conditions de la mise en place de cette ségrégation, puis s’en sont lavé les mains pendant plus d’un siècle.

        @Dardanus

        > Et c’est parce qu’il était raciste et pour l’esclavage que les Etats
        > du Sud ont fait sécession dès son élection.
        > Ah putain, ils étaient trop cons ces sudistes.

        Le fait est que le sud a fait sécession malgré les assurances très fortes données par le nord sur le maintien de l’esclavage, et notamment cet amendement poussé par Lincoln. C’est bien la preuve que les motivations de la sécession dépassent très largement la problématique de l’esclavage.

        Lisez Lysander Spooner, un virulent abolitionniste (lire « The Unconstitutionnality of Slavery ») et opposant à la guerre de sécession (lire « No Treason »).

        @Jerome

        > quid de ses relations avec les banques

        Lincoln n’a été critique avec les banquiers que lorsqu’ils ont refusé de lui prêter pour la guerre.

    • Merci. J’allais rappeler à peu près les mêmes choses. Le mythe est sympathique, mais l’homme était détestable et beaucoup de ses mesures tout à fait liberticides.

  • Pas convaincu du tout par l’article. Avec une telle faiblesse argumentaire je jubilerais si j’étais dans le camps des étatistes.

    Pourtant la situation de la France ne manque vraiment pas d’arguments choc à même de convaincre.

  • Je suis particulièrement et même très favorable à cet article. Il fait preuve d’une grande lucidité et nous démontre les méfaits de la propagande. Depuis la révolution c’est comme ça, le peuple le plus riche de la planète et le plus libre s’est réveillé un matin en croyant qu’il était ruiné et dans les fers. Les Allemands l’ont bien compris quand ils se paient notre tête en disant que Dieu a créé la France comme un paradis et pour compenser cette injustice a créé les Français. Un homme est un esclave ou un fonctionnaire quand on lui supprime : le risque d’une décision, le prix des choses et la responsabilité d’une action, ce qui se traduit par l’enfer est pavé de bonnes intentions.
    (ST : il vous faudrait analyser l’œuvre et même le chef d’œuvre de Lincoln en dehors des commissaires du passé vrai. L’évènement historique et les personnages qui l’accompagnent ne sont pas faits que d’évidence qui n’apparait que par le petit bout de la lorgnette. Piste : Adress de Gettysburg)

    • @Homo-Orcus

      En l’occurrence, les « commissaires du passé vrai » considèrent plutôt Lincoln comme un saint et un grand homme, louant comme vous ses « chef d’oeuvres ». Le petit bout de la lorgnette comme vous dites, c’est de ramener tout Lincoln à l’abolition de l’esclavage, qui s’est imposé moins grâce à lui que malgré lui et par un concours de circonstance historique plus que par la volonté d’un homme, pour des raisons pratiques et stratégiques et non pour des idéaux.

      Le reste de l’héritage de Lincoln est assurément négatif (si tant est que les conditions de l’abolition de l’esclavage puisse être mises à son crédit étant donné qu’elles conditionnèrent la mise en place de la ségrégation pour un siècle), puisque l’héritage profondément libertarien de la révolution américaine fut définitivement enterré par la guerre civile. Jamais plus on ne revint en arrière et la croissance de l’Etat Fédéral dans les faits ne cessa jamais plus jusqu’à nos jours, aboutissant à un Etat Providence obèse et guerrier que l’on connait aujourd’hui, loin des valeurs des pères fondateurs de l’Amérique.

      C’est justement en prenant du recul que « l’oeuvre » de Lincoln parait bien critiquable.

      • Ah l’héritage libertarien ! L’esclavage : oh un léger détail mais qui aurait fini par se résoudre paisiblement avec le temps comme l’illustre l’histoire politique américaine jusqu’en 1860.
        hum…enfin, euh…

      • Ce n’est pas l’héritage de Lincoln qui est négatif mais la civil war. Si vous considérez que l’esclavage des noirs post civil war est plus violent, plus racial, c’est à dire celui pratiqué par les nordistes que celui des sudistes, alors je ferai l’effort de vous soumettre mes quelques déductions, sinon à quoi bon suivre une mauvaise piste dès le départ.

        • Quel esclavage post civil war ? SI vous ignorez le sens du mot esclavage alors effectivement nous sommes sur une mauvaise piste : après la guerre pouvait vendre les noirs, les traiter comme des marchandises ? Inutile de me parler de la ségrégation, etc. Je suis historien, je sais tout cela. La liberté c’est la liberté : c’est quelque chose en soi.

        • Et si Lincoln n’avait pas été assassiné, la Reconstruction n’aurait pas pris cette tournure intolérante.

      • Sauf qu’en adoptant la vulgate « rothbardienne » qui fait de Lincoln une sorte de despote vous trompez tout autant que ceux qui en font un saint. C’est une figure complexe, un homme de son temps qui a du gouverner dans des circonstances difficiles.

        Lui faire porter la responsabilité de la guerre ça se discute, lui faire porter la responsabilité de la ségrégation d’après la guerre c’est absurde.

    • Enfin un lecteur qui a lu mon article ! Malheureusement à la suite du premier commentaire tous les lecteurs, ou presque, se sont limités à donner leur sentiment sur l’action d’Abraham Lincoln. Dommage le sujet était plutôt l’esclavage des FRANÇAIS ! Ça, apparemment on s’en moque !!! Pauvre France !!!

      • > Malheureusement à la suite du premier commentaire tous les lecteurs,
        > ou presque, se sont limités à donner leur sentiment
        > sur l’action d’Abraham Lincoln

        Oups. Désolé …

        > Dommage le sujet était plutôt l’esclavage des FRANÇAIS !
        > Ça, apparemment on s’en moque !!!

        Je pense au contraire que tout le monde s’accorde sur ce point, et que c’est la raison pour laquelle les commentaires ont dérivés sur une discussion totalement en marge du sens de votre article, effectivement.

        Mais évidemment cette discussion, comme je le disais moi même dans mon premier commentaire n’enlève en rien au sens général de votre article que j’approuve comme je le suppose l’essentiel des lecteurs de Contrepoints.

  • C’est étrange… J’ai écrit récemment un article sur mon blog sur ce sujet, mais avec d’autres arguments.

    Cependant, je ne pense pas avoir le talent nécessaire pour une parution dans Contrepoints ^^

    Désolé pour le bruit.

  • @Dardanus

    On peut être raciste (en croyant à une supériorité de certaines « races ») sans être pour autant en faveur de l’esclavage. La ségrégation l’illustre assez bien.

    J’ai mis le lien vers Linconia en tant qu’information complémentaire intéressante pour mieux cerner le personnage.

    Après c’est vrai que des personnes ont besoin de symboles et de grands hommes même si la réalité est souvent moins séduisante.

  • si ca n’enleve rien au contenu, alors critique objective

  • Vous vous trompez gravement.

    Je me suis posé un tas de questions sur le guerre de sécession (car au collège les profs me répondaient jamais), j’ai donc lu pas mal d’études sur le sujet et plusieurs choses ressortent.

    1) Les nordistes n’ont pas fait la guerre au Sud pour l’esclavage, mais pour des raisons économique et de servitude (exactement comme l’Europe d’aujourd’hui tente de tous nous mettre la tête sous l’eau en disant que c’est pour notre bien).
    Les sudistes sont appelés rebel à cause de cela d’ailleurs, ils savaient ce que Lincoln et ses potes avaient comme projet, donc ils ont refusés.

    2) Lincoln qu’on présente comme un gars loyale était une pourriture finie juste bon pour la publicité de son image.
    Un exemple, voyant que les sudistes se rebellaient, il a signé un pacte (sorte de pacte de non agression) où les sudistes faisaient une concession sur un de leur territoire mais restaient libres et maitre sur le reste de leurs terres avec promesse de ne pas être attaqués.
    Pourtant ils se sont fait attaqués !!!
    (Exactement comme ils ont fait avec les indiens d’Amérique en signant des trucs pour être sûr que les indiens s’attendraient à rien avant de les assassiner dans le dos).

    3) Lincoln était dans la merde, les sudistes malgré moins de moyens tenaient tête aux nordistes.
    Il a donc eu l’idée de retourner les noirs contre les sudistes en faisant une propagande monstrueuse envoyant des gars monter la tête des noirs du sud.
    Seulement ca n’a pas marché comme il voulait, beaucoup de noir n’étaient pas dupe et étaient bien plus intelligent que Lincoln et ces amis nordistes ne le croyaient.

    4) Les nordistes ont donc été obligé de se faire financé (par certaines même familles qui ont financé hitler et israél par la suite).
    Et là il a pû reprendre le dessus et gagner.

    5) On a inventé que Lincoln était cool et réglo, qu’il avait fait cela pour les noirs contre les méchants racistes du sud…blablabla
    Seulement les documents d’époque prouvent que les sudistes noirs étaient payés EXACTEMENT le même salaire que les soldats blancs. En revanche les Nordistes eux payaient moins les soldats noirs que les blancs…(étrange pour un gars qui voulait l’égalité des noirs non ?) mais pire en plus d’un plus petit salaire, les nordistes faisaient payer les armes et chevaux aux noirs mais pas aux blancs…

    En réalité Lincoln était raciste, bien plus que le pire des sudistes.
    La vérité c’est que dire  » je me bats pour l’égalité des hommes » présentait mieux et présente encore mieux aujourd’hui, que de dire : ‘je veux ruiner tout le peuple, asservir tous les hommes, et pas seulement les noirs, mais aussi les blancs qui ne sont pas de mon niveau » (un peu comme le font certains aujourd’hui avec la finance entre autre).

    Il faut savoir que beaucoup de noirs du sud vivaient très bien, avec douches, bains, nourriture en quantité, repos, parfois même reconnaissance et adoption totale dans les familles (avec invitation dans les mariages et moments importants d’une vie, certaines bonnes passaient des moment relaxant avec leur maitresse.
    En revanche dans le nord les esclaves étaient dans des usines souvent, battu bien plus que dans le sud, avec très peu de nourriture et fallait même pas penser qu’ils puissent s’approcher et passer du temps avec leurs maitres….

    Aux USA pas mal d’étudiants noirs commence également à ouvrir les yeux et plus ils fouillent plus ca la fou mal…. ils vont tombé rapidement sur la vrai raison de la guerre de sécession qui n’est pas glorieuse.

    Cette guerre a été mené par les mêmes familles qui font aujourd’hui la guerre à sadam, bashar al Hassad….
    On leur envoie des gens pour faire pression et les faire plier à des requêtes…et s’ils refusent nos pays inventent des choses pour que l’opinion publique les suivent (ou pour en tout cas cacher la vérité, à savoir que c’est eux les coupables pour la corruption et l’argent).
    Ensuite ils font la guerre et puis à la fin ils nous inventent de belles raisons, de belles répercussions et tout les naïfs sont contents.

    Ne vous faites pas manipuler par Lincoln, et tous les autres aujourd’hui.
    Ils se servent de la naïveté, des bons sentiments des gens,…etc pour cacher les vraies raisons de leurs actes et les vraies conséquences dramatiques.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
le wokisme neo-racisme gauche
7
Sauvegarder cet article

L'obsession de la gauche radicale de tout centrer sur la race et le sexe a abouti à l'apothéose de la prochaine sortie du film The Woman King.

L’épopée historique est centrée sur le véritable royaume africain du Dahomey, qui existait pendant le partage de l'Afrique à l'âge des empires, entre 1800 et 1904.

Viola Davis incarne le général Nanisca, chef d'un groupe de guerrières composé intégralement de femmes baptisées les Amazones du Dahomey, alors qu'elle lutte contre les tentatives européennes de conquérir le royaume.

Oua... Poursuivre la lecture

Les pays occidentaux ont atteint une prospérité sans précédent. Nombreux sont ceux qui pensent que cette richesse est fondée sur l'esclavage et l'exploitation des pays non occidentaux. Ils partent du principe que « nous » nous sommes enrichis en pillant les pays pauvres et qu'il est donc de notre devoir de fournir une aide au développement et de verser une compensation pour les souffrances infligées.

 

Tromperie

Cependant, cette version de l'histoire est plutôt trompeuse. Il est vrai que les pays occidentaux ont exploré et ... Poursuivre la lecture

Par Michel Albouy.

Nourris à l’idée que la domination blanche impose ses règles de fonctionnement dans tous les domaines de la vie (de l’économie à la cuisine en passant par le code vestimentaire) aux populations dominées, ils estiment dans la lignée de l’approche marxiste que les populations souffrant de la domination blanche que l’économie de marché et le capitalisme ne sont que des instruments de pouvoir pour les asservir.

Au passage, certains économistes n’hésitent pas à affirmer que la richesse des pays occidentaux s’est co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles