Cheminées à foyer ouvert et bûcher des libertés

Afin de lutter contre la pollution, les feux de cheminée à foyer ouvert pourraient être bientôt interdits en Île-de-France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cheminées à Paris

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cheminées à foyer ouvert et bûcher des libertés

Publié le 4 février 2013
- A +

Afin de lutter contre la pollution, les feux de cheminée à foyer ouvert pourraient être bientôt interdits en Île-de-France.

Par Baptiste Créteur.

Cheminées à Paris

Dans la grande lutte des environnementalistes d’État contre la pollution et la liberté s’ouvre un nouveau chapitre : le combat contre les cheminées à foyer ouvert. Comme les transports individuels, les voyages en avion, les promenades en 4×4 dans la nature et les fruits et légumes exotiques, les feux de cheminée sont trop confortables pour être tolérables par les partisans d’un retour à l’âge de pierre – les feux à l’entrée des grottes en moins.

Pourquoi une mesure aussi radicale ? Simplement parce que notre bonne vieille cheminée classique, en apparence si écolo, émet, selon Airparif, l’organisme francilien chargé de la surveillance de l’air, pratiquement autant de particules fines dans l’atmosphère que… le pot d’échappement des voitures ! Selon Martial Saddier, député UMP de Haute-Savoie et président du Conseil national de l’air, cette décision est inéluctable si l’on veut assainir l’air que l’on respire : « À l’échelle d’une année, rien qu’en Ile-de-France, les cheminées à foyer ouvert sont responsables de 28 % des émissions de particules et ce taux monte à 50 % en plein hiver. » Le problème touche également les campagnes. « Dans nos vallées de Savoie, reprend l’élu, la moitié des émissions de particules fines sont liées toute l’année aux rejets des cheminées et aux feux de débroussaillement. « 

La mesure est inéluctable si l’on veut assainir l’air que l’on respire, et les environnementalistes ont décidé d’assainir l’air que l’on respire. L’assainissement du climat des affaires, l’assainissement des comptes publics et l’assainissement de la vie des citoyens pour leur permettre de vivre dans le respect de leur nature humaine ne sont, eux, pas à l’ordre du jour. Pas plus que la recherche d’une diminution de la pollution émise que le progrès technologique pourrait apporter.

Le mode de chauffage le plus primitif, le feu, est donc devenu trop polluant en regard des normes de plus en plus strictes que les plus chevronnés défenseurs d’une nature dont l’homme serait absent veulent lui imposer.

Reste qu’à moins d’aller frapper à toutes les portes pour vérifier qui fait brûler quoi et comment chez soi, l’arrêté préfectoral d’interdiction risque d’être difficile à appliquer. « Il n’est pas question de créer une police des feux de cheminée, mais d’alerter tous ceux qui utilisent ce moyen de chauffage sans connaître son impact », réagit Hélène Gassin, vice-présidente (EELV) du conseil régional d’Ile-de-France. « Mais, prévient-elle, il ne faudrait pas se focaliser sur la chasse aux foyers ouverts et laisser les particules de bois cacher la forêt du diesel. « 

Hélène Gassin considère donc qu’interdire, c’est alerter. Elle a la lucidité de rejeter l’idée d’une police des feux de cheminée, même si d’autres membres de son parti n’hésitent pas à demander aux Français de former une milice des logements vacants et que la notion de crime contre l’environnement pourrait faire une entrée tonitruante au panthéon du constructivisme.

Elle a également la lucidité de ne pas laisser un crime contre l’environnement en cacher un autre : mieux vaut traquer le citoyen quand il est assis au volant que quand il est assis au coin du feu. Ou plutôt, mieux vaut traquer les comportements actifs, ceux qu’on peut imputer à l’activité humaine plutôt qu’à l’inactivité humaine. On notera au passage que ce mode de chauffage, qu’on ne peut plus qualifier d’écologique, n’en demeure pas moins économique ; protection de l’environnement contre le grand méchant homme et protection de l’homme contre le grand méchant capitalisme, à défaut d’être priorisés par ceux qui nous dirigent, continueront de provoquer une surenchère liberticide.

Cette contradiction s’illustre déjà dans les choix énergétiques nationaux : l’énergie dite propre parce qu’on ne voit pas la pollution qu’elle génère coute plus cher en utilisant une ressource illimitée et gratuite que les énergies fossiles et nucléaire qui utilisent des ressources limitées et – à en croire les environnementalistes – bientôt rares et hors de prix. Les serviteurs de l’État ont donc la difficile tâche d’améliorer le pouvoir d’achat tout en étant contraints de prendre des décisions engageant l’ensemble des Français et les condamnant à payer l’énergie plus cher. De la même façon, il leur incombe également, de par les pouvoir qu’ils se sont octroyés, d’améliorer la compétitivité des entreprises tout en les condamnant à une augmentation d’un poste de coût non négligeable, surtout dans l’industrie, qu’ils cherchent pourtant à faire rester voire revenir en France.

Le caractère nocif des particules fines, qu’émettent également les moteurs diesel dont l’État a encouragé l’usage en France, est désormais admis par l’OMS ; la dangerosité des cheminées à foyer signalée, on pourrait considérer que les Français sont aptes à faire leurs propres choix. Mais que les Français puissent prendre les risques qu’ils choisissent en circulant sans casque, en ne faisant pas installer de détecteurs de fumée ou en appréciant la confortable chaleur d’un feu de cheminée à foyer ouvert n’est pas admissible par les constructivistes au pouvoir en France. Leur légitimité est d’autant plus forte et moins contestable que la déresponsabilisation progressive des individus les rend dépendants aux recommandations et interdictions émises par un État qui détruit autant de liberté qu’il s’arroge de pouvoir.

Cette déresponsabilisation des Français les empêche également de s’inquiéter du manque de responsabilité de l’État et de ceux qui le dirigent, alors même qu’ils sont censés présider aux destinées de plusieurs millions de citoyens. Ils conserveront donc longtemps le monopole de l’éthique et continueront à s’arroger le droit de dire ce qui est bien ou mal pour un individu, tout en donnant chaque jour la preuve de leur incapacité à intégrer et appliquer les raisonnements logiques et mathématiques les plus élémentaires. Quand les Français comprendront qu’une mesure soi-disant prise « pour leur bien » – individuel ou commun – n’en est pas moins liberticide ; qu’ils sont doués d’assez de raison juger par eux-mêmes de ce qui est bon ou mauvais pour eux, et seuls habilités à se fixer leurs buts et les moyens de les atteindre – dans la limite où ils n’enfreignent pas la liberté de leur semblables ; que l’État est à leur service et non l’inverse ; que la société n’est ni plus ni moins que la somme des individus ; et qu’il ne s’agit pas de savoir qui les autorisera à revendiquer leur propriété d’eux-mêmes et des fruits de leur travail et leur liberté, mais qui les en empêchera ; ce jour-là, ils seront prêts à vivre en hommes libres, prêts à vivre sur la Terre, prêts à s’épanouir et s’accomplir, à chercher et atteindre le bonheur. Ce jour-là, ils auront retrouvé la Raison.

Et si on reprenait nos vies ?

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Hitler, Staline, Pol Pot rt autres criminels contre l’humanité vont finir par être pris comme modèle pde développement par les écologistes. Ces derniers représentent une réelle menace !

  • On n’aura peut-être pas de contrôles mais soyons sûrs que si nous possédons une cheminée, elle sera taxée ! Comme il faudrait aussi interdire ou taxer les barbecues, tant qu’on y est.
    Nous sommes en pleine folie liberticide.

  • Pour moi, çà ressemble étrangement à l’affaire « ethylotest ». Un loobying a du être très actif. vendeur de d’insert ? vendeur de filtre à mettre sur les cheminées ? et au passage …. petite taxe en plus,

  • on peut être sur à 100% qu’il y a encore une histoire de fric la dessous ; histoire d’obliger ceux qui ont une cheminée à claquer du fric dans un autre mode de chauffage ;

  • Décidément dans ce pays ça devint de plus en plus n’importe quoi!On atteint des sommets de connerie!A quand la suite organisée par les politocards qui nous servent de gouvernants?Et qui se goinfrent ….

  • ouais ben , l’ex-URSS est largement depassee. Merci a tous ceux qui ont permis a ces degeneres de « gouverner ».

  • Fichtre à l’époque où l’on ne se chauffait au bois que de cancers il devait y avoir …
    Non ?

  • Comment pouvez-vous tenir de tels propos ?
    Vivez-vous en région parisienne ?
    J’ai pour ma part sous mes fenêtres une maison qui pour son agrément fait des feux de cheminée. Tout le voisinage profite des émanations noires et hautement toxiques qui s’échappent de son conduit de cheminée. Impossible de se barricader car les fenêtres sont au niveau et au dessus du conduit de cheminée.
    Instant convivial autour d’un feu de bois pour cette famille le jour de Paques et mes enfants ont du être hospitalisés en urgence (crise d’asthme and co).
    Donc non il ne s’agit pas de lobbying mais bien d’un réel problème de santé public en zone urbaine dense !!

    • Et bien portez plainte, stupide. Il y a déjà des lois pour réprimer l’empoisonnement du voisinage, quel qu’en soit la cause. Si ces lois ne suffisent pas, ne compter pas sur une nouvelle loi pour y pallier.

  • Je suggère après le projet d’augmenter la TVA sur le bois de chauffage (seule source d’énergie intégralement Française !) de taxer la respiration de chaque individu sous prétexte qu’elle est productrice de gaz carbonique. on n’en est plus à une imbécilité près: les crétins qui nous gouvernent ne savent décidément plus quoi inventer !!
    Il est question aussi de taxer les inserts qu’on a jusqu’à présent incité
    à acheter (crédit d’impôt) et de donner un « bonus » à ceux qui remplaceraient leur cheminée par des radiateurs électriques ( comme ça on continuera à faire des guerres en Afrique pour préserver notre approvisionnement en Uranium.) La stupidité n’a aucune borne, c’est très inquiétant .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Rainer Zitelmann. Un article de la Foundation of Economic Education.

L'un des arguments les plus fréquemment avancés contre le capitalisme est qu'il est le principal moteur de la pollution environnementale et du changement climatique.

Mais si l'on compare le classement des pays les plus performants en matière d'environnement établi par l'université de Yale avec l'indice de liberté économique de l'Heritage Foundation, une corrélation très différente apparaît.

Le classement de performance environnementale

Depuis plus de... Poursuivre la lecture

Par André Heitz.

À Marseille, le Congrès de l’UICN a adopté une motion, « Vers l’élaboration d’une politique de l’UICN sur la biologie de synthèse en rapport avec la conservation de la nature » qui, faute d’accord sur le fond, balaie le travail accompli précédemment.

#IUCNcongress #Resolution075 passed. Thus, @IUCN commits to an inclusive process, using approaches of participatory #technologyassessment in order to collect open questions on #GMO & #genedrives which will feed into a draft policy on #synthe... Poursuivre la lecture

entrepreneur
0
Sauvegarder cet article

Par Max Falque.

« Un entrepreneur environnemental est une personne qui trouve des moyens pertinents et novateurs afin de transformer les problèmes environnementaux en atouts, en recourant aux droits de propriété et au marché. » Laura Huggins, PERC, 2013

Une conférence internationale et un ouvrage

Si la protection et la gestion de l’environnement sont des objectifs partagés par tous, les moyens à mettre en œuvre font, en revanche, l’objet de points de vue divergents. En France le rôle de la puissance publique est capital, via la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles