Vous reprendrez bien un peu d’écocide ?

Publié Par h16, le dans Édito

Ce 22 janvier, vous allez sans doute entendre parler d’une initiative écologique, évidemment citoyenne, aux couleurs acidulées et aux slogans racoleurs dont le but est d’enfin donner ses lettres de noblesses à la lutte pour un environnement aseptisé de toute présence humaine. Comme on va le découvrir, le but de cette initiative est d’en finir une bonne fois pour toute avec la mollesse et la gentillesse pour faire passer le sort des petits animaux et des petites plantes avant celui des gros humains pollueurs…

Comme vous ne le soupçonnez peut-être pas, il existe une possibilité de pousser une loi sous le nez des parlementaires européens, autrement qu’en allant baveusement les lobbyiser ou distribuer des petits dessous de table discrets : il faut, pour cela, rassembler un million de signatures (électroniques notamment) sur une pétition. Il y a d’autres règles, comme le fait que le million de voix ne doit pas provenir exclusivement d’un seul pays, mais le principe reste qu’avec un grand nombre de citoyens, s’ils se mettent tous ensemble à gribouiller une feuille ou à rassembler des adresses email, on peut arriver à proposer un projet de loi aux députés européens.

Dans le cas qui nous occupe, la superbe et frétillante initiative citoyenne a pour but d’inciter fiévreusement la Commission Européenne à proposer une loi visant à pénaliser ceux qui rentrent dans le cadre d’une définition commodément floue de « crime contre l’environnement », pompeusement appelé écocide par cette tranche d’humanité qui n’en dispose pas d’un gramme et entend bien lui mettre un terme ; ainsi, est écocide tout ce qui est une destruction d’un écosystème, ce qui est particulièrement vaste quand on y réfléchit deux minutes. Heureusement, Valérie Cabanes, la porte-parole de « End Ecocide Europe », nous vient en aide et nous explique un peu ce que son groupe de fanatiques d’écologistes veut obtenir :

une loi visant à désigner pénalement responsables des personnes physiques qui se rendraient coupables de crimes contre l’environnement et à inciter les dirigeants, les entreprises et les banques à investir dans une transition énergétique qui saura mieux respecter l’Homme et la Nature.

nature is not always perfect

Boudiou, toutes ces petites phrases méritent qu’on regarde ça de plus près : ainsi, pour Cabanes, la loi doit trouver un moyen de cogner sur l’écocide, comme s’il n’existait rien par ailleurs, comme si toute la société n’était pas déjà chauffée à blanc, tous les jours qui passent, contre le méchant capitalisme qui détruit tout, contre la pollution des petites, des moyennes et des grandes particules provoquées par les méchants transports individuels, comme si chaque individu n’était pas constamment rappelé à l’ordre, depuis ses biscottes « bio » du matin jusqu’aux sacs poubelles spécial tri écologique du soir, et surtout comme si toute une imposante batterie de lois n’existait pas déjà, dans absolument tous les domaines imaginables, qui sanctionnent déjà lourdement tout manquement à la religion écologique…

Ainsi, pour Cabanes, la loi doit aussi inciter plein de monde à investir (lire dépenser de l’argent) pour, essentiellement, pomper moins d’énergie, tout en respectant l’Homme et la Nature (mais surtout la Nature, on l’a bien compris), ce qui se traduit très concrètement par une chasse permanente et systématique contre toutes les formes d’énergies qui permettent d’amener l’Humanité à des niveaux d’opulence et de confort inégalés dans toute son histoire. Au passage, on notera, dans l’explication fournie (reprise du site de promotion initial), que les banques ne sont pas des entreprises et méritent d’être mises dans une catégorie à part.

life : nature's way to keep meat freshBref, on comprend donc qu’il s’agit, dans tout ça, de reconnaître à la Grande & Belle Gaïahalléluhia des droits, c’est-à-dire de remettre le couvert pour cette idée assez incroyablement stupide comme je l’écrivais déjà dans ce billet de début 2011 (eh oui, le temps passe mes petits amis, le temps passe et les conneries écololubiques ne changent pas d’un iota, c’est effarant). Tout part de l’initiative de Polly Higgins, avocate anglaise mordue d’environnement et pas scientifique pour un rond de chapeau (ceux qui le sont ou le deviennent abandonnent rapidement ces fadaises). La Polly, c’est une de ces personnes parfaitement synchrone avec son temps et dont les chakras sont cordialement ouverts à toute proposition crédible de retour à l’animalité primale, avec feux de camps sympathiques mais en nombre strictement contrôlé, cueillette et chasse (mais dans des quotas bien délimités) et retour aux vraies valeurs essentielles de la misère, du dénuement et d’une espérance de vie réduite à 30 ans.

Bien évidemment, cette initiative ne serait pas totalement rigolote si elle n’était pas en plus parrainée par les habituelles excuses politiques et autres débris de l’une ou l’autre présidentielle dont l’aura ne doit rien à l’efficacité concrète mais tout à la ferveur compassée de médias gluants d’admiration, comme par exemple Efa Choly. Rien qu’avec ce genre de parrainages, on comprend qu’il s’agit ici de créer une nouvelle coercition, et que sous le prétexte ridicule d’un Droit à la Planète Propre qui ne veut, juridiquement parlant, rien dire sans introduire du collectif à la grosse louche, on va encore taillader un peu plus les libertés individuelles et ce d’autant plus facilement que les appareils qui en seront chargés sont éloignés de l’individu.

Eva Joly, une candidate sympathique & dynamique

Car il faut bien comprendre quelque chose : avoir une loi qui cherche, dans un même mouvement (fébrile), à s’occuper à la fois de la planète (la plus grosse entité dans laquelle l’Humanité a un sens) et de l’individu (la plus petite entité de l’Humanité), mais vise à construire un « monde qui place les gens et la planète en premier », c’est prétendre être capable de faire une loi opérationnelle, concrète et applicable couvrant 100% des activités humaines sur 100% des biotopes qu’il occupe (ou à peu près). C’est prétendre être capable de placer une limite dans ce qui est considéré comme une exploitation raisonnable d’un environnement, et de ce qui ne l’est pas, et ce, en 2013, alors que rien ne permet de déterminer si les définitions choisies d’environnement, d’exploitation ou de raisonnable seront les mêmes dans 10, 20 ou 100 ans.

Pondre une telle loi, c’est aussi donner la possibilité à n’importe qui d’attaquer en justice n’importe qui d’autre, pour à peu près n’importe quelle raison tant on comprend que les termes qui définiront la loi devront être flous sauf à saborder purement et simplement l’initiative, tant la notion même d’écocide est proprement impossible à saisir.

Derrière les meilleures intentions du monde (sauver les gentils bébés phoques, empêcher les méchantes multinationales d’empoisonner du monde parce qu’elles sont très méchantes, et protéger les plantes vertes connues et inconnues parce qu’elles contiennent, certainement, mille et un remèdes pour nous sauver du cancer et de la chaude-pisse), pousser cette loi, c’est clairement faire avancer d’un grand pas la cause de ce collectivisme redoutable qui entend annuler toute prise de risque, et renvoyer l’homme à sa condition animale la plus simple ; derrière ces grandes idées éthérées et ces beaux principes où le new-age se mêle aux odeurs d’encens bio pour un monde meilleur plein d’enfants qui courent dans la lumière du soleil, on trouve une envie systématique de définir pour les autres ce qui est bon ou pas. Et il n’y aura qu’à éplucher les commentaires des trolls égarés en bas de ce billet pour le voir : l’écologie moderne, ce n’est plus la recherche pour soi du meilleur moyen de cohabiter avec son environnement, mais c’est cette quête pénible imposée à tous de rentrer dans les cadres rigides d’un environnement défini par d’autres et pour d’autres, des idées d’humains dans une idée d’environnement.

Les prochains jours nous diront s’il existe un million de personnes suffisamment naïves ou, pire, suffisamment lucides et totalitaires pour vouloir ainsi directement imposer aux millions d’autres leurs peurs et leurs névroses diverses. Mais vous pouvez tenir pour sûr que ce genre d’initiatives ne sera pas la dernière : chaque fois qu’un groupe motivé pourra grignoter les libertés des autres à agir comme ils l’entendent, il le fera.

—-
Sur le web

Laisser un commentaire

    1. h16h16 Auteur de l’article

      Pfrtt. Un (1) volcan qui entre en éruption, c’est plusieurs dizaines de kilogrammes d’uranium radio-actif rejeté dans l’atmosphère. Des dizaines de Tchernobyle en quelques jours.

      Bref : on peut faire toutes les comparaisons qu’on veut pour prouver tout et n’importe quoi, surtout n’importe quoi.

      Reste les actes législatifs coercitifs basés sur du vent, de la peur, des névroses et le désir de contrôler les autres. Et là dessus, huemaurice5 n’a rien à dire. Il aime tendrement la coercition. Il chérit le pouvoir qu’il peut s’arroger sur les autres.

      1. @h16
        Les « plusieurs dizaines de kilogrammes d’uranium radio-actif rejeté … » ont même été évaluées, dans le cas de Eyjafjöll, à 600 tonnes (six-cent) d’uranium et 1800 tonnes (mille huit cent) de thorium (cf l’expansion en http://tinyurl.com/ay8plnj)

        Sinon, merci pour cet article comme toujours flamboyant.

        1. Le taux d’uranium radioactif (U235) dans l’uranium naturel (U238) est de 0,3%. Donc il n’y a pas « plusieurs dizaines » mais ***180 dizaines*** de kilos d’uranium radioactif rejeté lors de la seule éruption 2010 du Eyja-machin.
          Il faudrait lui coller à ce volcan un procès pour crime contre l’humanité, non mais !

  1. Ok, ces gens sont complètement à l’ouest.

    Mais avant de les classer définitivement comme « fanatiques » … la moindre des choses ne serait-elle pas de leur exposer tranquillement vos objections à ce projet par un des nombreux canaux de communication qu’ils ont mis à disposition, et d’attendre leur réponse ?

    1. Ils sont insensibles à l’argumentation logique, au logos. Ils sont sur le registre du pathos. On ne peut les convaincre avec l’argumentation, le raisonnement.
      Toute similitude avec d’autres groupe de « pensée » n’est évidemment pas du tout fortuite.

      1. Pur sophisme par pétition de principe.

        Si les libéraux se mettent à utiliser la rhétorique des gauchistes vulgaires, ils n’ont aucune chance de voir leurs idées se diffuser. Aucune.

        1. Vous devriez essayer de comprendre sa signification avant d’utiliser un mot que vous ne comprenez visiblement pas.

          Par exemple, « si les libéraux se mettent à utiliser la rhétorique des gauchistes vulgaires », est un splendide sophisme et « ils n’ont aucune chance de voir leurs idées se diffuser » en est un autre non moins éclatant.

        2. Connais-tu la signification du mot sophisme? Car mon post était tout ce que tu veux, mais ça ne peut être un sophisme. (je te laisse chercher la définition de ce mot sur le net si tu as un doute).

          D’autre part, je n’ai jamais vu un seul gauchiste prétendre que les libéraux ou autre jouaient sur le registre du pathos plutôt que du logos (c’est normal, car le pathos est justement leur spécialité).

          Enfin, il ne sert absolument à rien d’essayer de convaincre quelqu’un dont la source des opinions est le pathos, cela a même l’effet inverse (la frustration d’avoir tort sans l’admettre provoque le rejet de l’argumentation adverse et renforce les convictions erronées).

          1. Pour commencer, je dois dire que je ressens assez moyennement votre utilisation du tutoiement. Je ne vous connais vraiment pas assez pour ne pas y voir une marque de condescendance. Passons.

            Sur la pétition de principe, je maintiens ma position.
            Vous tentez de montrer qu’entamer le dialogue est inutile en recyclant votre hypothèse qui est que ces gens sont incapables de dialoguer.

            Ensuite, si les gauchistes ne prétendent pas que les libéraux sont dans le pathos, ils prétendent régulièrement qu’il ne sert à rien de dialoguer avec les libéraux, puisqu’ils sont de toute façon aveuglés par l’idéologie.

            Enfin, essayer de convaincre à tout prix quelqu’un qui ne cherche pas à attacher ses propos à la réalité des faits n’est, certes, pas très productif, mais cracher à la gueule de quelqu’un sur la base de simples soupçons l’est encore moins.

          2. « Pour commencer, je dois dire que je ressens assez moyennement votre utilisation du tutoiement.  »

            Et moi je ressens assez moyennement ton utilisation du vouvoiement.

            « Je ne vous connais vraiment pas assez pour ne pas y voir une marque de condescendance.  »

            Rien à voir: j’ai tendance à tutoyer ceux que je connais bien (ou les simples « habitués »), ceux que j’aime bien et ceux qui me tapent sur le système (trolls par ex., mais pas que: il y a aussi les régurgiteurs de pensée unique, entre autres).

            « Sur la pétition de principe, je maintiens ma position. »

            Et sur le « sophisme »?

            « Ensuite, si les gauchistes ne prétendent pas que les libéraux sont dans le pathos »

            Merci. That was my point.

            « Enfin, essayer de convaincre à tout prix quelqu’un qui ne cherche pas à attacher ses propos à la réalité des faits n’est, certes, pas très productif, mais cracher à la gueule de quelqu’un sur la base de simples soupçons l’est encore moins. »

            Puisque de toutes façons ce sont des causes perdues, autant en profiter ^^ :D

            Plus sérieusement, ça fait longtemps que j’ai arrêté de vouloir à tout prix convaincre, vu l’état de lobotomisation en France, ça revient à pisser dans un violon. Peut-être que dans 20 j’aurai changé d’avis et qu’une prise de conscience aura eu lieu, mais bon, faut pas rêver.

          3. Sur la pétition de principe, wikipedia la classe parmi les sophismes. http://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme#Liste_d.E2.80.99arguments_fallacieux si la qualification « d’argument fallacieux » vous convient mieux, soit, peu m’importe.

            Sur les causes perdues, je renvoie vous à ma réponse à Ilmryn. Pour aller plus loin, si pour vous il n’y a plus aucun espoir du côté du dialogue, je me demande où vous en trouvez (Non pas que ce soit impossible, au contraire. C’est juste que la réponse pourrait être intéressante).

          4. miniTAX : Avant d’entamer une autre discussion passionnée, il faudrait déjà finir celles qui sont en cours.

            Notamment, je vous attends toujours ici : http://www.contrepoints.org/2012/10/18/101097-les-vaches-font-du-dumping-energetique-reponse-a-pierre-japhet#comment-184956

            mais j’imagine que vous n’avez pas que ça à faire, qu’il y a des tonnes d’autres gens sur internet qui ont tord, et attendent impatiemment que vous veniez révéler l’étendue de leur bêtise.

          5. FabriceM : « Pour aller plus loin, si pour vous il n’y a plus aucun espoir du côté du dialogue, je me demande où vous en trouvez »
            ————————————
            Il n’y a aucun dialogue possible avec les escrologistes comme avec les cocos, c’est un fait, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a aucun espoir (une affirmation gratuite sortie de votre chapeau, comme dab).
            Il suffit de regarder l’Histoire et de réfléchir deux secondes pour le trouver, mais bon, vu votre manque manifeste de culture et d’imagination, je n’ai pas trop d’espoir.

            ————————
            FabriceM : « Avant d’entamer une autre discussion passionnée, il faudrait déjà finir celles qui sont en cours. »
            ————————
            Pourtant, elles étaient finies, closes, pliées. Je ne vois pas l’intérêt de poursuivre une discussion où tout ce que vous aviez à échanger, c’est votre inculture crasse (genre « les RNR en fonctionnement ont des puissances ridicules »), des contre-vérités flagrantes (genre « il n’y pas d’Etats « opérationnels » pour mettre en route les réacteurs classiques ») et des insinuations à deux balles (genre « les couts en capital et en opérationnel tout au long de la vie de l’engin ne se voient pas »). Pour débunker 1 à 1 toutes vos crétineries, il faudrait 6 vies.

          6. miniTAX

            Je n’ai pas dis qu’il n’y avait aucun espoir nul part, il suffit de prendre la peine de lire la parenthèse introduite spécifiquement pour éviter ce genre de confusion.

            Je n’ai pas de peine à imaginer des possibilités d’action ailleurs que dans les vaines tentatives de dialogue avec des personnes bornées (chose qu’on ne peut pas savoir d’un simple coup d’oeil, selon moi, et même si ça vous semble terriblement stupide). Ce qui m’intéresse, c’est de connaitre la voie choisie par mon interlocuteur. Pas pour le juger, juste pour orienter la discussion sur du positif. Je ne traine pas ici pour casser du libéral pour la gloire d’un parti, ou d’une cause prétendument plus grande que moi.

            Sur la discussion en cours, je maintiens que les puissances des réacteurs 4G sont très insuffisantes comparé à ce qu’on en attend (Le BN 600 ne compte pas .. il tourne à l’U235, et le réacteur indien de 500 MWe n’est pas encore en route) Je maintiens qu’à l’heure actuelle, on peut sérieusement douter que les conditions requises pour le déploiement massif de REP « classiques » soient réunies. Je maintiens que jusqu’ici, vous avez n’avez pas fait mieux que l’escrologiste de base, quand il s’est agit d’aborder la rentabilité des technos dont vous faites la promotion.

            Et je répète que je ne demande qu’à vous croire, et que si ce n’est pas le cas, ce n’est que parce que les arguments que vous avancez sont insuffisants. Signe de ma bêtise, ou de votre incapacité à dialoguer sereinement, ce n’est pas à moi de le dire.

          7. FabriceM: « Sur la discussion en cours, je maintiens que les puissances des réacteurs 4G sont très insuffisantes comparé à ce qu’on en attend »

            Je reconnais la bonne volonté et la discussion est intéressante.

            Mon point de vue libéral qui est je pense partagé est le suivant:

            Nous n’avons pas de solution spécifiques pour tout les problèmes du monde il s’agit seulement de laisser l’humanité évoluer au maximum de ses capacités d’innovation, d’invention et d’efficacité. Nous avons des modèles qui marchent, des démocraties semi-directe peu endettée (pérennes) dotés d’états efficaces et qui sont parmi les plus libéraux.

            Pratiquement sur le domaine technologique Il est clair qu’on ne peut pas doter le monde actuellement de nucléaire et il n’y a pas de solution écologique satisfaisante au problème global de l’énergie –pour le moment–. Par contre avec le niveau de vie vient l’attention portée à l’environnement et la diminution de la natalité. (seul l’immigration nous donne un solde positif)

            Dans un cadre de liberté et de commerce la richesse se diffuse il n’y a qu’à jeter une œil sur les statistiques, les chinois se mettent à exporter le travail et seul des systèmes politiques pourris et contraignant sont un frein à l’accroissement du niveau de vie.

            La combinaison de progrès (Et nous en faisons des vrais sur tout les plans écologiques) de diffusion de richesse et donc de diminution ou stabilisation de la natalité mène à terme à une solution « par le haut » il suffit de ne pas paniquer et ne pas confondre le présent avec l’immuabilité et la fin de l’histoire. (Qui permet d’emprunter au générations qui viennent ou ce jeter dans de mauvaises solutions technologique)

            Le pari est sur le capital humain, le contraindre et le museler ne fait que prolonger la période de transition peut-être même sur de très longue période et on ne parle pas des « accidents de parcours » que des états s’effondrant économiquement comme la France pourraient générer: Régression, appauvrissement, interdiction de certaines technologies ou pistes possible, forçage dans des solutions contre-productives voir civilisation orwellienne sous prétexte de sauvegarde etc. etc.

          8. FabriceM : « Et je répète que je ne demande qu’à vous croire, et que si ce n’est pas le cas, ce n’est que parce que les arguments que vous avancez sont insuffisants.  »
            ———————–
            Le problème, c’est que vous balancez n’importe quoi en prétendant que c’est du scepticisme alors que ce n’est que de la paresse et de l’indigence intellectuelle.
            Il faut être d’une extrême bêtise pour insinuer que la rentabilité des REPs resterait à prouver alors qu’elle a été confirmée par des décennies de réalité, par le fait que la France a l’électricité la moins chère d’Europe, que le coût de l’électricité en Allemagne ou au Japon a explosé suite à la fermeture des centrales nucléaire, que le Danemark a l’électricité la plus chère d’Europe « grâce » aux moulins à vent, que la Chine construit des dizaines de centrales nucléaires malgré l’abondance de charbon réputée la source d’électricité la moins chère, que même les pays du Moyen-Orient commandent des centrales nucléaires en nombre, que les centrales nucléaires apportent une montagne d’argent à ses opérateurs chaque année (il n’y a qu’à voir le cash flow généré par le nucléaire chez EDF, EON, Excellon et même Tepco)… Bref, la rentabilité de l’électricité nucléaire un FAIT confirmé de manière massive et incontestable par ses millions de techniciens et vendeurs, il suffit d’ouvrir les yeux pour constater.
            Tandis que vous, qui accusez les autres de ne pas avoir de « preuves insuffisantes », vous avez apporté quoi comme preuve ? Que dalle, tout ce que vous avez, c’est des affirmations péremptoires et des insinuations débiles, sans avoir la moindre idée du sujet ni fait la moindre démarche intellectuelle de se renseigner un minimum. C’est vous qui accusez, donc c’est à vous d’apporter des preuves de culpabilité, pas à l’accusé de prouver son innocence. Innocent tant que non prouvé coupable, même ce raisonnement de base ne vous a traversé l’esprit, c’est ahurissant de bêtise !
            Tant qu’à faire, pourquoi ne pas demander à ceux qui construisent des ponts ou plantent du blé de « prouver » que ce qu’ils font seraient rentables, puisque, si on suivait votre logique, il suffit troller comme un porc en balaçant des accusations en l’air pour « dialoguer ». Si c’est pas du foutage de gueule, il faudrait me dire comment ça s’appelle.

          9. Je n’ai jamais douté que de la rentabiltié du nuclaire 4G, celui qui vous permet d’affirmer que l’humanité ne manquera jamais d’énergie à l’échelle de ce siècle et plus encore. C’est vous qui affirmez que tout ça est dans les cartons et prêt à servir, c’est vous qui devez prouvez que ce qu’il y a dans les cartons, ce ne sont pas que des gros jouets pour scientifiques.

        3. FabriceM: « Si les libéraux se mettent à utiliser la rhétorique des gauchistes vulgaires, ils n’ont aucune chance de voir leurs idées se diffuser. Aucune. »

          J’ai posté très respectueusement tout les liens afférents au dernières recherches sur ce blog vert über-bobo sur BFMTV:
          http://www.bfmtv.com/economie/opinion/green-business/

          Réponse « n’importe quoi » et tous mes commentaires (une bonne vingtaines sur divers articles) effacés. Les commentaires sont d’ailleurs fermés sur le dernier article.

          1. Ca, c’est ce que vous avez vu.

            Ce que vous n’avez pas pu voir, ce sont les réactions des gens tombés la par hasard, et auront vu d’un côté quelqu’un qui tente d’enrichir le débat par l’apport de données factuelles, et de l’autre des moutons enragés qui rejettent spontanément tout ce qui ne conforte pas leurs a priori.

            Mon raisonnement, c’est de dire que si le fait d’éviter tout débordement d’agressivité dans le dialogue avec des personnes très engagées n’augmentera que de très peu les chances d’aboutir à un retournement idéologique complet, cela aura beaucoup d’effets positifs sur les observateurs neutres ou faiblement persuadés, qui constituent la majorité.

  2. Moi, je me suis régalée, comme d’habitude avec les billets d’H16.

    Dans leur future loi coercitive, liberticide, totalitaire (à choix), il faudra que ces joyeux rigolos songent à classer les plus fréquents crimes contre l’environnement: le tabassage systématique des moustiques et des mouches, l’écrasement (ah, involontaire, là, il faut l’admettre) des nombreuses fourmis et autres insectes sous nos semelles. Et qu’ils n’oublient pas les pauvres petits acariens qui finissent dans l’aspirateur ou noyés sous la douche, hein.

  3. Vaste sujet que celui de l ecolobobo shoote au socialisme ! Toutefois cela me decolle le neuronne à chaque fois : peut on etre libre dans un monde plein de produits fluo, avec de l air pourave et de l eau au gout de chiotte ? Pour moi c est l evidence que non.

    1. Gollum: « avec de l air pourave et de l eau au gout de chiotte ? »

      L’air de moins en moins (Sans comparaison avec la révolution industrielle) quant à l’eau faut vraiment avoir peur de rien pour la sortir celle-là vu les centaines de siècles pendant lesquels nos ancêtres buvaient et cuisinaient avec de l’eau infestée de parasites de bactéries et de purin.

      La clairière de Bambi avec l’eau fraiche c’est un dessin animé.

      Gollum: « peut on etre libre dans un monde plein de produits fluo, avec de l air pourave et de l eau au gout de chiotte ? Pour moi c est l evidence que non. »

      On peut être bien plus libre avec bien moins de chômage et des services publiques qui marchent et ne vous endettent pas jusqu’au trognon. Dans certains pays (les plus libéraux et démocratique) ça fonctionne très bien.

      Et vu la démographie négative dans les pays développé l’évolution d’un monde libre et prospère serait tracée dans le bon sens.

      Quant à la santé on vit bien mieux et plus vieux, si c’est « le fluo » qui fait ça pourquoi pas.

      1. Effectivement, parler de l’eau au goût de chiotte de nos jours, il faut vraiment être complètement lobotomisé. Encore un ravage manifeste de l’Edulcoration Nationale.
        Pour la petite histoire, si nos anciens avaient inventé le pinard, c’est entre autre le seul moyen pour avoir à portée de l’eau stérile. Ils avaient le choix entre crever de diarrhée ou crever de cirrhose. C’était tellement festif avant que le progrès ne vienne tout gâcher.

      2. L eau cuite est bonne ! Reste en effet que l eau etait encore pire dans les villes, pas dans les campagnes. A moins de prendre son eau dans la porcherie…chose que ne faisaient pas les anciens. Vous etes prof d histoire ou d eco ? En tout cas, prof….pour faire la leçon et la morale aux autres.

        1. Gollum: « pas dans les campagnes. »

          Vous n’avez jamais rien lu la dessus avouez ?

          Dans les campagne pendant des siècles les animaux étaient étroitement mêlés à la vie humaine, les poules, moutons, vaches dormaient quasiment dans la même pièce (chauffage), le puits quand il y en avait n’étaient souvent pas très profond et les déjections animale mêlées à celle des hommes se retrouvaient avec les ruissèlements dans l’eau et dans la nourriture.

          L’eau nécessitant souvent d’être portée (y compris pour les animaux) était de plus rationnée, l’eau de décrassage du matin servait aussi à nettoyer la table et le sol.

          L’ignorance scientifiques n’améliorait pas la situation. Le moindre cous d’eau servait de dépotoirs ou de toilette. La bonne soupe « à l’ancienne » remplie de parasites et de bactéries aurait toute les chances de vous coller une schistosomiase ou une dysenterie mortelle. (Sans habitude et sans médicament)

          Si un jour vous avez l’occasion de voyager dans le temps, prenez votre bouffe et votre eau avant d’aller visiter les « bon paysans qui vivent à l’ancienne ».

          1. Ok, je rend les armes vous êtes trop fort ! Ilmryn et minitax je n ai rien contre vous… J aime le liberalisme, ma vision n est toutefois pas la meme que la votre. J ai l impression d entendre des socialistes cultivés et qui aiment le prouver aux autres, mais pas des hommes libres ! Vous êtes caché dans l histoire, dans la citation, dans le grand monde des mots en latin et surtout très dépendant de votre patrimoine gagné grace au socialisme. Un homme libre n a pas besoin d argent. J ai l impression qui faut être riche, intelligent et faire des arguments à la con pour ressembler à votre idée du libéralisme. Pour moi vous salissez l essence même de la beauté de cette philosophie.

          2. Gollum: »J ai l impression qui faut être riche, intelligent et faire des arguments à la con pour ressembler à votre idée du libéralisme. Pour moi vous salissez l essence même de la beauté de cette philosophie. »

            Que vient faire ce fatra complètement hors sujet avec le fait que l’eau était historiquement insalubre (Ce qui est un –fait– aisément vérifiable dans n’importe quel archive, histoire, étude) et qu’elle est bien meilleurs actuellement ?

      3. C’était il y a de cela une quinzaine d’années, lors d’une émission à la télé.
        Je me souviens de l’écolo-moustachu de Bègles qui, après voir déballé son leitmotiv : air pollué, eau pourave (pour utiliser à mon tour ce mot charmant), nourriture infecte (malbouffe, selon le mot issu du josébovisme, tendance écologiquement proche de celui de BigMoustache), avait été remis à sa place par le Pr Étienne-Beaulieu.
        Ce dernier avait simplement et calmement – malgré les tentatives de son interlocuteur qui avait cherché à l’interrompre – posé la question suivante : « Dans de telles conditions de vie aussi défavorables, comment pouvez-vous alors expliquer le fait que l’espérance de vie ne cesse d’augmenter en France ? »

        1. @JG2433
          Effectivement, la hausse constante de l’espérance de vie, c’est bien le gros clou dans les chaussures des escrologistes.
          Et ça, ils le savent très bien, alors soit ils balaient ce fait qui fiche en l’air leur religion sous le tapis, soit ils sortent une exception à la noix pour tenter de réfuter la règle générale.
          Il y a encore 1 an, leur unique argument, c’est de dire que l’espérance de vie commence déjà à stagner aux USA, en se basant sur les chiffres de la seule année 2008. Manque de pot pour nos propagandistes, il se trouve que le CDC américaine s’était trompé dans les stats et a corrigé depuis ses chiffres. Donc aux USA comme dans n’importe quel pays riche, l’espérance de vie continue à augmenter imperturbablement, malgré tous les pronostics de malheur de nos prêcheurs d’apocalypse. Ce fait qui dérange, bien évidemment, on ne risque pas de les entendre en parler alors qu’au contraire, ils auraient dû le célébrer en grande pompe, preuve qu’ils savent parfaitement qu’ils mentent en colportant du catastrophisme.

      4. @Ilmryn
        « L’air de moins en moins (Sans comparaison avec la révolution industrielle) »
        Je plussoye … et encore moins sans comparaison avec l’époque juste avant (la « révolution »). Lire « Le miasme et la jonquille » d’Alain Corbin ou, en plus facile, le roman « Le parfum » qu’en a tiré Patrick Süskind suffit à s’en convaincre.

        1. Désolé, j’avais un retour d’écocide !
          Dans le parfum, grenouille a un nez très développé : comme moi.
          Espérons que je ne finisse pas comme lui attaqué par de vilains libéraux en soif d’idéal….
          A en croire vos sources on va en prendre pour 150 ans de vie… j’espère qu’avec cette super longévité, l’humain va acquérir la sagesse de vivre en harmonie avec les autres et sa planète. Et non pas comme dans Globalia, une planète dirigée par des vieux croutons capitalistes qui ne pannent rien à la vie et qui enferment leurs sujets dans une bulle de verre… j’ai aussi de la culture, ne vous en déplaise, fait le tour du monde, je parle 3 langues et je suis venu au monde, riche, en plus je suis un beau male musclé qui plait au femmes. Contrairement à Karl Marx, je crois que la richesse est à l’intérieur de chaque être et n’est pas la propriété de l’Etat. Cependant, je remarque que le libéralisme ne développe pas cette prise de conscience chez l’humain. Je crois que je vais créer mon nouveau groupe politique, car je ne rentre pas dans votre doctrine…

          1. @Gollum,
            Karl Marx est mal placé pour parler de richesse (c’est un parasite sans le sous). Gollum est mal placé pour parler de culture.
            Soit dit en passant, la beauté, la richesse et même la conscience ne sont pas du tout antinomiques avec le libéralisme, le saviez-vous ?

            Et au fait, j’ai un autre scoop pour vous : dernièrement, les salauds d’humains victimes des tremblements de terres, des tsunamis et des ouragans m’ont dit que la planète est une vraie salope. Alors votre histoire de « vivre en harmonie avec la planète » a presque failli me faire rire… si elle n’était pas aussi pathétique. En tout cas, je ne sais pas ce que vous fumez mais c’est pas de la bonne.

          2. Pas d accord, marx etait bien un con, mais il etait riche au depart. Je ne sais pas ce qui vous permet de juger les autres, meme si cela peut etre vrai….et on peut etre un genie fou sans drogue, un drogué intelligent, ou meme un liberal con. Je suis heureux d entendre que le liberalisme est compatible au developpement de l humain et effectivement mes theories peace and love ne sont pas realistes…maintenant, avouez que de critiquer tout le temps n est pas tres productif. Meme si les arguments se tiennent, une certaine lassitude, frustration se cree, au point de se demander la raison de tous ce fatra…ecocide ?

  4. Le problème est qu’en France l’écologie a été phagocytée par le socialisme… je pense qu’on peut être libéral et écologiste, ce n’est pas incompatible.

    1. Merci je me sentais lobotomisé par des puristes de l histoire et du liberalisme…moi c est l eau ! Mais, peut etre que demain je serais plus riche en vendant de l eau pure que de l or….à mediter !

          1. Gollum : « fonctionnaire quoi »
            ————————
            Moi, prof ? Et fonctionnaire en plus, ha ha ha !
            Pauvre garçon, vous êtes complètement à côté de la plaque.
            Voilà comment l’Ednat a formé ses victimes : à raisonner avec des spéculations gratuites, des idées fausses et des conclusions préétablies, de parfaits réceptacles pour la propagande officielle.

            Il va vous falloir fréquenter Contrepoints bien plus assidument pour remonter la pente, Monsieur l’eau-au-goût-de-chiotte.

    2. L’écologie, c’est une branche de la science obéissant aux mêmes règles de la démarche scientifique. Elle est apolitique (pléonasme) et amorale.

      À ne pas confondre avec

      L’écologisme qui n’est qu’une idéologie politique, très souvent radicale (« deep-ecology » des Anglo-saxons) et pseudo-scientifique et moralisatrice.

      « Mal nommer les choses, c’est rajouter au malheur du monde. » Albert Camus

  5. Maintenant , comme le réchauffement climatique anthropique est officiellement reconnu comme faux, je propose une pétition comme quoi:
    tous les GIEC & Co , rechauffistes connus rendent tous l’argent reçu depuis 10-15 ans par la propagation des idées fausses et fallacieuses .

  6. Moi qui ne suis qu’une pauvre petite grand mère libérale, je suis assez effarée par M.FabriceM qui semble essayer de faire semblant de comprendre quelque chose à l’économie, la science, l’écologie ( bases Wikipédia ) une démarche politico ecolo, dur !N’oubliez pas cher ami que les vrais savants sont modestes et respectueux des autres, pas jaloux (quoique !)tout le contraire de votre argumentation idiote, RV dans 10 ans( si je suis encore là! ) et nous verrons si les oiseaux de mauvais augure écolos, syndicalistes (je ne dis pas de gauche il n’y a que cela ) n’auront pas été balayés. Bien qu’avec l’inculture générale sauront t ils encore lire ou écrire car le problème c’est bien l’inculture, mélangée à quelques Zap sur internet + beaucoup d’aigreur et de jalousie. Sur ce restons Zen

    1. @ mamymumu
      Les « oiseaux de mauvais augure » se recycleront, hélas. La principale caractéristique des opportunistes est la capacité à rebondir. Voir à quelle vitesse le mouvement écolo s’est développé, après la chute du mur, en recyclant les extrémistes sans sujet …

    2. Madame, vous voilà donc soulagée. C’est très bien. Mais la prochaine fois, vous feriez mieux de crier un bon coup devant votre bureau. Ca aurait le même effet, tout en prenant moins de temps.

  7. nous n’entendons pas les verts pousser pour le canal à grand gabarit qui avait été déclaré d’utilité publique par Nicolas Sarkozy…. et pourtant ça devrait être une avancée formidable contre la pollution: ils sont donc les premiers écocides !

  8. Tout se recycle, même les cocos: peignez les en vert et ca fera une pastèque, rouge dedans et vert dehors… Dans très peu de temps, on verra des Vishinsky présider de grands procès où des criminels dans mon genre termineront en pyjama rayé (en coton équitable) à cultiver des tomates bio dans des fermes de rééducation…on est mal barré avec ces khmers verts…