Fuite de gaz de Rouen : on a connu le gouvernement plus bavard

Le gouvernement, habituellement loquace pour vanter ses réformes, a semblé bien muet pour informer les Français des dangers liés aux fuites de gaz de Rouen.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fuite de gaz de Rouen : on a connu le gouvernement plus bavard

Publié le 26 janvier 2013
- A +

Le gouvernement, habituellement loquace pour vanter ses réformes, a semblé bien muet pour informer les Français des dangers liés aux fuites de gaz de Rouen.

Un billet d’humeur du Parisien Libéral.

On a de la chance avec ce gouvernement. Il est transparent et adore communiquer. Prenez le mariage pour tous. Combien de fois avons-nous entendu Najat Vallaud-Belkacem sur le sujet ? 10 fois ? 20 fois ? Et sur l’antisémitisme sur twitter ? Et sur les problèmes de désignation d’un chef à l’UMP ? Et sur le caractère démocrate ou non de la Russie de Poutine ?

En revanche, quand il s’agit d’alerter les Français d’un risque sanitaire majeur, il n’y a plus personne.

Attention, évacuons tout de suite un faux procès. Il ne s’agit pas (encore) d’accuser le gouvernement d’avoir provoqué un accident et d’être responsable. Il s’agit uniquement de noter que, quand on regarde la communication officielle autour de la fuite de gaz de l’usine chimique Lubrizoil de Rouen, on se dit qu’on a connu plus bavards. Et comme le notent les Centristes, Démocrates et Indépendants de Rouen, on a du mal à suivre ce que le gouvernement entend, au final, par principe de précaution.

21 janvier à 13h10 : la préfecture de Seine Maritime sait qu’il y a une fuite de gaz dans une usine [classée Seveso] (source 76actu).

22 janvier à 8h54 : selon le Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (Cogic) de la sécurité civile, ce gaz n’est pas toxique (source Dépêche du Midi).

22 janvier à 12h21 : des stadiers de l’OM sont malades et vomissent (source La Provence).

22 janvier à 22h16 : personne n’était en mesure de donner la quantité exacte de produit libéré par l’usine, pas plus que les concentrations d’éthylmercaptan dans l’atmosphère (source Libération).

22 janvier à 22h32 (UK)/23h32 (FR) : Emergency officials in southern Kent advised residents « to keep doors and windows closed due to a gas cloud » (source BBC).

Ah ? C’était dangereux, au final ? Désolée, j’étais à Berlin.

23 janvier à 7h24 : la ministre de l’écologie Delphine Batho a annoncé qu’une enquête administrative sera ouverte sur cette pollution (source Paris Normandie), mais toujours « pas de risque pour la santé ». C’est répété sur le site du gouvernement, alors qu’ils ne savent pas quelle quantité de gaz a été relâchée.

23 janvier à 14h00 : le parquet a ainsi ouvert une enquête pour « mise en danger de la vie d’autrui » (source Le Monde).

24 janvier à 11h10 : la Place Beauvau et le Ministère de l’Écologie ont annoncé qu’ils considéraient comme nul le risque pour la santé humaine (source Les Échos).

Christian Sommade, délégué général du haut-comité français pour la défense civile, note sur Atlantico que le système d’alerte français est obsolète et qu’il n’y a pas de moyens de prévenir les Français en temps réel. Cette excuse est un peu légère car la place Beauvau, quand elle veut retrouver quelqu’un, sait comment le faire, tout comme elle a les moyens techniques de savoir qui se trouve où, grâce à un dispositif liberticide de flicage des gens, adopté par la précédente majorité, critiqué par les socialistes et renforcé depuis. Valls, qui dit vouloir lutter pour la sécurité des Français, il était où ?

Si les Israéliens arrivent à envoyer des SMS aux téléphones portables des Palestiniens se trouvant à proximité d’une cible terroriste pour leur dire de s’éloigner, la France, qui valide la vente de systèmes de surveillance partout dans le monde, n’aurait pas les capacités techniques de faire de même ?

Et quand un gamin est enlevé, n’y a t-il pas un message sur les radios publiques tous les 1/4 d’heure ?

« Est-ce normal que la population de Rouen jusqu’à Paris soit avertie par Twitter ? »

On aurait tort d’accepter que le gouvernement veuille réguler Twitter. Nous avons au contraire besoin d’une information décentralisée et libre, puisque le gouvernement, malgré ses relais, vient de prouver qu’il n’avait pas su remonter et diffuser efficacement de l’information. Jusqu’à preuve du contraire, Twitter, entreprise privée californienne a offert un meilleur service au public que le gouvernement. Et ceci n’est pas uniquement l’analyse d’un libéral/libertarien dogmatique, mais aussi et surtout le constat d’une députée normande EELV, Isabelle Attard.


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Lamentable en effet !

  • vous n’avez pas d’autres sources?

  • Merci de ce très bon exemple. Il y en a des milliers d’autres malheureusement. On en est au point aujourd’hui, où il semble que les priorités du gouvernement, mais je devrais dire plutôt d’une partie de nos responsables politiques et publics en général, n’est plus de remplir les missions qui justifient leur présence, mais de rendre impossible tout retour en arrière ou toute contestation de leur pouvoir.

  • Bref on se croirait revenu au temps des samizdats…Ou de Tchernobyl!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

La crise énergétique européenne de ce début 2022 est d’une gravité qui n’avait plus été connue depuis les chocs pétroliers des années 1970.

Mais contrairement à ce que la Commission Européenne tente de nous faire croire, les causes de cette crise ne sont pas principalement externes à l’Europe, et le conflit russo-ukrainien est loin d’en être la cause déterminante.

Depuis plus de 10 ans la Commission européenne n’a aucune stratégie ni aucune vision pour assurer à la ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Le 20 mai 2022, l’émir du Qatar, Tamim bin Hamad al-Thani, a été chaleureusement accueilli lors de sa visite d’État à Berlin. L’Allemagne qui quémande du gaz ne pouvait pas faire moins quand on sait que le jour où Vladimir Poutine a annoncé la reconnaissance des républiques pro-russes du Donbass, le Qatar avait fait savoir qu’il avait des obligations avec des clients en Asie et qu’il n’y aurait pas assez de gaz pour satisfaire la demande des pays membres de l’UE. Le pays exporte à son maximum, tant la demande en ... Poursuivre la lecture

L’Union européenne (UE) est parvenue à un accord sur l’embargo du pétrole russe. Ce sujet qui avait occupé les discussions au sein de l’UE depuis des semaines débouche sur un résultat concret.

En effet, une interdiction d’importation touche le pétrole qui arrive par voie maritime — environ les deux tiers des importations — mais pas le pétrole par oléoduc. De plus, la Pologne et l’Allemagne se sont également engagées à mettre fin aux importations par pipeline, ce qui signifie que 90 % du pétrole russe sera bloqué.

La Hongrie a be... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles