Du beurre néo-zélandais à Cuba ?

Les importations de l’économie cubaine sont faites en dépit du bon sens. Pour profiter à quelques oligarques du régime communiste ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013393 Cuba

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Du beurre néo-zélandais à Cuba ?

Publié le 25 janvier 2013
- A +

Les importations de l’économie cubaine sont faites en dépit du bon sens. Pour profiter à quelques oligarques du régime communiste ?

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Le poulet vient du Canada, l’étiquette du sel indique qu’il provient du Chili, le mojo créole est « made in USA » et le sucre est du Brésil. Une petite vache hollandaise est peinte sur le tetra pack de lait, le jus de citron a été préparé au Mexique et les hamburgers annoncent en grosses lettres qu’ils sont « cent pour cent bœuf d’Argentine ». Sur l’emballage du fromage, il est précisé que c’est du gouda en provenance d’Allemagne, des caractères chinois expliquent l’origine des biscuits, tandis que le riz a été cultivé dans les terres humides du Vietnam. L’étranger nous submerge !

C’est pourquoi j’ai demandé à une amie économiste pourquoi le beurre de la boutique du quartier voyageait depuis la Nouvelle Zélande. « Ne peut-on pas produire nous-mêmes un aliment aussi basique ? » et j’ai insisté : « Sinon, n’y a-t-il un endroit plus proche d’où le faire venir ? ». La jeune diplômée de l’Université de La Havane m’a répondu avec l’expression qui sert de titre à une émission humoristique : « Laisse-moi te raconter… ». Et elle m’a expliqué qu’à la fin de ses études, on l’avait affectée pour effectuer son Service Social, dans un service rattaché au Ministère de l’Industrie Alimentaire. Elle avait tout de suite noté les grosses factures de fret payées pour transporter des marchandises de pays éloignés. Le directeur lui avait alors apporté une liste de ces factures parmi lesquelles figurait le lait en poudre importé d’un lointain pays d’Océanie. L’homme s’était raclé la gorge avant de lui  expliquer : « Ne te mêle pas de ça car il paraîtrait que cette fabrique est la propriété d’un hiérarque cubain ».

Cela ne me surprendrait pas que des individus bien positionnés dans les arcanes du pouvoir de cette île possèdent sous des noms d’emprunt des industries à l’étranger. Il en résulterait qu’en plus, chose tout aussi inacceptable, on privilégierait l’importation depuis ces entreprises de préférence à d’autres plus proches et meilleur marché. Si bien qu’une partie de l’argent des coffres nationaux finirait dans les poches de quelques-uns, également nationaux, ceux-là mêmes qui décident où acheter. Comme si un habile illusionniste faisait passer sans qu’on le voit une liasse de billets de sa main gauche vers sa main droite. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles certaines marques, vraiment mauvaises et aux prix exorbitants occupent les rayons de certaines boutiques. Le vieux truc consistant à acheter à soi-même, entraînerait le pays dans des dépenses excessives qui asphyxieraient les produits nationaux de meilleure qualité et moins chers.

Je sais bien cher lecteur que ceci n’est peut-être que le fruit d’une grande paranoïa de mon amie… et de moi-même, mais j’ai l’espoir qu’un jour on saura, tout se saura.


Sur le web – Traduit par Jean-Claude Marouby

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Ces remarques sont étranges sur Contrepoints: bien sûr que Cuba pourrait faire son beurre (au sens propre), mais je doute qu’il soit compétitif par rapport à celui produit en NZ. A contrario, Cuba devrait être compétitif pour la production de sucre par exemple, mais il semble que les conditions politiques ne soient pas propices à un climat sain pour les affaires.

    • Non pas vraiment, si un pays ne peut pas importer aux conditions d’un marché libre, ce n’est pas plus légitime que du protectionisme au raz du front. On remplace un protectionisme des copains nationalistes par celui des copains tout court.
      Et même s’il est vrai qu’à priori le texte semble ambigu, la phrase suivante lève clairement ce doute :
      « Il en résulterait qu’en plus, chose tout aussi inacceptable, on privilégierait l’importation depuis ces entreprises de préférence à d’autres plus proches et meilleurs marché »

    • Sauf qu’ici le choix ne va pas au moins cher, mais au plus proche du pouvoir. C’est une manière de voler « légalement » l’argent des Cubains….

  • Pourquoi les Etats-Unis (producteur de pétrole) en importe t-il ? Parce que le pétrole est moins cher ailleurs + transport ! Je me rappelle d’un reportage s/Canal+ (au bon temps de Saddam Hussein) où le litre à la pompe à Bagdad était à 0,5ct de franc ! Soit 200 litres pour 1 franc !
    Depuis cet époque, par combien à été multiplié le prix du baril ? (Hahaha !).

    •  » Pourquoi les Etats-Unis (producteur de pétrole) en importe t-il ?  »

      Pourquoi est-ce que j’achète des pates alors que je pourrais en fabriquer moi-même?

    • Pourquoi les USA importent-ils du pétrole? Pour conserver leurs réserves le plus longtemps possible tout en épuisant celles des autres.

      Maintenant demandez « cost of petrol refining ». Vous tomberez tout de suite là-dessus http://business.whatitcosts.com/refine-oil.htm où à la question « What It Costs To Refine Oil Into Gasoline » il vous est répondu « BALLPARK ESTIMATE $0.30 to $0.60 a gallon » c’est-à-dire « à vue de nez, de 30 à 60 cents le gallon » 1 gallon valant 3,78 litres le raffinage SEUL coûte de 8 à 16 cents le litre.

      Demandez maintenant « countries with lowest petrol prices » Le premier à vous répondre est un site chinois http://www.china.org.cn/top10/2011-09/13/content_23405807.htm

      Le gagnant c’est le Vénézuela, avec 3 cents le litre. Vendre trois cents ce qui vous en coûte plus de six à produire, c’est un miracle de l’économie dirigée, ça me faire penser à la mère Duflot avec sa solution à la crise du logement, il nous en faudrait plus des comme elle, on baignerait dans l’abondance. C’est comme Cuba, qui importe son beurre de Nouvelle-Zélande. En passant, visitez le blog de Daniel Duquenal http://daniel-venezuela.blogspot.com.au/2013/01/san-felipe-saturdays-scarcity-at-makro.html vous y verrez quelle pétaudière est le terrain de jeu du camarade Chavez, tant admiré de nos Mélanchon et autres Soral.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles