Non, le chômage n’est pas une fatalité !

Le chômage actuel n'est que la conséquence des politiques menées par nos gouvernants. Il y a des solutions pourtant.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Entrée d'une agence de l'ORBEM, le Pole-Emploi belge

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, le chômage n’est pas une fatalité !

Publié le 28 décembre 2012
- A +

Le chômage actuel n’est que la conséquence des politiques menées par nos gouvernants. Il y a des solutions qui marchent, mais elles sont différentes.

Par Patrick de Casanove.

Entrée d’une agence de l’ORBEM, le Pôle Emploi belge

« 29.300 nouveaux demandeurs d’emploi se sont inscrits à Pôle emploi en novembre, dans la catégorie de référence (la catégorie A), soit une hausse de 0,9%. Cette hausse est moins marquée que ces derniers mois : en moyenne depuis le mois de juin, plus de 37.000 personnes s’inscrivent chaque mois au service de l’emploi. Au total, 3,1 millions de personnes étaient ainsi inscrites le mois dernier dans cette catégorie. En comptabilisant les demandeurs d’emploi qui exercent une activité réduite, 4,6 millions de personnes recherchent un emploi (catégorie A, B et C). » Voilà ce qu’annonçait le Figaro hier.

Rien d’étonnant à cela. Une politique étatiste avec une intervention sans cesse accrue de l’État dans l’économie et la vie privée des gens ne peut qu’entraîner ces résultats dramatiques. Avec une constance remarquable nos gouvernements successifs s’entêtent dans des politiques néfastes dont nous faisons les frais. Avec une constance non moins remarquable nos compatriotes persistent à soutenir des politiciens, quelle que soit leur étiquette, qui n’ont d’autre idée que de réglementer, contraindre, taxer, imposer, dépenser un argent qu’ils n’ont pas. Avec une constance inébranlable les conséquences en sont : les chômeurs en masse, les travailleurs pauvres (après les nouveaux pauvres des années 1980), les sans logis et mal logés de plus en plus nombreux, les déserts médicaux, le creusement des déficits, l’alourdissement de la dette. Ce même 27 décembre on nous annonce ainsi qu’en valeur brute, la dette publique hexagonale affiche une baisse de 14,5 milliards d’euros pour le troisième trimestre mais que sur la même période, sa valeur nette enregistre une hausse de près de 24 milliards d’euros. On ne sait s’il faut rire ou pleurer !

Pourtant la solution existe : elle s’appelle la Liberté économique. Elle passe par la réduction massive de la dépense publique donc les privatisations. Elle passe par un faible impôt proportionnel pour financer les fonctions régaliennes auxquelles l’État devra se limiter. Elle passe par la restitution aux personnes de la totalité de leurs revenus. Pour un salarié c’est le salaire complet, pour les non salariés c’est leur chiffre d’affaires diminué des frais nécessaires à l’exercice de leur profession. Elle passe par la libre disposition de la propriété foncière et par le contrat qui remplace la loi dans les relations au travail. Elle passe par la restitution aux individus de leur liberté de choix en matière de retraite comme de protection sociale. Bref, il faut mettre fin à la « spoliation légale ».

Se conserver, se développer, c’est l’aspiration commune à tous les hommes, de telle sorte que si chacun jouissait du libre exercice de ses facultés et de la libre disposition de leurs produits, le progrès social serait incessant, ininterrompu, infaillible.
Frédéric Bastiat (La Loi)

Pour vous en sortir, lisez Bastiat… et appliquez-le !


Patrick de Casanove est également l’auteur de Sécu, comment faire mieux ? 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Vous croyez au Père Noël! Pourquoi changer une équipe qui perd?

  • texte partisan, qui résume le libéralisme à la haine de l’impôt…en France on a choisit le chômage pourquoi ? pour permettre des salaires élevés, le smic est trop haut et trop prés du salaire médian..on donne le smic à 1400 quelque chose ce sont les chômeurs qui le payent , les bas salaires sont moins nombreux en France qu’en Europe , baisser le chômage implique baisser le smic

  • Constat absolument EXACT.
    Malheureusement ce n’est pas un pays comme la France qui , cette année , a eu 6 candidats à l’élection présidentielle qui étaient tous, plus étatiques les uns que les autres, qui va l’appliquer.

  • Mais ils n’en ont rien à faire du chomage nos politiques… Ils ont bétonné leurs retraites, ils des primes de chauffage, ils sont gras ! Mais gras !!! Passée la porte de leurs bâtiments le déluge… La démocratie c’est mieux que roy !!! On peut s’échanger les sièges, un coup là, le coup suivant ici… Dans leur bulle…
    On devrait organiser une grêve des impots, du paiement des impots, pendant un mois ne consommer que des produits basse TVA, histoire de leur montrer qu’on peut être féroces, « tigresques »… 🙂

  • boycott de tout ce qui nourrit et engraisse l’état et ses membres plein de privilèges, retour du pouvoir aux sources du pays, retour du pouvoir aux citoyens du pays, le temps va venir ou nous serons dans la nécessité de reprendre ce pouvoir qui nous a été confisqué depuis la révolution. sans cela nous sommes tous cuits …

  • de Casanove Patrick
    29 décembre 2012 at 13 h 41 min

    Rtedy a apparemment mal lu mon papier. Je l’invite à en relire la fin. Le libéralisme ne se limite pas à la haine de l’impôt. Dans une économie libre il n’y a pas de SMIC.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
3
Sauvegarder cet article

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles