Que penser du « Pacte territoires-santé » de Marisol Touraine ?

Pour lutter contre les « déserts médicaux », résultats de l’étatisation de la médecine, le ministre de la santé propose une solution bureaucratique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que penser du « Pacte territoires-santé » de Marisol Touraine ?

Publié le 16 décembre 2012
- A +

Pour lutter contre les « déserts médicaux », résultats de l’étatisation de la médecine, le ministre de la Santé propose une solution bureaucratique. De l’art de croire qu’une nouvelle dose de poison contrecarrera les effets du poison…

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Marisol Touraine, ministre de la Santé.

Étonnante logique que celle de nos gouvernants. Après avoir corseté le milieu de la santé, l’avoir archi-réglementé, avoir jeté à la vindicte populaire les praticiens qui revendiquaient le droit de gagner ce que gagnent tous ceux qui ont le même niveau d’études, et créé un contexte décourageant qui fait fuir les jeunes médecins, voici que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, dévoile le jeudi 13 décembre, depuis Scorbé-Clairvaux, une petite commune de la Vienne, un « plan de lutte » contre les déserts médicaux !

Les jeunes fuient l’exercice libéral

Oui, aujourd’hui, moins de 10% des jeunes diplômés choisissent la pratique libérale, ils préfèrent travailler en tant que salariés, que ce soit à l’hôpital, dans des centres de santé ou dans des maisons de santé pluridisciplinaires (MSP). Oui, aujourd’hui, avec les contraintes administratives, les « contrôles-sécu » à tout-va, les tracasseries stupides, de plus en plus de médecins qui exerçaient jusqu’alors en libéral dans des communes excentrées ou dans des quartiers défavorisés, souvent seuls dans leurs cabinets, mettent la clé sous la porte sans trouver de successeur. Apparaissent alors ce que nous appelons des « déserts médicaux ».

Le nouveau « pacte territoires-santé »

Alors, pour pallier les carences issues d’une mauvaise gestion de la santé en France, on invente un nouveau « machin » administratif : le « pacte territoires-santé » présenté par Mme Touraine. Voici ce qui nous est présenté dans ce « plan ». Il s’agit d’une douzaine d’engagements, dont un revenu garanti dès 2013 et pour deux ans pour 200 praticiens territoriaux de médecine générale, des forfaits versés aux maisons de santé pluridisciplinaires (MSP), des expérimentations de télémédecine – en commençant par la dermatologie –, une accélération des transferts de compétences, d’abord en ophtalmologie, l’autorisation à des médecins salariés d’exercer en libéral sans perdre leur statut, l’adaptation des hôpitaux de proximité et le renforcement des centres de santé. Autrement dit, une fonctionnarisation des médecins qui dépendront pour une part encore plus importante de l’État, une batardisation des statuts, un retour des dispensaires via « l’adaptation des hôpitaux de proximité » et la télémédecine qu’on refuse aux libéraux.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué

Et si, au lieu de cela, on considérait que les médecins avaient le droit de travailler autant d’heures qu’ils le souhaitent, de voir autant de patients qu’ils le souhaitent, de prescrire les examens qui leurs semblent nécessaires, et si on leur autorisait la pratique de la télémédecine dans le cadre de leur spécialité, et si on leur fichait la paix sur les dépassements d’honoraires pris le soir, le weekend, et si on les laissait facturer les frais de déplacements en tenant compte du temps passé sur la route, si on les autorisait à avoir dans leurs cabinets des appareils d’examen…

Et si, après cela, on laissait les communes choisir leurs politiques d’incitation à l’établissement ? Certaines choisiraient une exonération fiscale, d’autres la mise à disposition de locaux, voire de logements ; d’autres la création de maisons de santé susceptibles de créer des flux de patients, d’autres l’installation de maisons de retraites ou de convalescence pour assurer une clientèle captive, bref les élus locaux gèreraient leurs problématiques d’offre en matière de santé et les professionnels seraient assurés de pouvoir exercer en toute liberté et de manière rémunératrice…

Et vous savez quoi ? Cela rendrait à nouveau la profession attirante : vivre en campagne avec un statut de « notable » local, en gagnant correctement sa vie est attractif pour un grand nombre de jeunes diplômés. Cela coûterait beaucoup moins cher à la collectivité, améliorerait le niveau des soins et participerait à la reconstitution du tissu rural. Mais est-ce bien cela que l’on recherche ?

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • dans certains villages , les médecins sont littéralement débordés de travail , mangent un sandwich le midi , font leur tournée jusqu’à tard le soir , ceux là ont la vocation et aiment leur métier ;mais ils mettent eux même leur santé en danger car vivre comme ça , ça passe quand on est jeune , mais aprés…..

  • @ frisquette,
    Si les médecins quittent la campagne, la campagne quitte les médecins. C’est la vie, la liberté, l’évolution.
    Ceux des médecins qui préfèrent jouer au golf et au tennis avec le radiologue et le laboratoire d’analyses ont une autre motivation.

  • Un truc étonnant: toutes les femmes socialistes ont ces grand yeux remplis a ras bord de « bien ». C’est touchant !

    A part Duflot. C’est une énigme, on a toujours l’impression qu’elle va vous arracher un bras avec ses dents.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il avait été chargé d'une mission pour passer l'été. Élisabeth Borne avait retenu « toutes les 41 propositions » de la mission flash qui lui avait été confiée.

Accompagnée de la ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon – qui s'apprêtait à quitter son poste – et du Dr François Braun, auteur de la mission ad hoc, la Première ministre avait fait cette annonce. Lors d'un déplacement organisé à la dernière minute au centre hospitalier René-Dubos de Pontoise (Val-d'Oise) où elle a visité le service des urgences puis la salle de régulation ... Poursuivre la lecture

Par Margot Arold.

Emmanuel Macron l’avait bien dit explicitement :

« À l’issue de cette crise, un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières sera construit pour notre hôpital. »

Il fallait bien noter le « pour l’hôpital ». Pas pour « les soignants ». Encore moins pour « les médecins de ville », ou les « soignants en libéral ».

Baisser la rémunération des soignants isolés

Car voilà que la Mutualité française, conviée au Ségur de la Santé vient de faire ses propositions. L’une d’ell... Poursuivre la lecture

Par Patrick de Casanove.

La première partie de cet article est disponible ici.

Il est admis que la médecine générale est la médecine de premier recours. Les insuffisances de la permanence des soins en médecine générale désignée fréquemment par la "médecine de ville", bien que comprenant un important volet rural, sont parmi les causes retenues de l'engorgement des urgences.

Nous avons vu qu'il y a plusieurs années l'insuffisance de la permanence des soins n'existait pas.

La démédicalisation de la médecine

Si la Fran... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles