Fracking et gaz de schiste : feu vert au Royaume-Uni

Le gouvernement du Royaume-Uni vient de lever l'interdiction du fracking pour le gaz de schiste sur les îles britanniques.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fracking et gaz de schiste : feu vert au Royaume-Uni

Publié le 14 décembre 2012
- A +
Réserves de gaz naturel

Le gouvernement du Royaume-Uni vient de lever l’interdiction du fracking (fracturation hydraulique) pour l’exploration et la production du gaz de schiste sur les îles britanniques. Le secrétaire à l’energie Edward Davey en a fait la déclaration.

L’interdiction du fracking, c’est à dire, de la fracturation de la roche par injection, à très forte pression, d’eau additivée, avait été la conséquence de craintes liées au déclenchement de très faibles séismes, aux alentours de 2 sur l’échelle de Richter.

Le gouvernement, en la personne de son Secrétaire à l’énergie Edward Davey, vient d’annoncer la levée de cette interdiction.

Pour apaiser les craintes, le ministre Davey a affirmé qu’une surveillance très stricte serait mise en place afin de pouvoir évaluer la réalité du risque en question.

Une éventuelle production de gaz de schiste au Royaume-Uni tomberait à pic, puisque le pays fait face à l’épuisement progressif de ses ressources de la Mer du Nord, et que, en l’absence de nouvelles sources sur son territoire national, il devrait faire face à une forte hausse de ses importations. À l’heure actuelle, on estime que ces nouveaux champs gaziers pourraient couvrir un quart des besoins du pays.

Toujours dans le secteur de l’énergie, il est également intéressant de noter que le Royaume-Uni vient aussi d’approuver la conception des futures centrales nucléaires proposées par EDF. Ceci signifie donc que le pays confirme envisager la pérennité à long terme du nucléaire sur son territoire, après l’arrêt des centrales existantes pour cause d’âge avancé.

La prospérité énergétique, qui exclut, par définition, les énergies trop chères et intermittentes, étant une condition sine qua non, mais naturellement non suffisante, de la prospérité générale, ces questions ne peuvent en aucun cas être considérées comme quantité négligeable. En ces temps où chacun se demande comment, concrètement, va pouvoir se passer la transition vers le désendettement — public et privé — et vers une inversion de la tendance du chômage, chaque élément positif peut être considéré comme le bienvenu.

Reste à voir quand les pays voisins du Royaume-Uni prendront eux aussi cette décision.

—-

Gaz de schiste, « Truthland » démonte les mensonges de « Gasland ».

Gaz de schiste, rouvrons le débat.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Attention au fautes de frappe: farcking; surveillance strès stricte; Un éventuelle; d’âge avancés; propspérité

  • A noter que la manif anti-fracking organisée devant le 10 Downing Street a été un échec (tout juste quelques dizaines de gens présents) … à cause du grand froid 😀

  • Oui ! Mais vous verrez que, une fois le gaz extrait et servant à la bouilloire pour la préparation du thé, les esprits chagrins verront dans la nuée s’en échappant, une pollution de l’air et une incitation à l’importation massive de tisanes exotiques.

  • Il faut être fou pour croire que d’injecter des tonnes d’eau avec plein de produits chimiques à haute pression, déclenchant des tremblements de terre, laissant derrière un cocktail empoisonné, sera « sous strict contrôle ». Déjà, il faudrait avoir suffisamment de contrôleurs formés. Cela aura un gros impact sur l’environnement et la santé. Déjà prouvé aux USA avec leurs milliers de tours. Technologie pas facile en plus, pourquoi pas les marées et le vent qu’ils ont en abondance en UK?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La semaine dernière, l’Allemagne a annoncé la relance de ses centrales à charbon suite aux risques de rupture d’approvisionnement en gaz par la Russie. Présentée comme temporaire, cette solution paraît pourtant irrémédiable depuis la décision de fermeture progressive du parc nucléaire allemand par les sociaux-démocrates il y a près de 20 ans - et accélérée par Angela Merkel suite à l’accident de Fukushima en 2011.

Aujourd’hui, l’Allemagne pâtit donc d’une décision idéologique animée par un principe de précaution sans la moindre base ra... Poursuivre la lecture

Article tiré de la note de février 2022 de Jacques Rigaudiat, conseiller maître honoraire à la cour de comptes« Réussir la transition électrique » (86 pages).

Suite à leur consommation, le tarissement inéluctable des énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon), dans 20 ans, 50 ans ou dans plus d’un siècle, aura des conséquences plus graves que le réchauffement climatique dû au CO2 qu’elles émettent.

Il en résulte que la transition énergétique vers des sources d’énergies décarbonées (nucléaire, eau, vent, soleil…) est, ou sera, n... Poursuivre la lecture

Nous avons montré dans un précédent article que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le président de la République relance insuffisamment le nucléaire, et que décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (60 à 65 % du mix électrique).

EDF est en grande difficulté financière, à cause de la sous-évaluation du prix de vente de l’ARENH (Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique), fixé à 42 euro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles