Racisme anti-blanc (3) : négation universitaire du phénomène

Quelle est la réalité du racisme anti-blanc ? N’est-il qu’une réaction à un racisme préalable ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2224 racisme anti-blanc

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Racisme anti-blanc (3) : négation universitaire du phénomène

Publié le 10 décembre 2012
- A +

Quelle est la réalité du racisme anti-blanc ? N’est-il qu’une réaction à un racisme préalable ?

Par Domi.

En utilisant récemment l’expression « racisme anti-blanc », Jean-François Copé a suscité un grand nombre de commentaires. Pour les uns, il dénonçait un phénomène impossible à nier. Pour les autres, l’expression risquait de minimiser le « vrai racisme », celui dont les blancs sont les auteurs, voire de le justifier.

Un article du Monde, écrit par Élise Vincent (week-end du 27 octobre, supplément culture et idées) faisant le point sur cette question, le phénomène sera décrit en commentant cet article.

Pour cela, deux méthodes de mesure de l’importance du racisme anti-blanc seront utilisées :

  • à partir du ressenti des victimes supposées (premier article),
  • en nous intéressant à la négation du racisme anti-blanc par l’université (articles 2, 3 et 4).

Selon Le Monde, parmi les chercheurs spécialistes du sujet, seul Pierre-André Taguieff reconnaît l’existence d’un racisme anti-blanc de nature comparable au racisme venant des blancs.

Les arguments des chercheurs niant la réalité/la signification du racisme anti-blanc ont été regroupés en trois catégories :

  • Le racisme anti-blanc n’est pas du racisme car il n’y a pas d’idéologie derrière (article 2),
  • Le racisme anti-blanc n’est pas du racisme car il s’agit tout au plus d’une réaction à un racisme préalable (article 3, le présent article),
  • Le racisme anti-blanc n’est pas du racisme car il ne s’agit pas d’un système de domination économique (article 4, dernier article).

L’auteur de l’article original utilise fréquemment la technique consistant à former des phrases traduisant la pensée des universitaires qu’elle a interrogés en précisant avec des guillemets quels mots viennent de leur bouche. Pour ne pas utiliser une double série de guillemets je les emploierai pour la phrase issue de l’article et soulignerai les mots utilisés par les universitaires.

Je supposerai pour le reste que la journaliste a correctement traduit la pensée des universitaires qu’elle tente d’exprimer et a fait une synthèse juste de la doctrine universitaire dans ce domaine.

Le racisme de réaction

Christelle Hammel (coauteur d’une étude non finalisée sur le racisme) :

 Il peut s’agir dans beaucoup de cas d’un « racisme de réaction ».

Elle ajoute :

En France ce n’est pas pareil de dire sale blanc car sale blanc peut vouloir dire « sale raciste ».

Christine Delphy (sociologue et directrice de recherche émérite au CNRS) :

Les chansons virulentes des rappeurs, accusés d’être racistes contre les « natifs » n’expriment donc que révolte et exaspération.

L’argument utilisé « il ne s’agit pas de racisme puisqu’il s’agit d’une réaction à un racisme préalable » ne nous parait pas solide.

Tout d’abord, les deux notions ne sont nullement incompatibles et il est possible de réagir de manière raciste à du racisme. Une personne présumant le racisme de toute personne appartenant à un groupe ethnique donné serait elle-même raciste. Un juif, dont les parents seraient morts en déportation pendant la guerre et qui vouerait une haine systématique à tous les Allemands, serait objectivement xénophobe et la difficulté à apprécier la gravité de son comportement ne changerait pas sa qualification. Un crime reste un crime même si son auteur bénéficie de circonstances atténuantes.

Ensuite, il est douteux que ces sociologues aient correctement mis en évidence les intentions des auteurs de tels propos. Quittons ici la question de la qualification de racisme pour la question de la gravité des différents racismes sur le plan des intentions.

L’interprétation qui se dégage du discours des auteurs cités est que  les réactions agressives de certaines personnes issues des minorités, réactions caractérisées par le « sentiment » de défendre leurs droits face au racisme, différeraient du racisme « traditionnel ». Cela impliquerait que le raciste traditionnel n’ait pas le sentiment d’être dans son droit. Pourtant, bien des argumentaires hostiles à l’immigration qui seraient vus comme racistes par Mme Delphy ou Hammel consistent à justifier le bon droit des Français dans leur hostilité aux immigrés. De manière générale, il est difficile de concevoir des revendications politiques dont l’auteur perçoit clairement qu’elles ne sont pas justifiées.

Entre ces deux catégories d’action, celles dont l’auteur croit à tort à son bon droit et celles dont l’auteur comprend qu’elles ne sont pas justifiées, il en existe d’autres.

Ainsi d’une personne niant radicalement l’existence de toute forme de morale ou droit.

De même, la distinction précédente est inapplicable aux violences que les dealers, chefs de gangs ou chefs mafieux exercent à l’encontre de leurs concurrents. Les criminels sont alors dans une logique animale du type, « c’est lui ou moi » ou « tuer ou être tué », réaction émotionnelle qui est le pendant de la rationalisation précédente et qu’il n’est pas possible de ranger dans l’une des catégories évoquées plus haut.

Les sentiments associés à cette dernière attitude sont cependant assez proches de celui qui rationalise et justifie son hostilité. La perception d’un conflit d’intérêt produit des stéréotypes qui constituent pour celui qui les adopte le début d’une justification.

Il me semble que les différentes formes de racismes sont à situer entre la réaction du criminel face à un concurrent et la rationalisation argumentée qui peut l’accompagner. Le racisme anti-blanc diffère-t-il vraiment sur ce point ?

Une dernière objection pourrait être formulée. Si la manière dont les racistes de tout bord justifient leurs sentiments est comparable, au moins l’agression subie au départ par les minorités est réelle. Si les rappeurs qui crient leur haine de la France et leur public sont racistes, n’est-il pas vrai que ce racisme a été causé par le racisme des Français ?

Néanmoins, nous n’entrerons pas dans un débat insoluble consistant à savoir quel racisme pourrait être à l’origine de l’autre.

Nous pouvons nous demander si le racisme subi par les minorités (incontestable) est vraiment la cause de l’agressivité de certains de leurs membres.

Il existe des arguments en ce sens mais également en sens inverse. Les jeunes asiatiques dont le niveau de racisme ressenti est assez proche des jeunes noirs (53% déclarent avoir été victimes d’au moins un acte raciste contre 60%) réagissent de manière différente à des contraintes proches. Cela ne signifie pas que le racisme subi ne favorise une réaction agressive mais une telle explication reste insuffisante.

—-
À suivre ici.

Lire aussi :

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Il ne s’agit peut-être pas de racisme, mais il s’agit de haine et cela n’est pas mieux !

    Au lieu de prolonger ce genre de discussion sémantique, il serait plus opportun de savoir ce que nous allons faire face à une offensive sans précédent de l’islam en France.

  • Le racisme anti-blancs est manipulé par la droite comme l’a été le racisme anti-immigrés par la gauche, au final, à qui profite le crime ?

      • Kwa ???!!! Je me suis exprimé comme ces machins qui se revendiquent victimes alors qu’ils ont incendié le monde…
        Robert c Davis : esclaves chrétiens, maitres musulmans
        François Gautier : un autre regard sur l’inde
        Tidiane n’diaye : le génocide voilé
        Ceux qui doivent des excuses, on devrait revoir la copie tant celle çi raconte n’importe que quoi, kwa…

  • Jean-François Copé est maintenant durablement associé à l’histoire du pain au chocolat confisqué, soit l’imposition du ramadan, qui renvoie à la charia et à sa nature universaliste:
    La charia est conçue pour être imposée à tous, musulmans ou non; la tolérance musulmane tant vantée permet effectivement de rester chrétien, mais pas de refuser la charia.

    Il me semble qu’assimiler ce problème à du racisme est une manière d’interdire d’en parler, d’une part parce que le racisme est indéfendable, et d’autre part parce qu’il n’a strictement rien à voir avec l’universalisme de la charia.
    On tourne donc en rond sans même commencer à décrire le problème tel qu’il est.

    Par ailleurs, le racisme anti-Blanc résulte en grande partie de l’enseignement partial de l’Histoire: Nos enfants, Blancs et autres, apprennent que les Blancs et eux seuls ont causé du tort aux autres par racisme.

    Logiquement ils en déduisent que les Blancs sont intrinsèquement racistes au moins collectivement.

    Pour inciter au racisme, on invente des griefs contre la race à détruire, des travers qui lui soient propres et qui obligent à envisager d’en débarrasser l’humanité: Eh!bien c’est précisément ce que subissent nos enfants, qui apprennent que les Blancs ont pratiqué la traite et l’esclavage des Noirs, par racisme puisqu’ils avaient cessé l’esclavage entre Blancs; mais n’apprennent pas que la traite et l’esclavage raciste étaient répandus en Afrique, notamment musulmane, et bien pire puisque c’était au coeur même de ces autres civilisations, non en leur périphérie extrême, et que les hommes étaient castrés.

    Ils n’apprennent pas non plus que la civilisation occidentale fut la dernière à s’abaisser à l’esclavage raciste, et la première à l’abolir, et la seule à le faire de son propre fait !
    S’ils savaient cela, le racisme anti-Blanc s’estomperait, mais la bien-pensance relativiste oblige à rabaisser l’Occident et magnifier les autres civilisations. Donc à enseigner le racisme anti-Blanc.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lionel Chanel.

Les Ouïghours, cette population turcophone et musulmane de la province chinoise du Xinjiang, sont assujettis au pouvoir communiste de Pékin depuis 1950. Les camps de rééducation, lieux d’enfermement et de tortures physique et psychologique, représentent l’aspect le plus répugnant du totalitarisme à l’œuvre en Chine contre cette minorité.

Des témoignages, comme celui de Gulbahar Haitiwaji, une rescapée de ces camps qui vient de sortir un livre sur son expérience de détenue, permettent de se faire une idée de l’... Poursuivre la lecture

Février est le mois de l’histoire des Noirs. Il est intéressant de voir comment, malgré une oppression certaines dans plusieurs pays, notamment les États-Unis, ils ont pu maintenir leur dignité et progresser. Martin Luther King Jr. est sans doute celui qui a eu la meilleure réflexion sur les relations raciales en 1963 :

Je rêve du jour où mes enfants seront jugés pour ce qu’il y a dans leur cœur et non pour la couleur de leur peau.

Malheureusement pour lui, la couleur de la peau est tout ce qui semble importer pour les démocrat... Poursuivre la lecture

Par Francis Richard.

Disons-le sans ambages, je soutiendrai qu'il ne faut pas se payer de mots, éviter les néologismes de type "racialisme" qui participent de distinctions que rien ne fonde en réalité, et qualifier ce discours et cette nouvelle idéologie pour ce qu'ils sont: un racisme au sens strict. Tout juste me permettrai-je de lui accoler le suffixe néo, pour le distinguer de ses devanciers.

Drieu Godefridi, Estampillés : essai sur le néo-racisme de la gauche au XXIe siècle

Trois matrices théoriques

Le néo-racisme do... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles