Les raisons du déni français

inconsistency

Admettre s’être trompé et avoir été incohérent, cela demande un grand courage qu’on imagine mal chez nos politiciens actuels.

Il y a quelques temps, The Economist déclenchait la polémique en consacrant une de ses éditions au déni français. Depuis, le quotidien anglo-saxon a ajouté une autre polémique à celle du déni, et les Français ont donc déjà oublié le précédent constat pourtant dressé avec lucidité : le pays refuse de se réformer. Mais pourquoi donc ?

Du reste, il ne faut pas croire que tout le monde, dans le pays, reste définitivement coincé sur ce refus catégorique de diagnostiquer les problèmes et, une fois le diagnostic posé, de tenter d’y apporter une solution. Régulièrement, des patrons d’entreprises voire des politiciens (eh oui !) émettent un avis qui vient corroborer celui des étrangers, fussent-ils de la perfide Albion.

Contrepoints a récemment fait l’écho de ceux d’Alain Lambert (concernant par exemple le SMIC ou la dépense publique). On tombe parfois sur des discours lucides dans la presse mainstream, comme récemment ceux de Denis Kessler, patron de Scor, dans une interview au Point. Il déclare ainsi :

Nous avons l’art de retarder l’analyse d’un problème – le diagnostic – puis de retarder la mise en œuvre des solutions – la thérapeutique. Pas étonnant si cette procrastination généralisée conduit la France à être le pays qui a mis en place le plus grand nombre de plans d’urgence.

L’entretien qu’il a accordé au magazine mérite d’être lu puisqu’il dresse, là encore, le même constat d’une France recroquevillée sur ses certitudes et sur une volonté farouche, obstinée et pour tout dire létale de ne surtout pas faire la moindre réforme en profondeur.

Tout, dans ce pays, doit procéder de deux façons : soit les politiciens bricolent et amendent par petites touches et ajustements microscopiques pour ne froisser personne. Soit, une fois que l’accumulation d’urgences et de réformes nanométriques a conduit le pays à la catastrophe, le peuple distribue des coups de tatanes dans des culs bien trop longtemps vissés au pouvoir et cela se termine en révolutions plus ou moins citoyennes, rarement festives et parfois sanglantes.

Citoyenne et Festive, depuis 1789

La France semble condamnée à refuser les changements profonds, ou à ne se les administrer qu’avec une bonne poussée de fièvre douloureuse.

Plus précisément, tout se passe comme si ce déni répondait à un besoin des individus qui le pratiquent, à une véritable défense contre un environnement de plus en plus hostile à mesure que ce déni se mue en obstination. À bien l’observer, on se rend compte que cette obstination tient beaucoup d’un piège abscons. Pour rappel, le piège abscons s’observe à chaque fois qu’un individu ou un groupe d’individus reste sur une ligne de conduite dans laquelle il a préalablement investi (en argent, en temps, en énergie) et ceci, au détriment d’autres lignes de conduites dont un observateur extérieur peut clairement dire qu’elles sont plus avantageuses.

Dès lors, cette obstination bien française à vouloir croire, à tout prix, que – par exemple – les services publics actuels sont à la hauteur ou suffisamment bons s’explique en bonne part par les montagnes d’investissements qui y furent faits depuis plusieurs décennies ; mieux, on comprend pourquoi tant d’individus, de politiciens et de groupes organisés (syndicats, entre autres) répètent inlassablement l’antienne d’une nécessité d’y augmenter encore les moyens (par de nouveaux investissements). Eh oui : pendant plus d’un demi-siècle, et donc trois générations, on a d’un côté répété qu’il fallait absolument un État fort, des investissements publics importants, et de l’autre, on a expliqué à qui voulait l’entendre que désengager l’État de tel ou tel domaine équivalait à un abandon, un renoncement, une catastrophe assurée, fermant ainsi toute possibilité de faire un bilan objectif et engageant chaque génération dans la voie suivie par la précédente, quand bien même les bénéfices retirés devenaient à l’évidence de plus en plus minces.

consistency : it's only a virtue if you're not a screwup

En effet, la mécanique d’un piège abscons se base sur le désir impérieux de cohérence interne de chaque individu ou de chaque groupe d’individu ; les êtres humains sont ainsi faits qu’ils aspirent à paraître, autant que possible, cohérents. Il n’y a guère que les pires raclures politiciennes qui s’assoient sur la cohérence de leurs discours dès lors que leur poste est en péril. Cette cohérence dans le temps est d’ailleurs un marqueur fiable de la qualité d’un homme politique : cela fait de lui quelqu’un de plus humain, même s’il peut se tromper obstinément. La girouette, à l’opposé, est l’exemple type de clown cynique qui, n’ayant aucune conviction propre, a largement renoncé à toute cohérence interne d’opinion politique et n’est là que pour son profit personnel (c’est là sa seule cohérence, bien évidemment inavouable).

Cette cohérence est à ce point recherchée parce qu’elle amène avec elle la crédibilité qui permet au politicien de faire passer ses idées. Or admettre qu’il s’est trompé sur telle ou telle idée majeure, c’est admettre avoir été incohérent. Pire : c’est admettre que les investissements passés l’ont été pour rien (ce qui est un sophisme, comme le rappelle fort justement Rolf Dobelli dans un récent article). Et bien évidemment, si l’on travaille à l’échelle d’une nation toute entière, on n’aura pas de mal à imaginer l’énorme inertie déployée pour ne surtout pas voir que la collectivisation de pans entiers de l’économie n’aura pas amené le succès escompté et aura provoqué des séries de blocages de plus en plus forts, au point qu’actuellement, le bilan n’est pas seulement mitigé, il est carrément négatif dans des proportions difficiles à camoufler.

Par exemple, il est facile à démontrer économiquement que créer des emplois publics détruit de l’emploi privé, et que ceci entraîne l’économie d’un pays, lentement mais sûrement, à la ruine.

Pourtant, on continue vaille que vaille à vouloir faire embaucher des cohortes de populations par l’État. Mais, finalement, à l’aune de ce piège abscons et de l’explication attachée, c’est normal puisqu’y renoncer, c’est admettre que le rôle de l’État n’est pas positif, aveu que l’écrasante majorité des politiciens n’a jamais pu seulement envisager, et encore moins dire, précisément pour éviter de passer pour l’un de ces branleurs incohérents qui ne pourront pas renouveler leur mandat.

Il faut comprendre qu’admettre s’être trompé, et, in fine, admettre avoir été incohérent, cela demande un grand courage, une vaillance qui donne une ampleur, une épaisseur à celui qui comprend son erreur et s’amende. C’est de ce courage-là, c’est de cette étoffe dont il faudra faire preuve pour sortir la France de son ornière. Malheureusement, je ne vois aucun politicien qui pourrait avoir ce cran-là actuellement.