Dans quelle démocratie vivons-nous ?

La démocratie autodétruit sa prospérité et sa liberté d’action : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes va à l’encontre du devoir des peuples d’aller vers plus de liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Totalitarisme

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans quelle démocratie vivons-nous ?

Publié le 2 décembre 2012
- A +

La démocratie autodétruit sa prospérité et sa liberté d’action : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes va à l’encontre du devoir des peuples d’aller vers plus de liberté.

Par Thierry Guinhut.

Nous croyons vivre en démocratie, ce concept fétiche de notre temps… Mais s’agit-il d’une démocratie des libertés ? Certes, le peuple est souverain. Pourtant, nanti de cette souveraineté comptable dans les urnes, il aboutit non à une extension du domaine de sa liberté, mais à une extension socialiste du domaine de l’État aux dépens de la propriété et des initiatives économiques. Comment en sommes-nous arrivés à cette dangereuse extrémité ? Sinon par une insatiable demande à vivre aux dépens d’autrui et de sa prétendument indécente richesse, au nom de cette envieuse égalité qui parvient non seulement à castrer les libertés, mais à s’appauvrir elle-même…

Grâce au pouvoir du peuple souverain, de cette volonté générale rousseauiste, de cette oppression perpétrée par la majorité que dénonça Tocqueville, nous sommes depuis trois décennies, à des degrés divers, en démocratie socialiste. Une démocratie dans laquelle le peuple et ses représentants, drogués à la dépendance et à la toute-puissance de l’État conduisent, avec application, persévérance et succès, la France au-delà des dix pour cent de chômeurs et vers la récession économique. Ainsi, la démocratie, quelles que soient les alternances politiques, conduit les édiles des collectivités locales et de l’État selon son cœur antilibéral et selon la poche percée de sa faim de subsides publics.

Faut-il citer le droit au logement opposable, le blocage des loyers et les menaces de réquisition de logements vacants, pour montrer combien la propriété est bafouée, aggravant encore plus la raréfaction et la cherté de ce même logement ? Faut-il citer les fantasmes de nationalisation d’entreprises, surtout lorsqu’elles ne sont plus rentables et en dépit de toute rationalité comptable et économique, fantasmes partagés parmi à peu près tout le spectre politique ? On n’aura là que deux exemples des aspirations démocratiques décidées, contre tout bon sens, à chasser les pauvres restes de libéralisme économique de l’espace français…

Quand l’État est plus lourd, plus pesant, plus lent, plus dispendieux que les libres entreprises privées, il ne faut pas s’étonner que son soviétisme latent, par le biais des prélèvements obligatoires, des contraintes et des normes, aboutisse à l’appauvrissement généralisé. Y compris à l’appauvrissement des esprits qui ne parviennent plus à imaginer pouvoir voler de leurs propres ailes et prendre le risque de la liberté, le risque des start-up, de l’investissement individuel et du capitalisme de chacun.

Quand l’État pompe l’énergie des forces vivantes de l’économie en absorbant près de 57% du PIB, alors que la Suisse, par exemple, n’en consomme que 35%, nous ne nous étonnerons pas que la capacité à la croissance soit arasée. Quand on parvient à contrevenir au droit de propriété du revenu au point de voler 75% d’une ressource pour la satisfaction égoïste d’un État-providence à bout de souffle, il ne faut pas s’étonner de l’éradication et de la fuite de l’aristocratie des affaires et de l’entrepreneuriat. Sans compter que selon le célèbre adage, trop d’impôt tue l’impôt, le rendement de l’impôt est inversement proportionnel à l’augmentation de son taux, donc, non seulement confiscatoire, mais aussi autophage et finalement autodestructeur…

Quand le principe de précaution et les diktats écologistes, partagés au-delà de la microsphère des militants, lacèrent la recherche et le développement, préférant le statut quo sur les produits phytosanitaires cancérigènes à l’innocuité des OGM ; quand les gaz de schistes sont des démons attentatoires à la déesse Gaïa ; quand la rétractation nationaliste du patriotisme économique se conjugue avec l’atonie devant les atteintes aux libertés proférées par l’acculturation islamiste, ne faut-il pas craindre que l’obscurantisme ouvre la porte à la disette et à la censure ? Enfin, quand les penseurs libéraux, du lycée à Sciences Po, ne sont pas enseignés, à l’égal des keynésiens et des marxistes, le formatage dans l’éducation ne peut aller que jusque vers l’hémiplégie intellectuelle et politique.

Hélas, la cécité généralisée devant l’incurie financière et gestionnaire de l’État, dont le château de dettes menace de s’effondrer en écrasant le bas peuple, la cécité devant l’évidence du bon sens économique bafoué, aboutissent à une négation suicidaire des fondements comptables de la réalité, donc à l’assèchement des initiatives entrepreneuriales. Nous n’avons jamais été aussi près de la tyrannie communiste, non par la faute d’un putsch léniniste, mais à la faveur de la volonté démocratique. Au contraire de la Suisse, de l’Allemagne, de la Suède et du Canada qui, à des degrés divers, ont réduit le poids de l’État, permettant leurs succès, non seulement économiques, mais aussi sociaux, puisque le chômage y est deux fois moins lourd que dans notre cher hexagone…

« La démocratie libérale prétend être un gouvernement responsable, un ordre politique dans lequel le gouvernement doit répondre de ses actes devant les gouvernés », imaginait Leo Strauss [1]. Hélas, le gouvernement étant l’émanation, la créature et le produit désirés d’une volonté générale perverse, c’est alors à peine s’il doit et peut répondre de ses actes et de leurs conséquences. Une énorme majorité désirant plus de prestations sociales, plus de prélèvements et de prêts, par voie de conséquence plus de dettes, aux dépens des prétendus exploiteurs que sont les chefs d’entreprises, les actionnaires, les financiers, sans compter les classes moyennes, il est dans l’ordre de sa logique de ne pouvoir demander à elle-même des comptes sans se décrédibiliser. C’est ainsi que la démocratie autodétruit sa prospérité et sa liberté d’action. En ce sens le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes va à l’encontre de la finalité attendue : le devoir des peuples d’aller vers plus de liberté et de prospérité est bafoué par la course des peuples vers leur fossoyeur.

Dans le cadre de cette tension entre libéralisme et démocratie, Serge Berstein nous avertissait : « là où les libéraux choisissent la liberté et la propriété, fût-ce aux dépens de l’égalité, c’est sur cette dernière qu’insistent les démocrates, fût-ce au risque de la suppression des libertés et de l’atteinte à la propriété. [2] » Nous y sommes : la France a choisi la pente savonneuse de l’addiction démagogique à la démocratie socialiste. A contrario, la démocratie libérale n’est soumission ni aux préjugés et décisions de sa majorité, ni, cela va sans dire, au matérialisme, ou à quelque religion que ce soit ; elle doit rester la garante des libertés individuelles, non seulement économiques, mais intellectuelles et spirituelles. Faute de quoi, sans la sagesse de savoir être libérale, la démocratie flirte avec la tyrannie et la servitude volontaires. Reste à savoir si nous pourrons redresser la barre sans violences…

—-
Sur le web.

Notes :

  1. Leo Strauss : Nihilisme et politique, Rivages, 200, p 92.
  2. La Démocratie libérale, sous la direction de Serge Bernstein, PUF, 1998,  p 915.
Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • L' »insatiable demande à vivre aux dépens d’autrui » ne fonctionne que lorsque la société n’est constituée que de « semblables ».

    Les anthropologues nous apprennent que la solidarité naturelle ne s’exerce qu’auprès de ceux qui nous ressemblent.

    Le développement du communautarisme est une chance de faire refluer l’Etat vers ses missions régaliennes et de laisser la société civile prendre en charge la solidarité entre communautés (charité, scolarité, hospitalité).

  • L’auteur de ce texte semble être victime d’une très grosse méprise. Certes, il est excusable, car sa méprise est commise par la quasi-unanimité des personnes qui s’expriment publiquement.

    Et pourtant depuis la nuit des temps, les (vrais) philosophes ont eu une vision claire de la nature des différents régimes politiques.

    Aux yeux de tous les philosophes, le régime politique démocratique se caractérise par le fait que toutes les décisions (d’avoir recours à la force) y sont prises, soit par le peuple entier assemblé, soit par des collèges de représentants du peuples tirés au sort parmi le peuple.

    En revanche, le recours à des élections pour désigner des dirigeants a toujours été et sera toujours le point commun de tous les régimes politiques non démocratiques. Et lorsque ce mode de désignation est le seul utilisé, les philosophes emploient le mot «oligarchie» pour le désigner.

    Il est très regrettable que tout le monde ou presque aujourd’hui emploie le mot «démocratie» pour désigner le détestable régime dans lequel nous vivons, et qui est une oligarchie.

    • La Suisse en revanche vit en démocratie grâce au système des votations.
      Or elle n’est pas atteinte par le mal qui gangrène nos « démocraties » oligarchiques.
      Les explications d’Yvan Blot sur le lien de cause à effet entre ces deux constats est très convainquant (« le pouvoir irresponsable » sur dailymotion).

      Pensez-vous qu’il s’agisse d’une solution viable pour la France ?

  • La démocratie, c’est le changement de majorité sans guerre, ce qui est en soi un progrès.

    Mais ce n’est pas le libéralisme, surtout en France, ou le pouvoir s’exerce sans contre- pouvoir.
    Dans les autres pays, le poids de l’Etat a été réduit car les dirigeants n’avaient pas d’autre alternative, presses par leurs opposants.
    La France n’a pas besoin de ces viscissitudes qui constituent une démocratie qui peut fonctionner, comme l’absence actuelle de reforme profonde le montre bien.

    • Le changement de fesses qui imprime sa marque dans un fauteuil n’est pas un changement de majorité.
      Il n’y a pas de démocratie tant qu’il y a des hommes politiques professionnels, surtout en bipartisme, puisqu’ils n’ont de cesse de se renvoyer l’ascenseur.
      Derrière leur opposition de façade, ils fréquentent les mêmes cercles, il ne faut pas se leurrer …
      J’ai déjà fréquemment aperçu Montebourg à Passy, je pense donc habiter le même ghetto que lui, la différence est que je ne prétend pas parler pour les ouvriers et comprendre leur difficultés …

      • Ça va même plus loin que ça, j’ai vu Le Pen et Georges Marchais rigoler ensemble, copains comme cochon, à la buvette de l’assemblée déjà à la fin des 70s, entre moult autres accointances trans-partisanes. La professionnalisation de la politique a conduit, comme c’était très prévisible, à l’uniformisation des intérêts des élus: maximiser leur influence et leur fiche de paye.

      • …BRAVObravo ….c’est dans le 1000

  • Article qui semble expliciter très clairement la position des libéraux sur notre système politique et merci Stéphane L. pour ton éclairage sur la démocratie

    En effet, pour conserver nos libertés il y a plusieurs solutions et qui ne sont malheureusement pas abordées dans cet article mais auxquelles il serait vraiment intéressant qu’un groupe d’influence s’occupe de régler avant que tout ça ne dégénère plus que maintenant.

    Il y a le modèle Suisse unique au monde qui devrait être très intéressant à étudier et donner de bonnes inspirations mais aussi les recommandation de M. Friedman dans Capitalisme et Libertés sur la nécessité de limiter clairement le pouvoir politique de manière constitutionnelle afin que l’Etat soit limité à ses fonctions fondamentales, libérant ainsi le monde des initiatives pour créer ses propres solutions dans lesquels, chaque individu aura beaucoup plus de pouvoir, par le choix, que dans une « démocratie – oligarchie ».

    Je pense qu’il est abordé ici le problème le plus sensible de toutes les démocraties modernes.

    Car ne croyez pas que parce que le Canada s’en sort à peu près que cela veut dire que le Canada s’en sortira. Qu’il s’agisse du Canada ou des USA, tout ceci est une tendance globale, lié à la mutation de nos société. On y plonge petit à petit. Peut être qu’à la différence de la France, l’Amérique du Nord saura prendre des réformes à temps grâce à la survie de cette pensée libérale qui se transmet encore

  • Je ne crois pas que la démocratie directe (plus précisément semi-directe) eût autant dérivé vers le socialisme; quand bien même, elle permettrait de s’en extraire, contrairement à notre système purement représentatif.

    Notre système actuel n’est pas viable: Il divise la société et ruine le pays. Il sera remplacé, et si nous ne parvenons pas à instaurer la démocratie directe à la suisse, ce sera par la dictature.
    La France n’est hélas pas un pays susceptible de compromis à la suédoise.

    « A contrario, la démocratie libérale n’est soumission ni aux préjugés et décisions de sa majorité, ni, cela va sans dire, au matérialisme, ou à quelque religion que ce soit  »

    Elle n’est donc fondée sur rien !
    C’est absurde: L’anthropologie chrétienne est le fondement de la démocratie libérale.
    Pourquoi les libéraux se soumettent-ils au conformisme socialiste ?
    Le libéralisme a besoin d’un État limité et d’un droit naturel des individus.
    Il faut être ignorant des réalités de ce monde pour ne pas voir que c’est le portrait d’une nation chrétienne..

  • « Certes, le peuple est souverain. »

    Certainement pas en France, elle n’est même pas classée comme « démocratie » et « la volonté du peuple » s’exprime par les filtres qu’on connait: la presse.

    Le modèle suisse oui, avec les votations qui ont supprimé le status de fonctionnaire, qui retoquent des impôts, des restrictions, des lois, des privilèges, ça marche.

    Bien mieux en tout cas.

    • Et qui permettent à ce pays de dépenser, donc de s’endetter, bien moins que les oligarchies !
      Car le peuple voit plus loin que sa représentation.
      Les politiciens sont narcissiques et mégalomanes, sensibles à toutes les pressions. Pas le peuple.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vendredi, Contrepoints proposait un article intitulé « Les sanctions contre le Kremlin sont justifiées d’un point de vue libéral ».

Curieux, je me suis demandé comment ces sanctions pourraient trouver une quelconque justification libérale. Et malheureusement, je dois dire que la lecture de l’article n'a pas apporté de réponse à ma question. Bien au contraire, les arguments que j’y ai lu sont à mon avis symptomatiques d’un profond désaccord sur la nature du libéralisme. En ne s’intéressant qu’aux conséquences collectives et hypothétique... Poursuivre la lecture

Bastiat
2
Sauvegarder cet article

Par Dan Sanchez.

 

Que faudrait-il pour que la liberté redevienne "une idée dont le temps est venu" ?

Ou, comme l'a dit Leonard Read, "De quoi la philosophie de la liberté a-t-elle le plus besoin ? ».

Sa réponse était : "de plusieurs milliers de penseurs créatifs, d'écrivains, de bavards, comme Frédéric Bastiat l'a été pour la philosophie de la liberté...".

Read estimait que dix mille pourraient faire l'affaire.

"Dix mille Bastiat ?" écrit-il, sachant que c'est un défi de taille. "Eh bien, diffic... Poursuivre la lecture

Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles