La rumeur des 50 000 centenaires algériens

Un mail viral sous-entend que des Algériens profiteraient du système de retraite français en ne déclarant pas des décès pendant 3 ou 4 générations.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drapeau algérien

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La rumeur des 50 000 centenaires algériens

Publié le 29 novembre 2012
- A +

Un mail viral sous-entend que des Algériens profiteraient du système de retraite français en ne déclarant pas des décès pendant trois ou quatre générations.

Par Anton Suwalki.

 

J’ai été destinataire voici quelques jours d’un mail censé m’informer d’un énorme scandale, mail anonyme [1], dont le corps du texte était précédé d’un commentaire familier : « Si tu n’étais pas au courant, tu vas certainement apprécier ! ». Je faisais en fait partie d’une liste de destinataires masqués. Voilà des manières qui m’incitent en général à la vigilance, plutôt que de plonger tête baissée. Vérification faite, il s’agit d’un d’un hoax qui inonde la toile depuis plus d’un an, recopié sans réfléchir par mon expéditeur pour alimenter une chaîne de messages, et qui illustre à merveille le mésusage dramatique que beaucoup de gens font d’Internet. Esprit critique, où es-tu ?

La diatribe commence ainsi :

« 50 000 retraités Centennaires (sic) en Algérie !! à qui l’on verse une retraite depuis des décennies… C’est un SCANDALE !!!  Que font nos hommes politiques ? la CNAV ? et les fonctionnaires concernés ? voilà des milliards à récupérer et à ne plus verser… au lieu de les prendre aux Français qui n’ont pas beaucoup d’euros. »

L’auteur trahit d’emblée son véritable objectif, même si on peut évidemment tiquer sur le nombre faramineux de centenaires algériens annoncé. Car bien entendu, si les Français « n’ont pas beaucoup d’euros », il est bien connu que les Algériens roulent sur l’or. Si l’ambiguïté était encore de mise, elle est levée par le jeu de mots débile qui conclut cette  introduction : « Et on va diminuer [nos retraites] pour continuer à payer les leurs ! J’Allah-ucine !!!!! (re-sic !) ».

On se dit là que l’obsession de l’auteur porte sur tout autre chose que la bonne gestion de la sécurité sociale.

Commençons à rappeler, tant pis pour ceux à qui cela donnerait de l’urticaire, que le droit à percevoir une retraite n’est pas une question de nationalité, mais dépend du fait d’avoir cotisé en France à l’assurance vieillesse. Les Algériens qui ont travaillé et cotisé en France ont donc les mêmes droits que les Français, centenaires ou pas. Ensuite, même s’il y avait effectivement 50 000 centenaires algériens à qui l’on versait des retraites indues, ça ne ferait pas « des milliards » à récupérer. Même pas un milliard, d’ailleurs.

Mais d’où viennent ces 50 000 centenaires à qui la CNAV continuerait de verser une pension ? Sachant que la France compte quelques 15 000 centenaires pour 63 millions d’habitants, que l’Algérie compte 37 millions d’habitants dont l’espérance de vie est nettement plus faible qu’en France (73 ans), on serait en présence d’une fraude d’une ampleur considérable. Même en imaginant la gestion infiniment laxiste de la CNAV, on peine à croire qu’elle verserait les yeux fermés une pension à 50 000 centenaires algériens. Il existe, dans tous les organismes, de droit public ou privé, des systèmes de contrôle de fichiers pour identifier des zones géographiques ou des sources de fraudes possibles, par le biais d’anomalies statistiques.

C’est pourtant ce que nous affirme le hoax :

« Savez-vous que l’on vit plus vieux en Algérie (150 ans) que partout ailleurs dans le monde ? C’est l’intéressante découverte faite par la Cour des comptes qui, en épluchant les comptes de la CNAV (caisse nationale d’assurance vieillesse), l’organisme qui paye les retraites a constaté que le nombre de retraités centenaires algériens (plus de 50 000) était particulièrement important. Ce nombre est même très très supérieur au total des centenaires recensés par l’état civil en Algérie. Rolande Ruellan, présidente de la sixième chambre de la Cour des comptes qui a présenté le 9 juillet dernier un rapport sur la fraude sociale [2] devant une commission parlementaire, reconnait le problème (document que chacun peut consulter pour vérifier cette info). »

Comme c’est le cas pour beaucoup de rumeurs circulant sur la toile, le falsificateur, pas forcément très malin, se sent obligé pour faire sérieux de citer des sources fiables « que chacun peut vérifier », pariant peut-être sur le fait que tous ceux que cette « allah-ucination » confortent dans leurs préjugés xénophobes n’iront pas vérifier. Pari malheureusement réussi, si on se fie au nombre de fois que ce texte a été recopié. L’auteur en toute impunité se sent obligé d’en rajouter : « [on vit plus vieux en Algérie] (150 ans) », sous-entendant que des Algériens profiteraient du système en ne déclarant pas des décès pendant trois ou quatre générations.

Jamais, ni dans le rapport de la Cour des comptes invoqué ici, ni dans la communication à l’Assemblée nationale, il n’est question de 50 000 faux centenaires en Algérie, et encore moins de faux retraités de 150 ans.

Dans ce rapport, certes peu élogieux pour la gestion de la CNAV, la question des fraudes à l’assurance vieillesse n’occupe qu’une place restreinte, et dans l’audition de Mme Ruellan, celle-ci se contente de remarquer :

« Notre rapport cite par exemple l’étonnante longévité des ressortissants algériens bénéficiant d’une retraite française en Algérie : le nombre de pensionnés centenaires, selon les chiffres de la direction de la sécurité sociale, serait supérieur au nombre de centenaires recensés par le système statistique algérien ».

Notons que le faux commence par une modification presque anodine d’une citation : un conditionnel remplacé par  un présent, « supérieur » remplacé par « très très supérieur ». Puis, on ajoute des chiffres astronomiques sortis de l’imagination du faussaire.

On peut concevoir que ce type de fraude (des décès non déclarés pour continuer à toucher une pension de retraite) est plus fréquente, car moins facilement contrôlable, pour des personnes à l’étranger que pour des résidents en France.

Et les interrogations formulées par Mme Ruellan concernant l’Algérie ne reposent pas sur rien.

La Cour des comptes a en effet observé « que les pensionnés nés en Algérie meurent plus vieux que ceux des autres pays de l’échantillon[3]) (à l’exception de la France elle-même), sans que ni l’âge de la population pensionnée ni sa structure par âge puisse l’expliquer, au contraire ».

Une table de comparaison des espérance de vie selon les données de l’OMS et celle de la CNAV confirme ces écarts importants, pour l’Algérie notamment.

D’autre part des cas de fraude ont effectivement été documentés en… 2007 : huit faux actes d’état civil pour 111 domiciliés à Merouana, dans l’est de l’Algérie. Difficile sur cette base d’extrapoler le nombre de faux centenaires pensionnés en Algérie. Mais au fait, combien de centenaires tout court ?

Pascale Robakowski, l’agent comptable de la Cnav, en révèle le nombre, quelques mois après le rapport de la Cour des comptes : il y avait en 2010, 539 centenaires algériens pensionnés sur un total de 440 000 pensionnés. Un chiffre confirmé un peu plus tard par le directeur de la CNAV, estimant qu’« on ne peut pas dire qu’il y ait une fraude majeure aux retraites en Algérie ».

Autrement dit, même si les 539 correspondaient tous à de faux centenaires, ce serait tout de même près de 100 fois moins que le chiffre inventé par ceux qui ont fabriqué le hoax ! Et quoi qu’il en soit, le renforcement justifié de la prévention de ce genre de fraudes ne suffirait pas, loin s’en faut, à résoudre les problèmes des retraites.

Il ne s’agit pas ici d’établir une hiérarchie dans la gravité des fraudes, mais d’essayer comme pour toutes les rumeurs colportées sur la toile, d’appeler les gens à vérifier ce qu’ils lisent, à ne pas répercuter n’importe quoi dès lors que cela désigne un coupable qui a la gueule de l’emploi, surtout quand on a la prétention de « ne pas être dupe ». En l’occurrence, c’est surtout celui ou ceux qui ont concocté ce fake qui vous prennent pour des imbéciles. Tâchez donc de leur donner tort, pour une fois.

Malheureusement, quel que soit le sujet de la rumeur – OGM, attentats du 11 septembre, faux centenaires algériens… – l’idéologie et la passion du bouc émissaire l’emportent trop souvent sur les faits et sur les appels à l’usage de l’esprit critique.

—-
Sur le web.

Notes :

  1. Du moins portant une signature féminine fantaisiste et que je ne peux relier à aucune personne que je connais.
  2. Rapport qui, soit dit en passant, date de plus de deux ans, et dont des conclusions falsifiées continuent à alimenter le « scandale »….
  3. France, Espagne, Maroc, Portugal, Tunisie.
Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • La mesure dont fait preuve l’auteur de cet article est salutaire, mais si fraude à la longévité il y a, elle ne commence certainement pas quand le bénéficiaire des prestations atteint 100 ans!

    A suivre le raisonnement présenté, il suffirait que quelqu’un meure à 70 ans et que la famille touche une retraite abusive pendant 25 ans pour que la fraude passe sous l’écran radar!

    Le fait est que bien peu de contrôle ont lieu sur la durée de vie effective des bénéficiaires de retraite. La mention des centenaires « fait le buzz » mais démonter cette exagération n’invalide pas l’entier des soupçons.

    Cette remarque n’est en rien limitée à l’Algérie, d’ailleurs.

  • Surtout qu’il faut justifier de 6 mois de présence sur le territoire Français pour toucher une retraite.

  • Je partage avec l’auteur l’idée que ces fraudes aussi spectaculaires qu’imaginaires ne sont qu’un prétexte donné à quelques fâcheux pour s’exciter. Toutefois, l’auteur s’illusionne quand il évoque ce point précis :

    « Il existe, dans tous les organismes, de droit public ou privé, des systèmes de contrôle de fichiers pour identifier des zones géographiques ou des sources de fraudes possibles, par le biais d’anomalies statistiques. »

    Certes, des outils de contrôles automatisés des prestations existent, par détection d’incohérence ou d’anomalies statistiques dans les données. Mais la volonté de les mettre en oeuvre efficacement n’existe pas. Pire : les rares employés des organismes sociaux chargés des contrôles qui obtiennent des résultats significatifs ne sont pas soutenus par leur hiérarchie, pour ne pas dire autre chose. Et quand bien même la volonté de contrôle existerait, la loi est rédigée de telle manière qu’il est pratiquement impossible de mener à terme des contrôles systématiques, c’est-à-dire avec une récupération financière significative et application de pénalités qui vont bien.

    Cette situation de faiblesse des contrôles des prestataires est justifiée officieusement par l’idée que les montants des prestations dues non réclamées par certains compenseraient les prestations indûment versées à d’autres et que le coût de contrôle et de récupération des fraudes dépasse largement l’économie espérée. Ainsi, il serait plus coûteux de sanctionner les fraudes que de les laisser perdurer et, de toutes les manières, ceux qui fraudent n’ayant généralement aucun autre moyen de subsistance, il faudra quand même leur verser des prestations sociales.

    Evidemment, cette incroyable mansuétude savamment organisée ne concerne que les prestataires margoulins. Par principe, les entreprises cotisantes, même de bonne foi, font l’objet de toute l’attention des contrôleurs et la plupart des ressources consacrées aux contrôles leur est réservé. Pour les entreprises, pas de pitié !

  • Un petit détail : les décès sont signalés à l’administration française de la CAF par les autorités locales algériennes.
    Quand on connaît la corruption endémique qui sévit en Algérie, ça me fait doucement rigoler.

  • pour tranquilliser STÉPHANE il serait intéressant que la CNAV nous dise le temps mis pour signaler le décès d’un retraité algérien par ses proches.
    en qualité d’écrivain public j’ai constaté que le décès est signalé majoritairement dans les 15 jours qui suivent le décès.
    pour le reste c’est pas pire qu’en France, n’en déplaise à certains.

  • http://rue89.nouvelobs.com/hoax/2011/02/10/la-cour-des-comptes-voit-un-peu-trop-dalgeriens-immortels-189367
    faux creuser si on veut savoir ! vu ce qu’il se passe pour les allocations familliales cette information n’est pas si invraisemblable.
    Et qui plus, est ou est la vérité ? ce que vous faites est simplement saborder la vérité ! en tout les français ne se font aucune illusion sur les services de l’état.
    Pour moi il est normal qu’un retraité qui passe sa retraite à l’étranger ai une retraite dévaluée ! Car qui paye sa retraite ? les travailleurs français ! maintenant !
    Donc ce n’est pas pour faire vivre les entreprises algériennes ou marocaines ou ailleurs ! que ce soit un retraité étranger ou français ‘est pareil !
    Les travailleurs payent d’abrod pour les personnes qui redistribuent en france. Les autres c’est leur problèmes .
    Le retraites ne doit pas être un droit mais une aide !
    Cela devrait s’adresser aux personnes qui ne sont plus capables de s’assumer et les meilleures retraites vont toujours à ceux qui ont put le plus épargner.
    C’est lamentable de voir des gens qui ont toujours eu du mal à finir leur fin de mois être encore plus que les autres maltraités en fin de vie. Non la France n’est pas un pays de justice.

    L’EUROPE est une dictature pour enfermer les républiques.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dans un rapport publié en novembre, la Cour des comptes dresse un bilan préoccupant de l’état de la fonction publique française.

Trois ans après la promulgation de la loi du 6 août 2019 sur la transformation de la fonction publique (LTFP), l’État peine à attirer, à recruter et à fidéliser les agents publics. La Cour note que « le nombre de fonctionnaires a diminué de 53 300 dans l’ensemble de la fonction publique, soit une baisse de 1,4 % par rapport à 2016. » La proportion d'agents contractuels dans les trois fonctions publiques est ... Poursuivre la lecture

Première partie de cette série ici.

Seconde partie de cette série ici.  

 

L’opium des intellectuels

Ces intellectuels de gauche, dont Aron est si proche, à tout le moins par sa formation normalienne et philosophique, il les accuse de trahir leurs propres valeurs en se laissant subjuguer, à la fois par une doctrine du XIXe siècle que l’histoire a démentie, par un État dont la nature totalitaire devrait leur être odieuse et par un parti qui en est le représentant et l’exécutant dans nos frontières.

Contrairemen... Poursuivre la lecture

Par Simon Choisy. Un article de l'IREF

 

La bouche de la vérité (bocca della verita), aussi appelée « bocca del leone » (bouche de lion), compte parmi les curiosités du palais des Doges de Venise.

Il s’agit d’une boîte aux lettres destinée, du temps de la république de Venise, à recevoir les dénonciations. Associés à tort à des délations anonymes, ces mémoires devaient être signés et circonstanciés. Ils faisaient ensuite l’objet d’enquêtes, notamment pour des actes constitutifs de mauvais usage des deniers publics, d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles