Abrogation de l’exonération de charges sociales : un coup à l’entrepreneuriat

Le gouvernement abroge l'exonération de charges sociales, uniquement pour les salariés créateurs ou repreneurs d'entreprise.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Les-pigeons-entrepreneurs

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Abrogation de l’exonération de charges sociales : un coup à l’entrepreneuriat

Publié le 21 novembre 2012
- A +

Le gouvernement abroge l’exonération de charges sociales, uniquement pour les salariés créateurs ou repreneurs d’entreprise. Une absurdité quand on dit vouloir encourager l’entrepreneuriat.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Il est curieux d’entendre le gouvernement plaider en faveur de la reprise des entreprises en difficulté par les salariés et de le voir prendre une telle mesure. En effet, les députés ont confirmé la semaine dernière une mesure du projet de loi de finances pour 2013 (article 71) prévoyant l’abrogation de l’exonération de cotisations sociales accordées aux salariés créateurs ou repreneurs d’entreprise à compter du 1er janvier 2013.

Un double discours

La justification d’une telle mesure, selon le gouvernement, est que cette mesure, instituée par la loi du 1er août 2003 pour l’initiative économique, n’a pas eu l’effet escompté et que le régime de l’auto-entreprise, mis en place depuis, (et que le gouvernement torpille)  s’est dans les faits substitué à ce dispositif. Le gouvernement, qui souhaite éviter la superposition d’outils, a rappelé, lors des débats, qu’il existe toujours une exonération du même ordre dans le cadre du dispositif ACCRE (aide aux chômeurs créant ou reprenant une entreprise), lui même récemment amputé par le gouvernement.

Autrement dit, au moment des grands discours sur la compétitivité et sur le dynamisme entrepreneurial, le gouvernement continue, une flèche après l’autre, à torpiller toute initiative et tout velléité de création d’entreprise.

Lire aussi sur Contrepoints :

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Les journalistes parlent de révolution copernicienne : effectivement, on tourne en rond !
    Continuer à financer cet État va finir par être moralement condamnable. Le socialisme est antisocial.

  • Bon sens, cohérence, et durée n’existent pas dans notre paysage politique.

    • @Citoyen: Serait il possible qu’un jour vous soyez capables d’exprimer des propos intelligibles clairs et argumentes.
      Exprimer son mepris comme vous le faites, sans la moindre trace de reflexion, ca vous sert a quoi? Vous voulez nous convaincre du bien fonde du socialisme? Allez y! Faites le avec des ARGUMENTS avec de la logique, avec de la persuasion!
      Concretement, a part nous cracher votre mepris a la figure, ils servent a quoi vos posts? Je vous le demande serieusement: Qu’attendez vous des liberaux que vous detestez tant? Vous voulez qu’on se suicide tous? Vous voulez qu’on devienne socialiste? Vous voulez qu’on fasse de la lutte armee et des ratonnades anti socialistes pour enfin reveller notre barbarie et notre cruaute au grand jour? Concretement, qu’attendez vous de cette communication avec des liberaux? C’est pas tres clair ca non plus.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La plupart des plans de transformation ne donnent pas grand-chose malgré l’importance des moyens mis en œuvre. L’une des raisons est qu’ils essaient d’aller trop vite. Cette volonté d’aller vite est guidée à la fois par la peur d’échouer et par une mauvaise compréhension de la nature profonde de la transformation, qui est un processus social.

Je n’ai qu’un vague souvenir du reportage, car c’était il y a longtemps, mais il m’a marqué. La scène filmée se passe dans un centre de formation d’apprentis en mécanique. Le professeur, vieux de ... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

 

1) Big Players and The Economic Theory of Expectations, de Roger Koppl (2002)

J’ai terminé récemment la lecture de cet ouvrage, que je conseille ardemment à tout un chacun.

Méthodologiquement, Koppl part de deux fondements qu'il qualifie de misésiens, inspirés de Friedrich Hayek et Alfred Schultz. Il construit par la suite une théorie des anticipations cognitives (subjectives) et a-cognitives (objectives), plus ou moins fiables selon la nature des institutions.

Basant sa t... Poursuivre la lecture

Par Philippe Silberzahn.

Que peut nous apprendre l’ouvrage d’un économiste presque inconnu, paru il y a exactement un siècle ? Beaucoup. Nous est-il utile face aux questions actuelles ? Oui, très. Il se trouve que Risk, Uncertainty and Profit, écrit par Frank Knight en 1921, est un ouvrage essentiel, même s’il est difficile à lire. C’est le premier à véritablement formaliser l’incertitude et à montrer ce que cette notion implique dans la prise de décision. Et ce faisant, il nous dit aussi beaucoup sur qui nous sommes en nous révélant c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles