La croissance au troisième trimestre 2012

Croissance de 0,2% pour la France, chute de 0,1% pour la zone euro. Faut-il pour autant pavoiser ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
récession

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La croissance au troisième trimestre 2012

Publié le 18 novembre 2012
- A +

Croissance de 0,2% pour la France, chute de 0,1% pour la zone euro. Faut-il pour autant pavoiser ?

Par Vladimir Vodarevski.

Les chiffres de la croissance française et de la zone euro au troisième trimestre sont tombés. Croissance phénoménale de 0,2% pour la France, chute de 0,1% pour la zone euro.

Bon, soyons sérieux quelques secondes. Compte tenu de la complexité à calculer la production d’une économie moderne, ces chiffres montrent une stagnation du PIB de la France comme de la zone euro. Sachant que ces chiffres seront révisés au fil du temps. Pas de quoi s’enflammer.

Pourtant, c’est sur la base de ces petits chiffres qu’est décrété si un pays est en récession ou non. On voit le ridicule, à force de scruter la moindre once de croissance.

D’ailleurs, pourquoi vouloir la croissance à tout prix ? D’abord, l’économie, si elle a suivi une mauvaise voie, peut avoir besoin de se restructurer. C’est-à-dire que les activités non viables disparaissent, pour être remplacées par des activités viables. La crise actuelle provient du crédit facile organisé par la Fed et le gouvernement américain, ce qui a entraîné des « malinvestissements », selon la théorie d’Hayek. Il faut donc en quelque sorte purger l’économie pour qu’elle se relance sur des bases saines. Vouloir « forcer » la croissance par la dépense publique entraînera des lendemains encore plus difficiles.

Les thuriféraires de la croissance à tout prix arguent que la croissance, c’est l’emploi. Oui, mais, la croissance à tout prix mène à l’aggravation de la crise, et donc à un accroissement de la détresse sociale. Or, ne vaut-il pas mieux une petite récession, qu’une économie moderne peut rendre supportable à tous, à condition de ne pas gaspiller la dépense publique, qu’une grande récession, où la souffrance sociale est plus grande ?

Mais telle n’est pas la vision de la théorie dominante – keynésienne – et de nos politiciens, qui préfèrent le très court terme, qui prolonge en fait la souffrance sociale, plutôt que l’effort, bref, qui permet de relancer l’économie, l’emploi, le revenu, et le progrès social.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « La croissance, c’est l’emploi » est une expression erronée. C’est la croissance du PIB marchand qui crée l’emploi, pas la croissance globale illusoire soutenue par des dépenses publiques.

  • Dans quelques mois, il est fort à parier que les mêmes chiffres seront revus très fortement à la baisse. Les trucages de l’insee sont de plus en plus debusqués par un public de mieux en mieux informer non par nos médias nationaux, mais par le net. Enfin, selon la gourgandine du journal du week-end de TF1 (une énarque, ne l’oublions pas), ces excellents résultats seraient liés à la politique redistributive de Porcinet. Autrement dit, quand plus personne ne nous prêtera de fric….. je vous laisse imaginer la suite …

  • Avec un déficits public de près de 5% et une inflation à 3 %, on peut en déduire que nous sommes en fait en décroissance de 8%….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Sébastien Laye.

En économie, la seule exactitude qui vaille est celle des chiffres, réalité implacable. Or cet ancrage dans le réel et la statistique sied mal au pouvoir actuel, qui se complait dans la communication à outrance sur des slogans, ou la circonscription de la réalité à une ou deux statistiques favorables.

Pic historique du taux de marge des entreprises

À cet égard, si le gouvernement communique cahin-caha sur les chiffres du chômage (à 8,1 %), plutôt bons mais sans être exceptionnels, et grevés de diverses manipu... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Karl Eychenne.

« La politique du quoi qu’il en coûte ne coûtera jamais trop cher », ainsi parlait l’Homme politique alors que la première crise sanitaire plongeait l’économie française dans l’obscurité. En termes de philosophie morale, le quoi qu’il en coûte repose sur un impératif catégorique hermétique à tout calcul de coin de table : il faut sauver tout le monde.

« Une injustice faite à un seul est une menace faite à tous. », Montesquieu.

Bien sûr personne n’est dupe, le quoi qu’il en coûte a un coût. D’ailleurs, o... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Thiboumery.

Le Conference Board prédit une croissance du PIB américain de 5 % au quatrième trimestre 2021 et de 3,5 % en 2022. Et si ces prévisions étaient fausses et que les États-Unis sont déjà entrés en récession ?

Les États-Unis en passe d'entrer en récession ?

C’est l’avis de David Blanchflower, professeur d’économie (et ancien membre du comité de politique monétaire de la Bank of England de 2006 à 2009) qui a publié un papier de recherche sur la prévision des retournements économiques. L’étude démontre que de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles