La croissance au troisième trimestre 2012

Croissance de 0,2% pour la France, chute de 0,1% pour la zone euro. Faut-il pour autant pavoiser ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
récession

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La croissance au troisième trimestre 2012

Publié le 18 novembre 2012
- A +

Croissance de 0,2% pour la France, chute de 0,1% pour la zone euro. Faut-il pour autant pavoiser ?

Par Vladimir Vodarevski.

Les chiffres de la croissance française et de la zone euro au troisième trimestre sont tombés. Croissance phénoménale de 0,2% pour la France, chute de 0,1% pour la zone euro.

Bon, soyons sérieux quelques secondes. Compte tenu de la complexité à calculer la production d’une économie moderne, ces chiffres montrent une stagnation du PIB de la France comme de la zone euro. Sachant que ces chiffres seront révisés au fil du temps. Pas de quoi s’enflammer.

Pourtant, c’est sur la base de ces petits chiffres qu’est décrété si un pays est en récession ou non. On voit le ridicule, à force de scruter la moindre once de croissance.

D’ailleurs, pourquoi vouloir la croissance à tout prix ? D’abord, l’économie, si elle a suivi une mauvaise voie, peut avoir besoin de se restructurer. C’est-à-dire que les activités non viables disparaissent, pour être remplacées par des activités viables. La crise actuelle provient du crédit facile organisé par la Fed et le gouvernement américain, ce qui a entraîné des « malinvestissements », selon la théorie d’Hayek. Il faut donc en quelque sorte purger l’économie pour qu’elle se relance sur des bases saines. Vouloir « forcer » la croissance par la dépense publique entraînera des lendemains encore plus difficiles.

Les thuriféraires de la croissance à tout prix arguent que la croissance, c’est l’emploi. Oui, mais, la croissance à tout prix mène à l’aggravation de la crise, et donc à un accroissement de la détresse sociale. Or, ne vaut-il pas mieux une petite récession, qu’une économie moderne peut rendre supportable à tous, à condition de ne pas gaspiller la dépense publique, qu’une grande récession, où la souffrance sociale est plus grande ?

Mais telle n’est pas la vision de la théorie dominante – keynésienne – et de nos politiciens, qui préfèrent le très court terme, qui prolonge en fait la souffrance sociale, plutôt que l’effort, bref, qui permet de relancer l’économie, l’emploi, le revenu, et le progrès social.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « La croissance, c’est l’emploi » est une expression erronée. C’est la croissance du PIB marchand qui crée l’emploi, pas la croissance globale illusoire soutenue par des dépenses publiques.

  • Dans quelques mois, il est fort à parier que les mêmes chiffres seront revus très fortement à la baisse. Les trucages de l’insee sont de plus en plus debusqués par un public de mieux en mieux informer non par nos médias nationaux, mais par le net. Enfin, selon la gourgandine du journal du week-end de TF1 (une énarque, ne l’oublions pas), ces excellents résultats seraient liés à la politique redistributive de Porcinet. Autrement dit, quand plus personne ne nous prêtera de fric….. je vous laisse imaginer la suite …

  • Avec un déficits public de près de 5% et une inflation à 3 %, on peut en déduire que nous sommes en fait en décroissance de 8%….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelque intérêt à ne pas effacer de la mémoire collective ce qu’ont pu être les grands débats qui ont infléchi notre histoire.

Les acteurs de ces débats ont en effet avancé des prédictions qui ont pesé sur la décision du peuple souverain lorsqu’il a été appelé à se prononcer, comme ce fut le cas pour le référendum sur le traité de Maastricht. On est en droit de juger de ces arguments et de ces prédictions à l’aune de ce que l’on a pu observer dans la durée.

 

Il y a juste 30 ans, le 20 septembre 1992, les Fran... Poursuivre la lecture

Êtes-vous capable de citer un seul domaine qui ne va pas être profondément transformé dans les années à venir ?

L’aviation… Allons-nous voyager partout dans le monde comme nous l’avons fait depuis 20 ans ou la montée d’Internet et le développement des vidéoconférences utilisant le Wi-Fi vont permettre de réduire les déplacements, les constructeurs d’avion devant alors se lancer dans les satellites et les lanceurs ?

Il y a moins d’inconnues sur la volumétrie du marché de l’automobile, mais celle-ci affronte le challenge gigantesq... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

La statistique du PIB reflète l'idée que le facteur clé de la croissance économique n'est pas la production de richesses mais plutôt leur consommation. Il s'agit plutôt d'un calcul de la valeur des biens et services finaux produits pendant un intervalle de temps donné, généralement un trimestre ou une année. Comme les dépenses de consommation représentent la plus grande partie de la demande globale, de nombreux commentateurs estiment que les dépenses de consommation sont le principal moteur de la croissance économiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles