Genève : l’annonce surprise d’un impôt sur les sociétés divisé par deux

GENFERSEE, LAC LEMAN, SPRINGBRUNNEN, JET D'EAU, EAUX-VIVES, HAFENBECKEN, MOUETTE,

Pour rester concurrentiel, le canton genevois préconise un taux d’impôt unique pour l’ensemble des sociétés à 13%.

En raison de pressions exercées par l’UE, la Suisse devrait abolir les régimes spéciaux accordés aux entreprises étrangères. Pour rester concurrentiel, le canton genevois préconise un taux d’impôt unique pour l’ensemble des sociétés à 13%.

Par Pierre Chappaz, depuis la Suisse.

Genève a attiré bon nombre de sociétés étrangères sur son territoire en leur appliquant un taux d’imposition particulièrement avantageux : 12%, soit la moitié du taux normal de 24% pour les entreprises déjà implantées sur le canton.

L’Union européenne, irritée par cette forme de dumping, exige depuis longtemps que Genève supprime cet écart d’imposition. Et finalement, le Conseil d’État genevois n’a pas eu d’autre choix que de se plier à la volonté européenne en harmonisant les taux.

Mais l’annonce du Conseil d’État réserve une jolie surprise ! L’harmonisation des taux applicables aux sociétés suisses et étrangères se fera non pas en augmentant le taux des entreprises étrangères mais en harmonisant tous les taux à 13% !

Pour les entreprises genevoises, cela représente une quasi-division par deux du taux d’imposition, une vraie bouffée d’oxygène ! Certes, le canton devra faire des économies sur les dépenses publiques pour compenser ce manque à gagner, les particuliers devront peut-être même payer plus d’impôts…

Au pays de la démocratie directe, cela sera tranché par une probable votation populaire. Mais le peuple acceptera très certainement cette décision.

Pourquoi ? Tout simplement parce que les Suisses savent que ce sont les entreprises qui créent la richesse.

Avec moins d’impôts, elles pourront investir davantage, et créer plus d’emplois.

—-
Sur le web.