La commission Jospin ne sert à rien

La commission sur la moralisation de la vie politique rend son rapport aujourd’hui. Un travail inutile et en trompe-l’œil.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
jospin

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La commission Jospin ne sert à rien

Publié le 9 novembre 2012
- A +

La commission sur la moralisation de la vie politique rend son rapport aujourd’hui. Un travail inutile et en trompe-l’œil.

Par Marc Crapez.

François Hollande a placé son quinquennat sous le signe d’une exemplarité en rupture avec une forme de corruption antérieure. En mai, il déclarait au Journal du dimanche : « Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées… Vous pourrez me rappeler cette déclaration si je venais à y manquer ».

Dommage que son Premier ministre ait été condamné à six mois avec sursis pour favoritisme et que sa ministre de la Justice ait été condamnée par les Prud’hommes pour licenciement abusif. Rien de bien méchant, mais cela contraste avec la prétention d’être irréprochable.

Regrettable aussi que, du temps où Hollande était Premier secrétaire du PS, il n’ait rien remarqué du côté des fédérations Rhône-Alpes et Nord-Pas-de-Calais. En juillet dernier, son annonce d’une commission Jospin sur la « déontologie de la vie publique » coïncida avec la réintégration discrète, au sein du groupe socialiste à l’Assemblée, de la députée Sylvie Andrieux renvoyée en correctionnelle pour détournement de fonds.

Cette annonce coïncida, en outre, avec l’échec de la proposition d’un député centriste de fiscaliser dans le revenu imposable des députés la part non consommée de leur indemnité de frais de mandat. Fournir des notes de frais ? Atteinte à la vie privée ! Une fois de plus, les élites s’octroient des privilèges en brandissant la menace d’un pseudo-risque de violation des libertés fondamentales et en faisant tomber dans ce panneau nombre de libertaires de gauche et de libéraux de droite.

Un procédé stérile, dispendieux et opaque

Les commentateurs ont salué à l’unisson le nom de Lionel Jospin comme garantie de probité. Faut-il, pour autant, oublier qu’il utilisa Matignon comme porte-avion politique, embarquant pléthore de collaborateurs et conseillers avec un record de primes de cabinet et fonds spéciaux ? Oublier qu’il fêta l’anniversaire de sa maman au pavillon de la Lanterne avec les deniers publics ? Oublier, en somme, « la facilité avec laquelle Lionel Jospin, en dépit d’apparences austères, s’est habitué aux ors et au confort de la République » (Vincent Nouzille, L’Express, 02/11/2000) ?

La commission sur la moralisation de la vie politique rend son rapport aujourd’hui. Un travail inutile puisque la gabegie de l’État fut déjà passée en revue par la commission Balladur. De plus, la commissionnite aigüe est, précisément, l’un des maux dont souffre la France. Cette manie, que le monde entier ne nous envie pas, sert à dilapider des deniers publics et, selon la formule de Clemenceau, à « enterrer » les problèmes.

Cette commission a communiqué en se présentant comme composée de bénévoles. Un journaliste préconisa même, à ce sujet, de censurer les « dérives du web ». Mais, outre les frais de transports et autres agapes, il faut compter les frais de détachement de membres qui, pendant ce temps, seront rétribués par leur corps d’origine sans le servir, compter aussi les fonctionnaires qui, en amont, travaillent à la paperasserie de ces détachements puis ceux qui, en aval, rédigeront des notes de synthèse destinées à une foule de petits roitelets qui auront à connaître des résultats de ladite commission. Bref, c’est une scorie supplémentaire à digérer par l’immense chaudière administrative où la fonction crée l’organe.

Enfin, les audaces de cette commission seront mises sous le boisseau et aucun des membres ne tapera du pied dans la fourmilière car leur prébende leur vient d’une notoriété de consensus plus que de l’avantage comparatif d’une compétence soupesée. On est très très loin du vœu du G20 d’avril 2009 souhaitant des dirigeants d’organismes publics « nommés par un processus de sélection ouvert, transparent et basé sur le mérite ».


Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Commission d’autant plus inutile que « la moralisation de la vie politique » ne devrait pas être un dossier à traiter. Tout homme politique « honnête » -ce qui veut dire qu’il fait bien son travail au service de son pays et de son peuple, sans présager de ses « petits » travers humains- n’a pas besoin qu’on lui dise qu’il ne doit pas tenir plusieurs postes à la fois, qu’il ne doit pas utiliser l’argent de l’Etat pour sa CON cubine ou ses maîtresses (et leurs enfants), qu’il ne doit pas donner l’argent de l’Etat à des pays parasites qui s’empressent de nous cracher dessus, qu’il ne doit pas mentir, se moquer, mépriser son pays ou son peuple, sa culture et son Histoire, sa religion et ses valeurs. Un vrai homme politique n’a pas besoin qu’on lui rappelle ces vices car il ne les a pas (De Gaulle, Pompidou ont été des exemples sur ce point – et Sarkozy, quoiqu’on en dise, aussi car il respectait son pays d’adoption). De plus, créer une commission pour un socialo qui a soi-disant « quitté la vie politique » parce qu’on ne voulait pas de lui (sniff !!!)… Quelle dérision ! S’ils n’étaient pas si immondes, ils arriveraient à être drôles ces socialos.

  • Il ne faut pas oublier que Jospin, ce parangon de vertu, a été pendant trente ans un sous-marin des Lambertistes, cette secte d’extrême gauche, en faisant de l’entrisme au PS.

  • Les commentateurs ont salué à l’unisson le nom de Lionel Jospin comme garantie de probité. Faut-il, pour autant, oublier qu’il utilisa Matignon comme porte-avion politique, embarquant pléthore de collaborateurs et conseillers avec un record de primes de cabinet et fonds spéciaux ?

    vous auriez pû être honnête et rappeler qu’il a quitté matignon en laissant 3 millions d’euros . personne ne l’obligeait

    il pourrait donner des leçons à bien d’autres qui se disent patriotes et qui s’exilent

  • Effectivement, un homme d’Etat « n’a pas besoin qu’on lui dise » certaines choses, ni de les demander à une ancienne taupe d’une « secte d’extrême gauche », surtout si c’est avec connivence pour accoucher d’une souris comme suit :

    Sur certains points qu’il jugeait sensibles, il n’aurait pas hésiter à faire revoter ses ouailles, «toujours avec l’objectif que notre travail n’embarrasse pas Hollande»,poursuit Bachelot. Pas question par exemple de préconiser l’instauration du mandat unique, un débat clos après un échange entre Jospin et l’Elysée alors qu’une majorité au sein de la commission s’était prononcée en faveur de cette mesure radicale (http://www.liberation.fr/politiques/2012/11/05/la-commission-jospin-dans-les-clous-elyseens_858331).

  • Si le rapport de cette commission est appliqué, ce sera déjà excellent par rapport au délire actuel.
    De plus, sur Jospin, il n’est certes pas exempt de défauts, mais en faire un profiteur malhonnête, c’est franchement un peu gros…

    • On peut toujours mettre en doute une série de faits par une opinion brodant autour du cliché « c’est mieux que rien », sauf que :
      1-personne ne fait de Jospin un profiteur malhonnête, on dit simplement qu’il est tout sauf le petit saint célébré par les médias
      2-pour appliquer le peu qui va l’être et qui l’aurait de toute façon été sans cette commission, point n’était besoin de ladite commission.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de Conflits

L’origine de la décision politique de l’arrêt définitif du réacteur nucléaire surgénérateur Superphénix par le gouvernement de Lionel Jospin le 2 février 1998 s’apparente au fameux « effet papillon » : le battement de l’aile d’un papillon au Brésil peut aboutir à la formation d’un cyclone au Texas ou en Indonésie. Le résultat de cette décision annoncée (elle figurait dans son programme pour se faire élire avec les voix des Verts) fut un désastre technique (abandon d’une filière d’avenir), humain (pertes de compét... Poursuivre la lecture

Par Lama Fakih.

Comment un État «jeune» — il n'est indépendant que depuis 1971 - et dénué de tout attribut classique de la puissance est-il devenu en l’espace de quelques années un acteur international de premier plan, sur lequel les projecteurs du monde entier sont braqués au moment où il s'apprête à accueillir la Coupe du Monde de football ?

Pour comprendre la trajectoire spectaculaire du Qatar, il convient d'examiner les stratégies de politique étrangère qu'il a employées, principalement l’alliance avec les grandes puissance... Poursuivre la lecture

Depuis le début de « l’opération militaire spéciale » russe en Ukraine, les pays occidentaux ont soutenu l’effort militaire du pays envahi. Mais comme dans plusieurs efforts similaires, les États-Unis prennent la part du lion – et davantage est encore en chemin.

Avec les élections de mi-mandat qui approchent à grands pas, nombreux sont ceux qui questionnent cette aide. À un point tel que, s’ils obtiennent la majorité, plusieurs républicains promettent de repositionner leur pays et son financement. Le chef de la minorité républicaine (q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles