« Tout l’or de l’Allemagne a disparu ! »

Et si l’Allemagne trichait et ne détenait pas autant d’or qu’elle le prétend ? Selon James Turk, expert en métaux précieux, les réserves d’or de l’Allemagne seraient épuisées depuis une dizaine d’années.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Merkel (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Tout l’or de l’Allemagne a disparu ! »

Publié le 30 octobre 2012
- A +

Et si l’Allemagne trichait et ne détenait pas autant d’or qu’elle le prétend ? Selon James Turk, expert en métaux précieux, les réserves d’or de l’Allemagne seraient épuisées depuis une dizaine d’années.

Par Charles Sannat.

Tout part d’une question : combien l’Allemagne a-t-elle d’or dans ses réserves ? Une question qui en soulève d’autres : et si l’Allemagne trichait et ne détenait pas autant d’or qu’elle le prétend ? Pourquoi chercher à rapatrier tout l’or détenu dans des coffres étrangers ? Une chose est sûre, il n’y a pas de fumée sans feu, et la Cour des comptes fédérale allemande n’exige pas un inventaire exhaustif des stocks d’or de la Bundesbank sans raison…

L’Allemagne est le 2e détenteur d’or mondial avec 3395t en réserves, des réserves qui, pour des raisons à la fois politiques et historiques, sont stockées pour la plupart à l’étranger. Si 95% des réserves d’or sont stockées entre la Fed. à New-York, la banque centrale de Londres et Paris, c’est à la fois parce que l’Allemagne craignait à l’époque d’être envahie par l’ex URSS et aussi pour avoir des réserves disponibles à titre de garantie, en cas de besoin de devises étrangères.

Le fait qu’aucun audit n’ait été réalisé depuis plus de 30 ans et le refus de la Fed. de laisser vérifier le stockage des lingots à l’intérieur des coffres a mis le feu aux poudres.

Selon James Turk, expert en métaux précieux, les réserves d’or de l’Allemagne auraient été épuisées depuis une dizaine d’années, en raison d’activités de leasing (location) via des swaps complexes sur le marché (cf. extrait de l’interview ci-dessous). L’or allemand ne serait plus, il a été loué. James Turk avait déjà évoqué les problèmes de stocks d’or de l’Allemagne à l’époque, dès 2001.

La Bundesbank a cependant tenu à rassurer sur son intégrité, par le biais d’un communiqué de presse sur son site, et a promis, malgré sa volonté de vouloir continuer de stocker ses réserves à l’étranger, de procéder à des prélèvements occasionnels de quelques dizaines de tonnes (150 en tout) pour « vérifier la teneur en or de ses lingots ».

Pourquoi maintenant ?

À cause de la crise et parce que l’Allemagne détient les plus importantes réserves d’or de la zone euro. Dans un climat d’incertitude économique très forte, l’or devient un enjeu géopolitique incontournable. Mario Draghi a lui-même récemment évoqué la possibilité d’euro-obligations adossées à l’or ; l’Allemagne a donc tout intérêt à savoir précisément ce qu’elle a en coffre !

De là à ce que l’Union Européenne décrète l’interdiction de la vente libre de l’or, il n’y a qu’un pas. Comme disait Madame Lagarde il y a peu, « Nous sommes dans une économie de temps de guerre ».

Sur le web.


Dans une interview sur King World News, James Turk a déclaré :

« Tout l’or de l’Allemagne a disparu, car il a été « prêté » sur le marché. C’est-à-dire que les coffres contenant de l’or de l’Allemagne ont fini d’être vidées en 2001, à cause des activités de « leasing » de la Bundesbank.

Les Allemands en ont prêté plus de la moitié, et l’autre moitié a éventuellement été prêtée sur le marché, ainsi qu’au travers d’échanges (swaps) compliqués avec les USA. Mais la réalité est que, depuis 2001, cet or allemand a disparu. Ce qui veut dire que tout l’or de l’Allemagne, supposément entreposé dans des coffres… tout cet or n’y est pas, il a été « prêté » sur le marché.

Il n’est pas certain que cet or prêté soit revenu dans ces coffres, c’est à dire que ces coffres, qui sont supposées contenir l’or de l’Allemagne, sont peut-être encore vides. »

Traduction de l’interview de James Turk : GoldBroker.com


 

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • « Mario Draghi a lui-même récemment évoqué la possibilité d’euro-obligations adossées à l’or » : quelqu’un pourrait-il nous fournir une source corroborant cette affirmation ?

  • Est ce que quelqu’un pourrait m’expliquer comment un pays qui à perdu les deux guerres mondiales et qui a été divisé pendant 40 ans peut (pouvait) détenir les plus importantes réserves d’or d’Europe ? Merci : )

    • L’Allemagne est la première puissance économique au monde!!!

      • non René, 4ème en nominal en 5ème en PPA. La principale raison est que l’Allemagne exporte davantage qu’elle n’importe. Durant les années 60 et 70, le solde s’est réglé en or, notamment avec les États-Unis.

  • Les brokers sur l’or et autres matières hautement spéculatives trouvent toujours un moyen de jeter le trouble et inciter à l’accentuation de leur « instrument ».

    D’où et à quelles sources vérifiables Mr J.Turk se réfère t-il ?
    Le monde ignore , mais LUI sait !
    Un coup d’esbroufe de plus, en cette période troublée?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Pierre Riou et Michel Gay.

Notre système énergétique serait bien meilleur aujourd’hui sans l’impéritie des dirigeants de ces 25 dernières années. Il est nécessaire de reconnaître les fautes passées afin de donner aux jeunes l’envie de faire autrement et de fournir les efforts nécessaires pour construire un monde plus confortable pour tous car la décroissance n’est pas une fatalité.

 

Interroger le passé

Seule une analyse honnête des fautes du passé permet la justesse du diagnostic présent et la mise en place... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, nous avons beaucoup entendu parler des 636 lobbyistes du secteur des énergies fossiles qui ont pris le contrôle du processus de la COP27 et qui sont la cause principale de l'échec de l'accord final.

La conclusion était évidente : nous devons interdire à l'industrie de participer à toutes les politiques ! Les médias grand public ont couvert cette campagne des ONG, répétant les affirmations et les messages ciblés, amplifiant le dogme anti-industrie sans réellement approfondir les recherches pour voir si les chiffres ... Poursuivre la lecture

Tiens, voilà qu’une Große Katastrophe se profile sur l’horizon teuton : on apprend qu’Uniper, la principale société allemande de vente de gaz et premier distributeur de l’entreprise russe Gazprom, doit faire appel à l’État allemand à hauteur de 55 milliards d’euros suite à une perte nette kolossale établie à 40 milliards d’euros depuis le début de l’année.

Un milliard d’euros par-ci, un milliard d’euros par-là et rapidement on commence à parler gros sous. En tout cas, à 55 milliards d’euros, voilà une somme rondelette qui va peut-être ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles