France et Allemagne : la Cigale et la Fourmi ?

L’Allemagne, sympathique fourmi, a commencé à semer ses graines chez sa voisine Cigale, la France. Elle en réclamera un jour légitimement une partie des fruits…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints964 cigale et fourmi

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

France et Allemagne : la Cigale et la Fourmi ?

Publié le 25 octobre 2012
- A +

L’Allemagne, sympathique fourmi, a commencé à semer ses graines chez sa voisine Cigale, la France. Elle en réclamera un jour légitimement une partie des fruits…

Par Acrithène.

Généralement, j’essaye d’aller un peu à l’encontre des clichés. Il en sera différemment dans ce billet.

Chacun à l’image de l’Allemagne austère et prévoyante et de la France dispendieuse et rêveuse, et cette perspective est souvent adoptée par les politiciens de droite, et même parfois de gauche. Cette interprétation des différences d’une rive à l’autre du Rhin résiste-t-elle à l’analyse des chiffres ? Hélas, un regard sur les comptes nationaux des deux pays corrobore parfaitement le cliché.

Depuis la Renaissance italienne, les comptables ont pris l’habitude, pour chaque acte économique, d’ajouter à leurs livres deux écritures, tradition qu’on appelle la « partie double ». Une des écritures décrit l’origine d’une ressource, la seconde son affectation. Les deux doivent être égales, ce qui respecte une nécessité physique.

Pour reprendre les exemples agricoles que j’affectionne, les grains issus d’une culture peuvent-être avalés ou replantés. Le comptable écrira deux lignes égales :

Grains récoltés = Grains consommés + Grains replantés

Au regard de cette égalité, nous pouvons analyser les deux premiers graphiques que je vous propose (agrandissez l’image). Chaque graphique reflète la différence entre les parts de la « récolte » qu’attribue la France à la consommation (graph 1) et à l’investissement (graph 2), en comparaison de l’Allemagne. On voit que des années 1980 à 2001, les Français consommaient une plus grande part de leur production, et en ressemaient une moindre proportion. Ce qui colle assez bien à la fable de La Fontaine La Cigale et La Fourmi.

cliquez sur l’image pour l’agrandir

Cependant, à la fin de la fable, la fourmi envoie promener, ou plus exactement « danser », la cigale. Ici, l’issue de l’histoire est assez différente. Dans la partie bleue du graphique, la France se met à investir davantage que sa voisine de l’Est. Est-ce là le signe qu’elle consomme moins et épargne davantage, manifestant une attitude plus prudente et long-termiste qu’elle n’en avait l’habitude ? Au regard du premier graphique, cela ne semble pas le cas, et la cigale semble plus dispendieuse que jamais en comparaison de sa voisine.

Pour comprendre comment la France semble à la fois plus dispendieuse et plus investisseuse – ce qui paraît paradoxal – il faut comprendre qu’un fermier a la possibilité de recevoir des grains récoltés dans un autre champ, comme il a l’opportunité d’en donner à son voisin. Ce qui nous donne :

Grains récoltés + Grains reçus = Grains consommés + Grains replantés + Grains donnés

Dans la comptabilité nationale, cet équilibre entre les ressources et les emplois prend la forme suivante :

PIB + Importations = Consommation + Investissement + Exportations

qui équivaut à

(PIB – Consommation) – Investissement = Exportations – Importations

ou encore

Épargne – Investissement = Excédent Commercial

ou encore

Investissement – Épargne = Déficit Commercial

En bref, si vous souhaitez soudainement investir davantage sans accepter de réduire votre train de vie, il vous suffit d’accroître vos dettes vis-à-vis de l’extérieur, c’est-à-dire de demander davantage de grains à vos voisins que vous ne leur en donnez. Évidemment, vous devrez rembourser ses emprunts, augmentés des intérêts. Si les graines que vous plantez vous sont prêtées par un autre fermier, vous devrez généralement en partager les fruits futurs avec lui.

Le dernier graphique représente les différences de déficit (ou excédent) commercial entre la France et l’Allemagne. Longtemps comparables, la France a soudainement développé un déficit très supérieur à celui de l’Allemagne (qui est en fait négatif, l’Allemagne ayant en fait symétriquement développé un excédent). Si je poursuis ma métaphore agricole, cela signifie que l’Allemagne, un peu plus sympathique que la fourmi, a commencé à semer ses graines en France. Elle en réclamera un jour légitimement une partie des fruits…

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
liberté
10
Sauvegarder cet article

Il est communément dit qu’en France, le libéralisme n’aurait aucun ancrage populaire, aucune existence politique, aucun passé et donc par voie de conséquence, aucun avenir.

On est en droit de se poser la question de savoir si c'est une réalité ou un mythe savamment entretenu à la fois par les libéraux désespérés du niveau de collectivisme du pays et par les collectivistes habitués à prendre leurs vues pour des réalités.

Si cela était vrai, pourquoi entendons-nous parler tout le temps de libéralisme ?

Certes, c’est princip... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follett.

 

Notre dixième Centre du progrès est Chang'an, à l'époque de la dynastie Tang, l'étape la plus à l'est de la route de la soie, qui était autrefois la plus longue route commerciale du monde. De nombreux historiens considèrent la dynastie Tang (618 à 907 après J.-C.) comme un point culminant de la civilisation chinoise, un âge d'or de la culture cosmopolite. La capitale de la dynastie Tang, Chang'an, comptait parmi les villes les plus prospères et les plus peuplées du monde, avec plus d'un million d'habi... Poursuivre la lecture

Par Xavier Fontanet.

Un jour de marché la semaine dernière en compagnie d’un couple étranger, devant la poste dans une petite ville de province nous tombons sur une porte close portant la mention : « Grève ». Des clients furieux, des mots pas toujours polis à l’égard de notre service public. Je suis moi-même gêné, je me rapproche du couple qui est dans la queue pour comprendre son problème : il a un paquet urgent à envoyer. Je lui conseille de me suivre jusqu’à la ville voisine.

Nous prenons nos voitures et nous nous retrouvons ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles