Ford Genk 0 – brimades d’État 1

Fermeture de Ford Genk en 2014 en pleine guerre acharnée des politiciens et des « écolos » contre la voiture. Coïncidence, vraiment ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ford Genk 0 – brimades d’État 1

Publié le 24 octobre 2012
- A +

Fermeture de Ford Genk en 2014, pourquoi ? Quel rôle la guerre acharnée de l’État, des politiciens et des « écolos » a-t-elle joué dans cette catastrophe et cette tragédie ?

Par Nick de Cusa, depuis Bruxelles

4.000 emplois directs démolis et jusqu’à 10.000 emplois indirects. Un nouveau massacre de l’emploi automobile en Belgique.

Et maintenant, nos politiciens tous sur le pont pour désigner des coupables, tous sauf eux, naturellement.

Et pourtant :

  • Surtaxation de l’automobile
  • Surtaxation du carburant
  • Discrimination en faveur des très petites voitures à très petits moteurs via la guerre injustifiée contre un gaz non polluant, le CO2
  • Coût des véhicules fortement plombés par cette même guerre absurde contre le CO2 : diesel, rampe commune, matériaux légers, stop start, pneus basse friction, etc., ce sont des milliers d’euros de plus par voiture
  • Autres règlementations abusives ajoutant d’autres insupportables surcoûts aux véhicules, on peut penser à Euro V et bientôt Euro VI
  • Guerre à la conduite automobile : limites de plus en plus contraignantes, chicanes, bosses diverses
  • Réduction permanente des voies de circulation automobile : suppressions de bandes (voies pour les Français), extension du piétonnier, plans de circulation proprement vexatoires
  • Traque à l’automobiliste sur la route, mise en place de contrôles de vitesse de plus en plus cachés ou de plus en plus orwelliens, comme les contrôles de moyenne sur tronçon (alors même que les immenses progrès de sécurité des véhicules autoriseraient de remonter les limitations)
  • Politiques monomaniaques en faveur des transports en communs, alors même que leurs fréquences, confort, sécurité, qualité de service, coût réel tout compris, ne répondent pas aux attentes des gens qui doivent se déplacer

MISE A JOUR, sur un rappel du lecteur Hobbart :

  • Contrôle technique annuel coûteux
  • Fiscalité en forte hausse sur les voitures de société (et amplifiant les distorsions absurdes autour du CO2)
  • Nouveau permis de conduire électronique coûteux

Quand on entend un Benoît Cerexhe claironner à la radio, que « bien entendu », il faut faire baisser de 20% la circulation automobile, on se demande, effaré, pourquoi tant de haine destructrice ? Cet irresponsable se rend-il compte des conséquences de ses néfastes intentions ?

Certaines chose sont simples : quand on tue la demande pour une industrie, tôt ou tard, on tue sa production. Quand on tue sa production, on tue l’emploi.

À tous les malheureux de Ford Genk, et fournisseurs, bientôt à la rue : CQFD. Les politiciens, et les écolos ont voulu s’en prendre à la demande de vos produits. Ils y sont arrivés.

—-
Lire aussi : Les Petroplus victimes des assauts haineux de l’État.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Tout est dit et fort bien. Bravo pour cette synthèse !

    • Le malheur, c’est que les victimes vont s’en prendre à toutes sortes de causes sauf les bonnes.

      • Certes, le lavage de cerveau, la désinformation et l’usage systématique des boucs émissaires produisent encore leurs effets.

        Ceci dit, mon petit doigt me murmure que ceux qu’on voit s’exprimer bruyamment et qui monopolisent les médias ne font plus véritablement consensus dans l’opinion des vrais gens. Il y a un gap de plus en plus prononcé entre l’opinion prétendument publique et l’opinion véritable.

      • C’est pas nous !!

  • Tu oublies l’impact négatifs sur les secteurs de l’assurance, de la santé, des pompes funèbres, des avocats et de l’assistance aux handicapés…

  • La question que je me pose est : pourquoi l’usine située en Belgique? En effet les argumnets cités dans l’article sont valables pour tous les pays européens. Et si il n’y a que les raisons citées dans l’article pourquoi déplacer une partie de la production vers l’Espagne et l’Allemagne ?

    • Certes. 1° Les politiciens démolissent la demande. 2° Les industriels doivent faire des choix terribles.

      Enlevez le 1° et vous réduisez drastiquement le besoin du 2°.

      Dans ce cas-ci, la production va à Cologne. PS: c’est la 3ème fois en Belgique après Renault et Opel, et VW Forest est passé très près (on y fait désormais l’Audi A1, qui dieu merci marche bien).

      • Erreur : la production est en fait déplacée à Valence. Au temps pour moi.

      • Audi… bien plus vendeur et qualitatif.
        Quel sera le dividende de fin d’année versé cette année aux ouvriers Porsche ?
        … Et oui, la qualité crée un retour et force l’intelligence; donc le libéralisme humaniste.

  • J’ajouterai aussi les contrôles techniques annuels imposés, qui augmentent les coûts (entretiens), la fiscalité de plus en plus dissuasive pour les voitures de société et, last but not least, l’imposition du nouveau permis de conduire électronique, dont une partie du coût (payé par l’automobiliste) est destinée à… remplir les caisses de l’Etat.

    • En effet. J’en avais oublié, et pas des moindres. Ces points sont suffisamment importants pour que je les rajoute dans l’article.

  • Benoît Cerexhe aussi, comme Montegourg ? Pitain y se donnent rendez-vous

  • Il ne faut pas une longue liste de faits négatifs pour comprendre les causes profondes du mal européen (donc aussi celui belge) !

    QUI sont les tueurs de l’automobile ? RE : les VERTS EUROPEENS.
    Partout dans l’UE 27 et où les politiciens sont forcés à des coalitions de pouvoir, à tous niveaux de gouvernance, les VERTS haïssent idéologiquement la voiture, ce signe de statut, ce signe de progrès technique, cet instrument de liberté !
    Voiture = un démon allant à l’encontre de leur volonté de coercition sur les rouages de nos sociétés et sur les humains qu’ils réduisent à l’état de « chose subordonnée ». On se rappelle les singeries de Efa Foly ?

    Ajoutons-y la saturation du marché européen, puis d’autres facteurs et l’explication reste simple : délocaliser pour survivre, là où les chances de compétitivité existent encore (temporairement ?).

  • Il manque les vrais raisons :
    Les jeunes citadins boudent la voiture : trop lente en ville , pas de place et prix excessif pour stationner
    Ils privilégient les transports en commun , le vélo , le scooteur ou la moto
    Personnellement a mon compte pour les quelques déplacements vraiment privés et pour les rares occasions d’évasions j’utilise un de mes véhicules utilitaires (un Berlingo ) finalement mieux adapté pour les loisirs qu’une berline…

    • Toutes ces raisons n’ont qu’une seules vrai cause : l’état sous toutes ses forme (nationale ou locale) :
      lenteur : tout est fait pour restreindre la circulation automobile
      pas de place et prix du stationnement : idem
      transport en commun : subvention étatique, les automobiliste paient 2 fois pour leur transport

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle rupture technologique qui pourrait, à terme, bouleverser le marché de l’emploi. Le développement des solutions d’intelligence artificielle sur des pans entiers du marché de l’emploi aura des externalités positives indéniables, encore trop mal perçues des travailleurs.

Des transformations structurelles sans destruction massive

Selon le rapport de référence « Automatisation, numérisation et emploi » du Conseil d’orientation pour l’emploi (janvier 2017), moins de 10 % des emplois existants seront menacé... Poursuivre la lecture

Quel est le critère qui compte le plus pour nous dans un travail ?

On a envie de répondre que c’est la rémunération.

Eh bien, ce n’est le critère numéro un que pour 22 % des employés.

C’est ce qui figure dans l’enquête réalisée par Bain, avec l’institut Dynata, auprès de 20 000 travailleurs dans dix pays (États-Unis, Allemagne, France, Italie, Japon, Chine, Inde, Brésil, Indonésie et Nigeria), et publiée en janvier 2022.

Elle est pleine d’enseignements pour comprendre comment ont changé et sont en train de changer ... Poursuivre la lecture

Sachant qu'ils passent en moyenne quasiment 100 000 heures de leur vie à travailler, l'évolution du monde professionnel devrait passionner les Français... et donc nos candidats à la présidentielle. Or, à moins de deux mois d'un scrutin qui va peser sur notre avenir pendant cinq ans, la question du travail et de l'emploi est bien peu présente du discours des politiques qui la cantonnent à la seule question du pouvoir d'achat. C'est certes important mais pas que.

Ces deux années ont bouleversé le monde du travail et ce n'est qu'un début ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles