Chorus, Louvois, révélateurs d’un État mal géré

Que ce soit dans les cas de Chorus ou de Louvois, ce qu’on présente comme des bugs informatiques n’est rien d’autre que le signe d’une mauvaise gestion des deniers publics.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chorus, Louvois, révélateurs d’un État mal géré

Publié le 24 octobre 2012
- A +

Que ce soit dans les cas de Chorus ou de Louvois, ce qu’on présente comme des bugs informatiques n’est rien d’autre que le signe d’une mauvaise gestion des deniers publics.

Par Philippe Jaunet.

« Le bug de l’an 2000 » : tout le monde se souvient de cette quasi légende urbaine apparue à la fin des années , selon laquelle les ordinateurs du monde entier s’arrêteraient brusquement de fonctionner lors du passage au nouveau millénaire. Il n’en aura rien été. Pourtant, la généralisation de l’informatique ne s’est pas passée sans heurts, et le bug de l’an 2000 a souvent servi d’excuse à des erreurs non pas techniques, mais humaines.

Comme chacun sait, il est souvent difficile de passer d’un système partiellement informatisé à un système totalement informatisé. On l’a bien vu ces dernières années avec la mise en place des progiciels. S’ils constituent une source d’efficacité incomparable, ces super-logiciels impliquent la plus grande vigilance, comme toute modification dans la gestion d’une entreprise. En effet, il n’est pas rare qu’un logiciel ne corresponde qu’imparfaitement aux besoins de l’entreprise ou qu’il soit mal utilisé les premiers temps.

Aussi est-il d’usage de conserver les deux systèmes – l’ancien et le nouveau – pendant une période d’essai afin de tester la validité de ce dernier en conditions réelles. Ce n’est que de cette manière que les informaticiens pourront trouver une solution à tout bug susceptible d’affecter la bonne gestion du service, voire le cas échéant, revenir temporairement aux pratiques anciennes.

Principes de bon sens, direz-vous ?

Il faut pourtant croire que l’administration ne les connaissait pas, comme en témoigne le récent scandale de LOUVOIS – pas le ministre de Louis XIV, non : le logiciel de paie du ministère de la Défense1. La presse s’en est fait l’écho, et l’on s’indigne : plusieurs milliers de militaires n’ont pas reçu leur traitement à la suite de changements d’affectation – une situation pourtant fréquente chez les militaires.

Évidemment, chez les décideurs, le responsable est tout trouvé : comme le bug de l’an 2000, auquel on pouvait imputer toutes les erreurs humaines, c’est la machine qui est seule en cause.

Mais peut-on se satisfaire d’un tel raisonnement ?

Au-delà du drame humain que connaissent certaines familles – de nombreux militaires devant désormais piocher dans leurs réserves en attendant que l’État paie ce qu’il leur doit –, nous voilà confrontés à un problème de fond qui nous affecte tous en tant que citoyens, à savoir : la réforme de l’État. Contrairement à ce que certains prétendent, les difficultés rencontrées par LOUVOIS ne sont pas inédites ou isolées mais s’inscrivent dans une longue série de dysfonctionnements qui, compréhensibles au début, sont devenus tout simplement inacceptables après quelques années d’expérimentation pratique.

Cela fait en effet plusieurs années déjà que les professionnels tirent la sonnette d’alarme en raison des problèmes rencontrés par la mise en place d’un autre progiciel, à vocation interministérielle cette fois : CHORUS.

Qui, amené à travailler avec une personne publique, n’a pas entendu parler des difficultés générées par CHORUS ?

Bien avant les militaires, ce sont les fournisseurs des administrations centrales (notamment les PME du secteur des travaux publics, de l’entretien ou de l’alimentaire) qui ont fait l’objet de retards de paiement importants – retards d’autant plus néfastes pour les entreprises concernées qu’en ces temps de crise financière, les faillites proviennent, dans deux cas sur trois, de difficultés de trésorerie2.

Évidemment, la décision de généraliser l’usage de progiciels comme CHORUS ou LOUVOIS ne doit pas être critiquée car ces programmes participent de l’effort de modernisation de l’administration. Il faut savoir que ces différents progiciels ne servent pas uniquement à informatiser des activités longtemps effectuées sur papier. Ils doivent servir à améliorer la gestion de certains flux financiers en permettant notamment à l’État de se doter d’une véritable comptabilité analytique afin de mieux réguler ses dépenses.

Malheureusement, nous sommes aujourd’hui loin du compte.

D’abord, plusieurs études des juridictions financières démontrent que les logiciels choisis ont coûté plus cher que ce qui avait été budgété (ou pour le dire autrement, plus cher que ce que d’autres fournisseurs avaient proposé). C’est là une réelle carence dans le processus décisionnel.

Ensuite, ces logiciels souffrent de problèmes de conception car, outre leurs bugs, ils sont loin de répondre aux besoins de l’administration : ainsi, CHORUS ne permet que la tenue d’une comptabilité d’analyse des coûts, insuffisante aux yeux de nombreux gestionnaires. Quant à LOUVOIS, il est affecté d’autres problèmes qui incitent certains à demander son audit.

Enfin – et comme le savent toutes les entreprises qui ont un jour installé un nouveau progiciel –, c’était une erreur, grave, que de basculer toutes les données sur LOUVOIS sans maintenir au moins pendant une période transitoire l’ancien système. C’est l’erreur qui a été commise avec CHORUS dans certaines administrations. C’est celle qui a été renouvelée avec LOUVOIS.

Évidemment, il ne s’agit pas de critiquer les fonctionnaires en charge de ces dossiers, qui sont des exécutants, mais de mettre en lumière les responsabilités des principaux décideurs. Depuis quelques années, et dans différents domaines – tous plus ou moins liés à la réforme du plan comptable public – on constate une forme d’amateurisme extrêmement dangereux, s’agissant de la gestion de l’État, et toujours imputée à des problèmes dits techniques.

Par exemple : un parc immobilier dont on ne connaît pas l’étendue réelle et dont certaines données disparaissent brusquement ; des surcoûts incompréhensibles ; des incompatibilités entre services résultant de formulaires distincts, etc.

Voilà ce dont souffre actuellement la France : une dette publique abyssale que personne ne cherche réellement à endiguer faute de véritables décideurs.

Il est temps que les Français s’intéressent un peu plus à la gestion de cet État qui n’est, d’un certain point de vue, qu’un prestataire de services dont on peut objectivement constater qu’il est mal – voire pas du tout – géré.

  1. Appelé, en toute simplicité, LOUVOIS pour Logiciel Unique à VOcation Interarmées de la Solde. Le regretté Jean Yanne aurait sûrement apprécié.
  2. Tous ministères confondus, les retards de paiement étaient évalués à 6 milliards d’euros en 2010, ramenés à 4,5 milliards selon des évaluations récentes. Mais ils se sont poursuivis en 2011, d’où les actuelles discussions au Parlement quant à un nouveau raccourcissement des délais de paiement dans les marchés publics.
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • 20 minutes consacrait deux pleines pages aux soldes impayées des militaires français l’autre jour. Les témoignages parlent de, par exemple, 80 membres d’une unité de 120 pas payés depuis des mois voire des années, qui vendent leur voiture pour pouvoir nourrir femme et enfant, qui accumulent des agios de découverts et font face à des banquiers incrédules, contraints de se mettre en arrêt maladie fictif pour faire des boulots au black… et surtout qui ne respectent plus leur hiérarchie et encore moins la classe politique.

    Se servir des fonctionnaires dénués de droit de grève comme variable d’ajustement et crédit-fournisseur de masse quand l’état n’a plus de sous, je l’avais prédit il y a plus de 4 ans et j’étais pas le seul. C’est une situation dangereuse car elle ouvre une porte très large à la corruption (combien d’armes et d’explosifs militaires vont finir dans la nature, « perdus » ?), en plus si jamais il faut mobiliser des troupes en urgence pour une situation insurrectionnelle en banlieue, je sais bien que c’est un vieux serpent de mer mais tout de même, la défiance et le manque de motivation accumulés risquent de se retourner contre le reste de la population.

  • pour info Chorus a été vendu par la société SAP à l’état pour la modique somme de 1 Milliard d’euros…

    • L’équivalent de 5 lanceurs Ariane tous frais compris … ça parait quand même délirant. Vous êtes sur de ne pas mélanger cout total de la transition, et prix de vente du logiciel ?

      • en fait, pour ce prix on a même pas le logiciel, seulement une licence (payante) et le droit d’utiliser le paramétrage spécifique. Par contre SAP n’a pas palper le milliard, ce sont les société qui ont « développer » autour de SAP qui ont touché.

      • wiki donne le chiffre 1/2 milliard seulement, +120 millions euros de maintenance sur 6 ans

        • la maintenance c’est plutôt 40 à 50 millions/an, soit 1/2 milliards de plus sur 10 ans (c’était en tout cas le calcul de l’inspection des finances en 2006)
          Noter la Valeur Actualisée Nette (VAN) négative de 700 millions pour le bousin (toujours selon la même source)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Peut-on encore faire dérailler le train qui nous conduit sur la route de la servitude ? À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, même les plus optimistes des intellectuels libéraux doutent. Tout paraît joué d’avance, et le candidat qui remportera la mise prévoit d’appliquer un programme qui de toute façon sera aux antipodes de l’esprit du libéralisme.

Cette année, l’offre politique est globalement assez pauvre et aucun programme ne propose de réforme suffisamment courageuse et originale pour créer l’adhésion plein... Poursuivre la lecture

Compte tenu des informations éventuellement à disposition au sujet de l'élection présidentielle, il semble qu’il n’y aura pas de changement important des politiques françaises, quel que soit le candidat qui sera élu et quels que soient les élus du Parlement. Ce qui serait souhaitable serait d’obtenir des réformes permettant de donner au libéralisme une place beaucoup plus grande en France.

En effet, la France est un des pays du monde où le montant des impôts et des dépenses publiques est le plus élevé. Et par ailleurs il semble qu'elle... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

La campagne présidentielle promettait de tourner essentiellement autour de la crise sanitaire, elle devrait plutôt s’attacher à l’essentiel, éviter l’effondrement économique du pays, nous prévient Jacques Garello dans son dernier essai Vaccin libéral. Face aux virus du populisme et du despotisme, le peuple français rechigne à se faire vacciner, c’est-à-dire à entendre le message vrai du libéralisme pour rendre le pays prospère et moins asservi au fameux modèle social que le monde entier nous envie.

Ce modèle social s’inscrit da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles