Trop d’impôts, trop de taxes, et trop de bonbons

Avec le niveau abusif des impôts et taxes, et le niveau excessif de subventions, il y a certainement « moyen de moyenner ».
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bonbons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trop d’impôts, trop de taxes, et trop de bonbons

Publié le 24 octobre 2012
- A +

Avec le niveau abusif des impôts et taxes, et le niveau excessif de subventions, il y a certainement « moyen de moyenner ». De réduire les deux, afin de rendre plus compétitives nos entreprises.

De David Descoteaux, au Québec.

Les entreprises québécoises payent 26 % plus de taxes que leurs concurrents du reste du Canada. Et deux fois plus de taxes que leurs concurrents américains. Bonjour la compétitivité!

Pourquoi? À cause surtout des taxes sur la masse salariale (Régie des rentes, RQAP, fonds des services de santé, CSST, le 1 % qui doit servir à former des employés, etc.) C’est la conclusion d’une étude de Robert Gagné, des HEC.

Ces taxes grimpent en fonction du nombre d’employés, et frappent même lorsque l’entreprise ne rapporte aucun profit. Le propriétaire d’une librairie à Verdun s’est confié à Argent. Ces taxes l’empêchent d’embaucher autant d’employés qu’il le voudrait, dit-il. Et d’offrir de meilleurs salaires à ses travailleurs.

Se tirer dans le pied

Malheureusement, nos gouvernements vénèrent la maxime « Deux erreurs valent mieux qu’une ». Résultat : nous possédons aussi le titre de champions du BS corporatif! Nous faisons pleuvoir des milliards de dollars (empruntés) sur les entreprises, surtout les plus grosses, sous forme de subventions.

En entrevue à Argent, M. Gagné expliquait qu’en agissant de cette façon, on se tire dans le pied. On provoque des déséquilibres importants entre les entreprises qui se font aider, et les autres. Dont la plupart des PME. « On est obligés de taxer plus lourdement toutes les entreprises du Québec, pour en soutenir une petite minorité. »

Près de 96 % de toutes les entreprises au Québec sont des PME de moins de 50 employés. Et la vaste majorité d’entre elles, selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, appuierait une diminution de taxes en échange d’une réduction des subventions aux entreprises. Réduire les deux. Pourquoi ne pas les écouter?

Jeu politique

Je vois deux obstacles, entre autres. D’abord, le jeu politique. C’est plus facile pour un politicien d’acheter des votes en ciblant un gros employeur dans une région donnée. Une belle photo en train de couper un ruban, avec un casque sur la tête, paraît toujours bien à la une du journal local. Et gardons en tête que les nombreux organismes et programmes de subventions de toute sorte font vivre un tas de gens. Syndiqués pour la plupart, qui feront du tapage si on menace leurs « acquis ».

Une autre raison, c’est que les grosses entreprises (plus de 500 employés) ne représentent que 0,3 % des entreprises québécoises… Mais elles font travailler plus de 40 % des salariés! Et contribuent pour plus de la moitié du PIB, selon Desjardins. C’est donc tentant de les « aider », ou d’en attirer ici avec des subventions.

Sauf qu’avec le niveau abusif de taxation, et le niveau excessif de subventions (plus du double qu’en Ontario), il y a certainement « moyen de moyenner ». De réduire les deux, afin de rendre plus compétitives nos entreprises.

Car si on continue dans le chemin inverse, on finira par étouffer la vaste majorité de nos PME. Au profit de quelques entreprises choyées, et bien connectées politiquement.

Sur le web 

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Inéligibilité à vie pour tout élu qui boucle un budget en déficit. Inscrit dans la constitution.

    L’état qui est à priori pérenne n’a absolument aucune raison d’emprunter, c’est à dire de prélever des impôts plus cher aux futurs citoyens pour faire vivre (et voter) ceux d’aujourd’hui.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le crédit d’impôt a été créé afin de corriger des excès d’impositions ou de soutenir certaines activités, principalement non lucratives, auxquelles un individu ou une société adhère et désire soutenir son action.

Notre administration attachée au principe « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » a utilisé cette occasion pour en faire un instrument de pouvoir et de pression ou de récompense au peuple soumis.

Comme souvent le système a dérivé et n’apporte pas les effets souhaités.

Le crédit d’impôt : un principe... Poursuivre la lecture

Cet article est disponible en podcast ici.

Le 29 novembre dernier, Jack Dorsey demissionnait de son poste de patron de Twitter. Il rejoint ainsi la longue liste des entreprises de la Tech ayant perdu leur patron fondateur telles Microsoft, Amazon, Google, Alibaba, Uber, WeWork, etc.

Il fut pourtant un temps, où les fondateurs restaient jusqu’au bout comme Dassault, Renault ou L’Oréal. Pourquoi une telle épidémie de démissions et pour quelle raison ?

Pression des investisseurs

Pour Jack Dorsey, il faut se rappeler son préc... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Nathalie MP Meyer.

Souvenir de mon adolescence. Je suis en classe de première. En cet automne 1977, notre ville est en pleine effervescence car la pièce de Victor Hugo Hernani va être créée au Centre d’action culturelle local avant de poursuivre sa carrière à Paris. Effervescence littéraire, bien sûr, pour la plupart des spectateurs, et aussi pour nous, les élèves, car notre géniale et adorable professeur de Français a eu l’heureuse idée de nous faire assister à une représentation.

La censure politique de la culture

Mais eff... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles