Aurélie Filipetti tacle sa camarade Fleur Pellerin

Nouvel épisode de cafouillage gouvernemental. Aux oubliettes la taxe télécoms défendue par la ministre déléguée au numérique Fleur Pellerin ! En remplacement, une nouvelle taxe sur le chiffre d’affaires des opérateurs proposée par la ministre de la culture Aurélie Filippetti.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aurélie Filipetti tacle sa camarade Fleur Pellerin

Publié le 20 octobre 2012
- A +

Nouvel épisode de cafouillage gouvernemental. Aux oubliettes la taxe télécoms défendue par la ministre déléguée au numérique Fleur Pellerin ! En remplacement, une nouvelle taxe sur le chiffre d’affaires des opérateurs proposée par la ministre de la culture Aurélie Filippetti.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Le texte actuellement examiné par Bruxelles est retiré

Hier vendredi 19 octobre 2012, Aurélie Filippetti, ministre de la culture a répondu à une question qui lui était posée aux Rencontres cinématographiques de Dijon sur la taxe télécoms actuellement examinée par Bruxelles :

Nous n’avons pas trouvé d’accord avec Bruxelles, nous retirons le texte actuellement notifié pour éviter d’ouvrir une enquête approfondie. Le gouvernement va déposer un nouveau texte qui sera fondé sur une taxe sur le chiffre d’affaires des opérateurs haut débit fixe et mobile, après un abattement qui tiendra compte de la densité audiovisuelle.

Crac boum, aux oubliettes le montant forfaitaire, proposé à la Commission européenne par la ministre déléguée au numérique Fleur Pellerin !

À Bruxelles, ils vont faire comme nous, maintenant, ils vont attendre la troisième ou quatrième version de tout projet en provenance de Paris avant de se mettre au travail. D’ailleurs, de ce projet de taxe, nous ne vous dirons pas grand chose. D’abord parce que dans l’état actuel des choses, il ne s’agit que d’une annonce lancée tout à trac par un ministre et que rien de concret ni d’écrit n’a pour l’instant été communiqué et ensuite parce que le concept de «densité audiovisuelle» nous semble un tantinet, comment dire… difficile à mettre en place.

Un projet un petit peu « fumeux »

Le concept est clair. La commission de Bruxelles, pour qu’elle valide une telle taxe, doit établir de manière irréfutable le lien entre la taxe et le service audiovisuel effectivement consommé par l’internaute. L’idée qui a germé dans les esprits aiguisés du ministère de la culture est donc d’évaluer les services consommés, via un «lien technologique ou de fait». L’évaluation de cette consommation télévisuelle via internet serait estimée de manière statistique.

En fait, tout cela ressemble à une belle idée intellectuelle de brainstorming mais la mise en application ne peut être que sujette à caution ou prendre rapidement la forme d’une usine à gaz comme seuls nos énarques ont le secret. Nous ne retiendrons donc pour l’instant de cet épisode que le joli tacle de Madame Filipetti à sa camarade Fleur Pellerin, en toute « solidarité gouvernementale », bien sûr ! Après l’affaire Hadopi, nous sommes certains que ces deux-là s’adorent…

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Voilà ce qui arrive quand on est gouverné par des animatrices de centres aérès!

    • Pas d’accord. Je ne connais pas le métier d’animateur mais 1. il est utile et 2. je suppose que la notion de responsabilité y est centrale. On ne peut donc pas comparer un vrai métier et le pompeux amateurisme de ces tocards.

  • Mignonnes mais incompétentes les chacheuges chasseuses de taxes

  • Avec un peu de chance ils finiront bien par adopter la taxe Coluche sur la connerie, histoire de rembourser la dette…

  • Tous les jours des nouvelles sur les taxes. Ce sera ci, non, ce sera ça, et puis zut, en fait, ce sera plutôt ceci… On n’en finit pas, insécurité fiscale optimale… Comment voulez-vous bosser dans ces conditions ? Impossible de préparer un budget annuel, encore moins d’évaluer la rentabilité d’un business model.
    Ces gens sont les fossyeurs de l’économie française.
    Pouah… Ils me dégoûtent…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cette fois-ci, c’est vraiment parti : avant-hier, j’ai reçu le premier tract électoral de la présidentielle 2022 dans ma boîte aux lettres ! C’était un petit mot de notre insoumis national Jean-Luc Mélenchon. Enfin, insoumis… À la façon particulière des politiciens incrustés depuis toujours dans le système. Il fut quand même vingt ans sénateur, ministre de Lionel Jospin (PS), député européen pendant huit ans, et il est actuellement député français depuis 2017. Mais bref. J’avais cinq minutes, j’ai lu.

Et puis il ne faudrait pas oublier... Poursuivre la lecture

Après Miss France, Mister France ! Logique. On est pour l’égalité homme femme ou on ne l’est pas. En 2017, Emmanuel Macron avait remporté le titre haut la main. Depuis l’Élysée qu’il occupait depuis peu, il avait brillamment dominé de toute la hauteur de sa pensée complexe le féroce entretien de culture générale que lui avait infligé un Laurent Delahousse plus irrévérencieux que jamais. Cette année, un candidat s’impose à l’évidence dans la compétition. Je veux bien sûr parler de notre fabuleux ministre de l’Économie Bruno Le Maire !

J... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

En vue de la primaire écologiste dont le premier tour aura lieu du 16 au 19 septembre 2021 et le second du 25 au 28 septembre, Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, a dévoilé son mirifique programme vert le 17 août 2021.

Mesures coercitives et interdictions

L’écologiste Éric Piolle promet une trentaine de mesures coercitives toujours plus liberticides pour « atteindre une neutralité climatique dès 2045 », soit 5 ans plus tôt que les préconisations officielles du gouvernement, elles-mêmes en avance de près de 50 an... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles