Tarun Tejpal : La Vallée des masques, une communauté sectaire

Dans « La Vallée des masques », Tarun Tejpal propose, sous le vernis romanesque, une véritable dissection du fonctionnement sectaire et de la spiritualité au service de la pulsion totalitaire et meurtrière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vallée des masques

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tarun Tejpal : La Vallée des masques, une communauté sectaire

Publié le 13 octobre 2012
- A +

Dans La Vallée des masques, Tarun Tejpal propose, sous le vernis romanesque, une véritable dissection du fonctionnement sectaire et de la spiritualité au service de la pulsion totalitaire et meurtrière.

Par Thierry Guinhut.

Chaque secte a sa beauté dangereuse ; sinon pourquoi attirerait-elle autant les esprits ? L’une d’entre elles s’est emparée d’une vallée himalayenne perdue, au cours de la marche, devenue légendaire, de son fondateur, le gourou Aum. Né dans cet univers qu’il ne remet pas en question, un jeune garçon déploie tous ses talents pour devenir « Éclaireur » parmi la « Confrérie ». C’est ainsi qu’en un immense retour en arrière, un homme raconte son histoire et celle des siens dont il a quitté l’impitoyable tyrannie, en attendant leur vengeance et son assassinat programmé.

« Soldat de la vérité », notre héros, infiniment confiant dans ses maîtres, s’entraîne, en des exercices physiques et spirituels éprouvants dont il est fier de passer les étapes. Sa  formation est pétrie d’ascèse et d’exploits, éprouvant combien « l’absence de moi séparé était libératrice », coiffant le masque anonyme des « Wafadars », du nom de ces « guerriers de la pureté » et « prêtres de la beauté » aux ordres du « Grand Timonier ». Et bientôt un tueur impeccable, l’un des inquisiteurs et vengeurs suprêmes de cette vallée qui méprise le reste du monde. Il sait que « mourir pour la vérité, c’est se délivrer des chaines du karma. » Pourtant, il faillira parfois : son amitié pour Biham, « l’obèse chantant », devra être rejetée, comme le sont le chant et la musique, son « aliénation romantique » pour une femme révoltée devra être évacuée sans retour, cette dernière étant finalement châtiée… Ainsi, le héros n’est pas une figure monolithique : longtemps fidèle à la cause, il est touché par le doute qui sauvera son humanité, sinon sa vie…

Sans compter l’exacte et impressionnante description du fonctionnement d’une secte parée de tous les prestiges de l’héroïsme des purs, l’intérêt de ce livre vient des multiples pistes de lecture que l’on peut emprunter. Roman psychologique et d’action d’abord, parmi lequel l’apprentissage du jeune homme est censé l’amener à la perfection physique et morale, il devient le portrait d’un surhomme, d’un superhéros, dans le cadre d’une fresque haute en couleurs et stylisée qui confine à l’esthétique du manga. Roman de mœurs ensuite, où la vie d’une confrérie hiérarchisée exemplaire est dépeinte au cœur d’une vallée semi-mythique, non sans receler peu à peu ses poches de tragédie, comme en un documentaire ethnologique…

Mais surtout, nous y lirons une fable philosophique, une anti-utopie, où la perfection de ses membres enthousiastes est constitutive d’une abomination tyrannique. Le communisme sexuel et procréatif (un peu comme dans La République de Platon) où les jeunes femmes sont livrées aux appétits et aux viols des guerriers et hiérarques, où les enfants sont élevés en commun, fait fi de tout individualisme, de tout attachement personnel : « Choisir, préférer, laisser ses émotions obscurcir son jugement et perdre le sens de l’équité, c’était tomber en disgrâce ». Sans compter que les pauvres individus qui n’ont ni la force ni la flamme sacrée sont exploités aux plus viles tâches, que des razzias prélèvent dans les villages d’en bas des « esclaves » et des « proies » pour l’entraînement au meurtre et à la torture, « tout juste bons à servir de cobayes aux purs ». Pire, si possible, les nombreux rejetons défaillants de cette consanguinité sont parqués dans des fosses infâmes qu’il faudra nettoyer en un radical génocide. Ce pourquoi notre héros fuira la vallée fermée et ira trouver dans une ville des plaines une vie impure, quoique plus humaine.

Il est rare de lire, sous le vernis romanesque, une telle dissection du fonctionnement sectaire et de la spiritualité au service de la pulsion totalitaire et meurtrière. Tejpal dit avoir été inspiré par le procès d’un extrémiste hindou anti-musulman. Orwell probablement n’aurait pas renié cet apologue, malgré une facilité narrative digne d’un de ces films d’aventures que d’après ce roman l’on réalisera probablement…

Tarun Tejpal, La Vallée des masques, traduit de l’anglais (Inde) par Dominique Vitalyos, Albin Michel, 464 p, 22,90€.

—-
Sur le web.
Article paru initialement dans Le Matricules Anges, septembre 2012.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions. Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme, ou même plus simplement à toutes formes de dictatures ?

Septième volet, aujourd’hui, qui s’intéresse aux risques liés à la science, lorsque celle-ci se trouve détournée de ses objectif... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

 

Cela faisait longtemps que je n'avais pas pensé au film Demolition Man, jusqu'à récemment lorsque j'ai appris qu'il avait maintenant presque 30 ans.

Réalisé par le cinéaste Marco Brambilla à ses débuts, Demolition Man est l'un de ces films qui réussit à être à la fois loufoque et ingénieux. Avec un casting de stars comprenant Sylvester Stallone, Wesley Snipes et Sandra Bullock - sans oublier des jeunes talents comme Denis Leary et Benjamin Bratt, ainsi que l'acteur de théâtre Nigel Hawthorne et B... Poursuivre la lecture

Christine Sourgins, historienne de l’art et esprit indépendant, est notamment connue pour ce courageux essai réédité en 2018. Un essai critique sur ce que l’on nomme l’Art contemporain, dont elle dénonce les mirages et vacuités.

Le terme « Art contemporain » lui-même résulte, selon elle, d’une manipulation de langage, qui vise à rendre dominante une partie de l’art vivant, s’en prétendant la totalité. À ne pas confondre avec l’Art moderne, qui en est d’une certaine manière l’antithèse, bien qu’il tienne de lui (et qu’il a détrô... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles