Choc fiscal : les dividendes

Quel est le taux de fiscalisation réel des dividendes depuis le projet de loi de finance pour 2013 ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Choc fiscal : les dividendes

Publié le 10 octobre 2012
- A +

Officiellement, sur la base des informations du PLF 2013, la fiscalité des dividendes perçus par des particuliers se décompose comme suit :

  1. Les prélèvements sociaux (CSG, CRDS…) à hauteur de 15,5% du montant du dividende brut ;
  2. L’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) calculé selon la barème progressif et assis sur 45,1% (40% d’abattement et 5,1% de CSG déductible) du montant du dividende brut.

Bien sûr, avant de verser un dividende, toute entreprise domiciliée en France paye un impôt sur les sociétés (IS) qui réduit d’autant le montant dudit dividende. Le taux normal de cet impôt est de 33% 1/3 auquel il faut rajouter une contribution sociale de 3,3% du montant de l’IS ; soit un taux effectif de 34,43%. Néanmoins, certaines sociétés échappent à cette contribution sociale [1] et peuvent bénéficier d’un taux réduit d’IS de 15% pour la fraction de leur bénéfice net avant impôt qui est inférieure à 38 120 euros [2].

Le calcul du taux de fiscalisation réel des dividendes impose donc de tenir compte de l’IS. Naturellement, ce dernier étant payé avant le versement d’un éventuel dividende, il est impossible de dire s’il a impacté plutôt le montant du dividende ou plutôt le montant réinvesti par les actionnaires. La seule méthode neutre consiste à considérer que la fraction d’IS à affecter aux dividendes est égale au taux de distribution après impôt. On considère donc qu’en l’absence d’impôt, les actionnaires auraient touché un dividende théorique égal au dividende réel augmenté de cette fraction d’IS.

Exemple :

Une entreprise réalisé un bénéfice net avant impôt de 100k euros. Sur ce total, elle doit payer 34,43k euros d’IS et dispose donc de 65,57k euros de résultat net qu’elle peut choisir de distribuer ou de réinvestir. Si par hypothèse, elle décide de verser la moitié de cette somme (32,79k euros) à ses actionnaires, on considèrera qu’en l’absence d’IS, elle aurait également distribué la moitié de son bénéfice ; soit 50k euros. Dès lors, la part d’IS imputable aux dividendes est égale au produit du taux de distribution (ici 50%) et du montant total d’IS payé. Dans notre exemple 34,43k x 50% ; soit 17,22k euros. Du point de vue de l’actionnaire : sur un dividende théorique de 50k, il a payé 17,22k d’IS (34,43%) et va maintenant devoir régler 15,5% de prélèvements sociaux et son IRPP.

Le taux de fiscalisation des dividendes le plus faible s’établit, selon mes calculs, à 28,2% du dividende théorique. Ce cas limite correspond à un dividende versé par une société éligible au taux réduit de l’IS (15%) qui a réalisé un bénéfice net avant impôt inférieur à 38 120 euros et versé ce dividende à un contribuable exempté d’IRPP [3]. Pour un dividende versé par une société soumise au taux normal de l’IS, le taux de fiscalisation minimum est d’environ 45%.

À l’opposé du spectre, le taux de fiscalisation des dividendes tend vers (sans jamais l’atteindre) 60,79% à mesure que les revenus fiscaux du contribuable augmentent. Cette situation correspond aux dividendes d’entreprises soumises au taux normal de l’IS (34,43%) versés à des contribuables dont l’écrasante majorité des revenus sont taxés au taux marginal de l’IRPP (45%).

À titre d’exemple, un dividende de 1 000 euros payé par une société soumise au taux normal de l’IS (soit un dividende théorique avant IS de 1 525,1 euros) sera fiscalisé à plus de 50% pour les contribuables dont le revenu fiscal par part (hors ce dividende) est supérieur à 37 000 euros ; à plus de 55% au-delà d’un revenu fiscal de 110 000 euros et à plus de 60% pour les revenus fiscaux supérieurs à 878 000 euros.


Sur le web.

Notes :

  1. Chiffre d’affaires hors taxes inférieur à 7,63 millions d’euros.
  2. Capital entièrement libéré et détenu à 75% au moins par des personnes physiques ou des sociétés présentant ces mêmes caractéristiques.
  3. Revenu fiscal par part inférieur à 5 936 euros, dividende inclus.
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Effectivement c’est à dégouter les citoyens lamba d’investir en bourse.

    2 rectifications :
    Le taux de CSG-CRDS s’établira à 15,85% en 2013 (les 0,35% c’est pour la prime de Noël, joyeux Noël donc)
    Il faudrait également prendre en compte la taxe de 3% sur le versement de dividendes pour les entreprises avec une capitalisation supérieure à 1 milliard.

  • Tous cela n’emmerde que le vulgus pecum, celui qui ne loge pas ses actions dans une société off-shore…

  • Une fiscalité prohibitive anticapitaliste c’est le beau cadeau de noël que nous prépare notre gouvernement de la République socialiste soviétique de France!Et après on s’étonne que les entreprises ( surtout les PME-ETI) n’ont plus assez de marge pour investir ; créer des emplois , etc…Bref on finira comme l’URSS qui s’est effondrée a force d’ignorer les réalités économiques!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Serge Houdbine et Michel Gay.

Un article publié le 13 avril 2022 dans le journal régional, Le courrier de l’Ouest, (appartenant au groupe Ouest France) relaie le discours du Syndicat France énergie éolienne (FEE) représentant les promoteurs et exploitants des éoliennes.

D’où vient l’argent magique ?

Selon eux, « le solaire et l'éolien c'est du pouvoir d'achat » et les énergies dites vertes grossiraient désormais le budget de la France.

Sans vergogne, en ces temps de campagne électorale, ils appellent l’État à en faire... Poursuivre la lecture

Par Finfrog.

Finfrog a conduit avec l’Ifop une enquête auprès des Français qui gagnent moins de 2000 euros par mois. Hausse des prix, gestion du budget, renoncement… Quel est l’état d’esprit et la réalité de ces Français ?

Gagner moins de 2000 euros par mois, le quotidien de 40 millions de Français

Si ce seuil symbolique regroupe une multitude de situations qui ne relèvent pas toutes de la précarité, il convient de s’interroger quant à l’état d’esprit et au vécu de ces Français, qui, à défaut d’être forcément pauvres, ne ... Poursuivre la lecture

Incroyable déclaration d’Emmanuel Macron devant les journalistes convoqués la semaine dernière pour assister à la présentation de son programme présidentiel pour 2022-2027 :

Qu’on regarde le quinquennat qui s’achève ! Ce que j’ai fait n’a jamais existé dans notre histoire politique contemporaine.

Pour la modestie, on repassera. Mais puisque M. Macron nous y invite si aimablement, tout en esquivant la confrontation directe avec ses concurrents autant que les pratiques de la Vème République le lui permettent, jetons un œil sur l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles