L’Europe en clameurs

Pour l’heure, contrairement aux Espagnols, les Français échappent aux matraques du Pouvoir. Du moins en apparence, car ils n’échappent pas au matraquage fiscal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Europe en clameurs

Publié le 10 octobre 2012
- A +

Pour l’heure, contrairement aux Espagnols, les Français échappent aux matraques du Pouvoir. Du moins en apparence, car ils n’échappent pas au matraquage fiscal.

Par Michel de Poncins.

Répression policière en Espagne le 25 septembre 2012 à Madrid.

L’Europe est en clameurs de tous les côtés. Chacun s’était accoutumé au vrai martyr de ces malheureux Grecs qui ne comprenaient rien à rien. Ils étaient noyés sous une pluie d’argent volé ou emprunté aux autres européens ; les fonds venaient aussi d’ailleurs par le truchement du FMI. Le tam-tam médiatique bien orchestré par la « Pensée Unique Totalitaire » leur expliquait que c’était pour les sauver. Les sauver de quoi ? Mystère. Ils ne comprenaient pas d’autant plus que la Troïka débarquait à grands frais pour imposer ses conditions à la prétendue aide. L’incompréhension était si grande que la police devait charger contre les récalcitrants.

La nouveauté dans ce mouvement des « indignés » est que les mêmes causes produisent les mêmes effets en Espagne et au Portugal. Mariano Rajoy applique à peu près la même politique que son prédécesseur, le socialiste Luis Zapatero. La seule différence qu’on pourrait trouver par rapport à la Grèce est une différence de niveau. Espagnols et Portugais, héritiers d’une vieille civilisation, ne sont guère plus intelligents que leurs cousins Grecs. Les voici  aussi pourchassés par la police.

Dans ces trois pays et dans toute l’Europe, c’est l’austérité que les gouvernements imposent alors qu’en fait toutes les ressources existent pour qu’une grande prospérité règne si ces mêmes gouvernements ne s’y opposaient pas de toutes leurs forces. En France, pays qui nous est le plus cher, nous subissons le sort cruel et injuste de l’austérité générale. Apparemment, nous échappons aux matraques mais, en fait, les victimes les subissent. Il arrive régulièrement que la police disperse des salariés licenciés pour la fermeture inévitable d’un site industriel : la désindustrialisation dramatique est bien le fruit amer de l’austérité imposée depuis longtemps au pays.

Pour terminer le panorama, observons que la paupérisation de l’Europe a des répercussions dans le monde entier. Même la Chine en souffre. Il en est entre les nations comme entre les personnes : la pauvreté des unes n’enrichit pas les autres bien au contraire.

Une idéologie meurtrière

La première explication de cette incroyable situation est clairement et officiellement idéologique. La doctrine ressassée sans cesse est qu’il faut sauver l’euro, lequel n’est qu’un appendice de l’édifice européen ; à ce propos et malgré la tornade de milliards déversés il est de plus en plus probable qu’il ne sera pas sauvé ! 

Derrière l’euro, se profile l’objectif fondamental de sauver l’Europe. Selon la vulgate, l’édifice européen, qui n’en finit pas de se bâtir, serait l’horizon indépassable d’un continent de 500 millions d’habitants. C’est de la pure propagande et maints signes, s’exprimant parfois dans les urnes, montrent que les peuples sont très réticents.

Nous avons souvent observé que l’hydre européenne et son extension permanente ne s’expliquent en définitive que par la voracité financière des eurocrates, dont le nombre est très grand. Le prix à payer pour cette cupidité est la ruine pour le continent par les impôts nécessaires et par le déluge de lois imposées par l’Europe. Cette ruine se manifeste notamment par la panne de croissance.

La mafia des eurocrates objectera que l’Europe favorise la liberté des échanges, laquelle est certes absolument nécessaire. C’est de la désinformation car la gigantesque machinerie par son coût et par le flot des directives est en fait un obstacle à la libre circulation des biens.

Nous savons certes que les européistes avancent que la France, par exemple, ne s’en sortirait pas sans l’UE ; ce n’est pas vrai. L’économie française souffre doublement du socialisme. Elle subit le socialisme de l’Europe. À l’intérieur, elle souffre depuis des décennies des politiques socialisantes de tous les gouvernements, quelle que soit leur couleur apparente. Si elle se débarrassait de ce double carcan elle deviendrait très riche avec des marges de manœuvre considérables.

Une analyse plus fine

Un autre aspect des politiques ambiantes est la lutte légitime contre les déficits budgétaires. Mais les méthodes préconisées et employées sont directement contraires à l’objectif. Elles reviennent à sur-fiscaliser, ce qui est un non sens : trop d’impôt tue l’impôt. Quant aux économies, elles sont « peanuts » par rapport aux immenses et rapidement possibles des économies nécessaires.

Enfin il n’est pas possible de terminer sans évoquer Angela Merkel. Celle que nous surnommons la reine de Prusse est l’architecte suprême derrière une entente franco-allemande où, hélas, la France ne joue que les utilités.

Il se trouve que la reine de Prusse, pour des raisons purement électoralistes, participe activement à toute l’idéologie signalée plus haut.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • C’est marrant comme les excités gauchistes grecs, espagnols etc. sont pris à parti par les eurosceptiques de tous poils. Pourtant, ils manifestent contre les coupes budgétaires de leur état ruiné, pas contre la zone euro.

    • Car ils sont pris dans leur contradiction internationaliste=>mondialiste alors que le nationaliste est cohérent

      Comme l’avait prédit Marx d’ailleurs, lui espérait des syndicats internationaux pour faire face, mal barré avec la Chine …

      Avant la prise de pouvoir par les Seigneurs Capitalistes via leur relai démultiplicateur, l’EuroReich, les déficits avaient toujours été résorbés par de la dévaluation, y compris aux USA.

      Mais maintenant on est juste un troupeau de veaux à dépecer, et les banques d’Allemagne sont de grands créditeurs dans Target2 donc ne veulent pas de dévaluation

      • « le nationaliste est cohérent » et éminemment dangereux.
        « lui espérait des syndicats internationaux » Ils existent d’ailleurs.
        « l’EuroReich » La Grèce est devenue membre par décision de son gouvernement, personne ne les a envahi ou contraint.

        « les déficits avaient toujours été résorbés par de la dévaluation » qui se reporte donc sur les citoyens. C’est un impôt déguisé. Ceci dit, absorber 300 Mia d’euros avec de la dévaluation ça nous met la plaque de beurre à 2’500€. Non, le problème c’est bien le déficit et la dette, encore une fois, personne n’a obligé le gouvernement grec à s’endetter.

  • « La seule différence qu’on pourrait trouver par rapport à la Grèce est une différence de niveau. Espagnols et Portugais, héritiers d’une vieille civilisation, ne sont guère plus intelligents que leurs cousins Grecs. Les voici aussi pourchassés par la police. »

    Affirmation péremptoire et peu digne d’un chroniqueur écrivain. Se fixer sur un pelé et deux tondus manifestant n’est pas très sérieux, hormis celle du 25 septembre les manifs sont inexistantes je peux en temoigner, merci la désinformation des médias français toujours avides de montrer les soi-disant ravages de l’austérité. D’autant plus qu’en matière de manifestation les français ont peu de leçons à donner, ils sont tout le temps dans la rue.

    « Dans ces trois pays et dans toute l’Europe, c’est l’austérité que les gouvernements imposent alors qu’en fait toutes les ressources existent pour qu’une grande prospérité règne si ces mêmes gouvernements ne s’y opposaient pas de toutes leurs forces »

    De quelle austérité parlez-vous? Elle est pour ainsi dire inexistante, les dépenses de l’Etat espagnol vont encore augmenter de 4 milliards en 2013, et les seules mesures prises sont des augmentations d’impôts.

    L’euro a eu des conséquences néfastes bien évidemment. Mais les problèmes sont d’abord internes à chaque pays, ne pas tout imputer à l’Europe, même si elle sa part de responsabilité. Soyons sérieux, la France avec ou sans l’euro n’aurait pas les moyens de rivaliser avec ses concurrentes et serait toujours en proie à ses démons.

  • Avant la prise de pouvoir par les Seigneurs Capitalistes via leur relai démultiplicateur, l’EuroReich, les déficits avaient toujours été résorbés par de la dévaluation, y compris aux USA.

    Mais maintenant on est juste un troupeau de veaux à dépecer, et les banques d’Allemagne sont de grands créditeurs dans Target2 donc ne veulent pas de dévaluation

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Héros en 2015 suite aux attentats terroristes, zéros depuis 2019 avec les manifestations des Gilets jaunes, depuis 7 ans la police fait le yoyo dans le cœur des Français. Journées décalées, rappels à répétition pendant les jours de congés, désordres dans le commandement, lieux de travail vétustes, moyens matériels inadaptés, absence de soutien de la hiérarchie, le malaise de la police est palpable. Pourtant la sécurité publique, avec l’affaire dite « des piqures » est au cœur de la population.

Le phénomène des piqûres en soirée, toujou... Poursuivre la lecture

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Par deux fois en l’espace de quelques jours, des policiers en patrouille ont tiré sur des automobilistes se soustrayant à des contrôles (refus d’obtempérer). Que dit la loi sur l’usage des armes par les forces de l’ordre ?

Les textes et la jurisprudence limitent strictement l’emploi de leurs armes par les forces de l’ordre.

La Loi n°2017-258 du 28 février 2017 a créé l’article L435-1 du Code de la sécu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles