Il n’y a pas dix milliards d’économie sur le budget de l’État !

Dix milliards d’économie ? Mensonge ! L’État dépensera un milliard de plus en 2013 qu’en 2012, il n’y a donc aucune économie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il n’y a pas dix milliards d’économie sur le budget de l’État !

Publié le 6 octobre 2012
- A +

Dix lilliards d’économie ? Mensonge ! L’État dépensera un milliard de plus en 2013 qu’en 2012, il n’y a donc aucune économie.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

À force de lire, même sur des sites habituellement bien informés que l’État fait dix milliards d’économie sur le budget 2013, je me dis que la force des communicants est puissante. Où, grand dieux, les avez-vous vus ?

  • en 2012, l’État aura dépensé 370 milliards d’euros
  • en 2013, il dépensera 371 milliards d’euros

Il n’y a donc pas dix milliards d’économie, mais un milliard de dépenses supplémentaires. Pourquoi ? Essentiellement parce que dans un souci de communication, on vous présente des dépenses qui avaient été prévues mais qui ne seront pas finalisées comme des économies ! Lorsque par exemple on vous annonce que des lignes TGV prévues dans plusieurs années sont abandonnées, vous appelez ça une économie, vous ? Lorsqu’on vous annonce qu’un musée de l’histoire de France ne sera pas construit, vous appelez ça des économies, vous ?

Bien sûr, il y a quelques réelles économies, mais loin de compenser les augmentations mécaniques de certaines dépenses récurrentes, comme par exemple : l’indexation de certaines aides sociales sur l’inflation, l’augmentation du gouvernement, le glissement vieillesse technicité, qui indexe les rémunérations des fonctionnaires sur l’ancienneté ou la technicité (si la valeur du point d’indice ne bouge pas, les fonctionnaires changent d’indice en fonction de leur ancienneté ou des stages de formation), l’augmentation des différentes contributions de la France au budget de l’Europe, et, bien sûr les retraites ! Chaque année, de plus en plus de fonctionnaires en retraite doivent bien être payés (l’État est son propre assureur) de même qu’il assure désormais le complément permettant de verser les retraites des fameux « régimes spéciaux ». Une bagatelle qui lui coûtera en 2013 un petit peu plus de 7 milliards !

Si vous ajoutez à cela les dépenses supplémentaires, en particulier les embauches de fonctionnaires dans certains secteurs, vous comprenez que les dix milliards d’euros d’économie ne sont qu’habillage de communication. Pour faire des économies, de vraies économies, c’est-à-dire voir un budget de fonctionnement de l’État en diminution, il faut impérativement passer par la réforme de l’État. Et pour ce faire il faut se poser réellement la question de savoir ce qui est du ressort de l’État et ce qui peut être confié en délégation au privé. Il faut se poser la question de la pertinence d’assurer les retraites sur le budget de fonctionnement et éventuellement mettre en place une dotation de fonds appelé à prendre le relais. Un travail impératif, un véritable chantier que nous ne voyons pas notre actuel gouvernement engager, pas davantage que l’ancien.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • L’Etat PS ne fait que perpétuer les injustices. Les ministres emploient le mot « justice » à tout bout de champ or le socialisme est profondément injuste et ils ont tous les pouvoirs. On est foutu!

  • J’ai bien vu sur quels chiffres vous vous appuyez pour dire qu’on passe de 370 à 371 milliards de dépenses publiques de 2012 à 2013 (p21), néanmoins, dans le même document :

    http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/fileadmin/medias/documents/ressources/PLF2013/PLF2013.pdf

    Les chiffres de 368,6 et 374,6 milliards sont avancés en page 23.

    Pouvez vous expliquez pourquoi vous privilégiez les premiers chiffres ?

  • Vous écrivez :

    En 2012, l’État aura dépensé 370Mds€.
    En 2013, il dépensera 371Mds€

    Alors, voyons voir…

    Si on table sur une inflation à 2%, 370Mds€ en 2012 représentent 370 x 1,02 = 377,4 Mds€ en 2013.

    Donc si on table sur 371Mds€ en 2013, c’est qu’on prévoit d’économiser 377,4 – 371,0 = 6,4 Mds€

    et

    Si on table sur une inflation à 3%, 370Mds€ en 2012 représentent 370 x 1,03 = 381,1 Mds€ en 2013.

    Donc si on table sur 371Mds€ en 2013, c’est qu’on prévoit d’économiser 381,1 – 371,0 = 10,1 Mds€

    En conclusion, le gouvernement table sur 3% d’inflation pour annoncer 10 Mds€ d’économies… Bon, ben on verra bien…

    C’est d’ailleurs le mécanisme qui avait été suggéré par le candidat malheureux BAYROU qui proposait de figer les dépenses de l’état en euros pendant trois ans (l’inflation se chargeant de transformer ça en économies).

    Et pour les lignes de TGV et autres musées, ben oui, comme il n’y aura pas d’argent pour les faire (en raison du mécanisme précité), on ne les fera pas – ou plus tard… Bien sûr, ça serait mieux de réduire les dépenses de fonctionnement de l’Etat plutôt que de zapper certains investissement d’avenir (TGV). Mais bon, la réduction des dépenses de fonctionnement, c’est en cours avec le non remplacement d’un fonctionnaire sur X (« X » n’étant pas clairement exprimé, de peur évidemment de provoquer la révolte desdits fonctionnaires)… Et le TGV attendra un peu la reprise économique…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L'endettement des administrations publiques doit aujourd’hui atteindre les 3000 milliards d’euros, soit 44 280 euros par Français. Le déficit du budget de l’État s'est élevé à 156 milliards d’euro en 2022. Plus de la moitié de la production de valeur, soit 59,2% du PIB, est consacré aux dépenses publiques, auquel il faudrait ajouter les chiffres des diverses entreprises (EDF, Engie, ADP, Airbus, Renault…) dont l’État est actionnaire à hauteur estimée de 125 milliards d’euros, valeur purement théorique vu que ces entreprises cumulent un endett... Poursuivre la lecture

La réforme des retraites soulève les passions et plus généralement, la situation actuelle amène des débats sur la meilleure façon de relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

Toutefois, plutôt que de rester dans la théorie, il est possible de s'intéresser à ce qui se pratique ailleurs et plus précisément chez nos voisins. La nouvelle étude de Contribuables Associés donne des pistes à travers quatre exemple étrangers.

 

Réformes des dépenses publiques en Allemagne, Pays-Bas et Suède

L’étude se concentre sur les dé... Poursuivre la lecture

Face à la menace internationale, il est urgent de réinvestir dans nos armées afin de protéger la France et l’Europe et défendre nos valeurs de liberté que les générations précédentes ont acquis au prix de leurs vies. Aussi le président Macron a-t-il dévoilé vendredi les grandes orientations de la future Loi de programmation militaire 2024-2030, augmentant les budgets d’un tiers. Mais augmenter les budgets est une chose, dépenser l’argent public avec efficacité en est une autre…

Si, selon Clémenceau, la guerre est une affaire trop série... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles