Les retraités imposables seront encore plus taxés

Si l’augmentation de la CSG pour les retraités est renvoyée à plus tard, une autre taxe verra le jour pour le financement de la dépendance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les retraités imposables seront encore plus taxés

Publié le 29 septembre 2012
- A +

Si l’augmentation de la CSG pour les retraités est renvoyée à plus tard, une autre taxe verra le jour pour le financement de la dépendance.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Certes, l’augmentation de la CSG pour les retraités est repoussée à la réforme du financement de la protection sociale et sera englobée dans l’augmentation générale de la CSG qui sortira de la « concertation » en cours. Néanmoins, dès 2013, une nouvelle taxe de 0,15% sera prélevée sur tous les retraités imposables. Elle servira au financement de la Sécurité Sociale (mais ce n’est pas de la CSG (sic)) et sera reconduite à partir de 2014 dans l’objectif de financer la dépendance. C’est Michèle Delaunay, ministre des personnes âgées, qui vient d’en faire l’annonce auprès de l’AFP.

Les retraités sont une catégorie d’électeurs assez susceptibles. Toucher à leur portefeuille est une gymnastique à haut risque. Certains n’hésitent pas à affirmer que le volte-face du gouvernement sur la CSG serait motivé par un sondage paru le 21 septembre, et qui établirait que près de sept Français sur dix se prononceraient contre un alourdissement des prélèvements pesant sur les retraités pour financer les déficits. Alors, le gouvernement a décidé d’y aller avec prudence ; 0,15% pour l’instant et uniquement sur ceux qui sont imposables. Qui va piano va sano.

Lire aussi :

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Avec un taux de syndicalisation de 10,8 % déclaré en 2022, et même si tous les syndicats sont d’accord, ces derniers ne pèsent objectivement pas bien lourd. C’est probablement sur ce constat que compte le gouvernement pour faire passer sa énième tentative de stabilisation financière du régime des retraites en France.

Il est vrai que l’examen de la pyramide des âges, de l’espérance de vie et du taux de natalité en France n’incite pas à l’optimisme quant à la survie du régime actuel des retraites. Point n’est besoin de consulter le COR o... Poursuivre la lecture

On a souvent parlé dans ces colonnes de l’article 49.3, mais connaissez-vous l’article 47.1 ? Si vous aimez la démocratie représentative et parlementaire, vous allez le détester !

La réforme des retraites doit être débattue au Parlement à compter du lundi 30 janvier. Au Sénat, à majorité de droite, le gouvernement ne devrait pas rencontrer trop de résistance mais à l'Assemblée nationale c’est beaucoup moins évident. Les députés de la Nupes et ceux du Rassemblement national à l'extrême droite sont contre le texte.

La majorité pré... Poursuivre la lecture

La nécessaire réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron suscite la colère.

Selon le dernier sondage Elabe pour BFM-TV les Français y sont opposés à 66 % et ce taux s’élève même à 75 % chez les 35-64 ans.

Cette réforme est pourtant nécessaire puisque le rapport entre actifs et inactifs est déséquilibré tandis que l’espérance de vie ne cesse de progresser. L’âge de départ à la retraite en France est de 62 ans ; de 65 ans en Italie et 67 ans au Danemark. Tous les leaders syndicaux se sont accordés pour s’opposer aux mesures ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles