Emplois verts ? Et pourquoi pas des bandes pour casser des vitrines ?

Que penser des « emplois verts » que la plupart des pays occidentaux proposent de mettre en œuvre ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emplois verts ? Et pourquoi pas des bandes pour casser des vitrines ?

Publié le 27 septembre 2012
- A +

Que penser des « emplois verts » que la plupart des pays occidentaux proposent de mettre en œuvre ?

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume Uni.

Imaginons que le gouvernement décide de relancer l’économie en formant et en rémunérant des bandes de jeunes pour qu’ils parcourent les centres-villes et y fracassent les vitrines.

Ceci pourrait, à première vue, servir ses objectifs politiques de plusieurs manières. Non seulement cette politique s’attaquerait directement au chômage (en donnant à des centaines de jeunes vagabonds un revenu et une opportunité de se réinsérer dans la société), mais elle créerait indirectement des centaines d’emplois. Pensez aux personnes qui pourraient gagner leur vie en balayant les éclats de verre. Pensez aux vitriers qui seront embauchés pour remplacer les vitrines. Pensez aux transporteurs qui conduiraient des vitrines à travers le pays. Et imaginez, imaginez rien qu’un instant, ces vitriers et ces transporteurs, les poches remplies d’un argent bien mérité, dépensant tout cet argent, relançant la consommation, enrichissant ainsi le pays tout entier !

Instinctivement, nous savons que ce raisonnement ne tient pas la route. Mais il est important d’en pointer précisément la faille. Celle-ci a été expliquée par l’économiste français Frédéric Bastiat dans son ouvrage Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas : si les bénéfices annoncés, bien que spécieux, sont visibles, les coûts, eux, ne le sont pas.

Commençons par le coût pour le trésor public. En même temps que le salaire des vandales, les contribuables doivent entretenir toute une bureaucratie pour gérer l’opération. Cette nouvelle charge, c’est de l’argent que les contribuables auraient pu dépenser à des fins plus utiles que de payer des équipes de casseurs. La quantité d’argent prélevée sur l’économie pour financer les plans d’interventions gouvernementaux est toujours, toujours, plus grande que celle qui y revient lors de leur exécution.

Poursuivons avec la mauvaise allocation de temps et de ressources. Toutes les personnes impliquées dans ce circuit économique (les personnes au chômage qui auraient pu trouver un travail plus utile, les commerçants qui doivent mettre leur activité au second plan, les transporteurs surchargés forcés de hausser leurs tarifs pour les autres clients) ont été détournées d’une activité plus productive.

Vous pourriez avoir envie d’objecter que personne ne proposera jamais un plan aussi ridicule. Pourtant, c’est virtuellement celui que proposent de mettre en œuvre les pays occidentaux lorsqu’ils évoquent les « emplois verts ».

Il est parfaitement légitime qu’une discussion ait lieu à propos de l’éventuelle responsabilité de l’homme dans le changement climatique, et des solutions qui peuvent y être apportées. Il est naturel d’envisager l’intervention de l’État si l’on pense qu’il est possible de faire cesser certaines activités participant à l’échauffement de la planète.

Mais je suis choqué de constater que les hommes politiques, partout dans le monde, ne s’attardent plus sur les considérations environnementales, et évoquent au lieu de cela les créations d’emplois, le développement de technologies vertes, etc. Ce sont des arguments exactement équivalents à ceux utilisés lors de l’expérience de pensée du plan national de démolition des vitrines.

Et il ne s’agit pas seulement des problèmes environnementaux. Les plans de relance gouvernementaux décrétés un peu partout en Europe ne résistent pas plus à l’analyse de Bastiat. Chaque fois que les hommes politiques évoquent « l’injection » de liquidités dans l’économie, que ce soit par le bais de l’assouplissement quantitatif ou celui de la dépense directe,  ils oublient « ce qui ne se voit pas ».  D’où viennent les liquidités « injectées » ? Est-ce que vous et moi croyons réellement que le gouvernement va dépenser cet argent mieux que les personnes à qui il a été soutiré ?

Dit d’une autre manière, la demande est la conséquence, et non la cause, de la croissance économique. On ne peut pas continuer à stimuler la consommation sans accroitre la production. C’est ce qui nous a mis dans le pétrin la première fois. Tant que l’Europe ne changera pas de direction, il n’y aura pas de reprise.

—-
Sur le web.
Traduction : Fabrice M. pour Contrepoints.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • « Celle-ci a été expliquée par l’économiste français Frédéric Bastiat en 1863 dans son ouvrage Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas »
    Frédéric Bastiat en 1863? Il est décédé en 1850 😉

  • Un siècle et demi d’indifférence et rien n’indique que cela change… il va falloir que notre si respectée Éducation Nationale se bouge le cul.

    • Extraordinaire.

      « L’Etat nous met dans la merde » => « Vite, il est urgent d’attendre que l’Etat se replace tout seul dans le droit chemin. »

      Non, si l’éducation publique foire, il faut que l’éducation d’initiative privée prenne le relais. Et ça se fait. Le problème si l’on peut dire, c’est que le terrain est libre aussi bien pour les libéraux,que pour les islamistes, les nationalistes conservateurs, gauchistes étatistes, et les néonazi (style A.S*ral). C’est une vraie bataille idéologique et culturelle qui se joue dans l’ombre.

      Ne pas se mettre en ordre de bataille, c’est attendre tranquillement d’être ramassé, soi et les siens, par les vainqueurs.

      • Au temps pour moi, je voulais surtout souligner l’immense échec de l’EdNat tout en invitant les fonctionnaires qui la gère à… travailler… heu… ouvrir les yeux.

        « il faut que l’éducation d’initiative privée prenne le relais. »
        Ici je suis d’accord…
        « Ne pas se mettre en ordre de bataille, c’est attendre tranquillement d’être ramassé, soi et les siens, par les vainqueurs. »
        Là, je commence à croire que l’école restera le champ de bataille de l’idéologie… Finalement, c’est vous qui défendez l’éducation nationale. Merci, vous m’offrez un bon sujet de réflexion.

  • Emplois verts ? Et pourquoi pas des bandes pour casser des vitrines ?

    En France cela existe déjà, ça s’appelle « faucheur volontaire », une bande de voyous qui détruise des parcelles cultivés par des agriculteurs honnêtes. Ces victimes sont indemnisées par leur assurance.

    • En France cela existe déjà, ça s’appelle « faucheur volontaire »
      ————————————-
      Ouais bof, les faucheurs, c’est des petits joueurs par rapport aux casseurs de voitures (40.000 cramées par an).
      Bastiat aurait vécu à notre époque, il n’aurait même pas besoin d’utiliser un exemple imaginaire, la réalité a dépassé la fiction.

      • c’est des petits joueurs par rapport aux casseurs de voitures (40.000 cramées par an).

        Ouai, pas faux.

      • Invraisemblable quand on y pense, qu’un état accapare 56 % de la richesse et qu’il soit incapable d’empêcher la destruction de 40 000 voitures par an !

        Surtout que la longue liste de gabegies et de dépenses inutiles dénoncées par la Cour des Comptes démontre que l’État est incapable d’arbitrer en faveur de ses taches régaliennes, notamment la sécurité et la protection de la propriété.

        Spoliateur et incapable c’est beaucoup pour « un modèle » que le monde entier nous envie.

  • Dan Hannan sur ce sujet au parlement européen :

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Paul Cwik.

Ordres exécutifs ! Masques obligatoires ! Confinement ! Allons-nous perdre notre pays ? Dans quelques années, le reconnaîtrons-nous ? Beaucoup de gens sont inquiets que la gauche soit en mouvement et qu'elle prenne le pouvoir.

Que pouvons-nous faire ?

C'est cette dernière question que l'on me pose le plus souvent et, honnêtement, je me la pose aussi assez souvent. Que pouvons-nous faire ? Parfois, en replaçant un problème plus important dans le contexte d'une situation plus petite, je peux trouver un peu de... Poursuivre la lecture

Un article de l'Institut Coppet

[caption id="attachment_224997" align="aligncenter" width="318"] Frédéric Bastiat (image libre de droits)[/caption]

COMMERCE INTERNATIONAL — La différence des coûts de production dans l’échange international : « — Si l’on vous dit : Les terres de Crimée n’ont pas de valeur et ne paient pas de taxes. Répondez : Le profit est pour nous qui achetons du blé exempt de ces charges. — Si l’on vous dit : Les serfs de Pologne travaillent sans salaire. Répondez : Le malheur est pour eux et le profit pour no... Poursuivre la lecture

Après avoir vu dans un premier article les causes de l’inflation législative, il conviendra de voir dans un second article les remèdes possibles contre le problème de la surproduction normative, caractéristique de l’inflation législative. Si le débat de la simplification du droit a été porté par le candidat Gaspard Koenig à l’élection présidentielle, force est de constater que ce thème a un peu disparu des débats, s’il y a déjà eu des débats pendant cette campagne.

 

Malgré cela, le problème du trop-plein législatif n’en de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles