La violence scolaire

Pour mettre fin à la violence scolaire, il faut d’abord mettre les divers acteurs de la vie scolaire en situation et en état d’être responsables.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Violence à l'école (Crédits : Sabine Nourrit/Aleps, tous droits réservés)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La violence scolaire

Publié le 25 septembre 2012
- A +

Pour mettre fin à la violence scolaire, il faut d’abord mettre les divers acteurs de la vie scolaire en situation et en état d’être responsables.

Par Jacques Garello.
Publié en collaboration avec l’aleps.

Pour une fois nous avons évité les grèves d’enseignants qui marquent la rentrée scolaire. Les syndicats d’enseignants réservent sans doute leurs manifestations pour une date ultérieure, au moment où il faudra faire pression sur le gouvernement pour tout autre sujet et contre toute autre mesure.

Pour autant, notre ministre de l’Éducation nationale n’est pas un homme heureux. Vincent Peillon vient en effet de découvrir un phénomène inaperçu de ses prédécesseurs : la violence scolaire. Il a pris tout de suite la mesure radicale qui s’imposait : il va créer un Observatoire de la Violence Scolaire. Voici le changement tant attendu : les socialistes voient vite et voient loin. La méthode du ministre est éprouvée. Les fonctionnaires de Bercy eux-mêmes viennent en effet de dénombrer 600 officines publiques (sur 1.200) qui ne servent à rien et qui coûtent un argent fou. Un observatoire de plus conduira certainement à des progrès spectaculaires, à des coûts forcément réduits.

Désireuse d’économiser l’argent des contribuables, l’équipe de l’aleps s’est proposée pour observer gratuitement la violence scolaire, et adresse au ministre ses observations :

1° L’argument des syndicats suivant lequel c’est faute d’enseignants qu’il y a de la violence scolaire ne résiste pas aux données brutes : le nombre d’élèves n’a cessé de diminuer, et le nombre d’enseignants n’a cessé d’augmenter, de sorte qu’il y a en moyenne un enseignant pour 14 élèves. De même le manque de moyens de l’Éducation nationale est un mythe, son budget a grossi davantage que tous les autres postes budgétaires.

2° Globalement la violence scolaire épargne l’enseignement privé, sans doute parce que les établissements y sont l’objet d’un choix délibéré, responsable et onéreux de la part des familles. Il serait donc souhaitable de traiter les établissements scolaires comme des entités concurrentes et libres de leur pédagogie et de leur gestion, au lieu de les assujettir aux directives d’une administration centralisée et syndicalisée.

3° La plupart des enseignants aiment leur métier et ont une réelle vocation pour instruire les enfants, mais ils sont épuisés par les problèmes de discipline, par l’absentéisme de certains collègues, par la complexité du système de gestion, par les changements pédagogiques imposés sans cesse et enfin par le comportement des parents.

4° Les parents ont souvent abandonné la mission éducative qui leur est assignée par la logique familiale. Jules Ferry disait « Nous donnons une instruction publique à des enfants éduqués par leurs parents ». Nombreux sont ceux qui voient dans l’école une garderie et dans le collège et le lycée des parkings pour ados, et ne s’occupent guère du contenu de l’enseignement, ni de la forme de la pédagogie.

5° Ainsi, on occupe les enfants au lieu de s’en occuper. Cela débouche sur la permissivité, économe en temps et en énergie, alors que la moralité exige une attention permanente, l’art de comprendre et parfois de redresser. Quand on a un travail hors du foyer il est difficile de consacrer de longues heures à l’éducation des enfants. De tous les pays européens, la France est celui où les enfants sont mis le plus tôt en crèche ou en maternelle. L’évolution des structures familiales rend le défi de l’éducation encore plus lourd à relever.

6° La plupart des enfants sont en fait livrés à la mode du moment. Celle qui leur parvient à travers la télévision et autres « réseaux sociaux » : violence plus violence. Mais surtout celle qui se forge dans les établissements, dans les cours de récréation et les classes : imitation des petits chefs, esprit de bande, harcèlement et racket des faibles, prosélytisme des déviances, etc.

Au total la violence scolaire n’est que le sous-produit de l’irresponsabilité. Irresponsabilité des enseignants qui ne veulent plus ou ne peuvent plus accepter les sacrifices qu’exige l’éducation d’enfants mal élevés par leurs familles. Irresponsabilité des parents qui ne se soucient guère de la qualité d’une éducation offerte gratuitement par l’État-providence. Irresponsabilité des enfants, assez naturelle dans le premier âge, mais qui explose avec l’adolescence, au point que la criminalité peut maintenant concerner des mineurs de dix ans.

Pour mettre fin à la violence scolaire, il faut d’abord mettre les divers acteurs de la vie scolaire en situation et en état d’être responsables.

Les maîtres donnent toute la mesure de leur talent et sont fiers de leur mission dans des établissements où il y a place pour le mérite, pour la concurrence, qui conduit à l’excellence ; aucune bureaucratie centralisée ne peut y réussir. En l’absence de toute concurrence, le mammouth est devenu un foyer d’improductivité et d’irresponsabilité. Les parents se sentent responsables de l’école de leurs enfants quand ils en ont le choix, et doivent payer pour ce choix. Si l’éducation devient un « droit social », pourquoi s’en soucier ? Si tous les jeunes sont pris en charge jusqu’à l’âge de 16 ans, pourquoi s’inquiéter pour leur avenir ? On sait pourtant que l’échec scolaire est aussi évident que la violence scolaire. Quant aux enfants, il est temps de s’occuper de leur personnalité, de leur identité, au lieu de les fondre dans le collectif, au lieu de niveler par le bas. Il faut les aider à découvrir leur propre potentiel et à briser le mimétisme.

Mais il sera difficile de vaincre la violence, scolaire ou autre, dans une société où la règle et l’idéologie sont celles de la lutte, de la jalousie et de l’envie, et finalement de la barbarie.

Les enfants, les familles, les écoles ont besoin de sérénité et d’harmonie. Or c’est un bien commun qui n’existe que dans une société civilisée, fondée sur la complémentarité, l’échange et la liberté. C’est à la reconstruction de cette société que doivent travailler les libéraux.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • On doit rappeler que la violence à l’école est multiforme. Elle est loin de se résumer à la violence physique. Et ses acteurs sont multiples.

    Je voudrais signaler une forme de violence que l’auteur a oublié de mentionner. C’est la violence morale que l’institution scolaire exerce contre les élèves. Cette violence est une spécificité française.
    En France, l’administration a beaucoup recours au redoublement et à l’orientation imposée par l’administration. C’est une violence morale très intense. L’administration scolaire française semble ainsi répéter constamment aux élèves français qu’ils ne sont que des jouets dans les mains de l’administration.

    Cette violence morale a bien sûr de nombreuses formes de répercutions. Par exemple plusieurs observateurs ont obsrvé depuis de nombreuses dédennies que les écoles françaises sont les seules écoles au monde où l’on peut observer du chahut en classe.

    • Il faut ajouter que dans certains cas, le redoublement a un motif peu avouable : celui de sauver des classes menacées de suppression pour effectifs insuffisant.

  • Ils devraient essayer ca en classe en France : Khan Academy. Pour ceux qui ne connaissent pas encore c excellent.
    Voici une presentation du phenomene:

  • Ok pour le début. Pas de problème.

    Mais ça: « 6° La plupart des enfants sont en fait livrés à la mode du moment. Celle qui leur parvient à travers la télévision et autres « réseaux sociaux » : violence plus violence. Mais surtout celle qui se forge dans les établissements, dans les cours de récréation et les classes : imitation des petits chefs, esprit de bande, harcèlement et racket des faibles, prosélytisme des déviances, etc. »

    Mon dieu, les jeux vidéos ont encore frappés. Facebook corrompt nos enfants. et regardez-moi tous ces punks avec leurs cheveux rouges: des révoltés prosélytes, évidemment.
    Quand est-ce qu’enfin quelqu’un expliquera que cela n’a, au pire, qu’une influence toute modeste sur nos cheres têtes blondes et que ce qui rend éventuellement violent, c’est la certitude de ne pas être puni, le système administratif délirant, l’orientation forcée, l’obligation de rester à l’école lors même que l’on sait ne rien avoir à y faire, et l’utilisation systématique des filières professionnelles comme dépotoir qui concentrent ainsi les élèves les plus faibles et désordonnés dans des classes données aux professeurs les moins compétents.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

« Allez vous faire foutre avec votre liberté ! »

C'est en ces termes peu académiques que le 10 août 2021 sur CNN, le célèbre ancien acteur et gouverneur républicain de Californie Arnold Schwartzeneger s'adressait avec indignation aux antivax américains qui, au nom de leur liberté individuelle, refusaient de se vacciner contre le covid. Et prenaient donc du coup aussi la liberté d'infecter les autres.

Cette apostrophe aurait aussi bien pu s'appliquer hors du seul domaine sanitaire à quantité d'autres circonstances de la vie coura... Poursuivre la lecture

Par Florent Ly-Machabert.

Le bon sens, loin d’être comme le pensait René Descartes la chose la mieux partagée au monde, semble avoir déserté le débat public : sur le plan sanitaire, peu de voix se sont fait entendre pour dénoncer, entre autres, qu’on n’impose pas le port du masque au plus fort de l’épidémie ; sur le plan économique, où l’on ne s’étonne même plus que la relance quasi ininterrompue depuis la fin des Trente Glorieuses n’ait toujours pas tiré notre beau pays de l’ornière dans laquelle il n’a en réalité cessé de s’enfoncer.... Poursuivre la lecture

Par Michel Villette.

Dans la littérature sur la gouvernance d’entreprise, deux principes s’opposent : celui énoncé par l’économiste Milton Friedman en 1970, dans un célèbre article intitulé The social responsability of business is to increase its profits (« La responsabilité sociale des entreprises est d’accroître leurs profits »), à celui proposé près de 40 ans plus tard par les universitaires Edward Freeman, Kristen Martin, et Bidhan Parmar dans leur article Stakeholder capitalism (« Le capitalisme des parties prenantes »).

D... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles