Valls et Taubira à Marseille : l’entente cordiale

La matraque et la carotte à Marseille. Ça part dans tous les sens au PS gouvernemental. Peillon qui veut embaucher sans moyens et sans prévenir, Valls et Taubira qui vont faire des risettes à Marseille alors que l'un joue les durs et l'autre veut, justement, affranchir les durs de leurs peines...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Valls Taubira (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Valls et Taubira à Marseille : l’entente cordiale

Publié le 20 septembre 2012
- A +

Le regard de René Le Honzec.

La matraque et la carotte à Marseille. Ça part dans tous les sens au PS gouvernemental. Peillon qui veut embaucher sans moyens et sans prévenir, Valls et Taubira qui vont faire des risettes à Marseille alors que l’un joue les durs et l’autre veut, justement, affranchir les durs de leurs peines…

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • marseille donne une idee de la france future …..il y a 40 ans a nice on se moquait de marseille ,maintenant nice c est une petite marseille …!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel pataquès ! Une gauche éclatée réduite à un petit 25 % des intentions de vote ; des candidats favorables à l'union à condition qu'elle se fasse sur leur nom ; une primaire populaire spécialement organisée pour obtenir le rassemblement mais dont la plupart des "candidats", Mélenchon, Roussel, Jadot, Hidalgo, enrôlés sans leur consentement, récusent tour à tour la légitimité ; des militants en grève de la faim pour inciter les têtes de liste à se rallier à cette primaire - bref, la gauche est en pleine crise de nerfs et c'est le moment que ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Nasier Ockham et h16.

Pour Ariane Chemin, grande reporter au journal Le Monde, c’est évident : ce qui se passe à Marseille en matière de gestion sanitaire est la représentation fidèle des errances du Pr. Raoult. Paf, c’est dit.

Pourtant un intéressant billet de blog paru en avril 2020 établissait avec quelques chiffres des statistiques sur ce qui se passait justement du côté marseillais, et ce avant même que les polémiques aient pris des proportions démesurées, et manifestement, ça cadrait mal avec les saillies enfla... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Quand le chef d’un État supérieurement endetté à force de dépenses publiques débridées se précipite à la rescousse d’une municipalité au bord du dépôt de bilan sous l’effet d’une incurie multi-décennale mêlant incompétence, irresponsabilité, idéologie, petites magouilles et clientélisme, on ne s’attend guère à le voir accusé de libéralisme. D’autant moins quand il est question d’un milliard et demi d’euros de dépenses nouvelles pour les transports, la culture et la sécurité ainsi que d’une participation exception... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles