Christiane Taubira ignore-t-elle ce qu’est l’état de droit ?

Christiane Taubira, garde des sceaux, ne sait pas ce qu’est l’état de droit, la base de notre justice.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Christiane Taubira

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Christiane Taubira ignore-t-elle ce qu’est l’état de droit ?

Publié le 19 septembre 2012
- A +

Selon la définition de Christiane Taubira, nul doute que les lois qui ont obligé les Juifs à porter l’étoile jaune ou celles qui ont décrété le massacre de tout individu lettré chez Pol Pot ont été respectueuses de l’état de droit.

Par Jacques Garello.

Article publié en collaboration avec l’Aleps.

Christiane Taubira

Etat de droit ou voie de fait ? Egalité ou cécité ? Démocratie ou absolutisme ? Liberté ou Servitude ?

Je ne sais comment qualifier l’argumentation de Christiane Taubira, dans son interview à La Croix lundi dernier. Madame le ministre de la justice s’est exprimée sur le projet qu’elle soumettra au Parlement au cours de cette session de rentrée : reconnaissance du mariage homosexuel, adoption d’enfants par des couples homosexuels, mais (pour l’instant et sous réserve du zèle de quelque parlementaire) pas de procréation médicalement assistée, ni de légalisation des mères porteuses.

Ces mesures sont d’une gravité exceptionnelle, partisans et adversaires en conviennent. Mais les arguments avancés par Christiane Taubira sont assez explosifs.

D’abord, cette dame a une conception assez originale de l’état de droit : « Nous sommes dans un état de droit, le code civil va être modifié, il s’impose à tous, y compris aux maires ».

L’état de droit consiste donc à se soumettre servilement à toute législation votée par une assemblée éphémère. Habituellement, on entend par état de droit une situation dans laquelle tout le monde, y compris les dépositaires du pouvoir, doivent se soumettre au droit, qui n’a pas pour origine le législateur, mais la nature de l’être humain, sa liberté et sa dignité. Pour Madame Taubira, nul doute que les lois qui ont obligé les Juifs à porter l’étoile jaune ou celles qui ont décrété le massacre de tout individu lettré chez Pol Pot ont été respectueuses de l’état de droit.

Ensuite, elle invoque l’égalité. « Les dimensions philosophique et anthropologique entourant le mariage ne peuvent venir percuter l’exigence d’égalité ». Une égalité percutante en effet, qui nie la diversité, la personnalité, qui nivelle mais à quel niveau ! Il faut être aveuglé par l’idéologie pour nier l’importance du genre et penser que la distinction entre homme et femme ne doit rien à la nature et tout à la société.

Mais le projet gouvernemental respire la démocratie : « nous allons consulter ». Qui ? Des élus, des maires, des personnalités, des associations. Tous interlocuteurs naturellement choisis par le pouvoir. Et si l’on donnait la parole au peuple, sous forme de referendum, après un délai de réflexion et de campagne suffisamment long pour que le vote échappe à la démagogie ? En fait, une fois de plus voici la démocratie déformée en règle de la majorité d’un moment, exerçant sa tyrannie et réduisant les minorités au silence. De tels excès sont fréquents chez les socialistes, mais aussi chez les étatistes. On se rappelle la fameuse phrase de Laignel : « Vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaires ».

Nous prenons ainsi la route de la servitude et la liberté est broyée par la machinerie politique.

Même si la forme est exécrable, je voudrais maintenant en venir au fond, car il y va de la liberté, il y va de la société.

Dans une société de liberté, la séparation entre sphères publique et privée est nette. L’Etat est subsidiaire, le pouvoir politique ne s’occupe que de ce qui implique un recours à la coercition – en principe pour défendre la liberté et la propriété de chaque individu, pour faire respecter les droits fondamentaux de la personne humaine. Le mariage et, de façon plus générale, les relations entre personnes, sont avant tout affaires privées. Ces affaires sont souvent éclairées par les convictions religieuses des intéressés. La liberté religieuse a été à l’origine de toutes les libertés publiques. Or, les quatre principales religions pratiquées en France, catholique, protestante, juive et musulmane, condamnent et le mariage gay et l’adoption des enfants par un couple homosexuel. La laïcité ne consiste pas à imposer par la loi ce que la foi religieuse réprouve. Tout au contraire elle devrait tenir l’État à l’écart de ces choix personnels.

Le mariage est-il « d’ordre public » ? Les rédacteurs du Code Civil l’ont cru. En fait les dispositions que les individus prennent pour constituer une famille, organiser un patrimoine, doivent être sans doute connues de tiers – mais ni plus ni moins que leur situation, leurs talents ; elles peuvent faire l’objet de libres contrats.

En fait, le mariage s’inscrit dans une perspective de vie familiale sur laquelle repose toutes les sociétés. On ne saurait donc distinguer le mariage de la parenté. La famille – est-il besoin de rappeler ce qui devrait être banal – est la cellule de base de la société. Elle assure l’éducation, la transmission d’un patrimoine culturel, elle donne un sens au travail et à la propriété. Elle constitue et entretient le « capital humain », atout décisif du développement économique et du progrès social.

Enfin et surtout, une société se déshonore quand elle livre l’enfant au caprice des adultes. Il n’y a pas de « droit à l’enfant », il y a un « droit de l’enfant » : droit à avoir un père et une mère, droit à appartenir à une famille durable, droit à un lignage.

Toutes ces notions relèvent en effet de « l’anthropologie », à laquelle Madame Taubira veut bien se référer. Mais la nature de l’être humain, le souffle qui nous anime, nous appelle à un épanouissement, à une harmonie, tout enfant y a droit, tout adulte peut s’en faire un devoir. La nature de l’être humain lui commande de ne pas confondre l’amour et le sexe, la liberté et la licence. La liberté n’est pas une valeur absolue en soi, elle est un choix, et elle est faite pour s’ordonner à la dignité de chacun. « Liberté des actes, dignité des personnes », disait Jean Paul II. J’en reste, pour ma part, à ce message, qui a pu passer à travers les siècles de la civilisation et qui devrait sans doute éclairer notre siècle que guette la barbarie.

Comme beaucoup de libéraux, mon choix pour la liberté n’est pas au seul vu de son efficacité, il est surtout guidé par sa dimension éthique – ou du moins ce que j’en sais.

Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Bien vu, M. GARELLO, comme dans l’ensemble de vos articles d’ailleurs.

    Mais c’est cette négation de l’individu, caractéristique des socialistes (officiels ou non) qui les perdra…

  • Le moment venu, une des premières mesures à prendre en urgence sera la suppression du mariage civil.

  • « La laïcité ne consiste pas à imposer par la loi ce que la foi religieuse réprouve. Tout au contraire elle devrait tenir l’État à l’écart de ces choix personnels. »

    Ah, mais ce que cache vraiment le mot « laïcité » dans la bouche des politiciens français, c’est la nouvelle religion républicaine progressiste, rivale des 4 autres. C’est la vraie raison de l’invasion du domaine de la morale par la politique: ils sont en croisade.

  • Le chapeau de cet article est ridiculement racoleur.

    • Non ce n’est pas racoleur, c’est plutôt en dessous de la vérité. nous savons tous que Taubira ignore totalement ce qu’est l’état de droit. Pour elle le droit c’est cette minuscule parcelle de liberté accordé au individu par la grâce étatique toute puissante.

  • Mais c’est exactement ça

  • Le point Godwin a été atteint trop vite, je n’ai pas vu l’intérêt de lire la suite.

    • Faire référence à la WWII, ce n’est pas atteindre le point Godwin. Ce que vous sous-entendez, c’est qu’il devrait être interdit de faire la moindre référence à ce qui s’est passé à cette époque.

      • Rien n’interdit de parler d’Histoire.

        Ce qui me dérange n’est pas de parler d’Histoire, c’est l’utilisation d’un fait historique très négativement connoté, dans un contexte complètement différent, aux fins de discréditer une personne.

        C’est l’esprit de la « loi de Godwin ».

        Et selon cette loi, à laquelle j’adhère, c’est l’auteur d’une telle « argumentation » qui se discrédite lui-même.

        Plus simplement dit, cette outrance m’a privé de l’envie de lire la suite.

        • Ce n’est pas une outrance, les mêmes dérives peuvent entrainer les mêmes conséquences à long terme. Bien sûr ce n’est pas Taubira qui va nous faire basculer dans le nazisme, mais en ne dénonçant pas ce genre de raisonnement on peut s’y diriger peu à peu.

          • Je ne dis pas que la comparaison de l’auteur est fausse, mais qu’elle est outrancière. J’aurais pu dire tapageuse, racoleuse, criarde, sensationnaliste, déplacée, grossière.

            Il me semble avoir lu que l’auteur confond état de droit et droit naturel.

            Bref, je ne critique pas le but, qui est peut-être noble, mais déplore que ce but soit recherché au moyens de grosses ficelles et d’approximations.

  • Le problème semble être une « dérive » de nos démocraties : un caste politique armée d’une administration toujours plus importante et intrusive.
    La liberté crève, s’ensuit naturellement nos économies à vau l’eau. Nos politico-fonctionnaires pensent qu’ils peuvent, d’un claquement de doigt( ou d’une loi, voire d’une déclaration publique), faire et défaire le monde à leur guise.

  • Taubira, le garde des sceaux le plus sot que nous n’ayons jamais eu !

  • Je ne sais pas si cette charge est véritablement libérale, en dépit du caractère incontestable des convictions libérales de l’auteur. Je serais pour ma part plus nuancé.
    Tout d’abord, je n’aime pas beaucoup la chute : ces droits à ceci et à cela qu’aurait l’enfant me rappellent l’absurde extension des droits de l’homme que commet la déclaration éponyme de l’ONU. A côté des droits véritables, établis par la déclaration universelle de la Révolution Française (les « droits de »), voisinent des « droits à », qui n’en sont pas, mais qui sont des objectifs de la société, comme par exemple le soi-disant droit au logement.
    Un père et une mère, une famille durable, un lignage : ce sont des bienfaits, ce ne sont pas des droits. Si un enfant est adopté, il a besoin que la société respecte sa cellule familiale et le respecte lui-même pour en être un membre. N’en déplaise aux parents qui ne ménagent pas à leur enfant un cadre de vie épanouissant et libérateur, un couple homosexuel aimant et attentif vaudrait sans doute bien mieux.
    Que dire du caractère éphémère des lois votées en démocratie qui délégitimerait le système dans son ensemble? Est-il préférable que ce soit une personne éclairée qui dise souverainement le droit, fut-ce au nom de la qualité de ses convictions personnelles ?
    Quant au mariage, bien sûr, il ne fait que renforcer le pouvoir de l’Etat sur les individus. En ce sens, on ne comprend pas vraiment cette revendication des homosexuels d’y accéder. Mais c’est leur affaire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour rappel, l’État de droit repose sur quatre piliers : la sécurité juridique, les droits et libertés fondamentaux, le principe de légalité, la hiérarchie des normes.

De plus, il repose sur deux principes : la séparation des pouvoirs et le rôle du juge comme garant de la légalité.

Un bilan sur l’état d’urgence de 2015 devrait être tiré : il n’a été d’aucune utilité pour lutter contre le terrorisme. De plus, la banalisation des mesures d’urgences est inquiétante pour les libertés publiques. L’état d’urgence devient un outil de g... Poursuivre la lecture

Le 24 mai, suite à la guerre en Ukraine, la Hongrie a instauré par l’intermédiaire de son Premier ministre Viktor Orban, un second état d’urgence, à la suite d’un premier état d’urgence dans le cadre de la pandémie du coronavirus. La Hongrie, démocratie illibérale, passe d’un état d’urgence à un autre sans que cela semble inquiéter sa population. Pire, elle semble réclamer cette sécurité excessive, portant atteinte à ses libertés fondamentales. Une forme de banalisation de l’état d’urgence a apparemment envahi ce pays.

Ce constat n’est... Poursuivre la lecture

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles