La dépendance, l’arlésienne de la santé publique

Déclaration tonitruante d’un membre de cabinet, agitations, concrètement rien…
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
vieillard_fauteuil-roulant

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La dépendance, l’arlésienne de la santé publique

Publié le 15 septembre 2012
- A +

Déclaration tonitruante d’un membre de cabinet, agitations, concrètement rien…

Par Thibault Doidy de  Kerguelen.

La dépendance est un vrai et croissant problème. Croissant car certaines maladies comme l’Alzheimer touchent de plus en plus de personnes, croissant car la longévité accroît mathématiquement le nombre de personnes dépendantes, croissant enfin car la destruction systématique du noyau familial que connaît notre société depuis trois décennies touche maintenant les personnes qui deviennent ou sont sur le point de devenir âgées et se retrouvent seules et sans soutien. Depuis vingt ans, sociologues, professionnels de santé et professionnels de l’assurance alertent les pouvoirs publics du phénomène. Lors du mandat précédent, Madame Bachelot, alors ministre de la santé, avait annoncé avec grand renfort de publicité que la dépendance deviendrait la cinquième branche de l’assurance maladie avant la fin du mandat Sarkozy. Après l’inévitable commission de travail, les grandes déclarations de principes, ce fut l’enterrement de première classe.

Néanmoins le problème perdure et s’amplifie. Le coût moyen d’une personne dépendante (2000 à 3000€ par mois) augmente d’autant que les structures et les moyens de financement n’existent pas. Il faudra bien un jour que les pouvoirs publics s’attaquent au problème autrement que par la simple euthanasie.

Un petit pavé dans la mare a été lancé il y a quelques jours. Lors d’un déplacement de Michèle Delaunay, à Toulouse, le 7 septembre dernier, l’entourage de la ministre avait indiqué que cette dernière souhaitait l’adoption d’un projet de loi sur la dépendance « d’ici la fin de la première moitié du quinquennat ». Et cette même source de préciser : « Ce sera une réforme basée sur la solidarité nationale, en aucun cas, il n’est question d’y faire entrer les assurances privées. » Cette déclaration a jeté un froid. Cela voudrait dire que tous les travaux, rapports, réflexions ayant été menés jusque-là sont enterrés, jetés à la poubelle sans même que la ministre ait pris le temps de rencontrer les professionnels. Ensuite, cela semble tellement ubuesque que l’État considère être dans la capacité de financer un tel chantier seul alors qu’il se désengage de plus en plus de la simple protection de la santé que l’on se demande si dans ce ministère comme dans d’autres, tout le monde a bien tous ses neurones en place. Enfin, on sait désormais qu’en matière de protection de la personne, le « Tout État » revient toujours plus cher que la gestion mixte État/Privée ou la gestion purement privée par délégation d’État.

Jean-Luc de Boissieu, secrétaire général du Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (Gema), après ces déclarations tonitruantes du ministère en charge des Personnes âgées, a essayé de calmer le jeu : « Nous voulons croire que la déclaration n’est pas une déclaration de guerre contre les assureurs », a-t-il commenté, « Tout ce qu’on peut souhaiter, c’est que le gouvernement fasse le plus rapidement possible connaître ses projets sur la dépendance »,« nous attendrons de connaître le contenu du projet de loi pour voir s’il n’y a pas moyen de créer un partenariat public/privé. »

Ce qui est à craindre en fait, c’est qu’il n’y ait aucun projet, si ce ne sont que des intentions idéologiques lancées par un ministre manquant de visibilité dans un contexte où son chef de Matignon a demandé de s’agiter médiatiquement pour contrer la campagne en inaction menée par la grande presse. Le bon sens et le pragmatisme veulent que ce mandat ne connaisse pas de grande mise en place de financement de la dépendance, ou que cela se mette en place avec les assureurs privés. On ne peut pas décréter 20Md€ de prélèvements supplémentaires par an en réduisant le périmètre de l’État et se lancer dans un tel chantier générant de nouveaux coûts.

—-
Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Libéral et fier de l'être!
    15 septembre 2012 at 22 h 09 min

    Je pense qu’il est temps de passer à des vraies solutions qui ont fait leurs preuves ailleurs que dans notre beau pays marxiste néo-conservateur.Cette solution s’appelle l’EPARGNE! Don compte épargne santé et retraire sont au menu.Et pour nos concitoyens les de condition modestes des bons pouraient être fournis par l’état pour alimenter leurs compte épargne personnel comme cela se fait en Chine ou à Singapour!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Éloïse Lenesley.

Face à la mort, nous sommes tous égaux ou devrions tous l’être, quels que soient nos origines, nos croyances, nos convictions politiques, notre milieu social. La faucheuse finit toujours par nous rattraper, mais certains meurent mieux que d’autres.

Au fil des progrès de la science, nous tendons à nous croire invincibles, immortels ; parler de la mort est un tabou dans une société attachée à la performance, au jeunisme, aux technologies. Et pourtant, nous risquons davantage qu’autrefois d’être atteints d’une ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Patrick Aulnas.

L’Assemblée nationale a voté le 29 juillet 2020, en deuxième lecture, l’ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, mesure phare du projet de loi bioéthique examiné en deuxième lecture. Malgré une vive opposition de la droite, le texte a désormais toutes les chances de devenir loi.

PMA : situation actuelle

La PMA n’est possible aujourd’hui que pour les couples hétérosexuels mariés ou vivant ensemble et diagnostiqués infertiles. Différentes techniques (fécondation in vitro, inséminat... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Margot Arold.

Qui seront les premiers à « bénéficier » du vaccin covid ? Les personnes à risque. Et donc, "les vieux" en Ehpad. La mesure pose quelques problèmes éthiques.

En Ehpad, les personnes âgées, voire même très âgées, sont la plupart du temps affectées de pathologies diverses. Elles sont fragiles, ayant été plus qu'ailleurs touchées par la covid au printemps. Par la covid, et surtout par le non respect d’un certain nombre de mesures basiques, qui ont permis au virus de se diffuser dans ces lieux confinés par essence.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles