SACEM : c’est la crise mais le racket continue

Quand on voit la façon dont tout le domaine culturel est organisé, tout changement à la SACEM serait une révolution.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
logo sacem (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

SACEM : c’est la crise mais le racket continue

Publié le 7 septembre 2012
- A +

C’est la crise. Même Hollande en convient platement, qui n’y voyait pourtant pas une bonne raison pour Sarkozy de patiner dans la semoule pendant cinq ans. Et comme dans toute crise, il y a des victimes, nombreuses, et des sacrifices à faire, douloureux. C’est donc de sacrifice que nous allons parler.

Et je ne parle pas ici d’éliminer drastiquement la confiture du petit-déjeuner. Non. Je veux bien sûr parler d’un de ces sacrifices cruciaux qui posent les bases d’un exemple citoyen décisif pour montrer à tous où les efforts doivent peser. Je veux parler d’une de ces démonstrations poignantes, mélange de courage d’airain et de lucidité qui amènent l’Humanité à se dépasser elle-même.

Et pour illustrer ce type de sacrifice-là, je prendrais Jean-Noël Tronc. Retenez bien le nom de ce héros moderne : on le retrouvera certainement dans les prochaines éditions des livres d’Histoire de France à l’usage des écoliers et autres légumes petits apprenants de notre système d’éducation que le monde nous envie de loin.

Il est grand, Jean-Noël Tronc. Par la taille, notamment. Celle de son salaire, en particulier. Jean-Noël est le nouveau patron de la SACEM. Nouveau parce qu’il est arrivé dans la place depuis quelques mois seulement, et a réussi à se faire un nom très vite en refusant de plier au dictat du lobbyisme habituel à ce genre de poste : on se souvient en effet qu’il s’était déclaré franchement pas pour le projet à la mode en matière culturelle, à savoir la création d’un nouveau Centre National de la Musique, au prétexte que cette nouveauté revenait à créer une administration supplémentaire et tout ce qui s’y rattache.

À l’époque, j’avais commenté son positionnement en remarquant que, décidément, le nouvel arrivant n’était pas très bisou : l’impétrant refusait d’adouber de son accord l’ouverture du robinet d’argent gratuit du ministère de la Culture.

Las, cette parcimonie dans la dépense de fonds publics ne devait pas grand-chose à un souci d’économie de la part du nouveau patron de la SACEM, mais bien plus à un petit jeu politique dont nous découvrirons probablement les tenants et les aboutissants dans quelques mois ou quelques années. En effet, son souci affiché de ne pas gréver inutilement les finances publiques s’arrête net lorsqu’il s’agit de sa propre société.

On apprend en effet au détour d’un article de Capital que notre aimable président est payé … 400.000€ par an. Oh, ne vous affolez pas trop vite. Après tout, ce bon salaire représente déjà la maigre pitance qu’il reste à notre héros dévoué après une réduction drastique puisque son prédécesseur, Bernard Miyet (ancien de l’ENA – surprenant, non ?), était payé 750.000 euros par an. On souhaiterait franchement voir une baisse relative identique appliquée à nos députés, ministres et autres multiples présidents de commissions, administrations et autres institutions publiques que la République, bonne fille, compte par centaines.

Sacem, une belle histoire d'amour

Maintenant, pour une société qui, comme toutes les autres, s’inscrit dans une période difficile de son histoire avec de la crise, de la restructuration et des réductions d’effectifs et de budgets, on comprend que ce niveau de salaire (couplé à des avantages salariaux nombreux) passe mal, d’autant qu’il s’inscrit dans des frais de gestion monstrueux de plus de 20% des recettes. On m’objectera facilement que cette société est de droit privé et qu’elle peut organiser sa gestion et ses salaires comme bon lui semble. Certes. Il n’en reste pas moins que cette société est assise sur une rente de situation, un monopole, qui, lui, doit tout à l’État, et donne cette société des latitudes certaines pour ignorer la conjoncture.

Or, cette attitude pourrait bien changer. En effet, d’un côté, internet a nettement grignoté les entrées d’argent correspondantes au droit d’auteur. Les CD se vendent moins et il devient plus difficile de traquer les droits dans le monde numérique.

À cette érosion, il faut ajouter la fin programmée et inéluctable du monopole actuel du recouvrement de ces droits sur le territoire français. La Commission européenne entend en effet ouvrir ce recouvrement à la concurrence étrangère ; autrement dit, un auteur français pourra demander à une société italienne ou belge de collecter ses droits en France, mettant de fait la SACEM en concurrence. Dans ces conditions, l’opulence actuelle des 1400 salariés de la société d’auteurs risque d’être franchement remise en cause.

Surtout qu’en plus, la Cour de Justice européenne a, récemment, jugé que la perception d’une partie des droits correspondant à la diffusion de radio dans les cabinets et salles d’attentes de certaines professions libérales n’était pas légale. Zut et flûte, n’est-ce pas ?

Devant ces éléments, on renifle ici tous les ingrédients nécessaires à une magnifique crise d’un secteur, assis sur une rente depuis des dizaines d’années, et qui aura soigneusement refusé toute modernisation et préparation à un changement de plus en plus vaste de son écosystème.

Pour le moment, Jean-Noël Tronc est donc le héros modérément discret de cette SACEM qui aura « réduit » son salaire et franchement hésité pour la création du CNM. Sera-t-il le héros qui réformera complètement cette institution pour la faire sortir du racket pur et simple dans lequel elle s’est installée ? Saura-t-il faire revenir la société des auteurs vers une société à leur service et non au service de son personnel, grassement payé ? Y aura-t-il des frites ce midi à la cantoche ?

Quand on voit la façon dont tout le domaine culturel s’organise actuellement, presqu’entièrement centré sur l’action omniprésente de l’État, le lobbying et la tétée continuelle de subventions, le tout afin d’éviter scrupuleusement toute remise en cause de modèles économiques gravés dans un marbre déjà séculaire, (et un bonus pour ceux qui pensent ici au Majors, à HADOPI et autres institutions rigolotes d’espionnage de l’internaute) on se doute que tout changement dans la vénérable SACEM sera inévitablement une révolution.

Ou qu’il n’aura pas lieu.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Oui pas du beau monde dans nos chers minustres et autres moisissures de l appareil d etat. Un petit texte sur la sacer aussi, please !

  • Safer je voulais ecrire, mon clavier a fourché…

  • La résistance est active et existe de puis 2005 🙂
    Hadopi 2 ! Courrier à Aurélie Filippetti Ministre de la Culture
    http://www.aimsalibre.com/?p=4720

  • Comment ?

    Comment peut)on faire du Desproges ?

    Comment peut-on encore lire ce site ?

    Comment, ne pas s’apitoyer devant l’hypertrophie de la logique de abadie, l’hyperforme de H16, l’hyperintuition de Charles, et j’en oublie, évidemment…

    Mais ce que vous oubliez, tous, c’est ceux qui vous ont précédés. Oui, il y a un Say par ci, un Bastiat par là, un Hayek, un Mises, même parfois une Rand.

    Mais ils sont oû ? Les Nietzsche et les Max Stirner bordel de merde ?

    Nicomaque, mais bordel de merde, pourquoi les fondement véritables de l’individualisme ne sont jamais dévoilés ?

    Parce que comme les autres, en vrai humain, ce que vous faites, inconsciemment, vous en faites une secte, un pouvoir, et le fondement fait peur.

    A ce titre, il est évité.

    Libertatiens vous vous appelez vous même.

    Un mot, ui veut le pouvoir, comme d’autres.

    • Heu… Je sais pas si c’est moi, mais heu… J’ai pas tout comprite, là.

      Je sens que je vais me reprendre un pastis, hein ?

      • Les socialistes aiment se partager l argent des autres, les capitalistes le gardent pour eux…finalement la liberte d etre pauvre ou riche ne devrait elle pas dependre de la capacite de chacun à se bouger le cul !? Bien entendu en preservant les pouvoirs regaliens et la sante de base pour tous comme en nouvelle zeland par exemple….et non pas rendre les gens egaux dans la pauvrete tout en preservant les statuts de riches de nos hommes politiques qui pronnent la juste repartition des richesses pour eux ! Hein bruno ?!

  • A L’ATTENTION DES JOURNALISTES
    L’ASSOCIATION http://www.auteurs-compositeurs.fr VOUS SOLLICITE

    Nous vous demandons de soutenir l’auteur-compositeur spolié par la SACEM en diffusant le site sur vos blogs, sites et autres réseaux sociaux. Faite connaître le site à vos proches, à vos ami(e)s pour que cesse cette injustice.

    *

    AIDER UN AUTEUR-COMPOSITEUR qui a été condamné injustement par des Magistrats peux scrupuleux du droit d’auteur et de l’ordre public de la rémunération proportionnelle.

    Il vous invite à venir sur le site http://www.auteurs-compositeurs.fr pour découvrir et lire la vérité sur cette erreur judiciaire.

    Retrouverez sur le site les conclusions, les pièces visées, les vidéos qui ont permis de construire sa défense au TGI d’Avignon et à la Cour d’Appel de Nîmes contre le Bureau de la SACEM qui impose aux sociétaires la rémunération par relevé de sondage aléatoire non législative et non contractuelle.

    L’association des auteurs-compositeurs.fr vous informe que cette erreur judiciaire a été provoqué par des conflits d’intérêts entre la Magistrature et la SACEM.

    En effet :

    SAVIEZ-VOUS QUE LA SACEM FORME LES MAGISTRATS SUR LA REPARTITION DES DROITS D’AUTEURS-COMPOSITEURS QUI DEFINI LEURS REMUNERATIONS.

    En effet pendant sa procédure en Appel des Magistrats ont été formé par la SACEM !

    Retrouver les preuves de ces conflits d’intérêts entre la SACEM et les Magistrats sur le site http://www.auteurs-compositeurs.fr

    Le lobbyisme de la SACEM au travers de son stage de formation auprès des Magistrats via l’Ecole Nationale de la Magistrature est captieux.

    Ce stage est utile à la SACEM pour se protéger contre toutes procédures.

    Nous avons tenté d’obtenir la liste des attestations de présence des Magistrats formés ou endoctrinés à et par la SACEM auprès du Secrétariat du Ministère de la Justice de Madame la Ministre TAUBIRA,

    Nous nous sommes  »gentiment » fait refouler par le Cabinet de la Ministre, si nous pouvons nous exprimer ainsi.

    A la suite du claquement de porte du Secrétariat du Ministère de la Justice, on nous a fortement conseillé d’établir un courrier pour cette demande et de là transmettre à qui de droit pour ouvrir une enquête parlementaire via la commission des lois de l’Assemblée Nationale.

    Vous devez savoir que pour éviter les conflits d’intérêts et le clientélisme, il est interdit aux Magistrats d’être en juridiction, ce qui n’a pas été le cas dans cette affaire puisque un ou des Magistrat(s) qui ont traité cette affaire (SACEM – contre l’auteur-compositeur de l’oeuvre FEEL), ont suivi cette formation à et part la SACEM pendant la procédure.

    L’association qui défend l’auteur-compositeur spolié n’est pas juriste mais a étudié ce dossier de très près avec divers avocats et autres juristes, ceci s’appelle des conflits d’intérêts pouvant engendrer des formes de corruption passive.

    Nous sommes très loin de l’impartialité de la Magistrature et donc des Magistrats dans cette affaire.

    Dans l’attente de vos investigations, de vos articles et de vos chroniques, vous pouvez étudier et vérifier toutes les informations mises à votre disposition sur le site internet http://www.auteurs-compositeurs.fr,

    Veuillez, agréer, cher journaliste, nos respectueuses salutations.

    Citation de Germaine Guèvremont – Petite aide fait grand bien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qu'il est doux de vivre aux crochets des autres ! L’État français, premier parasite de France, en sait quelque chose. Il sait, cependant, être généreux avec ceux qui ont compris son mode d'action et n'hésitera donc pas à donner un coup de main à ceux qui voudraient le rejoindre. Comme le montre l'actualité récente, c'est le cas avec la myriade d'associations très lucratives de collecte des droits d'auteurs, notamment dans le monde de la musique.

En fait de musique, c'est un petit air de flutiau qu'il faut entendre, celui qu'avaient com... Poursuivre la lecture

logo sacem
0
Sauvegarder cet article

Les tendres quotas de la SACEM

La catastrophe a été évitée, mais de justesse. Non, je ne parle pas, ici, d'un acte terroriste, d'une manifestation qui dégénère ou de fans de foot un peu trop alcoolisés, mais de chansons françaises : le 24 mai dernier, grâce à l'amendement judicieux de Audray Azoulay, apparemment ministre de la Culture, leurs quotas de diffusion ont pu être conservés. Ouf !

Il faut dire qu'en mars dernier, un précédent amendement voté à l'Assemblée nationale autorisait une gestion plus souple des quotas de chansons francophones pour les radios qui pr... Poursuivre la lecture

Par François Brutsch.

[caption id="attachment_248783" align="aligncenter" width="640"] Cassette audio By: Laurent Hoffmann - CC BY 2.0[/caption]

Hugues Aufray chante Bob Dylan. Mon premier disque 33 tours  — je l’ai toujours, quelque part — , un cadeau de ma grande sœur pour mes dix ans (1965).

À côté de la radio, omniprésente, c’est ainsi qu’on écoutait de la musique à la maison : mes sœurs étaient respectivement fans de Johnny Hallyday et Adamo, mon frère de Jean Ferrat (il a tous les disques).

Ma... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles