60 ans d’économie américaine en un graphique

Aux États-Unis, quels ont été les effets des changements de politiques économiques sur les revenus des ménages depuis la Seconde Guerre mondiale ?

Aux États-Unis, quels ont été les effets des changements de politiques économiques sur les revenus des ménages depuis la Seconde Guerre mondiale ?

Par Jordan Weissmann, depuis les États-Unis.

Au cours des 60 années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont bâti la plus grande économie de classe moyenne au monde, puis l’ont déconstruite. Et si vous voulez vous figurer en une seule image cette transformation, vous ne pourriez trouver mieux que ce graphique issu d’une étude du Pew Research Center, qui permet de suivre l’évolution des revenus moyens des ménages pour chaque échelon de l’échelle économique, des années 1950 jusqu’à 2010.

L’évolution est la suivante :

Dans l’immédiat après-guerre, la rapide croissance américaine a favorisé les classes les plus modestes ainsi que la classe moyenne. En fait, le cinquième le plus pauvre des ménages américains est celui qui en a le plus profité. Puis, dans les années 1970, au milieu de deux crises pétrolières et d’une forte inflation, les choses sont revenues au point mort. Le pays a alors rejeté le consensus d’après guerre de centre-gauche — résumé par la fameuse phrase de Richard Nixon « Nous sommes tous keynésiens maintenant » — et a expérimenté l’alternative reaganienne à la place.  Nous avons réduit les impôts et taxes. La technologie et la concurrence étrangère ont commencé à grignoter les emplois et les niveaux de salaires des cols bleus. La bourse s’est envolée. Et lorsque la croissance est revenue, elle a surtout favorisé la classe qui avait investi : les 20% les plus riches, et plus particulièrement les 5% les plus riches (voire surtout les 1%, même si on ne le voit pas sur ce graphique).

Et puis tout s’est effondré. Les années 2000 ont été une décennie perdue pour les familles américaines, et il n’est pas évident que la prochaine soit meilleure.

Bref, rien de nouveau dans tout cela. Mais il est toujours bon d’avoir une représentation claire de ce qui a changé.

—-
Sur le web.
Traduction : YB pour Contrepoints.

Rédacteur en chef adjoint de The Atlantic, Jordan Weissmann a écrit pour de nombreuses publications, dont The Washington Post et The National Law Journal.