Hollande fabrique des pauvres

Le nouveau président se trouve devant des dossiers brûlants. En fait, ce ne sont que les calamités qu’il a créées ou amplifiées et les solutions en préparation ne feront que les aggraver.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints596 Hollande aime les pauvres

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande fabrique des pauvres

Publié le 29 août 2012
- A +

Parvenu à cent jours de pouvoir et rentrant de vacances, le nouveau président se trouve, selon la presse, devant des dossiers brûlants. En fait, ce ne sont que les calamités qu’il a créées ou amplifiées et les solutions en préparation ne feront que les aggraver.

Par Michel de Poncins.

La « République Fromagère » (R.F. pour les intimes), repose sur des principes fondateurs. L’un d’entre eux est le principe des calamités dont voici l’énoncé : « Quand les Hommes de l’État ont créé par leurs agissements une calamité trop visible, ils en créent une deuxième pour la corriger, sans évidemment jamais y parvenir ».

Retenons seulement, parmi d’autres, trois dossiers signalés par la presse avec avidité : la panne de croissance, le chômage et le pouvoir d’achat. Ils sont, certes, imbriqués l’un dans l’autre mais les distinguer facilite l’analyse.

La croissance

Le pouvoir, à juste titre, verse des larmes sur la croissance perdue.

Elle est si basse que personne ne la voit plus sous le tapis ! Tout en pleurant, il fait le nécessaire pour la tuer. C’est, notamment par le Tsunami fiscal dont les nouvelles sont chaque jour imprécises et changeantes. C’est comme si le nouveau pouvoir voulait « se tirer une balle dans le pied ».

La chasse contre les riches, contre les entreprises et, contre les pauvres aussi est ouverte perpétuellement. Aux 7 milliards officiellement annoncés, s’en ajoutent d’autres. La destruction de l’économie est aggravée par deux faits. Le supplice fiscal dure depuis des mois, il a commencé dès la précampagne de l’élection présidentielle. La bougeotte fiscale est permanente, personne ne sait comment il sera taxé, les médias annonçant sans cesse de nouvelles mesures. L’idée folle de taxer les entreprises qui auraient l’audace de verser des dividendes a été lancée ! La bougeotte dans les idées annonce les fabuleuses usines à gaz administratives.

Dans cette ambiance, il est clair que les entreprises, seules vraies créatrices de richesse, mettent en veilleuse leurs projets attendant que l’orage passe : pourquoi investir si personne ne sait si l’on tirera parti des efforts consentis ? Il en est de même des particuliers dont les choix ont beaucoup d’importance pour la croissance.

Le pouvoir, conscient du problème, imagine alors des encouragements divers ; or il ne fait qu’aggraver les choses : par exemple, les investissements sont baptisés mensongèrement « d’avenir » dans le cadre du mythique grand emprunt !

Le chômage

Le prophète Jérémie pleurait sur le malheur des temps mais ne le créait pas lui-même. Les lamentos publics sur le chômage ne cessent pas et ne sont pas près de cesser à mesure que les mauvaises nouvelles déferlent. Comme pour la croissance, ces lamentations sont d’autant plus fortes qu’elles proviennent de ceux-là mêmes qui créent le drame, tout en veillant avec soin à y échapper personnellement.

Les chiffres varient chaque jour et le total doit être de 3 millions de chômeurs ; toutes les catégories de la population sont touchées mais surtout les jeunes et les seniors. Le phénomène est ancien ; les pouvoirs socialisants que nous subissons depuis longtemps ont lancé des plans successifs sans aucun succès.

François Hollande agit de même.

En réalité, deux causes principales émergent : la fiscalité en folie que l’on retrouve ici et le code du travail. Pour un patron de PME, chaque décision d’embauche répond à un challenge : produit nouveau, marché à l’extérieur, concurrent agressif, acquisition d’une licence, opportunité à saisir… Le risque est toujours important. Il est très grand pour l’entreprise personnelle ou familiale, car le patrimoine du patron est souvent dans la balance.

Les solutions existent avec, comme pour la croissance un armistice fiscal. Il faudrait enlever de l’inextricable code du travail les mesures dirigées directement contre l’emploi.

Au lieu de cela, le pouvoir a donné un coup de pouce au SMIC, ce qui envoie à coup sûr des travailleurs au chômage, et simultanément il se lance dans la comédie bureaucratique des emplois d’avenir.

Et le bien commun ?

Un autre dossier se trouve sur la table à la fin de ces cent jours : celui du pouvoir d’achat. Que dire de plus ? Écraser les gens d’impôts, les envoyer au chômage ne peut que créer de la pauvreté. Ces politiques détestent tant les riches qu’ils fabriquent des pauvres à tour de bras.

Les politiciens échappent à la rigueur organisée pour les autres. La paupérisation est manifeste et se traduit, notamment, par des salaires tirés vers le bas et par la prospérité inattendue des restos du cœur.

Le président voulait le pouvoir et l’a eu dans sa totalité d’une façon étonnante. Tout seul à la manœuvre, il pouvait et peut encore libérer le peuple français et l’engager sur la voie de la prospérité. Sans attendre un 2013 lointain, il faudrait par une deuxième loi de finance rectificative corriger fermement la calamité de la première.

Bien sûr, un ouragan d’économies serait nécessaire. Il ne faudrait pas chercher des idées du côté de l’administration. Si le président avouait en être dépourvu, nous connaissons les adresses où il en trouverait à foison.

Pour emprunter ainsi la route de la liberté, il faudrait qu’il quitte le rafistolage médiocre. En est-il capable ?

Les pessimistes répondront qu’il est prisonnier de son idéologie et des intérêts financiers de ses amis avides de se partager le fabuleux butin étatique. Une excuse se trouve dans la quasi absence de la prétendue opposition : elle se trouve engluée dans sa philosophie étatiste .

Les optimistes peuvent observer que la réalité va le rattraper et le contraindre à agir dans le sens du bien commun avant l’écroulement final.

Soit, mais dans quel délai et avec quel fracas ?

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Quelques causes probables la paupérisation accélérée:
    – l’origine de nos gouvernants m’intrigue: ne s’agit-il pas d’un gouvernement exclusivement composé de « hauts » fonctionnaires? Je n’ai rien contre ce métier pas plus que contre la confédération des honorables artisans pâtissiers. Mais, avouons que ce qui est devenu cette caste auto-sustentée et soit disant omnisciente de fonctionnaires, n’a jamais, JAMAIS, pratiqué ou connu la vie de ceux qui créent la valeur en France. Je fais un pari: la plupart d’entre eux ne connait même pas le prix exact de la baguette ou d’un ticket de métro. Comment attendre de ces gens constitués en caste, qu’elle nous donne ce qu’elle ne possède pas? Depuis quand les tabelions ou les chambellans deviennent rois?
    – Sur l’idéologie suicidaire: que dire de plus au sujet de l’internationale socialiste et de ses soldats, à ceux qui ont lu « La route de la servitude » de Hayek? Le Keynésianisme qui est le ressort intellectuel moderne de cette pensée prétend démontrer que le mouvement perpétuel existe. Oui bien sûr. Perpétuel mais plus pour longtemps. Alors au lieu de courgageusement admettre l’erreur et de risquer de perdre les prochaines élections, on s’enferre, on insiste, on pointe du doigt, on accuse, on dénonce, on DIVISE. L’espoir devient un mot obscène. C’est toujours la faute à quelqu’un. Alors on se met à punir, à spolier, à confisquer. Mais que la population ne se rejouisse pas trop vite: à ce rythme, vous les Smicards serez un jour les méchants riches des Rmistes.

    La seule limite à cette chute, c’est le fond. La ruine. Je l’ai vue de mes yeux en Argentine en 1999 et 2000. Cherchez sur internet les mots « Corralito » et « Corralon »: l’état Argentin ruiné après des années et des années de dictatures alternée de socialisme avait alors eu la génialissime idée pour éviter l’énorme fuite des capitaux, de bloquer les comptes en banque des particuliers (le corralito) avant de les vider (oui, de les vider) (le corralon). Les Argentins, parmi les plus aptes et compétents et qui le pouvaient encore avaient alors quitté le pays en masse vers l’Espagne et l’Italie, démunissant l’Argentine de sa classe moyenne, ce dont, 12 ans plus tard elle ne s’est toujours pas remise. A qui le tour?

  • La réforme me semble impossible ! C’est bizarre qu’elle pays nous sommes devenus.

  • En Grèce il ont fligué le privé et sauvé la caste de l’ état guerre réformé.
    Et vous savez quoi ? les anciens actifs deviennent clodos…
    il fera la même chose chez nous !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Achat d'or pouvoir d'achat
5
Sauvegarder cet article

S’il est quelque terme économique mal compris en France (et parfois ailleurs) c’est bien celui de pouvoir d’achat.

 

Pouvoir d’achat du revenu monétaire

Certes, quand quelqu’un a un pouvoir d’achat, il prend conscience de ce qu’il peut acheter en un moment donné avec l’argent dont il dispose. C’est un genre d’approche statistique du pouvoir d’achat, qui va donc augmenter (ou diminuer) avec le revenu, et qui va varier suivant le niveau des prix des biens et services achetés.

La structure des dépenses envisagées est do... Poursuivre la lecture

Une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès s’intéresse au rôle de la grande distribution dans la protection du pouvoir d’achat des Français.

Depuis son émergence dans les années 1960, la grande distribution n’a pas seulement transformé notre modèle de consommation. Elle représente également un nouveau symbole pour la classe moyenne, et incarne même un contrepoids à certaines politiques étatiques.

Pourtant vivement critiquée dès le départ, son mode d’organisation et ses méthodes n’ont jamais cessé de prouver leur succès malgr... Poursuivre la lecture

Notre Première ministre Élizabeth Borne, vient de faire, à l’Assemblée nationale, son discours de politique générale, et elle a dévoilé quelles sont ses priorités : le pouvoir d’achat, le travail, l’urgence environnementale, l’égalité des chances, et les difficultés du secteur de la santé, soit cinq, au total.

https://www.youtube.com/watch?v=_CzAKKIQFv4

 

Le gouvernement a donc préparé « un paquet de mesures de 20 milliards d’euros » censé atténuer les effets de l’inflation. Ce projet de loi sera soumis au Parlement ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles