Canada : des élus loins du peuple

L’électeur moyen se fiche que la majorité des actionnaires du magasin soient chinois, québécois ou anglophones. Il veut des bons produits, moins chers. Et il exige la même chose des services gouvernementaux (et sur ce plan, il croit qu’il se fait royalement fourrer).

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Canada : des élus loins du peuple

Publié le 21 août 2012
- A +

L’électeur moyen se fiche que la majorité des actionnaires du magasin soient chinois, québécois ou anglophones. Il veut des bons produits, moins chers. Et il exige la même chose des services gouvernementaux (et sur ce plan, il croit qu’il se fait royalement fourrer).

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec.

J’ai l’impression que jusqu’ici, les candidats à l’élection sont plus pressés de dévoiler leurs grands plans interventionnistes pour se fourrer le nez dans l’économie, que de répondre aux préoccupations des citoyens.

C’est comme si on devait choisir à la fois le futur PDG du Québec Inc. au grand complet, et celui de la Caisse de dépôt. Et quel fantasme dirigiste, parmi ceux de chacun, risque de faire le moins mal à notre portefeuille.

Je ne prétends pas parler au nom de tous, loin de là. Mais j’ai ma petite idée sur les préoccupations du Québécois moyen, du moins sur le plan économique.

En avoir pour son argent

Il n’a pas grand-chose à cirer de savoir combien nous avons de sièges sociaux. Ni de savoir si le propriétaire de son magasin préféré s’appelle M. Leblanc ou M. White, M. Lebrun ou M. Brown.

Que la majorité des actionnaires du magasin soit chinois, québécois ou anglophones lui passe 10 pieds par-dessus la tête. Il veut des bons produits, moins chers. Et il exige la même chose des services gouvernementaux (et sur ce plan, il croit qu’il se fait royalement fourrer).

Il ne veut pas savoir si la Caisse de dépôt doit investir plus ou moins au Québec. Il veut savoir si l’argent de sa retraite qui s’y trouve va toujours être là quand il aura 65 ans (ou 75 ?)

Il ne veut pas savoir qui, du Québec ou du Canada, devrait gérer la caisse d’assurance-emploi. Il veut surtout savoir comment éviter de se retrouver sur ce programme ! Et les derniers chiffres de l’emploi au Québec (-28 700 en juillet) n’ont rien pour le rassurer.

Payer une « taxe santé » de 200 $ ne l’empêche pas de dormir la nuit. Ce qui l’empêche de dormir, c’est le cadran qui sonne à 4 h 30 un dimanche parce qu’il doit aller faire la file devant la clinique avec ses camarades. Pour espérer obtenir — ô luxe — une place pour son enfant malade.

Il ne se demande pas si on doit imposer des cours d’économie au secondaire. Il se demande, sérieusement, si nos politiciens échoueraient ou non à ce cours.

Focus !

Le Québécois moyen ne se demande pas qui serait le meilleur « pilote » pour l’économie. Il sait que l’avion vole dangereusement bas, et risque de s’écraser. Il se demande juste si après impôts, taxes et déductions, il lui restera assez d’argent pour acheter à sa famille un parachute assez grand et solide.

Qu’on arrête de gaspiller. Qu’on réduise au minimum les opportunités de copinage et de corruption. Que les taxes et impôts cessent d’augmenter (et éventuellement, diminuent). Qu’on ait des services dignes de notre fardeau fiscal. Et qu’on pense un peu à la prochaine génération pour faire changement.

Juste ça, c’est déjà tout un programme. Arrêtez de vous prendre pour le PDG du Québec, mesdames et messieurs les candidats. Et efforcez-vous plutôt de redonner aux citoyens un peu de liberté économique et d’air frais. Après tout, ce sont eux qui feront l’avenir du Québec, pas vous.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • vous avez entièrement raison dans cet écrit. Qu’est-ce qu’on attend pour manifester, nous les aînés? Nous avons participer, en travaillant pour cette PROVINCE. Je ne veux pas me séparer, le Canada est à moi autant qu’au reste du pays.ELUS, proposez-nous des choses vala-bles: économie, instruction, travail, santé. Cessez de vous enrichir à nos dépends. C’est nous qui payons vos salaires, ÉCOUTEZ-NOUS!
    Merci de m’avoir lue.
    Monique Lefebvre

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’expatriation est un phénomène de plus en plus courant dans un environnement mondialisé. Cette tendance est particulièrement présente chez les jeunes générations. Dans le cas de la France, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui vivent à l’étranger.

Quelles sont les raisons de cette expatriation ? Où vont-ils ? Quels sont leurs profils ?

Si les profils des expatriés français sont variés, on constate que certaines tendances se dessinent.

Des expatriés français réputés pour le travail

Selon le site internations : « 56... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles