La Grèce s’enfonce dans la récession

Comme un pilote de montgolfière qui se contenterait de larguer du lest sans relancer le brûleur, le ministre de l’économie grec largue, largue sans arrêter ni même freiner la perte d’altitude. Le sol se rapproche, « jusque-là tout va bien »…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Grèce s’enfonce dans la récession

Publié le 16 août 2012
- A +

Comme un pilote de montgolfière qui se contenterait de larguer du lest sans relancer le brûleur, le ministre de l’économie grec largue, largue sans arrêter ni même freiner la perte d’altitude. Le sol se rapproche, « jusque-là tout va bien »…

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

En Grèce, les mauvaises nouvelles se succèdent tellement qu’on en arrive à ne même plus y prêter attention. Nous apprenions le 13 Août 2012, de l’Autorité des statistiques grecques, que le produit intérieur brut (PIB) s’est contracté de 6,2% au deuxième trimestre 2012 en rythme annuel. Tout à fait dans le rythme du premier trimestre (6,5%). Pourtant, cette information tombe assez mal, Athènes devant se refinancer, le 14 Août, à hauteur de 3,13 milliards d’euros afin de pouvoir… rembourser deux emprunts qui arrivent à échéance le 20 août.

C’est là que nous sommes obligés de nous demander si les dirigeants grecs et leurs mentors de la « troïka » ne sont pas tombés sur la tête. Le pays traverse sa cinquième année de récession. L’économie s’est contractée de 17,5% depuis le deuxième trimestre 2008. Le chômage a atteint un taux de 23% en mai dernier et, pour les jeunes de 15 à 24 ans, de 54,9%, soit le niveau le plus élevé au sein de l’Union européenne. Que fait le gouvernement ? Il s’est engagé à réduire le déficit budgétaire à 7,3% du PIB en 2012, contre 9,1% l’an dernier. Bien sûr qu’il faut les réduire les déficits. Bien sûr que la politique mise en place par le nouveau ministre des Finances, Yannis Stournaras, qui s’est lancé dans une guerre ouverte contre les dépenses de l’État doit être menée car sinon la situation grecque deviendra endémique. Mais s’aligner sans modération sur les conditions exigées par la « Troïka » et mettre en place un nouveau plan d’économies de 11,5 milliards d’euros pour les années 2013 et 2014, dans l’espoir du déblocage d’une prochaine tranche de crédit de 31,5 milliards d’euros dans le cadre du deuxième plan d’aide de 140 milliards d’euros adopté en février, n’est-ce pas simplement « perpétuer le système » en affaiblissant le pays ? Il y a chez ce ministre des accents que l’on retrouve chez certains experts comptables ou certains médecins qui, comme lui, prescrivent des remèdes dont la seule finalité que l’on perçoit est de mourir en bonne santé.

Si Yannis Stournaras analyse assez justement les dysfonctionnements de l’économie grecque, «Les salaires des fonctionnaires sont le double que dans le secteur privé, ironise-t-il. Nous avons 100% de plus de fonctionnaires qu’en 1980.», il manque visiblement de sens politique. Vouloir privatiser la quasi totalité des services publics en pleine récession économique, sans nulle part, jamais, mettre en place le contexte qui pourrait permettre une relance de l’activité, vouloir avant tout rembourser prioritairement les créanciers étrangers au détriment du soutien d’investissements productifs dans le pays, c’est beau sur le papier, c’est grandiose dans les réunions feutrées d’un « think tank » mondain comme la « Fondation pour la recherche économique et industrielle » que Yannis Stournaras dirigeait précédemment, mais cela ne fait pas une politique. Le principe même de la politique, c’est de savoir composer, trancher, faire les concessions nécessaires afin de toujours maintenir le cap vers l’objectif fixé et l’impérieuse nécessité de « soulager les souffrances du peuple ». La politique actuelle du gouvernement grec ne tient pas compte des souffrances du peuple et n’analyse que partiellement l’objectif à atteindre.

L’équilibre budgétaire ne peut être le seul objectif. L’équilibre budgétaire n’a d’intérêt que dans la mesure où il s’obtient à un niveau de richesse suffisant à l’échelle du pays. Nous sommes donc en face d’un double objectif. Qu’importe de guérir si c’est pour mourir ? Maintenir le corps en vie en faisant en sorte que sa situation s’améliore, quitte à ce que la maladie soit encore présente jusqu’à ce que ce corps, revigoré puisse accepter le traitement sans risque vital. C’est toute la différence entre un idéologue et un pragmatique. Mais voilà, les idéologues donnent toujours l’impression que leur panacée peut tout et comme les peuples sont en demande et ont envie de croire, ils leur font confiance.

C’est le cas de la Grèce, c’est aussi, dans un autre genre, le cas de la France.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Quelques questions sur le sujet, si quelq’un a une réponse (avec des sources si possible):
    – Le code du travail s’est-il allégé?
    – Quels sont les secteurs qui se sont libéralisés?
    – Combien de temps encore avant le défaut?

    Merci beaucoup

    • Ce sont les bonnes questions, c’est pour cela que les médias ne les posent pas. Ainsi ils préfèrent se focaliser sur la prétendue austérité, alors que si la dépense publique était la solution, la Grèce devrait être la championne européenne de la croissance.
      Intéressant aussi qu’on ne parle jamais de la période durant laquelle la Grèce a été acceptée dans l’eurozone (2001). Ceux qui ont alors donné leur feu vert porte une TRES lourde responsabilité.

    • Le défaut a déjà eu lieu : le rééchelonnement de la dette grecque est un défaut qui ne dit pas son nom. De plus, la Grèce est déjà exclue des marchés financiers pour les prêts à long terme.

  • Je suis de plus en plus convaincu que le salut de la Grèce ne pourra passer que par la sortie de l’euro et la liquidification de la dette dans l’inflation monétaire.

    Solution peu libérale s’il en est, mais, comme vous le soulignez fort justement, la société Grecque entrera en convulsion grave bien avant que les potions du Dr. Troika ne produise un effet quelconque.

    • On pourrait également penser que la grèce, après sa sortie de l’euro et son défaut, puisse repartir sur des bases saine grâce à l’étalon-or.

  • Tuer le malade plutôt que le guérir, tel est le leitmotiv de la troïka.
    On peut en revanche se demander pourquoi ils se montrent si bornés. À Athènes, beaucoup les soupçonnent d’utiliser la Grèce pour voir jusqu’à quel point les progrès sociaux peuvent être rognés. Ensuite, ils appliqueront cela au reste de l’Europe…

    Pour savoir ce qui se passe en Grèce, depuis Athènes :
    http://retoureneurope.blogspot.gr/

    • Pourvu qu’ils en rognent un max: Pour les gens comme moi qui ne passent pas leur temps a faire la manche aupres de l’Etat, les progres sociaux sont juste des taxes. La secu me rembourse moins bien que ce que je pourrai avoir dans le prive. L’ecole publique est plus mauvaise que si on pouvait faire appel au prive (AU VRAI prive, pas les truc pleins de fonctionnaires qu’on appelle « ecole privee sous contrat »), la SNCF est un truc que je paye 3 fois plus cher que ce que ca vaut etc…
      Le progres social a besoin de l’adjectif social parce que ce n’est pas un progres. Le progres est juste le progres. C’est comme la justice sociale. En fait la justice n’a de social que ce qu’elle comporte d’injustice.

  • Je uis pas d’accord: Ils doivent effectivement rembourser leurs dettes et prouver qu’ils sont capables de vivre autrement qu’en perfusion bancaire. Tant que ca ne sera pas fait, personne n’investira en Grece et le pays continuera a etre une misere sans nom.

    • Je pense que le peuple grec est pris en otage comme les autres peuples Europeens. La technocratie veille sur son pactol et Baroso s occupe de delocaliser une banque greque en pleine crise. C est pratique les amis bien places. Je pense que l Island a montree la seule solution honnete et responsable : on a dettes, on ne pourra pas les payer, on est en defaut, simple et efficace. Le peuple profitera d un nouveau depart si il vire les parasites de l etat et ouvre le marche au monde. Qui ne voudrait pas habiter dans ce paradis ?

  • Je crains les Grecs, même quand ils font des offrandes (Virgile, Énéïde, II, 49.)

  • Rien de plus normal. ce pays vis depuis très longtemps à crédit. Avec cette argent il s’est « acheté » de la croissance. Maintenant la source de pognon se taris, il faut revenir à l’état antérieur, CQFD. Tout le reste c’est du blabla

  • je ne pense pas que les chiffres de contraction du PIB, du chômage et autres soient bons !
    je ne pense pas qu´il n´y ait « que » 23% » de chômeurs, la situation grecque doit être encore pire que celle donnée par des statistiques.
    d´une certaine manière heureusement qu´ils ont encore une économie souterraine…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Sébastien Thiboumery.

Le Conference Board prédit une croissance du PIB américain de 5 % au quatrième trimestre 2021 et de 3,5 % en 2022. Et si ces prévisions étaient fausses et que les États-Unis sont déjà entrés en récession ?

Les États-Unis en passe d'entrer en récession ?

C’est l’avis de David Blanchflower, professeur d’économie (et ancien membre du comité de politique monétaire de la Bank of England de 2006 à 2009) qui a publié un papier de recherche sur la prévision des retournements économiques. L’étude démontre que de... Poursuivre la lecture

Par Peter St.Onge et Maria Lily Shaw. Un article de l'IEDM

Le gouvernement du Québec a annoncé des règles de confinement plus strictes avant la période des Fêtes. Or, les confinements à répétition, même partiels, sont susceptibles de transformer une crise temporaire comparable à une catastrophe naturelle en une dépression prolongée pour les petites et moyennes entreprises qui emploient près de 90 % des Canadiens qui travaillent dans le secteur privé(1).

Des études sur les catastrophes naturelles et sur les mesures fiscales tem... Poursuivre la lecture

La Grèce
0
Sauvegarder cet article

Par Antonis Giannakopoulos. Un article de Mises Institute

L’économie grecque a enregistré une chute record de 14 % au deuxième trimestre de 2020 et ce tandis que les efforts du gouvernement pour « assainir » l’économie dirigent le pays vers le franchissement de seuil de 200 % du ratio dette/PIB, comme prévu par le FMI. Pendant ce temps, les déficits budgétaires du gouvernement ont atteint de nouveaux sommets, environ 7 %.

La réponse gouvernementale à la récession

Le gouvernement grec a tenté de lutter contre la crise économique ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles