Reposez en liberté, Oswaldo Payá

Le dissident cubain Oswaldo Payá, 60 ans, est décédé dans un accident de voiture dimanche après-midi, près de Bayamo, à 800 kilomètres à l'est de La Havane. Les circonstances de l'accident restent confuses et les proches de la famille demandent l'ouverture d'une enquête "transparente". Ce militant catholique, figure de l'opposition à Fidel Castro, a été à l'origine de l'initiative la plus large de la dissidence cubaine, le "projet Varela". Il avait obtenu le Prix Sakharov des droits de l'homme en 2002.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints483 cuba

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Reposez en liberté, Oswaldo Payá

Publié le 25 juillet 2012
- A +

Le dissident cubain Oswaldo Payá, 60 ans, est décédé dans un accident de voiture dimanche après-midi, près de Bayamo, à 800 kilomètres à l’est de La Havane. Les circonstances de l’accident restent confuses et les proches de la famille demandent l’ouverture d’une enquête « transparente ». Ce militant catholique, figure de l’opposition à Fidel Castro, a été à l’origine de l’initiative la plus large de la dissidence cubaine, le « projet Varela ». Il avait obtenu le Prix Sakharov des droits de l’homme en 2002.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Oswaldo Payá (1952 – 2012)

Personne ne devrait mourir avant d’avoir réalisé ses rêves de liberté. Avec le décès d’Oswaldo Payá (1952 – 2012), Cuba vient d’être touchée dans son présent par une perte dramatique et souffrira à l’avenir de cette absence irremplaçable. Ce dimanche, c’est non seulement un homme exemplaire, un père aimant et un fervent catholique qui a rendu son dernier souffle, mais c’est aussi un citoyen indispensable à notre nation. Sa ténacité est apparue alors qu’il n’était qu’un adolescent, lorsqu’il a préféré ne pas cacher les scapulaires – comme tant d’autres l’ont fait – et, au lieu de ça, d’exposer publiquement sa foi. En 1988, sa responsabilité civique s’est matérialisée à travers la fondation du Mouvement Chrétien Libération et, des années plus tard, par le biais de l’initiative connue sous le nom de Projet Varela.

Je revois – comme si c’était hier – l’image de Payá à l’extérieur de l’Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire ce 10 mars 2002. Je le revois avec sur les bras les caisses chargées de plus de 10 000 signatures, tandis qu’il les remettait au tristement célèbre parlement cubain. La réponse officielle avait pris la forme d’une réforme légale, d’une pathétique « momification constitutionnelle » qui nous avait liés de façon « irrévocable » au système actuel. Mais le dissident des mille et une batailles ne s’est pas laissé abattre et deux ans plus tard, lui et un autre groupe d’activistes ont présenté 14 000 autres signatures. Forts de ces dernières, ils exigeaient la convocation à un référendum pour permettre la liberté d’association, d’expression, de presse, les garanties économiques et une amnistie qui libèrerait les prisonniers politiques. Avec la disproportion qui le caractérise, le gouvernement de Fidel Castro a répondu par les emprisonnements du Printemps Noir de 2003. Plus de 40 membres du Mouvement Chrétien Libération ont été condamnés en ce triste mois de mai.

Bien qu’il n’ait pas été arrêté à cette occasion, Payá a subi durant des années la surveillance constante de sa maison, les arrestations arbitraires, les meetings de répudiation et les menaces. Il n’a jamais perdu une minute au moment de dénoncer la situation carcérale de tel dissident ou la condamnation injuste d’autres personnes. Je ne l’ai jamais vu perdre sa contenance, crier ni insulter ses opposants politiques. La grande leçon qu’il nous laisse, c’est l’équanimité, le pacifisme, l’éthique par-delà les différences, la conviction selon laquelle par le biais de l’action civique et de la loi elle-même, nous sommes de plus en plus proches d’une Cuba inclusive. Reposez en paix, ou mieux encore, reposez en liberté.

—-
Sur le web.
Traduction : M. Kabous.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Actualité chargée, à Cuba, en ce lundi 15 novembre 2021. Après de longs mois de fermeture des écoles et des frontières en raison du coronavirus, l’île s’ouvre à nouveau au tourisme international et les élèves du primaire retournent en classe. Mais surtout, après les manifestations monstres du dimanche 11 juillet dernier aux cris de « Liberté ! », « À bas la dictature ! » et « Nous avons faim ! », l’opposition cubaine appelle à nouveau à une grande marche de protestation dans tout le pays pour demander la libérati... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Ségolène Royal est inhabituellement silencieuse.

À ce jour, pas un seul petit tweet sur les manifestations monstres qui ont secoué Cuba comme jamais le dimanche 11 juillet dernier. Elle qui, dépêchée par François Hollande aux obsèques de Fidel Castro en décembre 2016, voyait en ce dernier « un monument de l’histoire » qui avait permis aux Cubains de récupérer « leur territoire, leur vie, leur destin », n’a-t-elle rien à dire aux manifestants qui sont descendus par milliers dans les rues aux cris de « Liber... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Michel Faure.

La journée du dimanche 11 juillet 2021 va marquer l’histoire de Cuba.

Des milliers de Cubains, dans toutes les régions du pays, ont marché pacifiquement pour dire trois choses au gouvernement communiste de l’île : Cuba est leur pays, pas celui des autorités, du parti ou de l’armée. Ils exigent leur liberté et, enfin, affirment qu’ils n’ont plus peur, mais qu’ils ont faim.

À #Cuba ??, des #manifestations ont rassemblés des milliers de personnes, dimanche. Le pays traverse la crise éco... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles