Reposez en liberté, Oswaldo Payá

Le dissident cubain Oswaldo Payá, 60 ans, est décédé dans un accident de voiture dimanche après-midi, près de Bayamo, à 800 kilomètres à l’est de La Havane. Les circonstances de l’accident restent confuses et les proches de la famille demandent l’ouverture d’une enquête « transparente ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints483 cuba

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Reposez en liberté, Oswaldo Payá

Publié le 25 juillet 2012
- A +

Le dissident cubain Oswaldo Payá, 60 ans, est décédé dans un accident de voiture dimanche après-midi, près de Bayamo, à 800 kilomètres à l’est de La Havane. Les circonstances de l’accident restent confuses et les proches de la famille demandent l’ouverture d’une enquête « transparente ». Ce militant catholique, figure de l’opposition à Fidel Castro, a été à l’origine de l’initiative la plus large de la dissidence cubaine, le « projet Varela ». Il avait obtenu le Prix Sakharov des droits de l’homme en 2002.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Oswaldo Payá (1952 – 2012)

Personne ne devrait mourir avant d’avoir réalisé ses rêves de liberté. Avec le décès d’Oswaldo Payá (1952 – 2012), Cuba vient d’être touchée dans son présent par une perte dramatique et souffrira à l’avenir de cette absence irremplaçable. Ce dimanche, c’est non seulement un homme exemplaire, un père aimant et un fervent catholique qui a rendu son dernier souffle, mais c’est aussi un citoyen indispensable à notre nation. Sa ténacité est apparue alors qu’il n’était qu’un adolescent, lorsqu’il a préféré ne pas cacher les scapulaires – comme tant d’autres l’ont fait – et, au lieu de ça, d’exposer publiquement sa foi. En 1988, sa responsabilité civique s’est matérialisée à travers la fondation du Mouvement Chrétien Libération et, des années plus tard, par le biais de l’initiative connue sous le nom de Projet Varela.

Je revois – comme si c’était hier – l’image de Payá à l’extérieur de l’Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire ce 10 mars 2002. Je le revois avec sur les bras les caisses chargées de plus de 10 000 signatures, tandis qu’il les remettait au tristement célèbre parlement cubain. La réponse officielle avait pris la forme d’une réforme légale, d’une pathétique « momification constitutionnelle » qui nous avait liés de façon « irrévocable » au système actuel. Mais le dissident des mille et une batailles ne s’est pas laissé abattre et deux ans plus tard, lui et un autre groupe d’activistes ont présenté 14 000 autres signatures. Forts de ces dernières, ils exigeaient la convocation à un référendum pour permettre la liberté d’association, d’expression, de presse, les garanties économiques et une amnistie qui libèrerait les prisonniers politiques. Avec la disproportion qui le caractérise, le gouvernement de Fidel Castro a répondu par les emprisonnements du Printemps Noir de 2003. Plus de 40 membres du Mouvement Chrétien Libération ont été condamnés en ce triste mois de mai.

Bien qu’il n’ait pas été arrêté à cette occasion, Payá a subi durant des années la surveillance constante de sa maison, les arrestations arbitraires, les meetings de répudiation et les menaces. Il n’a jamais perdu une minute au moment de dénoncer la situation carcérale de tel dissident ou la condamnation injuste d’autres personnes. Je ne l’ai jamais vu perdre sa contenance, crier ni insulter ses opposants politiques. La grande leçon qu’il nous laisse, c’est l’équanimité, le pacifisme, l’éthique par-delà les différences, la conviction selon laquelle par le biais de l’action civique et de la loi elle-même, nous sommes de plus en plus proches d’une Cuba inclusive. Reposez en paix, ou mieux encore, reposez en liberté.

—-
Sur le web.
Traduction : M. Kabous.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Il y a des rencontres que l’on n’oublie pas. Celle-ci en fera probablement partie. À l’occasion de son passage éclair à Paris, j’ai eu l’occasion de rencontrer Yeonmi Park à l'occasion de la parution de son livre témoignage. Un nom qui ne vous dira peut-être rien, mais qui rime avec liberté et Corée du Nord.

Cette jeune femme de 22 ans à peine est l'une des rares à avoir pu s'échapper de l'enfer nord coréen et à le dénoncer publiquement. Depuis 2014, c'est l'une des voix les plus virulentes contre le régime sanguinaire nord coréen, der... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles