Des partis politiques européens

Ça signifiera aussi changer les règles de financement afin de créer des incitations pour de tels partis, et pour pénaliser les groupes nationaux. A terme, les partis strictement nationaux au parlement européen perdront leur financement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des partis politiques européens

Publié le 15 juillet 2012
- A +

La Commission européenne a l’intention de lancer des partis politiques européens qui pourront se présenter en plus des partis nationaux.

Par Richard North, depuis le Royaume-Uni.

Le siège de la Commission européenne à Bruxelles, Belgique

Tandis que nous envisageons les meilleures manières pour améliorer notre représentation parlementaire, des nouvelles nous arrivent selon lesquelles la Commission européenne s’apprête à lancer sa prochaine tentative pour la miner, en reconnaissant formellement des partis politiques au niveau européen.

Pour être qualifiés de « parti européen » ceux-ci doivent être représentés dans au moins un quart des États membres, par des eurodéputés, des députés ou des élus d’assemblées régionales, et doivent avoir pris part à des élections au parlement européen.

Pour promouvoir ce concept, la Commission va proposer juste après l’été un statut légal pour ces partis. Ça signifiera aussi changer les règles de financement, afin de créer des incitations pour de tels partis, et pour pénaliser les groupes nationaux.

Le plan est que ces changements soient en place bien avant les élections européennes de 2014, permettant aux partis européens de faire campagne en plus des partis nationaux, et de solliciter des donations à cette fin.

Des partis pan-européens ont toujours été une intention des intégrationnistes. Depuis les tous premiers moments, les eurodéputés ont été encouragés à s’asseoir dans l’hémicycle par groupes politiques plutôt que nationaux, et cette pratique est restée jusqu’à nos jours. Cependant, les campagnes électorales sont restées robustement nationales, souvent disputées sur des questions nationales plutôt qu’européennes.

En promouvant des partis au niveau de l’UE, la Commission espère changer tout cela, mais l’effet sera aussi de marginaliser les partis d’indépendance nationale tels UKIP, qui trouvent difficile de former des alliances au-delà de leurs frontières. À terme, les partis strictement nationaux au Parlement européen perdront leur financement.

Une fois de plus, nous pouvons voir la direction où vont les choses – plus d’intégration et plus d’ « Europe ». Déjà, trop de pouvoir a glissé de Westminster à Bruxelles et Strasbourg, et ceci ne peut faire qu’empirer les choses.

—-

Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Je pensais qu’être libéral cela signifiait être ouvert, favoriser les échanges …
    Ce monsieur ni libéral, ni européen et seul semble l’intéresser le financement de l’Europe, pas l’intégration …

    • Quel rapport entre le sujet et votre commentaire?
      L’audience de Contrepoints s’élargit, je ne pensais pas lire ici de commentaire aussi… inconsistant, sans fondement et illogique. Un troll peut-être?

    • Ce monsieur est libéral et pro-européen. Simplement il n’est pas fédéraliste…
      Par ailleurs, il est douteux que le déluge de réglementations imposé par les autorités européennes favorise le libre-échange, c’est plutôt l’inverse. Au-delà de la réglementation, l’euro a entraîné une re-nationalisation des économies (lire Charles Gave à ce sujet).
      Un conseil : lisez l’ouvrage co-écrit par ce monsieur et Christopher Booker (que j’ai découvert suite à une recommandation sur ce site)! Vous découvrirez un autre point de vue sur l’Europe et son histoire que la propagande inlassablement reprise par les institutions européennes et les médias mainstream.
      Bien cordialement

  • Belgique,24/09/2012

    A ,

    Monsieurs les hauts responsabilités de la commission Europé
    enne.

    Chères monsieurs,
    Lorsque vous m’aviez choisit à présenter dans l’hémicycle je ne reste sans doute de vous faites valoir se que de droits.
    Je crois que les plans statistiques de nos réformes européennes , les nationalistes les ont adonpté.nous avons ouvrir plusieurs sortes de pages pour s’éclaircir l’authenticicité de nos travails extraordinaires et
    la base dynamise bien fondée.
    Depuis 2010 l’état Belge n’a pas absolument cessé de travailler ardement la population ainsi que les citoyeens qui sont sur le territoire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

(Source)

 

Le Conseil européen (les chefs d'État et de gouvernement des États membres de l'Union européenne) se sont réunis à Bruxelles les 23 et 24 juin 2020. Parmi les points abordés, il n'y avait pas que la question du statut de candidat à l'adhésion à l'Union européenne de la Géorgie, de la Moldavie et, surtout, de l'Ukraine, laquelle a fort normalement retenu l'attention des médias.

Le secrétariat du Conseil rapporte (c'est nous qui graissons) :

« 9. Le Conseil européen soutient réso... Poursuivre la lecture

Un ami taquin me présente hier 5 mars une amie allemande qui travaille à la Commission européenne. Courtois, j’entame la conversation. Après deux phrases, madame Von Strumphflüdel (si j’ai bien compris) tient à m’informer du fait qu’elle se rendra bientôt en Inde en train, bien sûr.

— Of course. Êtes-vous peut-être écologiste ?

D’un air humble, les lèvres légèrement pincées, les yeux se baissent, le visage s’incline imperceptiblement, dans une posture nettement christique :

— Je ne suis pas parfaite, mais je tente de cont... Poursuivre la lecture

La présidente de la Commission européenne Ursula von der leyen vient de déclarer :

« La porte de l’Union européenne est ouverte à l’Ukraine [...] Ils sont des nôtres. »

Peut-être Ursula gagnerait-elle à consulter les traités européens qui fondent sa modeste légitimité non démocratique ?

Qui décide et supervise le processus d’adhésion d’un État à l’Union européenne ? Le Conseil.

Le Conseil — non la Commission — établit et supervise le processus d'élargissement de l'UE et les négociations d'adhésion.

Selon les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles