Les luxueux déplacements de Patrick Devedjian

La Cour des comptes s’interroge sur les luxueux déplacements de l’ancien ministre de la relance, Patrick Devedjian.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Patrick Devedjian et Marie-Célie Guillaume

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les luxueux déplacements de Patrick Devedjian

Publié le 6 juillet 2012
- A +

La Cour des comptes s’interroge sur les luxueux déplacements de l’ancien ministre de la relance, Patrick Devedjian.

Un article du Cri du Contribuable.

Patrick Devedjian et Marie-Célie Guillaume

Les magistrats enquêtent sur les finances 2006-2011 de l’EPAD. Du 6 au 8 avril 2009, Patrick Devedjian, président de l’EPAD, se rend à Abou Dabi à un forum sur le thème de la ville durable et de l’attractivité des territoires. Il emmène avec lui sa directrice de cabinet du Conseil général des Hauts-de-Seine, Marie-Célie Guillaume, qui ne fait pas partie de la structure. Le voyage en avion est initialement prévu en classe affaire.

Mais le ministre de la relance préfère la première classe. Le changement de billet de Patrick Devedjian coûtera 1 349 € et celui de sa collaboratrice 4 108 €. Au total l’EPAD débourse 11 700 € pour le séjour du garde du corps et Marie-Célie Guillaume.

Six mois plus tard, Patrick Devedjian récidive… à Dubaï ! Le déplacement se fait là aussi en première classe. Les deux nuits sur place seront facturées par un hôtel grand luxe. L’Epad a payé environ 23 000 €, pour les frais de la directrice de cabinet et de l’agent de sécurité.

C’est le même Patrick Devedjian qui osait déclarer « que chaque euro dépensé doit être utile. […] Notre peuple attend de ses élus rigueur, sobriété et transparence ».

Source : L’Express

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Deux questions :
    1) L’EPAD est-elle une structure publique sur financement public ? Si oui alors il y a des plaintes à déposer.
    2) Si l’EPAD est une structure privée. Alors je ne vois pas le problème, au pire il y a abus de bien social, mais cela relève de la gestion interne de l’organisme. Il n’a pas fait ces voyages avec toute une cohorte de « copains »…

  • Son tort principal n’est il pas de ne pas avoir demande a « Marie-Célie Guillaume » de ne pas publier son livre ?

    Il me semble que le Mr Philippe Chaix ( directeur general de l’epad devenue aujourd’hui epadesa ) est au moins aussi concerne que Mr Devedjian

    [ cf p7 du canard du 05/07/12 + p3 du meme canard ]

  • Je trouve étrange de pointer sur les dépenses de M. Devedjian au moment où la cour des comptes dénonce les dépenses actuelles de l’EPADESA (cf, comme le dit Soltani Imad, le Canard Enchaine du 05/07/2012). Quel est le but réel de cet article ?

  • Voler une Simca 1000 pour rouler sur la Côte d’azur avec son pote Alain, ou voyager dans les Emirats aux frais de la princesse avec Marie-Célie. Patrick a trop le sens de l’amitié, voilà tout.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

La France fait bande à part parmi les pays de l’UE, elle est l’un des derniers à résister encore et toujours à la libéralisation du marché de l’électricité. À plusieurs reprises l’Iref a pointé les limites du modèle régulé dans lequel évoluent nos énergéticiens.

La Cour des comptes a rendu mardi 5 juillet un rapport très critique sur l’organisation du marché de l’électricité sans néanmoins proposer d’aller plus loin dans sa libéralisation. Pourtant, plus de dix ans après la loi ... Poursuivre la lecture

L’examen du projet de loi du gouvernement sur le pouvoir d’achat, soit un paquet de nouvelles dépenses publiques à 20 milliards d’euros, débute ce lundi 18 juillet à l’Assemblée nationale. D’après les échos des discussions préalables en commission des finances, on devine que les débats seront animés, mais pas vraiment dans le sens d’un retour à une certaine sobriété budgétaire, bien au contraire. À tel point que le gouvernement, qui pourtant s’y connaît en « quoi qu’il en coûte », accuse maintenant les oppositions de vouloir faire « sauter la... Poursuivre la lecture

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles