Les luxueux déplacements de Patrick Devedjian

La Cour des comptes s’interroge sur les luxueux déplacements de l’ancien ministre de la relance, Patrick Devedjian.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Patrick Devedjian et Marie-Célie Guillaume

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les luxueux déplacements de Patrick Devedjian

Publié le 6 juillet 2012
- A +

La Cour des comptes s’interroge sur les luxueux déplacements de l’ancien ministre de la relance, Patrick Devedjian.

Un article du Cri du Contribuable.

Patrick Devedjian et Marie-Célie Guillaume

Les magistrats enquêtent sur les finances 2006-2011 de l’EPAD. Du 6 au 8 avril 2009, Patrick Devedjian, président de l’EPAD, se rend à Abou Dabi à un forum sur le thème de la ville durable et de l’attractivité des territoires. Il emmène avec lui sa directrice de cabinet du Conseil général des Hauts-de-Seine, Marie-Célie Guillaume, qui ne fait pas partie de la structure. Le voyage en avion est initialement prévu en classe affaire.

Mais le ministre de la relance préfère la première classe. Le changement de billet de Patrick Devedjian coûtera 1 349 € et celui de sa collaboratrice 4 108 €. Au total l’EPAD débourse 11 700 € pour le séjour du garde du corps et Marie-Célie Guillaume.

Six mois plus tard, Patrick Devedjian récidive… à Dubaï ! Le déplacement se fait là aussi en première classe. Les deux nuits sur place seront facturées par un hôtel grand luxe. L’Epad a payé environ 23 000 €, pour les frais de la directrice de cabinet et de l’agent de sécurité.

C’est le même Patrick Devedjian qui osait déclarer « que chaque euro dépensé doit être utile. […] Notre peuple attend de ses élus rigueur, sobriété et transparence ».

Source : L’Express

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Deux questions :
    1) L’EPAD est-elle une structure publique sur financement public ? Si oui alors il y a des plaintes à déposer.
    2) Si l’EPAD est une structure privée. Alors je ne vois pas le problème, au pire il y a abus de bien social, mais cela relève de la gestion interne de l’organisme. Il n’a pas fait ces voyages avec toute une cohorte de « copains »…

  • Son tort principal n’est il pas de ne pas avoir demande a « Marie-Célie Guillaume » de ne pas publier son livre ?

    Il me semble que le Mr Philippe Chaix ( directeur general de l’epad devenue aujourd’hui epadesa ) est au moins aussi concerne que Mr Devedjian

    [ cf p7 du canard du 05/07/12 + p3 du meme canard ]

  • Je trouve étrange de pointer sur les dépenses de M. Devedjian au moment où la cour des comptes dénonce les dépenses actuelles de l’EPADESA (cf, comme le dit Soltani Imad, le Canard Enchaine du 05/07/2012). Quel est le but réel de cet article ?

  • Voler une Simca 1000 pour rouler sur la Côte d’azur avec son pote Alain, ou voyager dans les Emirats aux frais de la princesse avec Marie-Célie. Patrick a trop le sens de l’amitié, voilà tout.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Simon Choisy. Un article de l'IREF

 

La bouche de la vérité (bocca della verita), aussi appelée « bocca del leone » (bouche de lion), compte parmi les curiosités du palais des Doges de Venise.

Il s’agit d’une boîte aux lettres destinée, du temps de la république de Venise, à recevoir les dénonciations. Associés à tort à des délations anonymes, ces mémoires devaient être signés et circonstanciés. Ils faisaient ensuite l’objet d’enquêtes, notamment pour des actes constitutifs de mauvais usage des deniers publics, d... Poursuivre la lecture

La Cour des comptes considère que la réforme contestée de la police judiciaire n’est pas « en soi de nature à répondre à la situation très dégradée du traitement de la délinquance du quotidien » et doute qu’elle puisse être opérationnelle pour les Jeux olympiques de 2024. Dans son rapport de 156 pages publié jeudi 11 mai, la Cour décrit une réorganisation de la police « aux contours incertains » et s’inquiète du calendrier « très ambitieux » fixé pour sa mise en œuvre, à la fin de l’année, compte tenu du travail « considérable » restant à acc... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF

La crise du logement qui se profile a tout pour être « historique, » selon Les Échos. De son côté, la Fédération française du bâtiment (FFB) a annoncé mi-avril que les mises en chantier de logements étaient en baisse sévère et que les projections pour 2025 étaient catastrophiques. L’organisation patronale en a donc appelé à l’État et a réclamé un « bouclier logement ». Mais est-ce vraiment la solution ? Car selon la Cour des comptes, en matière de logement, l’État navigue à vue.

Les chif... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles